centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 18 septembre 2014

Des microbilles de plastiques dans les cosmétiques !

L'industrie regorge d'idées pour nuire à la planète et à notre santé.
Intermédiaires avant les nanomatériaux, ce sont maintenant des microbilles de plastique qui sont introduites dans les produits cosmétiques pour leur conférer des propriétés exfoliantes. Le problème est que de par leur taille, quelques micromillimètres, ces billes ne sont pas récupérées par les stations d'épuration et passent allègrement de nos eaux usées au milieu naturel.
Elles se retrouvent dans les rivières puis dans les océans et in-fine dans l'organisme des animaux marins et, en bout de chaîne, dans celui de l'homme.

Evidemment la présence de ces billes n'est pas indiquée sur l'étiquette !
Une application smartphone semble permettre d'accéder à une liste des produits à éviter. Pourquoi ne pas la publier sur le web ?

Pour plus d’information

Lire l'article de Surfrider.


mercredi 17 septembre 2014

Non au blé OGM australien !

L'Australie teste actuellement en plein champs une dizaine de variétés de blé et d'orge OGM dans 5 Etats (ACT, Victoria, Western Australia, South Australia, et New South Whales), et ce depuis 2005.
Le blé est la première production agricole australienne et 2/3 du blé est destiné à l'export. C'est le 6ème producteur de blé (après la Chine, l'Inde, les USA, la France, la Russie) et le 3ème exportateur (après les USA, le Canada) au niveau mondial.

En juillet 2012, deux activistes de Greenpeace ont détruit des essais de blé OGM, Greenpeace a alors été condamné à verser 280 000 $ au Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO).

La culture commerciale du blé OGM est prévue pour 2015, ce qui fera de l'Australie le 1er pays au monde à commercialiser au blé transgénique.

STOP OGM Pacifique a lancé une pétition.


En signant cette pétition :

  • Je demande aux élus de la Nouvelle-Calédonie de prendre toutes les dispositions nécessaires pour garantir que le blé transgénique ne sera pas consommé sur le territoire, à savoir un étiquetage obligatoire de toutes les denrées alimentaires contenant des OGM en 2015, et une interdiction de commercialisation du blé transgénique,
  • Je demande au Gouvernement Australien, au CSIRO et à l'OGTR de stopper les essais de blé OGM et de d'adopter l'application stricte du gel des autorisations de nouveaux OGM en Australie,
  • Je soutiens les ONG australiennes anti-OGM et les agriculteurs dans leurs démarches contre la mainmise des biotechnologies sur les semences et l'alimentation.

Cette pétition sera remise au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, aux élus, au Ministère français de l'Outre-mer, au 1er ministre australien, à la Consule d'Australie en Nouvelle-Calédonie.


mardi 16 septembre 2014

ZAD du Testet : "ici on replante le paradis"

Voici un bel article du site Reporterre sur la vie à la ZAD du Testet : http://www.reporterre.net/spip.php?article6297
Emmanuel Daniel y a passé une semaine et en ressort "rassuré" d'y avoir trouvé tant de générosité, contrastant avec l'égoïsme, le repli sur soi et l'individualisme, les principes de partage et d’entraide que l’on croyait oubliés dans « Babylone », surnom donné par les zadistes à la société décadente qu’ils combattent.
Un gréviste de la faim dit avec un large sourire malgré ses dix-neuf jours de jeûne et me dit : "Ici, on replante le paradis".

Nous aussi soutenons ou rejoignons cette lutte !
Chapeau à Reporterre pour cet article.


Pour agir

Deux pétitions:
Celle de Agir pour l'environnement.
Celle du Collectif des désobéissants.


La santé naturelle avec l’apithérapie


Auteur : Dr guy Avri
Editeur : Terre vivante

L’abeille et l’homme sont des amis de longue date et les effets thérapeutiques de ses produits sont scientifiquement étudiés et reconnus par la médecine.
Le Dr Guy Avril, convaincu des bienfaits de la naturopathie a publié plusieurs livres chez Terre vivante et s'intéresse, avec son tout dernier, à l'utilisation des produits récoltés, transformés ou sécrétés par l’abeille - le miel, la propolis, le pollen, la gelée royale et le venin - à des fins diététiques et thérapeutiques..

