centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 21 novembre 2014

Des résultats prometteurs en faveur des oiseaux migrateurs

Communiqué LPO

Les accords mondiaux conclus ce week-end permettront d'agir en faveur des espèces d'oiseaux migrateurs à l'échelle de la planète.
À l'issue de la 11ème session de la Conférence des Parties (COP) à la Convention sur la conservation des Espèces Migratrices qui s'est tenue à Quito en Equateur du 4 au 9 novembre, deux accords mondiaux sans précédent ont été conclus le week-end dernier en leur faveur.
Après 6 jours de négociations, les 120 pays signataires et 900 délégués ont ainsi permis d'établir la feuille de route visant à éradiquer les causes d'intoxication en réduisant l'usage de rodenticides, insecticides et appâts empoisonnés et en supprimant progressivement toutes les munitions au plomb. De plus un plan d'actions novateur a été ratifié en faveur de plus de 400 espèces d'oiseaux utilisant la voie migratoire africo-eurasienne ! Ce plan permettra d'identifier les besoins en préservation de chacun des pays signataires.
Une nouvelle qui fait d'ailleurs échos au rapport publié lundi 3 novembre par le journal scientifique Ecology Letters révélant que l'Europe, abritant 421 millions d'oiseaux de moins qu'il y a 30 ans, apparaît incapable d'enrayer la disparition de nombreuses espèces.
La LPO se réjouit de ces résultats prometteurs qui constituent aussi une reconnaissance du travail effectué en amont par le réseau BirdLife*. Elle souhaite à présent que l'Etat français les mette à exécution.

  • La LPO est le partenaire officiel en France du réseau BirdLife International (120 représentants et près de 2,8 millions d'adhérents dans le monde).

Pour plus d’information

Lisez le communiqué LPO

jeudi 20 novembre 2014

URGENT : TAFTA, CETA : non à une justice privée au service des multinationales !

Je reprends ici les informations publiées par ATTAC.


Les accords de libre échange UE-Canada (CETA) et UE-États-Unis (TAFTA) contiennent des clauses toxiques, dont la mise en place d’une justice privée au service des multinationales. Elles doivent absolument être rejetées. Interpellez vos députés d’ici ce vendredi 21 novembre en utilisant l’outil d’interpellation disponible sur cette page du site Attac.



Les traités de libre échange UE-Canada (« Comprehensive Economic Trade Agreement », CETA), et EU-États-Unis (« Transatlantic Free Trade Area », TAFTA, aussi appelé TTIP) sont négociés par la Commission Européenne au nom des États membres.

Ces traités sont toxiques, tant sur la forme que sur le fond :

  • les négociations sont menées sans aucune transparence ni contrôle démocratique ;
  • ces accords libéraliseront des pans nombreux des échanges commerciaux, notamment des filières agricoles sensibles ou les marchés publics ;
  • ils prévoient l’instauration d’une justice privée au service des multinationales, via le mécanisme de règlement des différents investisseurs-États (RDIE / ISDS) ;
  • ils prévoient un chapitre consacré à la « coopération réglementaire » qui organise le contournement des circuits démocratiques indispensables à la protection de l’intérêt général ;
  • ils vont à contre courant de la transition écologique en privilégiant les formes d’énergie les plus sales, et en liant les mains des gouvernements futurs.
  • Les initiatives et prises de position se multiplient heureusement à travers l’Europe. La France compte 110 collectifs locaux Stop TAFTA et 132 collectivités « hors TAFTA » ou en vigilance – dont les régions Nord, Picardie, Île-de-France, Franche-Comté, Limousin et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Dans sa résolution du 22 mai 2014, l’Assemblée nationale a déclaré que les négociations entre l’UE et les États-Unis (TAFTA) se déroulaient « dans des conditions ne répondant pas aux exigences démocratiques en matière de transparence », et que l’inclusion du mécanisme de règlement des différent n’y était pas justifiée 1.

En Europe, et en l’espace d’un mois, 900 000 citoyens ont rejoint une Initiative Citoyenne auto-organisée exigeant l’arrêt des négociations du TAFTA et la non ratification du CETA.

