centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 17 novembre 2017

Green Friday - 100% naturel - Dire stop à la télévision -

Green_Friday.png
Je vous propose aujourd'hui de remettre votre télévision dans son carton. Chez nous cela fait un an que nous avons dis stop à l'écran et nous en tirons de nombreux bénéfices et nous évitons bons nombres d'inconvénients.

Pourquoi:

La télévision fait partie des appareils nuisible à notre santé:
Elle dégage des ondes électromagnétiques et nous absorbons toxines et radiations a chaque fois que nous l'utilisons

La télévision fait partie des appareils nuisibles à notre intelligence :
Chute de la créativité, de la communication. Les programmes sont de moins en moins intéressants. Les informations sont déprimantes et le matraquage publicitaire indécent. Dire stop à l'écran c'est en finir avec la manipulation mentale des médias. Vos enfants vous remercierons (peut être pas de suite je vous l'accorde... )

La télévision fait partie des appareil nuisible a notre porte monnaie:
Dire non c'est un gain pour nos finances. Pas d'abonnement et baisse de la consommation électrique.

Les alternatives

  • les sorties dans la nature
  • le théatre
  • le ciné
  • faire du sport
  • jardiner
  • les jeux de société
  • la lecture (oui les livres existent encore et ils n'attendent que vous pour vous faire rêver)
  • dessiner
  • écrire

Vous allez me dire mais pour les enfants, comment je fais?? Je vous répondrais c'est justement pour eux qu'il faut le faire! Chez moi le choc à duré 15 jours et ils se sont fait à l'idée. Nous allons souvent au ciné, nous sortons beaucoup et ils jouent tous les 2 et sont devenus très créatifs. Mon aîné dyslexique lis même des BD avec plaisir. C'est que du bonheur. Je vous invite vraiment à y réfléchir ou carrément sauter le pas vous ne serez pas déçu.

mercredi 15 novembre 2017

Propositions de mesures pour préserver notre planète

Pour faire écho à l'article de Gilles, je souhaiterai mettre en avant des propositions pour faire avancer les choses à notre niveau.
Car oui je suis une éternelle optimiste et je crois aux initiatives citoyennes. je crois qu'individuellement nous pouvons faire changer les choses.

Je crois que le bas de la société un jour pourras faire changer le haut de la société.

Voici donc mes propositions:

-Devenir un citoyen responsable face à son caddie de courses (privilégiez les circuits courts, la qualité à la quantité, dire non! je n'ai plus envie de manger de la M**** je veux
savoir ce qu'il y a dans mon assiette)
-réduire le gaspillage alimentaire
-réduire sa consommation de viande
-Sensibiliser ses enfants, à la nature, le respect de la biodiversité, le tri sélectif etc...Ce sont les citoyens de demain, faisons en sorte qu'ils s'en tire mieux que nous
-Réfléchir à une transition personnelle au zéro déchet
-Adopter une démarche permaculturelle
-Arrêter la médicamentation pour rien et dire non au lobby pharmaceutique qui détruit plus qu'il ne soigne. Il existe de nombreuses alternatives efficaces pour certaines
problématiques et qui permettent de réduire la consommation de médicaments.

Voilà mes propositions. Elles ouvrent le questionnement je trouve. ça me tente bien de vous proposer un petit rendez vous régulier qui proposerai à chaque fois une action
dans l'esprit des propositions ci -dessus. Pour changer le monde à notre niveau.

Le Green Friday. Chaque semaine le vendredi sur 100% naturel, une réflexion, une action ou une astuce verte et engagée qui fait du bien à notre monde.

mardi 14 novembre 2017

Urgence climatique : on entre dans le dur !

Alors que 15 000 scientifiques lancent un cri d'alarme pour sauver la planète du péril climatique :


Alors que Macron se rendra à la conférence annuelle de l'ONU sur le climat (COP23), mercredi 15 novembre à Bonn, ATTAC, de son côté publie un dossier très pertinent : Urgence climatique : on entre dans le dur !


Peut-on vraiment espérer qu'un jour les états soient poursuivis pour crime climatique ?
Peut-on espérer que l'oligarchie abandonne sa ligne de conduite climaticide, capitaliste, productiviste ?
J'aimerais y croire...


Guignols climaticides, liberticides...

lundi 13 novembre 2017

L'aveugle

Sans_titre__4_.png

C'est l'histoire d'un homme qui n 'écoute plus, totalement déconnecté de son milieu, il avance chaque jour en aveugle.
Il se sent fort et puissant, car il à maîtriser tant de choses.

"J'ai conquis le ciel, les océans, l'espace. J'ai maîtrisé les éléments. J'ai érigé et construits tant de monuments, de routes, de palais. J'ai parqué les animaux, comme les autres
hommes.

Je suis un guerrier. Je me bat au nom de ma religion ou de mes convictions.