L'ouvrage commence par un peu d’histoire pour rappeler que les civilisations anciennes avaient déjà bien compris que les abeilles et leur miel sont source de bienfaits. Il y a 5000 ans déjà, l’homme élevait les abeilles pour récupérer le fameux produit. L’organisation de la ruche ne fait l’objet que de quelques mots, ce n’est pas l’objet.
Le cœur du sujet, et donc de l’ouvrage est structuré par produit : miel, pollen, propolis, gelée royale, venin et cire d’abeille, chacun est longuement détaillé. Vous en saurez tout, ou presque, sur sa composition, ses différentes propriétés, ses indications et dans certains cas, les différentes formes et usages. Cela répond à la question : « que puis-je soigner avec… ». Au passage, nombre d’astuces et de conseils nous sont donnés. Chaque sorte de miel est présentée, du plus commun jusqu’à celui dont vous ignoriez peut être l’existence, nous en donnant les propriétés spécifiques.
Mais bien souvent notre problème n’est pas de savoir ce que l’on peut faire avec tel produit qui se trouve dans notre armoire. Cela est encore plus vrai dans l’urgence, la question sera souvent : « comment soigner telle pathologie ? ». Pour nous aider dans ces circonstances l’auteur liste plus d’une trentaine de symptômes et nous indique pour chacun comment le traiter avec miel, propolis, gelée royale, pollen ou encore venin Peut-être, comme moi serez-vous surpris des nombreuses indications des produits offerts par les abeilles, qui vont dé l’acné au cancer, en passant par nombre de désagréments aussi communs que fréquents.
Deux conditions pour profiter au mieux des produits de l’apiculture : se procurer des produits de bonne qualité et les utiliser sans les chauffer. Quelques recettes gourmandes au miel cru sont complétées par celle de l’incontournable pain d’épices qui, si elle cuit le miel, a l’intérêt d’être proche du savoir faire traditionnel et de n’utiliser ni œuf ni lait, donnant ainsi un pain de longue conservation. Où acheter son miel ? Guy Avril conseille de se fournir auprès des apiculteurs, sur les marchés ou dans les salons bio, dans les magasins bio ou de produits naturels ou par correspondance chez quelques fournisseurs qu’il nous conseille dans son petit carnet d’adresses.
Voici donc un ouvrage pratique, sérieux et complet a avoir dans sa bibliothèque « naturelle ».
Il vous convaincra sans doute d’éviter les médicaments allopathiques à chaque fois que cela est possible, au profit de ces fabuleux produits aux multiples bienfaits. Des produits qui risquent fort de disparaître avec les abeilles dont le déclin est malheureusement bien connu, dont les causes assez bien identifiées avec en particulier l’utilisation de certains insecticides par l’agriculture. Un déclin que pour le moment que rien ne vient contrarier. A tel point qu’il est d’ores et déjà difficile de trouver du miel bio français. De bonnes raisons pour militer et aider ceux qui militent contre l’utilisation des pesticides.

Pour plus d’information

Lisez la présentation et le sommaire sur le site Terre vivante
Feuilletez quelques pages : http://fr.calameo.com/read/000400547fc155c6f9c3d

lundi 15 septembre 2014

Cyberaction : 1000 vaches : stop à l'installation !

D'après la Confédération paysanne, dans la nuit de vendredi à samedi, Michel Ramery (à la tête de la SCEA Côte de la justice, qui exploite la ferme géante des 1000 vaches) a installé illégalement, et sous la protection de la police, plusieurs dizaines de vaches dans son usine à Drucat dans la Somme. Les riverains de l'association Novissen ont immédiatement bloqué le site. Les paysans de la Confédération paysanne sont en train de les rejoindre.

Une cyberaction demande à la préfète de la Somme de faire cesser les agissements de Michel Ramery manifestement illégaux.
Signons en masse !

Pour signer

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/vaches-nbsp-stop-installation-nbsp-818.html


Le salon qui tue

Un autocollant en prémice du « World Nuclear Exhibition » (WNE), salon de l'industrie nucléaire qui se tiendra du 14 au 16 octobre au Bourget.
Non contente d’avoir déjà contaminé de nombreuses régions du globe, l’industrie nucléaire française tentera à cette occasion d’exporter son modèle industriel mortifère.
Dans un an, sur le même lieu, se tiendra le sommet international sur le climat (COP 21).
Soyons nombreux pour rappeler que le nucléaire n’est pas une solution au changement climatique !

Plus d'info à venir sur une manifestation de contestation du WNE.

dimanche 14 septembre 2014

Pour une philosophie politique écologiste


Auteur : Fabrice Flipo
Editeur : textuel
Collection : petite encyclopédie critique
ISBN : 978-2-84597-491-3