Bernd Lange, le porte parole du groupe S&D (Socialistes et Démocrates) au parlement Européen sur les questions commerciales s’est dit contre l’inclusion du mécanisme de règlement des différents investisseurs-États dans le TAFTA. Il a déclaré « Accepting the ISDS would mean opening the door for big corporations to enforce their interests against EU legislation. This would deprive states of crucial policy space in important fields such as health or environment. »

Le TAFTA et le CETA sont loin d’être les seuls traités en préparation. Leur logique est répliquée dans tous les accords de libre échange en négociation dans le cadre de la politique commerciale de l’Union Européenne, notamment avec le Japon, les pays ACP (Afrique-Pacifique-Caraïbes), l’Inde et de nombreux autres pays du sud, ainsi que dans l’accord plurilatéral TiSA sur le commerce des services.

Notes
1 http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0339.asp

mercredi 19 novembre 2014

Drones encore...

Vendredi dernier, l’usine de retraitement de retraitement nucléaire de la Hague état survolée par un drone à une ou plusieurs reprises. Selon Greenpeace cela portait à 32 le nombre de survols d’installations nucléaires françaises. Le ministre de l’intérieur indiquait que l’affaire relève du secret défense, ce qui conduit à ne pas communiquer d’information.

Si les associations antinucléaires continuent d’affirmer, et on peut les croire, qu’elles ne sont pas l’auteur de ces survols, il est permis de douter du bien fondé des positions relayées par une certaine presse. Par exemple, Ouest France affirmait lundi 17/11 que les amateurs d’aviation ? locaux normands ? considèrent que l’hypothèse de repérages terroristes est peu plausible et que l’on fait beaucoup de bruit pour rien.
Ce n’est pas mon avis. Un avis semble-t-il partagé par les militants de Greenpeace comme celui rencontré au salon Marjolaine et aussi Yannick Rousselet qui intervenait il y a plusieurs jours au « grand soir 3 » du 3 novembre sur France 3 (voir la vidéo à partir de 6.08). Ce dernier rappelait le caractère erroné de l’affirmation comme quoi les centrales nucléaires ne risquent rien d’un crash aérien. Il précise par ailleurs sur sa page Facebook que les lignes aériennes commerciales survolent les centrales et publie les images suivantes pour appuyer son affirmation.





Pour rester bref ici, je ne reviens que sur trois points.

Tout d’abord, même si le cœur des réacteurs nucléaires est protégé par une enceinte de béton , on peut légitimement se demander quelle serait sa résistance en cas de crash aérien. Rappelons nous l'affaire liée à la diffusion par le Réseau Sortir du nucléaire d'un document confidentiel défense sur l'EPR à ce sujet (voir ici). Yannick Rousselet contestait sur France 3 la résistance des centrales au crash d'avion.

Ensuite, et la presse l’a assez largement relayé ces derniers jours avec le survol de l’usine de la Hague, le réacteur n’est pas le seul élément sensible dont l’atteinte pourrait occasionner une catastrophe nucléaire une un très important dégagement de radioactivité dans l’environnement. Les piscines de refroidissement sont très vulnérables. Ouest France (encore) précisait que 10000 tonnes de combustible nucléaire usé sont en attente de retraitement dans les piscines de la Hague couvertes par de simples bardages de tôles. Les croyez-vous invulnérables à des drones qui ne seraient pas de simples jouets (hé oui il en existe) ? Invulnérables à une chute d’avions ? Bien sûr que non ! Et les piscines ne sont pas les seuls éléments sensibles…

Enfin, même si l’hypothèse de repérage terroriste par les drones est loin d’être stupide, sachez qu’avec un simple ordinateur connecté à internet, en utilisant Google earth on peut facilement voir certaines centrales nucléaires de manière détaillée et précise, même de relever les positions GPS des différentes parties de l’installation ! Incroyable ? Et pourtant !

Alors pourquoi ces drones ?
Nous le saurons peut être un jour. J’espère seulement que ce ne sera pas par des circonstances dramatiques. Et bien loin de moi est l’intention de contribuer à une quelconque psychose sur le terrorisme ou autre diabolisation du nucléaire. Il faut simplement tenter d’être réaliste et de militer un tant soit peu pour ses convictions…

lundi 17 novembre 2014

FERME-USINE… mais qui blanchit le lait des 1000 vaches ?