J'ai découvert tant de nouveaux mondes, J'ai asservi leur habitants, leurs richesses sont devenues les miennes.

J'étais chasseur cueilleur , je suis devenu financier.

J'ai fais tant de choses...Mais j'erre de jour en jour à la recherche de ma vie. J'ai perdu le contrôle.

Je pense tout savoir, mais je ne sais rien.

Je ne sais plus qui je suis. Je ne sais plus d'où je viens. Je sais pas ou je dois aller.

J'ai oublié le nom de mon père."

L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins

Ce samedi 11 Novembre le salon Marjolaine organisait une projection du film « L’aluminium, les vaccins et les 2 lapins ».


Cet excellent documentaire de Marie-Ange POYET expose la situation dramatique des malades souffrant de Myofasciite à Macrophages.
Maladie fortement invalidante, la Myofasciite à Macrophages se déclare chez certaines personnes qui ont reçu une injection de vaccin contenant de l'aluminium comme adjuvant.
Ce lien de cause à effet est scientifiquement établi par le Pr Romain GHERARDI, chef du service de pathologies neuromusculaires à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil qui participait à une séance de questions/réponses à l'issue de la projection.
Didier LAMBERT, président de l’association « Entraide aux Malades de la Myofasciite à Macrophages » (E3M) participait aussi au débat.


L'aluminium contenu dans les vaccins est toxique. Il provoque des maladies graves. ce film donne pour la première fois la parole aux victimes, à des scientifiques, des journalistes, des politiques et une historienne.

Le sujet est édifiant. Les vaccins sont testés sans que leur(s) adjuvant(s) soi(en)t pris en compte.
L'impact de l'aluminium comme adjuvant n'a pas été étudié. C'est aberrant !
Certains vaccins existaient sans adjuvant ou avec un adjuvant autre que l'aluminiums. Les laboratoires les ont remplacés par des vaccins avec sels d'aluminium dans le but d'augmenter leurs profits.
Faire de l'argent au détriment de notre santé, voila la ligne de conduite de ces laboratoires !

Alors que la France est en passe d'imposer l'injection de 11 vaccins à nos enfants, il est important de savoir que les combinaisons de plusieurs vaccins ne sont pas évaluées !

Dès lors, il est primordial que nous demandions :

  • des études sérieuses (notamment épidémiologiques) sur l'utilisation de aluminium comme adjuvant,
  • l'interdiction de l'aluminium dans les vaccins au titre du principe de précaution,
  • la liberté vaccinale. Il est inadmissible d'imposer 11 vaccins.

Pour voir le film en streaming (3 €) : https://vimeo.com/ondemand/vaccinssansaluminium


Pour plus d’information

Le site du film : https://www.vaccinssansaluminium.org/
Site de l'association E3M : http://www.asso-e3m.fr
Lisez les articles du journal Le Parisien :

Pour agir

Manifestons le 25 Novembre 2017 à 14h aux Invalides


dimanche 12 novembre 2017

Stop à l'huile de palme dans nos carburants !


Toutes les 30 secondes, c'est l'équivalent d'un terrain de football de forêt tropicale qui disparaît en Indonésie. La cause principale : l'huile de palme. Le débouché : les agrocarburants pour faire le plein dans nos voitures.

NOUS AVONS UNE OPPORTUNITÉ UNIQUE DE METTRE FIN À CE SCANDALE !

Dans les mois qui viennent, l'Europe doit trancher sur le sort de l'huile de palme comme " biocarburant ". Et la voix de la France pourrait être décisive.
Pour peser, vous pouvez signer la pétition lancée par l'organisation "Les amis de la terre".


Partout en France, de Dijon à Martigues en passant par la Savoie et le Val de Bièvre, les stations-services des principales grandes surfaces ont été investies par plus d'une centaine d'activistes et de citoyen-ne-s. À Angers, l'un des directeurs s'est même engagé par écrit à vouloir cesser de vendre de l'huile de palme.

LA PRESSION MONTE SUR LES DISTRIBUTEURS DE CARBURANTS

Plus nous serons nombreux à dire stop à l'huile de palme dans nos carburants, plus nous rendrons visible ce scandale, plus nous aurons de chance que le gouvernement écoute les citoyen-ne-s plutôt que les lobbies.

Bien évidemment l'autre moyen d'agir est ne ne pas consommer de super 95-E10 qui contient de l'éthanol.

Pour plus d’information

Lisez le rapport des Amis de la terre : http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/dossier_de_presse_palme_web.pdf

mercredi 8 novembre 2017

Cuivre, cobalt, zinc, mine d'or pour Glencore, désastre pour la planète

Si vous ne l'avez pas regardé, je vous engage à voir le replay de l'émission Cash investigation qui a été diffusée ce mardi 7 novembre : « Paradise Papers » : au cœur d'un scandale mondial.
Etre autres sujets intéressants, celui sur la société Glencore, spécialisée dans l'exploitation minière mérite l'attention.
La société surfe sur les nouvelles technologies, la voiture électrique en investissant notamment sur les mines de cuivre et de cobalt les plus productives de la planète.
Les images sont édifiantes tant les mines sont gigantesques.