Peu versé dans la philosophie dont les prises de tête souvent me dépassent, la curiosité m’a poussé lire ce livre à la foi pour voir si j’allais comprendre… et parce qu’il me semble bon toutefois de prendre un peu de hauteur vis-à-vis des actions concrètes, j’entends ici en matière d’écologie et protection de l’environnement. Le quatrième de couverture m’y a d’autant incité qu’il annonce « ce livre constitue une boussole utile au sein de la masse des écrits écologistes depuis les années 1970 ».
Une boussole de 130 pages, ce n’est pas conséquent, cela aurait dû me convenir.
Hé bien non.
Pourtant, l’introduction ne laissait présager que du bon. L’auteur pose l’urgence de la question écologique, affirme qu’il est urgent de comprendre pourquoi tant de gens ont pu dire tant de choses contradictoires et qu’il va expliquer pourquoi l’écologie politique met en cause la critique sociale classique, que ce qui est en jeu n’est rien de moins que la civilisation.
Evidemment je partage, parfait.
Le premier des 3 chapitres aborde la naissance de l’écologie et les critiques qu’ont subis ses précurseurs. Il dresse le constat que malgré le courant écologiste, les acquis de la société en matière environnementale sont loin d’être à la hauteur des enjeux, ce qui risque d’entrainer la mise en place d’un éco-fascisme abusant de la peur qu’il provoque. Arrivé à ce tiers de l’ouvrage, j’apprécie la plume accessible de Fabrice Flipo, regrettant seulement qu’il confonde réacteur et centrale nucléaire lorsqu’il avance que les TIC consomment en France 8 centrales nucléaires. Hé non, 15% de l’électricité française correspondent à 8 réacteurs sur les 52 réacteurs installés, une centrale comportant plusieurs réacteurs. Passons sur ce détail trop matérialiste sans doute.
Plus guère de concrets ans les chapitres suivants qui m’ont laissé dépité sur le côté tant je n’ai rien compris, ou presque. Encore que l’explication de la théorie marxiste aurait pu passer mais la suite théorise ferme. Trop pour ma part et le jargon savant en rebutera plus d’un citoyen moyen s’il n’a pas un dictionnaire sous la main. Je serai bien incapable de vous résumer en quoi la critique marxiste est prise de court, pourquoi la critique sociale est embarrassée et en quoi l’appel à la nature remet en cause la modernité occidentale. Ho que ces titres de sous-chapitre 2 sont obscurs en tant que tels ! Le troisième et (ouf !) dernier chapitre m’a achevé, sensé me donner des repères pour une philosophe écologiste. La boussole s’affole et me perd dans le désert philosophique ! Espérons que d’autres que moi trouveront leur chemin dans ces pages.

Je ressors de cette lecture d’autant plus frustré que nombre de points suscitent l’intérêt. Par exemple, Sartre développerait des idées écologistes dans ses écrits, je n’ai pas capté en quoi.
Je m’interroge, la philosophie est-elle réservée à certains ? Intellectuels ? Elite ? Penseurs ? En quoi ce genre d’ouvrage peut-il faire avancer, progresser concrètement les choses ?
Ce livre ne met pas la philosophie en matière d’écologie politique à la portée de tous, de cela je suis sûr. Dommage car je reste convaincu de la justesse de vue de Fabrice Flipo sur le fond de l’urgence écologique et sur la responsabilité du couple capitalisme-productivisme. Il est membre du Conseil scientifique d’ATTAC et aussi chroniqueur au mensuel « la décroissance », qui n’est pas toujours non plus d’une simplicité extrême…

samedi 13 septembre 2014

Un empoisonnement universel: Comment les produits chimiques ont envahi la planète


Auteur : Fabrice Nicolino
Editeur : Les Liens Qui Liberent
ISBN  : 1020901373
EAN : 979-1020901378

J'apprécie beaucoup Fabrice Nicolino. Il y va quelquefois un peu fort et c'est très bien ainsi !
Aussi je relaie ici avec plaisir la présentation de son nouveau livre qui sortira le 17 septembre.

Une enquête redoutable sur l’invasion effrayante des produits chimiques dans notre quotidien et notre environnement.

C’est un livre sans précédent. Jamais on n’avait essayé de réunir tous les points pour faire enfin apparaître le dessin complet. Comment en est-on arrivé là ? Comment et pourquoi l’industrie chimique a pu libérer dans l’eau, dans l’air, dans le sol, dans les aliments, et jusque dans le sang des nouveau-nés des millions de molécules chimiques, toute différentes les unes des autres ?

Quels sont les liens entre le temps des alchimistes et celui du prix Nobel de chimie Fritz Haber, grand criminel de guerre ? D’où viennent Bayer, BASF, Dow Chemical, DuPont, Rhône-Poulenc ? Comment est-on passé de la bakélite des boules de billard et des combinés du téléphone au nylon, puis au DDT et aux perturbateurs endocriniens ? Pourquoi des maladies comme le cancer, l’obésité, le diabète, Alzheimer, Parkinson, l’asthme et même l’autisme flambent toutes en même temps ? Qui est Théo Colborn, la Rachel Carson du 21ème siècle ? Pourquoi l’OMS, la FAO, l’ONU ne bougent-elles pas ? Pourquoi les agences de protection françaises regardent-elles ailleurs ? Comment les normes officielles ont-elles été truquées ? Que contient vraiment l’eau dite potable ? Comment les transnationales ont-elles organisé une désinformation planétaire sur cet empoisonnement universel ? Y a-t-il une chance de s’en sortir ?