Une pétition Agir pour l'Environnement


Parce qu’un autre modèle agricole est possible, Agir pour l’Environnement s’oppose depuis plusieurs mois à la ferme-usine des 1000 vaches avec le soutien de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Et voici une première victoire !

Alors qu’un groupe français de produits laitiers Senoble essayait discrètement de collecter les premiers litres de lait sortant de la ferme-usine, début juin, nous avons lancé une pétition qui a permis à plus de 15 000 personnes d’interpeller cet industriel pour qu’il renonce à utiliser indirectement ce lait (via Senagral, une filiale commune constituée avec la coopérative Agrial).

C’est chose faite : sous la pression de la mobilisation citoyenne, Senoble a décidé de se dégager de toute responsabilité en cédant ses parts dans la société Senagral afin de se concentrer sur des produits de qualité !

Cette première victoire doit en appeler d’autres : on ne lâche rien !

La ferme-usine des 1000 vaches semble sur le point de déverser plus de 10 millions de litres de lait chaque année. Ce modèle agricole repose sur la banalisation de la souffrance animale où les vaches sont réduites à de simples usines à lait et à déjections : ce n’est pas acceptable.

Interpellez les supermarchés !
✔️ Opposez-vous à ce que la production de cette ferme-usine puisse être écoulée, en toute opacité, dans les rayons des supermarchés, notamment par la société Senagral, qui fabrique des produits laitiers sous des marques distributeurs.

✔️ Exigez de la grande distribution qu’elle renonce à acheter le lait de la ferme-usine des 1000 vaches, notamment pour fabriquer les produits commercialisés sous leur marque distributeur.

✔️ Signez avec nous cette lettre pétition que nous remettrons aux groupes de la grande distribution : Carrefour (Carrefour, Shopi) ;
E. Leclerc (Leclerc, Coop) ;
ITM entreprise (Intermarché / Netto) ;
Casino (Casino, Franprix, Leader Price, Monoprix) ;
Système U (Hyper U, Super U, Marché U, U express, Utile) ;
Auchan (Auchan, Simply Market, atac)

Pour signer la pétition

http://grande-distribution.1000vaches-nonmerci.fr


jeudi 13 novembre 2014

L'appel solennel à la fermeture, dans les plus brefs délais, de la centrale de Fessenheim


Au regard des conséquences de la catastrophe de Fukushima qualifiée d’apocalyptique le 15 mars 2011 par le Commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger, face à l’inertie qu'elles suscitent en France, nous, citoyennes, citoyens et organisations signataires, sommes plus qu’interrogatifs. Nous sommes scandalisés par la désinvolture et/ou le déni des dirigeants d’EDF et de l’Etat français, actionnaire d’EDF à 85%.

Ils se sont montrés incapables jusqu’à aujourd’hui, contrairement à ceux de plusieurs autres pays, d’en tirer, au-delà des mots, les enseignements en terme de dénucléarisation effective de notre pays. Ils ont notamment reporté sine die la fermeture de la centrale de Fessenheim, la plus vieille centrale française en activité. Cette fermeture, objet d’un accord pré-électoral entre le Parti Socialiste et Europe Ecologie-Les Verts, était prévue pour être immédiate au lendemain de l’élection présidentielle du 6 mai 2012. A priori la chose n’était pas impossible puisqu’un engagement pré-électoral identique, pris par la future première ministre québécoise a, lui, été tenu.

En conséquence nous, citoyennes, citoyens et organisations signataires, exigeons que l’arrêt définitif de la centrale de Fessenheim soit effectif avant la fin 2014. La date de l’arrêt devra être fixée avant la nomination du prochain PDG d’EDF, c’est-à-dire au plus tard le 22 novembre 2014.

Pour signer l'appel

http://www.fermeture-fessenheim.fr/

mercredi 5 novembre 2014

Réunion Sivens par Ségolène Royal, duperie consternante !