Outre le scandaleux aspect financier, les impacts écologiques sont énormes. Incalculables. Inacceptables
Si le reportage a avant tout vocation à dénoncer l'aspect économique, au passage bien que rapidement traité, l'aspect écologique interpelle.

Pour plus d’information

Replay dispo 30J sur le site internet France 2 : https://www.france.tv/france-2/cash...

mardi 7 novembre 2017

Zéro déchet sur la plage, on en est loin !

Que ce soit sur les plages de l’Île d'Oléron ou du sud Vendée, il y a fort à faire pour atteindre le zéro déchet.
C'est même actuellement impossible tant l'océan recèle de plastique !
Je site ces endroits car je les connais. Je sais bien que c'est partout pareil.
Jamais mon épouse et moi ne nous baladons sur une plage sans nous pencher encore et encore pour ramasser petits ou gros morceaux de plastique.
La plus grande partie de ces déchets, ici, provient des activités de pêche et d'élevage des moules et des huîtres.

Que l'on ne s'y trompe pas, notre motivation principale n'est pas en faveur des humains mais des oiseaux et des animaux marins.

Les oiseaux ingèrent le plastique en grande quantité. Ils en meurent.



Ou bien ils se prennent dans les filets de pêche !


C'est sans fin, que l'on ait un sac petit ou grand, il sera rempli.

Une fois le plein réalisé, le sac et le cœur lourds, il nous tarde de déposer l'immonde chargement dans une poubelle.
Mais là c'est une autre histoire. A Oléron, sur la plage de Grandvillage, seule l'entrée principale est équipée de grands bacs. Pas un seul sac poubelle sur toute la longueur de cette longue plage.
Il nous faut donc revenir à la case départ pour nous libérer de l'immonde récolte.

En sud Vendée, la ville de la Faute sur mer, elle, a installé des bacs spécialisés pour recevoir les déchets de la plage. On en trouve à chaque accès. Bravo !


Ces collecteurs de déchets, outre qu'ils nous permettent de nous décharger de ce lourd fardeau, au propre (pardon, au sale !) comme au figuré, nous rassurent aussi un peu en constatant que d'autres que nous aussi ramassent les déchets venant de l'océan. J'insiste, c'est une activité sans fin. Si nous revenons le lendemain nous en retrouvons.Nous faisons donc notre part de colibri. Mais comme nous aimerions nous sentir moins seuls...

Les clés de l'alimentation anti-cancer


Auteurs : Sophie Bartczak - Jean-Christophe CHARRIE - Maryse Groussard
Editeur : Terre vivante
Collection : Conseils d'expert
ISBN : 978-2-36098-257-8

Il y a six ans, Maryse apprenait la présence de cellules cancéreuses nécessitant l'ablation d'un sein. Ayant auparavant failli mourir sur la table d'opération à deux reprise, étant allergique aux produits anesthésiants, elle refuse l'opération. Les médecins lui prédisent alors une espérance de vie de seulement quelques mois, jusqu'à Noël…
Le médecin de Maryse, le docteur Jean-Christophe Charrié accepte de l'accompagner dans sa lutte contre le cancer. Il a derrière lui 20 ans de pratique médicale généraliste et pratique l'endobiogénie, une nouvelle technique riche de succès thérapeutiques.
Maryse entame alors un long traitement à base de plantes et surtout un régime alimentaire anti-cancer.
Ce régime strict banni certains aliments que nous consommons couramment. Sa mise en pratique n'est pas chose facile. Maryse change progressivement ses habitudes alimentaires et concocte ses propres recettes. Elle nous en présente 175 qui respectent les indications de son médecin.

Ce livre est issu d'une belle collaboration entre Maryse, son médecin le docteur Charrié et Sophie Bartczak, journaliste spécialisée en santé. Le docteur Jean-Christophe Charrié nous y expose tout d'abord les principes de l'alimentation anti-cancer. Anti-cancer mais pas seulement. En effet un des objectifs de ce régime étant d'éviter et de réduire les états inflammatoires, il bénéficie aussi aux patients atteints de maladies inflammatoires invalidantes comme les maladies auto-immunes, les pathologies rhumatismales, la maladie l'Alzheimer, la sclérose en plaques etc…
Le régime proposé a notamment pour but d'affamer les cellules cancéreuses, de protéger le pancréas en évitant les états inflammatoires et d'éviter la stimulation hormonale. Pour ce faire certains aliments sont interdits : sucres, laitages, viande d'animaux à quatre pattes tandis que d'autres aliments sont conseillés tels les légumes. Le docteur Charrié nous explique les raisons médicales de ce régime et nous montre comment certains aliments (ceux qui sont interdits) favorisent la maladie.