Pour la première fois, tout le dossier est enfin rendu public. Il est effrayant, mais un peuple adulte n’a-t-il pas le droit de savoir ? Ce livre, qui donne des noms, des faits, des accointances, ne peut rester sans réponse. C’est l’heure de se lever.

vendredi 12 septembre 2014

Paris le 21 Sept, marchons pour le Climat


Deux jours avant un RDV crucial des chefs d’Etats sur le climat, l'organisation Avaaz appelle à descendre dans la rue afin de réclamer une action politique ambitieuse. Nous devons demander à François Hollande de prendre les choses en main et de faire enfin quelque chose. Après tout, c’est lui qui accueillera le sommet de 2015 qui décidera de la qualité ou non d’un accord sur le climat !

Rejoignez la Marche organisée par Avaaz pour le Climat à Paris le 21 septembre. Elle partira à 14h de la Place de la République. Elle sera silencieuse, rythmée par le bruit des battements de cœur - animation coordonnée par une artiste. Notre marche sera suivie d’un rassemblement Place de l’Hôtel de Ville où le chanteur Patrice donnera un concert. Quelques personnalités viendront également faire part de leur engagement.

Apportez vos plus beaux habits verts, vos tambours !
Soyons vus et entendus par l’Elysée, par le pays et par le monde entier où des milliers d’autres marches auront lieu !

Je reprends ci-après l'argumentaire de Avaaz.

La dernière glaciation s'est produite en 6 mois. Il a suffit de 6 mois pour que l'Europe et les États-Unis ne gèlent subitement pour des milliers d'années. Voilà ce qui ce passe lorsqu'on franchit un point de non-retour et en ce moment trois autres points de non-retour sont sur le point de se produire.

Il est temps de dire "oh merde" selon un éminent scientifique de la NASA, et la seule riposte à la hauteur doit commencer par une journée de mobilisation sans précédent. C'est la première étape cruciale pour changer le futur qui nous attend.

Un accord de bon sens pour mettre fin aux énergies sales peut nous sauver. L'ONU a convoqué à ce titre tous les dirigeants mondiaux en urgence pour parler du climat – si nous les accueillons le 21 septembre avec la plus grande mobilisation sur le climat de l'Histoire, nous pouvons mettre fin au règne de l'industrie du charbon, du pétrole et de toutes les multinationales qui empêchent même les meilleurs hommes politiques d'agir positivement.

C'est un projet colossal mais nous ne pouvons pas en faire l'économie. Si nous joignons nos forces, chaque action individuelle contribuera à créer un mouvement fort de millions de participants qui envahira la scène politique. Il donnera à nos dirigeants la meilleure des raisons de se libérer de toutes les influences pour construire un futur propre, écologique et plein d'espérance. Cliquez ici pour participer à notre mobilisation mondiale:

Lors des points de basculement, le changement climatique produit des cercles vicieux et accélère rapidement, avec des conséquences catastrophiques. Actuellement, le méthane, un gaz 25 fois plus dangereux que le dioxyde de carbone, est emprisonné sous la glace. Mais comme la glace fond, le gaz s'échappe, entraînant la fonte de toujours plus de glace. Chaque fonte nous prive d'un bouclier de glace réfléchissante dont nous avons besoin pour maintenir les températures de notre planète. En plus, l'afflux de méthane et la disparition de la glace entraînent un réchauffement toujours plus important, et une spirale infernale s'enclenche. Et c'est juste un exemple... C'est pourquoi les scientifiques nous disent et nous répètent qu'il faut agir sans attendre.

Nous savons ce qu'il faudrait faire pour ne pas sombrer dans un monde où les points de basculement nous détruiraient. Cela requiert une coopération au niveau mondial à un point jamais atteint, mais notre mouvement de 38 millions de membres a tout le pouvoir citoyen nécessaire pour forcer les dirigeants de chaque pays à agir. Il y a quelques jours à peine, les États-Unis et la Chine ont annoncé des réformes sans précédent de réduction de la pollution dans leurs pays respectifs – les choses commencent à bouger et dans quelques jours, nous pourrions écrire l'Histoire.

Un nombre record de manifestants est toujours une démonstration de force et d'organisation, et souvent il n'existe pas de meilleure manière de faire bouger les lignes – de la lutte anti-Apartheid en Afrique du Sud au mouvement pour les droits civiques aux États-Unis, la manifestation a parfois été la seule manière d'agir. Voici venue l'heure d'utiliser ce pouvoir pour la cause la plus importante de notre époque: notre survie et un futur prospère pour nos familles, leurs familles et les générations à venir.


pour s'inscrire comme participant à la marche

https://secure.avaaz.org/fr/event/climate/Paris_Marche_pour_le_Climat_2/?source=blast&cl=5781605277&v=45183

Mon avis

Evidemment il est important de manifester, le problème climatique est extrêmement important.
Quant à écrire l'histoire par une manifestation, j'ai quelques doutes !
Soyons aussi très vigilants et militons en même temps pour que le nucléaire ne soit pas présenté comme une solution !

jeudi 11 septembre 2014

Pétition pour la sauvegarde de la zone humide du Testet

Une pétition qui peut aider à sauver la zone humide du Testet :

Stop à la répression des militants écologistes du Testet !