Hier la soit disant ministre de l'écologie réunissait les acteurs mobilisés autour du barrage de Sivens.
Résultat : un ouvrage sera construit et les occupants doivent déguerpir !

Encore une lamentable duperie. Consternant !

France Nature Environnement persiste à demander l'abandon du barrage, l'organisation ne donne pas son accord pour appeler à l'évacuation du site et se réserve de lancer de nouvelles actions en justice.


Rassemblement sur le site le 2 Novembre

421 millions d'oiseaux disparus en Europe en 30 ans

Selon le journal scientifique Ecology Letters ces trante dernières années ont vu une hécatombe parmi la population d'oiseaux européenne.
En effet, ce sont 412 millions d'oiseaux qui ont disparu faut à l'agriculture "moderne" et à la disparition des habitats.

Certaines espèces communes ont décliné de 90% ! Ici, un moineau domestique. CC BY-SA 3.0

« C'est un avertissement qui vaut pour toute la faune européenne. La manière dont nous gérons l'environnement est insoutenable pour nos espèces les plus communes », explique Richard Gregory, de la Société royale pour la protection des oiseaux, qui a codirigé l'étude.

Les scientifiques, qui recommandent l'application rapide de nouveaux schémas agricoles et la mise en place de zones vertes en milieu urbain, ont analysé des données portant sur 144 espèces d'oiseaux de 25 pays européens, collectées en général par des observateurs bénévoles.

Mon avis

Encore une alerte qui s'ajoute à celles, et elles sont nombreuses, lancées par la LPO en France.
Il est manifeste que rien de sérieux n'est mis en oeuvre par les pouvoirs publics pour enrayer le déclin de la biodiversité.
L'homme détruit la planète et se détruit lui même dans une fuite en avant matérialiste, productiviste et capitaliste.
Même si les initiatives sont nombreuses de par le monde pour changer de modèle, nous sommes bien loin du changement qu'il faudrait au niveau mondial.

mardi 4 novembre 2014

Assemblée Nationale indigne

Députés et députées qui refusèrent la minute de silence en mémoire de Rémi Fraisse demandée aujourd'hui par Cécile Duflot à l'Assemblée Nationale, vous n'êtes pas dignes de représenter qui que ce soit et vous ne méritez qu'une chose, que l'on vous crache au visage !
Tradition, dites vous ? Donc si un militaire était mort au Testet, il l'aurait eu la minute de silence !
Politiciens pourris.

Des drones inquétants

Vous en avez forcément entendu parler, des drones survolent les centrales nucléaires françaises.
Vendredi soir, entre 19 heures et minuit, les centrales de Penly (Seine-Maritime), Flamanville (Manche), Saint-Laurent-des-eaux (Loir-et-Cher), Dampierre-en-Burly (Loiret) et Fessenheim (Haut-Rhin) ont été toutes survolées. Au total, quatorze survolent étaient comptabilisés ce lundi matin.


Il s'agit manifestement d'une actions émanant d'un groupe bien organisé et ayant des moyens techniques, humains et économiques significatifs.
A ce qu'il semble les autorités ne savent pas quels sont les responsables et quelle est leur motivation.
Evidement on nous dit et redit qu'il n'y a pas de risque. Selon les autorités et leurs spécialistes, les drones actuels ne sont pas en mesure de porter atteinte aux installations nucléaires.
Ce n'est pas l'avis de Yannick Rousselet de Greenpeace qui assurent tout d'abord de son association n'est aucunement mêlé à cette affaire mais qui affirme que des drones peuvent transporter une charge de plus d'une dizaine de kilos à même d'occasionner de sérieux dégâts.
«Un drone peut également servir à effectuer des repérages en vue d’une attaque aérienne de plus grande ampleur», avance Sortir du nucléaire.