Au-delà de proscrire et de conseiller certains aliments, le médecin nous livre nombre de conseils pour choisir des aliments de qualité. Bio bien sûr mais aussi sur la manière dont ils ont été produits. Pour la farine par exemple, privilégier l'épeautre et bien les variétés anciennes de blé. Préférer les farines moulues sur meule de pierre.
Maryse quant à elle nous fait partager des truc et astuces pour changer notre régime alimentaire, faire ses courses, choisir ses produits et surtout les cuisiner. Les deux tiers de cet ouvrage de 300 pages forment un bien beau livre de cuisine. Des recettes pour la plupart faciles à exécuter. Quelques-unes sont indiquées comme étant d'un niveau de difficulté moyen ou élevé. Les belles et abondantes photographies qui embellissent des pages ouvrent l'appétit ! Les images côtoient de nombreux petits encarts offrant de précieuses informations sur certains ingrédients des recettes et des conseils pour bien les choisir. Les plantes ont un rôle primordial dans l'endobiogénie. Une liste exhaustive figure en annexe du livre où le docteur Charrié indique pour chacune si elle est autorisée ou interdite dans un régime anti-cancer. Il nous offre aussi quelques recettes de tisanes aux vertus thérapeutiques.

Maryse ne devrait pas passer Noël 2011. Elle a pourtant vu six Noël depuis que des cellules cancéreuses lui ont été découvertes. La pratique médicale et alimentaire qu'elle a choisie est un succès pour Maryse. Le docteur Charrié explique qu'il accompagne ainsi ses patients de manière individualisée. Evidemment l'ouvrage que tous deux nous présentent se cantonne à des indications générales qui feront déjà beaucoup aux personnes atteintes de ces graves maladies.
Je trouve quant à moi que de très nombreux conseils seront bénéfiques aux personnes en bonne santé et évidemment aussi aux malades qui s'ignorent… Et les savoureuses recettes de Maryse régaleront chacun d'entre nous !
Comme à son habitude, Terre vivante a su réussir un beau livre agréable à lire et à regarder. Et ce n'est pas si évident sur un sujet qui touche si gravement tant d'entre nous.

Pour plus d’information

Consultez le sommaire
Feuilletez quelques pages

dimanche 5 novembre 2017

Zéro déchet....Dans la salle de bain

Bonjour à tous,

Je suis très heureuse d’écrire cet article pour le blog de Gilles. Ce sera « La touche de féminité ». Je me suis dit qu'il serait à propos de parler de la salle bain et de ses déchets. Quand on connait la quantité de déchet qu’une femme produit avec ses petits désagréments mensuels (environ 240 tampons par an et par femmes) cela vaut le coup de se pencher sur la question. La salle de bain est bel et bien un gouffre à déchets, Nous avons tous vu la photo de Justin Hofman, ce petit hippocampe tenant dans sa queue un coton tige, nous rappelant à quel point l'être humain est un dangereux pollueur. Nos brosses à dents, 3 à 4 brosses à dents par personnes et par an et je ne parle pas des cotons démaquillants, non... je n'en parle pas....

Que trouve t on dans une salle de bain ?
Gel douche, shampoing, cotons tiges, protections hygiéniques (tampons, serviettes), cotons démaquillants, rasoirs, papier toilette……..la poubelle déborde !!

Il y a pourtant des alternatives zéro déchets à la plupart de ces produits.

Je vous ai préparé un tableau (PDF ci-dessous) avec mes propositions d'alternatives et des liens vers les sites ou vous pourrez trouver les produits proposés : A vous de choisir, de tester et de vous approprier d’autres manières de vivre, plus bio, plus respectueuse de notre environnement et zéro déchets.

alternatives_salle_de_bain.pdf

La liste n’est pas exhaustive.Selon vos besoins, il y a d’autres produits que vous utilisez certainement et pour lesquels une alternative zéro déchet existe. Il est vrai que je ne suis pas une grande consommatrice de crème pour le visage et pour le corps, je ne me suis donc pas vraiment penchée sur la question. N’hésitez pas à me faire part de vos trouvailles et de vos recettes cosmétiques.

samedi 4 novembre 2017

Géostorm, on ne peut pas tout controler


Nous sommes quelques années dans le futur, les Etats-Unis ont traité le problème climatique par la technologie. Une station spatiale pilote un gigantesque réseau de satellites qui régulent le climat mondial. Et comme les américains, concepteurs du système sont humanistes, ils associent la communauté internationale à son fonctionnement et ils vont lui en confier la responsabilité du commandement. Tout va bien pour les sauveurs de la planète jusqu'au jour où la machine se détraque et provoque une catastrophe climatique en chaîne. Jake Lawson, le papa du joujou technologique, fâché avec son jeune frère qui avait pris du galon dans le commandement du système avait tout lâché mais se laisse convaincre par son frère de reprendre du service et de retourner dans la station spatiale pour identifier et résoudre le dysfonctionnement qui menace de provoquer un géostorm, gigantesque tempête mondiale.