Un nouveau Notre-Dames-des-Landes se déroule en ce moment même dans le Tarn. Des centaines d’habitants, de paysans et de militants écologistes s’opposent pacifiquement à la construction d’un barrage inutile et imposé qui menace d’inonder la précieuse zone humide du Testet. Mais le gouvernement frappe, tire au flashball et envoie CRS, bulldozers et bûcherons contre les grévistes de la faim et les activistes non-violents !

On déplore déjà des blessés sérieux, et certains activistes juchés dans les arbres sont menacés par la coupe des arbres… Faudra-t-il un nouveau drame pour que l’on renonce à un nouveau projet inutile et imposé ?
Nous demandons aux ministres de l'intérieur et de l'écologie de retirer immédiatement les forces de répression de la zone du Testet et de décréter un moratoire sur les travaux en attendant une authentique consultation de la population sur le projet.
Merci de signer et de faire signer cette pétition. Il y a urgence !

http://sauvegardedutestet.wesign.it/fr



mercredi 10 septembre 2014

"Nucléaire ou transition énergétique, il faut choisir !"

Le réseau Sortir du Nucléaire organise une pétition.


NUCLÉAIRE OU TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, IL FAUT CHOISIR !

Les centrales nucléaires françaises ont été conçues pour fonctionner environ 30 ans. Mais EDF veut prolonger leur fonctionnement à 50, voire 60 ans, au mépris des risques. Pour cela, EDF envisage un énorme programme de travaux qui n’empêcheront pas le vieillissement inéluctable des réacteurs.

Un choix s’impose aujourd’hui : soit engloutir des milliards d’euros dans ce rafistolage aussi coûteux que dangereux, soit investir ces sommes dès maintenant dans une véritable transition énergétique (économies d’énergie et énergies renouvelables) et commencer par fermer dès maintenant les réacteurs les plus vieux.

Ne laissons pas l’industrie nucléaire faire la loi sur la transition énergétique !

Cet été, le gouvernement a présenté un projet de « loi de transition énergétique pour la croissance verte » qui sera débattu au Parlement à partir du 1er octobre.

Censé permettre une véritable transition et une réduction de la part du nucléaire, ce projet de loi, en l’état actuel, laisse les clefs de la politique énergétique française à EDF, rien n’étant prévu pour l’obliger à fermer ses centrales vieillissantes.

Ne laissons pas EDF écrire sa loi du nucléaire !

Ce que nous exigeons :

  • l’arrêt immédiat des réacteurs qui ont dépassé les 30 ans de fonctionnement
  • l'arrêt définitif du programme EPR et de tout projet de renouvellement du parc nucléaire
  • l’adoption d’un objectif impératif de réduction de 20 % de la consommation finale d’électricité à l’horizon 2025
  • la reprise en main effective, par le Gouvernement et le Parlement, de la politique énergétique du pays et la possibilité, pour l’exécutif, de décider l'arrêt de réacteurs pour des raisons de politique énergétique

Pour signer

http://www.sortirdunucleaire.org/Loi-transition#sign


Pour plus d’information

http://www.sortirdunucleaire.org/Pas-de-transition-sans-sortie-du-nucleaire

mardi 9 septembre 2014

Violences policières à la ZAD du Testet

La zone humide du Testet, menacée de déboisement pour la construction d'un barrage est défendue par une ZAD.
Le projet de « retenue SIVENS » se situe dans le Nord-Ouest du Tarn (commune de Lisle sur Tarn, 10 km environ de Gaillac), sur la partie sauvage et préservée de la rivière Tescou.

Environ 1000 personnes y étaient présentes en soutien le week-end dernier.
Ce lundi, des Zadistes s’enterraient vivants pour défendre le lieu.


Les enterrés vivants (photo Reporterre)

L’action, couverte maintenant par la presse nationale semblait couronnée de succès jusqu’à ce que la violence policière se déchaine après le départ des journalistes. Les enterrés vivants furent piétinés par les policiers. Lacrymos en nombre, GIGN ce mardi. Le déboisement se poursuit et une opposante est à l’hôpital.


Offensive policière (photo Reporterre)

Pour plus d’information

Lisez le reportage sur Reporterre : http://www.reporterre.net/spip.php?article6275
Visitez le site du Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET


Défense des baleines pilotes aux Iles Féroé avec Sea Shepherd


Les îles Féroé perpétuent le plus grand massacre de mammifères marins en Europe.

14 activistes de Sea Shepherd ont été arrêtés ces derniers jours, et emprisonnés par les autorités danoise durant leur mission 'Stop The Grind 2014' consistant à empêcher le massacre d'environ 1 500 globicéphales.
33 dauphins globicéphales ont été tués le jour de l'arrestation.

Les 14 militants ont été relâchés mais 3 bateaux de l'organisation restent confisqués jusqu'au procès le 25 septembre prochain.
Sea Shepherd continue son action sur place avec 3 bateaux de moins.

Une cyberaction est lancée pour demander à l'Ambassadeur du Danemark à Paris de stopper ce massacre et de rendre les navires.
Vous pouvez y participer ici : http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/stop-the-grind-816.html

La mobilisation dure depuis plusieurs années mais malheureusement les même images reviennent encore et encore, pour combien de temps encore ?
Jusqu'à la disparition totale de l'espèce ?


Insoutenable !


Inadmissible.

Pour plus d’information

http://www.stop-the-grind.com/accueil.html

L’agenda des Jardins de Cocagne 2015


Pour la quatrième année consécutive, les éditions Rue de l’Echiquier publient l’agenda des Jardins de Cocagne, contribuant ainsi à lutter contre l’exclusion et la précarité et à mettre en place une économie solidaire et responsable tout en respectant l’environnement. Le réseau Cocagne anime 120 jardins cultivés en agriculture biologique et fourni un panier bio chaque semaine à quelques 22 000 familles adhérentes.
L’agenda présente chaque semaine sur une double page dont la couleur écru évoque le passé. Tout nous ramène au temps de nos grands parents : couleurs, mise en page, illustrations, mais sur tut la belle qualité générale et l’épaisse et solide couverture qui protégera l’agenda dans son utilisation quotidienne.
A chaque semaine sa recette comme l’annonce le titre du cru 2015 : « 52 recettes pour réveiller nos souvenir gourmands ». Joli titre qui fonctionne à merveille. Des recette simples qui donnent envie de se mettre au fourneau aux côtés de nos grand-mères…
Quelques exemples : crêpes Suzette, bugnes, crumble rhubarbe fraise, pâtes de fruits, madeleines au miel, brioche maison pour les desserts ; poulet du dimanche frittes de céleri, endives au jambon, paillasson de pommes de terre au maïs frais, magrets de canard aux figues rôties en plat principal, mais aussi toutes sortes de soupes : soupe à l’oignon, soupe de pissenlits, cresson au bouillon de gingembre etc… Appétissant, non ?

Un bien bel agenda 2015 ! Les 12 € qu’il vous en coûtera seront bien investis et c’est avec plaisir que vous construirez et consulterez votre planning journalier et il ne fait aucun doute que nombre de recette vous régaleront, peut être même sans attendre l’année prochaine…


Editeur :Rue De L'echiquier
Date de parution: 21/08/2014
ISBN : 2917770651
EAN : 978-2917770658

vendredi 5 septembre 2014

Des éleveurs pas bio du tout

30 tonnes d'azote dans le hangar d'un éleveur de bovins en Loire Atlantique.
Pas bio du tout !!!%%



De l'azote pour quoi faire ?
Pour faire pousser l'herbe ou le maïs cultivé pour l'alimentation du bétail ?

mercredi 27 août 2014

Mes journées d’été Nouvelle Donne

Ce fut une belle expérience que de participer le week-end dernier aux premières journées d’été du tout jeune parti politique Nouvelle Donne. Je ne suis pas branché politique, mais reste dans l’idée qu’il est indispensable que nous élus mettent en place une politique adaptée à la préservation de notre terre et de notre présence sur celle-ci.

Nouvelle Donne s’est constitué il y a 9 mois. Attiré par la personnalité et les positions de plusieurs de ses fondateurs, j’ai lu attentivement les informations présentées sur le site du parti ainsi que le tract diffusé lors des élections européennes de mai dernier. Elections où Nouvelle Donne a obtenu un résultat plus qu’honorable pour son jeune âge.
Pierre Laroutourou participait à une table ronde lors du rassemblement des 5 et 6 juillet à Notre Dame des Landes. Sa prestation ajoutée aux positions affichées par Nouvelle Donne sur les sujets d’environnement et de société m’ont donné envie d’en savoir plus.
Bien que la plupart de nos expériences passées côtoyant ou impliquant des militants écologistes politiques n’aient que peu été satisfaisantes, mon épouse et moi nous sommes inscrits à l’université d’été qui se déroulait à Amiens du 22 eu 24 Aout.


Université Nouvelle Donne d'été dans un joli quartier d'Amiens

Certaines tables rondes et ateliers ont retenu notre attention.

Pour en finir avec la Vème république avec Isabelle Attard, Mona Bras, Claude Escarguel, Eric Favet, Jean-François Kahn et Jourdain Vaillant.
Isabelle Attard nous a exposé des cas vécus à l’Assemlée Nationale illustrant le rôle des lobbys et de l’Elysée qui contrarient, voire annulent l’action parlementaire. Eclairant et consternant. La députée Nouvelle Donne nous a bien montré sa détermination et son engagement.
Fidèle à lui-même, Jean-François Kahn appelait à faire la révolution, rien de moins. Quelle personnalité ! Quelle pertinence !
Membre du groupe « Campus » de Nouvelle Donne, Jourdain Vaillant m’a laissé à penser que même Nouvelle Donne a de jeunes loups en son sein… Son aisance verbale le traduit bien.