Mais voilà, il ne s'agit pas d'un incident technique mais d'une manœuvre délibérée qui doit faire tomber le président des USA, rien que ça. Ce même président est la clé qui seule peut désactiver le système. Qu'à cela ne tiennent, le frère de Jake et sa copine, bien placée dans la garde du président embarquent ce dernier pour le convaincre de sauver le monde en désactivant le bazar. Pendant ce temps le frangin, cador de la technologie spatiale, se démène là-haut dans la station spatiale pour faire évacuer tout le monde et rester seul afin de relancer le machin une fois qu'il aura été désactivé.

En bas, sur la Terre les catastrophes climatiques s’enchaînent et le décompte avant la géotempête s'égrène inexorablement. Là-haut ça pète et fracasse dans tous les coins. Le président désactive, Jake réactive, nous on n'y comprend rien mais c'est pas nous les cadors de la techno spatiale alors c'est normal. Jake Lawson et la responsable de la station qui était restée en douce pour lui prêter main forte utilisent un satellite comme canot de sauvetage et arrivent à s'extraire de la big cata dans la station transformée en un vrai feu d'artifice spatial. Revenus sur terre notre héro se raccommode avec son frère, il retrouve sa mimi petite fille qui se rongeait d'inquiétude pour son Papa sauveur du monde.

Bon voilà, les catastrophes climatiques se sont arrêtées, le géostorm n'a pas eu lieu, le président l'est resté et bien sûr. Jake Lawson et ses compatriotes ont reconstruit la station et son réseau de satellites pour à nouveau sauver la planète de la catastrophe climatique. Et comme les américains sont humanistes ils vont en confier le commandement à la communauté internationale.

Et le spectateur dans tout ça ? Au mieux il aura passé un bon moment emporté par ce film d'action à effets spéciaux en 3D et son Dolby Atmos. Peut-être y aura-t-il pris plaisir. Au pire il se dira que la réponse au changement climatique passera peut-être par encore plus de technologie qui dispensera de changer le mode de fonctionnement de la société mondialisée. Dans tous les cas il aura été dispensé de penser pendant 109 minutes.
On ne peut pas tout contrôler, sommes toutes le titre, lui, n'est pas mal...
Désolant.

dimanche 15 octobre 2017

Exigeons un référendum sur le CETA !

Le CETA, traité de commerce et d’investissement entre le Canada et l’Union Européenne, « conçu à l’écart du processus démocratique » selon Emmanuel Macron, présente des risques importants pour de nombreux aspects de nos vies. Il est entré en application provisoire le 21 septembre dernier, mais il n’est pas trop tard pour le stopper car il n’a pas encore été voté en France.

Exigeons à nos parlementaires (député.e.s et sénateur.trice.s) d’agir pour la convocation d’un référendum sur le CETA pour permettre à toutes et tous de s’emparer du débat !





dimanche 1 octobre 2017

Permaculture, créer un mode de vie durable


Gildas Véret
Rustica éditions
ISBN : 978-2-8153-1044-4

Faire ressortir les forces de l'approche permaculturelle pour les faire connaître largement. Présenter les concepts et outils (de la permaculture) et les présenter de manière synthétique et accessible à tous les lecteurs. Dans son avertissement au début de ce petit livre, l'auteur annonce son objectif et indique que l'ouvrage ne saurait approcher le niveau de précision et de détail des cours de permaculture ou des divers "manuels" traitant le sujet.

Expliquant tout d'abord ce qu'est la permaculture, méthode permettant de concevoir et de mettre en place des systèmes résilients et durables, répondant aux besoins des humains, en imitant les stratégies de la nature, Gildas Véret décrit la permaculture et la qualifie d'humanisme du XXI siècle.
Dans la première partie "théorique", quelques pages m'ont semblé relativement claires. Ce sont celles qui expliquent la permaculture en tant que méthode de conception. Une clarté toute relative, la description étant volontairement très générique, la méthode étant sensée s'appliquer à de nombreux domaines. Ethique, responsabilité, création de rapports harmonieux, nouvel axe de civilisation, philosophie de vie, la permaculture est présentée comme capable d'aider l'humanité à se développer durablement. L'auteur peine à me convaincre avec ces pages qui volent trop haut à mon goût. Serais-je trop pragmatique ? Je décide donc de suivre la proposition de lire en parallèle les deux parties de l'ouvrage, la première dont je viens de parler, très, voire trop théorique et la seconde qui se veut pratique et devrait nous aider à nous lancer en permaculture.