Lutte contre les paradis fiscaux avec Jean-Baptiste Courtelis, Susan George, Monique Pinson-Charlot et Lucie Watrinet.
Outre que le sujet est de première importance tant l’évasion et l’optimisation fiscales soustraient des sommes colossales qui pourraient servir à des fins sociales ou environnementales, cette table ronde fut l’occasion d’apprécier des personnalités aussi belles que fortes.
Monique Pinson-Charlot, philosophe très portée sur la lutte des classes dont elle nous aurait presque fait une overdose… Quelle connaissance de nos oligarques !
Lucie Watrinet ensuite. Impressionnante de clareté et de maitrise de son sujet, qualités qu’elle emploie au service du CCFD. Une jeune femme à qui l’avenir devrait sourire…
Susan George enfin. Quelle rencontre ! Chapeau bas à cette femme à l’expérience et au passé impressionnants.

Climat, comment gagner la course de vitesse avec Laure Noualhat, Geneviève Azam, Jean-Paul Chanteguet, Michel Genet, Gaël Giraud, Jean Jouzel et un représentant de CAP 21.

La journaliste Laure Noualhat a efficacement animé le débat qu’elle débuta par la présentation des participants et par un pic acéré (mais affectueux a-t-elle dit) à Corine Lepage qui a préféré ne pas honorer son engagement envers Nouvelle Donne pour participer à l’université d’été EELV qui a, semble-t-il changé son timing au dernier moment. Peu convainquant, son remplaceant (au pied levé) nous a parlé de la moribonde filière française des énergies renouvelables. Heureusement Jean-Jouzel était là. Bien connu des téléspectateurs intéressés par le problème du changement climatique nous a résumé les certitudes scientifiques du GIEC sur la responsabilité humaine du phénomène.

TAFTA/TTPI avec Susan George et Louise Ferry


Susan George

Louise Ferry
Une soixantaine d’années les sépare, la motivation et la conviction les unit. Susan George nous a expliqué la dangerosité du mécanisme de règlement des différends des entreprises (ISDS) et bien d’autres choses sur ce traité aux très secrètes négociations. Une bien belle prestation. Rendez-vous est pris pour la Journée européenne d’action contre le TAFTA.

Petit tour à la commission thématique « environnement ». Des brainstormings on permis de recueillir et synthétiser les idées des participants sur les buts, organisation, outils etc… de la future commission nationale . Une démarche indéniablement démocratique à ce stade. Resterait à voir ce qu’il en résultera de concret pour la suite de la constitution du mouvement… Des 2 jours passés à Amiens avec nouvelle Donne, le sentiment me reste de participants motivés dans leur recherche de quelque chose de nouveau et différent des partis et institutions établis. Nombre des idées et sujets présentés cadrent bien avec mes points de vue et sensibilité.

S’il garde le cap et son âme, Nouvelle Donne devrait amplifier le bon résultat obtenu aux européennes et avoir un beau succès. Saura-t-il éviter les nombreux écueils qui l’attendent ? Je lui souhaite mais ne saurais le dire…

Pour plus d’information

Visitez le site Nouvelle Donne


lundi 25 août 2014

Journée européenne d’action contre le TAFTA le 11 octobre 2014



ATTAC mobilise !

Appel à une journée d’action décentralisée contre le TAFTA, le CETA et le TiSA 1 et l’agenda des multinationales – 11 octobre 2014

Les associations, syndicats, organisations paysannes et militant-es de toute l’Europe appellent à une journée d’action pour stopper les négociations en cours du TAFTA, du CETA, du TiSA et autres accords de libre-échange, et à promouvoir des politiques commerciales alternatives qui fassent des droits des peuples, de la démocratie et de l’environnement une priorité.

Le TAFTA ou Grand Marché Transatlantique et le CETA sont les exemples les plus frappants de la façon dont les politiques commerciales et d’investissement sont négociées de manière non démocratique et dans le seul intérêt des grandes entreprises. Les négociations se mènent dans le plus grand secret, avec très peu d’informations livrées à l’examen public, alors que les lobbies y exercent une influence grandissante.

Si ces accords devaient aller de l’avant, les multinationales auraient le droit exclusif de poursuivre les gouvernements devant des panels internationaux d’arbitrage, indépendants des systèmes juridiques nationaux et européen. Ils permettraient de réduire les normes sanitaires et de sécurité via le marchandage d’une « harmonisation » transatlantique, et saperaient la capacité des gouvernements nationaux et locaux d’empêcher des pratiques dangereuses telles que la fracturation hydraulique 2 ou l’utilisation des OGM. Ils provoqueraient la braderie de services publics essentiels et conduiraient les travailleurs et les droits sociaux à une course au moins-disant. Ces politiques sont étroitement liées au démantèlement en cours des normes sociales et à la pression pour privatiser les services publics au nom de « l’austérité », des « politiques de crise » et de l’augmentation de la « compétitivité ».

La journée d’action rendra publiquement visible notre opposition dans les rues d’Europe. Nous mènerons ce débat sur la place publique, de laquelle la Commission européenne et les gouvernements européens tentent de nous tenir à l’écart. Et nous ferons la promotion de nos propositions pour des politiques économiques alternatives.

Nous sommes solidaires des citoyen-nes et des groupes qui à travers le monde partagent nos préoccupations pour l’environnement, la démocratie, les droits humains et sociaux. Le TAFTA, le CETA, le TiSA et les autres accords de libre-échange similaires seront arrêtés par l’énergie que les citoyen-nes d’Europe, du Canada et des États-Unis mobilisent pour faire entendre leurs voix.

Nous appelons les organisations, les individus et les collectifs divers à participer en organisant des actions autonomes et décentralisées à travers l’Europe. Nous nous félicitons de la diversité des stratégies et des actions de solidarité à travers le monde qui contribuent à informer, à engager et à mobiliser les populations localement.

Nous pouvons gagner cette bataille. Ensemble, renversons le pouvoir des multinationales !

Pour plus d’information et voir les premiers signataires

https://france.attac.org/agenda/article/journee-europeenne-d-action-contre

jeudi 21 août 2014

Hiroshima "Nous ne devrions plus jamais reproduire une si terrible erreur“

La bombe atomique a été larguée sur Hiroshima à 8h15 le matin du 6 août 1945.
Soixante neuf années se sont écoulées…


Photo: Xiquinho Silva. Creative Commons BY (cropped)

"Nous ne devrions plus jamais reproduire une si terrible erreur“

Une phrase qui devrait rester gravée dans nos mémoire et un bel article de Daisuke Miyachi, coordinateur action et mobilisation à Greenpeace Japon, à lire sur le site Greenpeace.

mardi 19 août 2014

A partir d’aujourd’hui, l’humanité vit à crédit


Paris, le 19 août 2014 – A partir d’aujourd’hui, la population mondiale a consommé l’intégralité des ressources à sa disposition pour toute l’année 2014. L’humanité a d’ores-et-déjà dépassé son quota en ressources naturelles pour l’année, soit un jour plus tôt qu’en 2013.

Le WWF tient à signaler qu’à partir d’aujourd’hui, nous sommes « dans le rouge » et que nous entrons en situation de déficit écologique, selon les données recensées par le Global Footprint Network, une organisation internationale de recherche environnementale.

Tous les ans, l’ONG Global Footprint Network calcule « le jour du dépassement » : la date à laquelle l’empreinte écologique de l’humanité dépasse la biocapacité de la planète à savoir sa capacité à reconstituer les ressources de la planète et à absorber les déchets, y compris le CO2. Cette date symbolise ainsi un budget disponible épuisé pour l’année.

Depuis 2000, ce dépassement ne cesse d’avancer, selon les calculs réalisés par le Global Footprint Network, passant du 1er octobre en 2000 au 19 août cette année.


Pour plus d’information

Visitez le site du WWF et celui du Global Footprint Network

mardi 12 août 2014

Autoroute A831, ils nous mènent en ...

Je vous ai déjà parlé de ce projet autoroutier A831, ici, la, et encore .


Alors qu'il était ministre de l'environnement, Jean-Louis Borloo avait confié à la LPO le soin de réaliser une étude de préservation de la biodiversité pour cet autoroute en partie située dans une zone de marais. L'association n'avait pas voulu se soustraire à cette demande qui n'entrait dans aucune procédure légale obligatoire.
Le ministère de l'Écologie avait informé que conclusions du rapport entraînaient un surcoût de 130 millions d'euros pour le projet autoroutier et que l'État ne mettrait pas un centime de plus dans l'affaire.

Ségolène Royal avait annoncé samedi 26 juillet qu'elle ne lancerait pas la procédure d'appel d'offres de cet ouvrage. « On ne va pas refaire Notre-Dame-des-Landes dans le Marais poitevin », avait-elle affirmé.
Sous certaines « réserves », qu'il énumère, Manuel Valls déclare que « le gouvernement n'a pas d'objection à ce que la procédure de consultation soit lancée afin de connaître le coût de cet ouvrage ». Sa position fait l'objet d'une lettre rendue publique par des élus qui l'avaient saisi pour protester contre l'opposition de Mme Royal.
La décision de M. Valls est « une excellente nouvelle dont nous nous réjouissons », soulignent dans un communiqué commun Hugues Fourage, le député Dominique Bussereau (UMP, Charente-Maritime, président du conseil général de la Charente-Maritime), le président (PS) de la région Pays de la Loire, Jacques Auxiette, et celui du conseil général de la Vendée, le sénateur UMP Bruno Retailleau.

Les clowns qui prétendent diriger notre pays pensent-ils que l'on va vraiment croire à leur mascarade ?

BTP, plus fort que la biodiversité !

Source : le Monde

Pour agir

Participez à la cyberaction : Non à l'autoroute A831

- page 1 de 106