En fait, la seconde partie du livre est essentiellement une présentation des grands principes de la permaculture.
Tout d'abord ceux de Bill Mollison: chaque élément du système doit remplir plusieurs fonctions, chaque fonction doit être remplie par plusieurs éléments, la diversité est la base de la résilience.
Ensuite et surtout viennent les 12 principes de David Holmgren. Gildas Véret nous invite à examiner notre projet sous l'angle de chacun de ces 12 principes. En voici les titres : observer et interagir, capter et stocker l'énergie, obtenir une production, rechercher l'autorégulation et accepter les rétroactions, utiliser et valoriser les ressources renouvelables, ne produire aucun déchet, concevoir, des grandes structures aux détails, intégrer au lieu de séparer, utiliser des solutions petites et lentes, utiliser les bordures et valoriser la marge, répondre au changement de manière créative.
Au global seules 2 pages se révèlent assez concrètes pour nous guider à engager une démarche de projet permaculturel. C'est peu et cela se résume en une check-list en huit points qui, en une demi-page indique le déroulement de la méthode "OBREDIM".

Déçu, je reviens à la première partie dont le troisième chapitre présente les enjeux de la permaculture. Santé, pic pétrolier, climat, terres cultivables, finance, biodiversité, effondrement systémique. L'auteur dresse le tableau d'un monde dont les conditions se dégradent et dont le destin s'annonce bien sombre. La fin du monde tel que nous le connaissons. Prudent, Gildas Véret n'affirme pas que le pire av arriver. Il nous présente cependant un petit exercice de catastrophe fiction digne des plus terribles films d'anticipation. Face à ces possibles futurs monstrueux il nous engage à nous questionner sur les moyens d'éviter qu'ils n'adviennent et, le cas échéant, aux possibilités de limiter la gravité de l'effondrement et de maintenir les fondamentaux de la civilisation humaine.
Après les légitimes raisons d'angoisser, les bonnes nouvelles seraient les multiples exemples d'actions positives qui existent de par le monde et le fait que la permaculture est une stratégie d'action adaptée au contexte d'incertitude mondiale. Très intéressant, le paragraphe consacré au bilan carbone personnel. Afin de ramener les émissions carbone d'origine humaine au niveau de ce que les océans et forets sont capables d'absorber, pour un français il faudrait diviser par quatre les émissions carbonées. Quelques exemples chiffrés montrent qu'il nous faut réduire drastiquement notre train de vie carboné. De quoi réfléchir et agir…

La fin de la partie théorique de l'ouvrage se montre ainsi plutôt intéressante et éclairante. Finissons la lecture par le second et dernier chapitre de la seconde partie, celle consacrée à la pratique et nommée "A vous de jouer".
Déception, encore. Je n'accroche pas. L'écriture est trop "pompeuse" à mon goût et le propos traité de manière trop brève et superficielle. L'auteur avait prévenu pourra-t-on me répondre…
Un petit exercice de résilience fiction termine le livre. Il nous dépeint un monde post-effondrement qui se réorganise pour faire face à l'épuisement des ressources et aux guerres qu'il a entrainé, à une crise monétaire qui pousse en avant les monnaies complémentaires.

Par où commencer ? interroge la conclusion. Personnellement je n'y ai pas trouvé la réponse. Tout du moins aucune qui me convienne. Une fois le livre refermé, je me dit qu'il a le mérite de m'avoir fait comprendre que la permaculture est bien plus qu'une méthode agricole et qu'elle vise à créer des systèmes durables. Je ne suis pas sûr que Gildas Véret suscitera de très nombreux lecteurs à aller plus loin par l'acquisition d'un véritable manuel de permaculture ou par l'inscription à une formation.

dimanche 10 septembre 2017

Rassemblement pour une liberté vaccinale


Nous étions plusieurs centaines de personnes rassemblées près du ministère de la santé ce samedi 9 septembre pour demander la liberté de choix quand aux vaccinations.
De nombreux parents ont témoigné du drame qu'ils vivent après avoir fait vacciner leur enfant. Des interventions poignantes.




jeudi 31 août 2017

Yves Cochet annonce l'effondrement imminent


La dernière fois que j'ai vu Yves Cochet en conférence au salon Marjolaine, il nous faisait part de sa conviction que l'avenir de l'humanité est bien sombre, fait d'épidémies, de famines et de guerres, sur fond d'épuisement des ressources matérielles et énergétiques.

Le journal Libération a récemment publié (ici) un texte de l'ancien parlementaire écologiste (Les Verts).
L'ancien ministre de l'environnement y dresse un tableau bien noir. Pour lui l'effondrement est imminent, "possible dès 2020, probable en 2025, certain vers 2030", selon lui "la période 2020-2050 sera la plus bouleversante qu'aura connu l'humanité en si peu de temps." Cochet affirme que seul un crash mondial, l'effondrement, permettra à la moitié survivante de l'humanité de sortir de la croyance générale dans le libéral-productivisme.

L'évidence est que peu d'oreilles sont et seront attentives à cette alerte. Dans les années 70, l'équipe Meadows envisageait déjà ce scénario, le pire de tous, qu'il était relativement aisé d'éviter à l'époque. La dernière actualisation de l'étude initialement réalisée pour le Club de Rome montrait qu'il était encore possible de réduire l'ampleur de la secousse mondiale à venir. Yves Cochet présente un scénario digne des pires films d'anticipation montrant un monde de chaos.

Je reproduis ci-après le texte de l'article de Libération.

De la fin d’un monde à la renaissance en 2050
Par Yves Cochet, Ancien ministre de l'environnement, président de l'institut Momentum — 23 août 2017 à 17:06

Il y a trente-trois ans naissaient Les Verts, première organisation unifiée de l’écologie politique en France. Jusqu’à aujourd’hui, les représentants de ce parti, puis ceux de son successeur EE-LV, ont rempli presque tous les types de mandats aux fonctions électives des institutions républicaines. Pour rien, à peu de choses près. Sous l’angle écologique de l’état géo-bio-physique de la France - de l’Europe et du monde - avouons que l’état de santé de ces territoires ne cesse de se dégrader par rapport à celui de 1984, comme le montrent à l’envie les rapports successifs du Giec, du PNUE, du Programme géosphère-biosphère et autres publications internationales alarmistes les plus récentes. Sous l’angle social et démocratique, le constat est du même ordre : creusement des inégalités, accroissement de la xénophobie, raidissement des régimes politiques. Initialement munis d’une immense générosité intellectuelle et porteurs de la seule alternative nouvelle à la vieille gauche et à la vieille droite, les écologistes politiques ont aujourd’hui presque tout perdu, même leurs sièges. Ils apparaissent périmés, faute d’être présents au réel. Celui-ci a beaucoup changé depuis trente-trois ans, particulièrement par le passage du point de bascule vers un effondrement global, systémique, inévitable. Jadis, inspirés par le rapport Meadows ou les écrits de Bernard Charbonneau, René Dumont et André Gorz, nous connaissions déjà les principales causes de la dégradation de la vie sur Terre et aurions pu, dès cette époque et à l’échelle internationale, réorienter les politiques publiques vers la soutenabilité. Aujourd’hui, il est trop tard, l’effondrement est imminent.

Bien que la prudence politique invite à rester dans le flou, et que la mode intellectuelle soit celle de l’incertitude quant à l’avenir, j’estime au contraire que les trente-trois prochaines années sur Terre sont déjà écrites, grosso modo, et que l’honnêteté est de risquer un calendrier approximatif. La période 2020-2050 sera la plus bouleversante qu’aura jamais vécue l’humanité en si peu de temps. A quelques années près, elle se composera de trois étapes successives : la fin du monde tel que nous le connaissons (2020-2030), l’intervalle de survie (2030-2040), le début d’une renaissance (2040-2050).

L’effondrement de la première étape est possible dès 2020, probable en 2025, certain vers 2030. Une telle affirmation s’appuie sur de nombreuses publications scientifiques que l’on peut réunir sous la bannière de l’Anthropocène, compris au sens d’une rupture au sein du système-Terre, caractérisée par le dépassement irrépressible et irréversible de certains seuils géo-bio-physiques globaux. Ces ruptures sont désormais imparables, le système-Terre se comportant comme un automate qu’aucune force humaine ne peut contrôler. La croyance générale dans le libéral-productivisme renforce ce pronostic. La prégnance anthropique de cette croyance est si invasive qu’aucun assemblage alternatif de croyances ne parviendra à la remplacer, sauf après l’événement exceptionnel que sera l’effondrement mondial dû au triple crunch énergétique, climatique, alimentaire. La décroissance est notre destin. La seconde étape, dans les prochaines années 30, sera la plus pénible au vu de l’abaissement brusque de la population mondiale (épidémies, famines, guerres), de la déplétion des ressources énergétiques et alimentaires, de la perte des infrastructures (y aura-t-il de l’électricité en Ile-de-France en 2035 ?) et de la faillite des gouvernements. Ce sera une période de survie précaire et malheureuse de l’humanité, au cours de laquelle le principal des ressources nécessaires proviendra de certains restes de la civilisation thermo-industrielle, un peu de la même façon que, après 1348 en Europe et pendant des décennies, les survivants de la peste noire purent bénéficier, si l’on peut dire, des ressources non consommées par la moitié de la population qui mourut en cinq ans. Nous omettrons les descriptions atroces des rapports humains violents consécutifs à la cessation de tout service public et de toute autorité politique, partout dans le monde. Certains groupes de personnes auront eu la possibilité de s’établir près d’une source d’eau et de stocker quelques conserves alimentaires et médicamenteuses pour le moyen terme, en attendant de réapprendre les savoir-faire élémentaires de reconstruction d’une civilisation authentiquement humaine. Sans doute peut-on espérer que s’ensuive, autour des années 50 de ce siècle, une troisième étape de renaissance au cours de laquelle les groupes humains les plus résilients, désormais privés des reliques matérielles du passé, retrouvent tout à la fois les techniques initiales propres à la sustentation de la vie et de nouvelles formes de gouvernance interne et de politique extérieure susceptibles de garantir une assez longue stabilité structurelle, indispensable à tout processus de civilisation.

Ce type de sentences aussi brèves qu’un slogan peuvent entraîner une sensation de malaise chez le lecteur qui viendrait à se demander si la présente tribune n’est pas l’œuvre d’un psychopathe extrémiste qui se vautre dans la noirceur et le désespoir. Au contraire, débarrassés d’enjeux de pouvoir et de recherche d’effets, nous ne cessons d’agir pour tenter d’éviter la catastrophe et nous nous estimons trop rationnels pour être fascinés par la perspective de l’effondrement. Nous ne sommes pas pessimistes ou dépressifs, nous examinons les choses le plus froidement possible, nous croyons toujours à la politique. Les extrémistes qui s’ignorent se trouvent plutôt du côté de la pensée dominante - de la religion dominante - basée sur la croyance que l’innovation technologique et un retour de la croissance résoudront les problèmes actuels. Si notre prospective est la plus rationnelle et la plus probable, reste à en convaincre les militants d’EE-LV, les Français et tous nos frères et sœurs en humanité. La dissonance cognitive de nos sociétés empêche que ceci soit possible en temps voulu. Cependant, les orientations politiques déduites de cette analyse deviennent relativement faciles à décrire : minimiser les souffrances et le nombre de morts pendant les décennies à venir en proposant dès aujourd’hui un projet de décroissance rapide de l’empreinte écologique des pays riches, genre biorégionalisme basse-tech, pour la moitié survivante de l’humanité dans les années 40. Autrement dit, profiter de la disponibilité terminale des énergies puissantes et des métaux d’aujourd’hui pour forger les quelques outils, ustensiles et engins simples de demain (les années 30), avant que ces énergies et ces métaux ne soient plus accessibles. Sans surprise, hélas, notre perspective générale ne semble pas encore partagée par la majorité des écologistes qui tiennent leurs Journées d’été européennes à Dunkerque. Ainsi, la plénière finale du samedi 26 août est-elle en partie consacrée au «développement industriel» en Europe. Un élan vers le pire.


Yves Cochet.

mercredi 30 août 2017

Avis défavorable au projet Europacity

Le groupe Auchan projette de construire une immense zone commerciale dans le triangle de Gonesse. Encore un Grand Projet Inutile et Imposé.
Une enquête publique vient d'avoir lieu et le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable au projet.
Dans notre démocratie si bien portante, une enquête publique n'a pas d'avis contraignant. L'administration en charge d'accepter ou refuser l'autorisation est libre de suivre l'avis du commissaire enquêteur, ou pas !
Cette bonne nouvelle n'efface donc pas la nécessité absolue de s'opposer et de lutter contre ce projet dément.


Projet alternatif : http://nonaeuropacity.com/informer/projets-alternatifs/projet-alternatif-groupement-carma-gonesse

lundi 28 août 2017

Nos montagnes nous tombent sur la tête

Éboulement aux Grisons en Suisse, cela rappelle que le réchauffement climatique ce n’est pas que pour les ours blancs.
L'humanité va-t-elle engager les actions nécessaires avant qu'il ne soit trop tard ?
Le temps nous est compté...

Source : Nouvo RTS

mercredi 9 août 2017

Un monde bien lait

Le canard Enchaîné illustre dans cet article l'intense lobbying de l'industrie laitière.


Une lecture qui semble bien plus saine que le lait...


mardi 8 août 2017

8,3 milliards de tonnes de plastique !


Source : Politis


Résultat, entre autres, en balade sur une plage oléronaise.


jeudi 3 août 2017

Les sentinelles

Au cinéma le 8 novembre 2017


Josette Roudaire et Jean-Marie Birbès étaient ouvriers, en contact avec l'amiante. Paul François, agriculteur, a été intoxiqué par un pesticide de Monsanto, le Lasso.
Henri Pézerat, chercheur au CNRS, a marqué leurs vies en les aidant à se battre pour que ces crimes industriels ne restent pas impunis…
La justice s’est-elle prononcée pour les responsables du grand mensonge de l'amiante ?
Que fera-t-elle pour ceux de la catastrophe annoncée des pesticides ?

- page 1 de 117