Le problème est sérieux donc. Une fois encore preuve est faite que la sécurité des installations est insuffisante. Le risque d'attentat terroriste sur lequel, nous antinucléaires, alertons depuis longtemps est terriblement illustré par cette inquiétante affaire. Espérons que son dénouement est proche et que rien de grave ne se produira.


dimanche 2 novembre 2014

La carte des Grands Projets Inutiles et Imposés


Pour plus d’information

Lisez l'article sur Reporterre:
http://www.reporterre.net/spip.php?article6215

samedi 1 novembre 2014

« Notre nom est Rémi »


Nous étions plusieurs centaines ce mercredi 29 octobre sur la place de l’hôtel de ville de Paris.
Vers 19h45 la pression montait les CRS, forces du désordre, faisaient monter la pression, il était temps de partir par le passage encore laissé libre par les playmobils.
Ce ne fut pas le cas de nombre de manifestants qui furent arrêtés et déclinèrent pour beaucoup la même identité.
Reporterre nous raconte ici comment cela s'est passé, un nouveau témoignage des méthodes répressives maintenant trop courantes.

vendredi 31 octobre 2014

Occupy Sivens


Vous aussi occupez Sivens !
C'est ici : http://occupysivens.fr/


jeudi 30 octobre 2014

Terreur (d'État) au Testet

Commentaire de l'auteur de la vidéo :
Séquences de l'ambiance avant la mort de Rémi.
Depuis début septembre 2014, les gendarmes débarquent en force chaque matin dans la vallée du Tescou. Ils gazent, tirent au Flashball, à la grenade offenssive, ils caillassent même parfois, et brûlent les effets personnels des jeunes qui défendent une vision différente du monde.

Lisez l'article de Libération qui commente cette vidéo

Libération 28 OCTOBRE 2014

TOUS à BRUXELLES contre TAFTA le 19 décembre ! Soyons nombreux !


Pour plus d’information

Peu d'info pour le moment...
http://www.d19-20.be/events/actions-d1920-acties/

mercredi 29 octobre 2014

Amiens le 28 octobre, soutien aux inculpés des mille vaches

Hier mardi 28 octobre, la place située devant le tribunal d’Amiens débordait de militants venus soutenir les 9 inculpés de la confédération paysanne, accusés d’avoir commis des dégradations à la ferme dite des 1000 vaches.


Beaucoup de monde face au tribunal


Les nombreux autocars ont déversés des centaines de manifestants qui ont empli les lieux d’une belle ambiance de solidarité, de convivialité et de contestation de l’agriculture industrielle dont nous ne voulons pas. Hier la convergence des luttes ne fut pas un vain mot. Nombreux étions nous à nous mobiliser aussi à et nous être rencontrés en d’autres lieux en opposition à nombre d’autres projets inutiles : aéroport de notre dame des landes, nucléaire en Normandie ou à Chinon etc…



Cinq cents kilomètres en tracteur depuis Notre Dame des Landes... Convergence des luttes...



Prises de parole, procède de l’agriculture industrielle, musique, table ronde sur le TAFTA et nouvelles sur le déroulement du procès qui se tenait à quelques dizaines de mètres de là, le programme varié a accéléré le temps de journée somme toute assez froide.
Une journée riche et chaleureuse assombrie par la tristesse largement partagée de la mort de Rémi Fraisse quelques jours plus tôt dans le tard sur la ZAD du Testet.
Nombre d’entre nous avons été confrontés à la violence policière lors de manifestations et rassemblements écologistes, nombreux sommes nous à avoir des enfants de l’âge de Rémi qui est mort à 21 ans en défendant la nature et en refusant le monde que l’on nous impose avec violence.


Rémi était dans nos pensées ce mardi...



Si d’aucuns en doutaient, le rassemblement d’Amiens est une belle démonstration que notre lutte et notre motivation n’en est que renforcée. Nous ne lâcherons rien !
Les politiques, les industriels, les multinationales eux aussi résisteront et tenteront par la force de faire perdurer leur système destructeur et meurtrier. Hier soir dans le car du retour, nous apprenions les condamnations qui ont été prononcées : entre 300 € d’amende et 5 ans de prison avec sursis. Nulle surprise et aucun doute, l’opposition continue et se renforce. Des 450 vaches actuellement en service dans l’usine, pas question de laisser faire et passer aux mille escomptées par l’industriel investisseur.
La victoire déjà acquise qu’il n’ait pas le méthaniseur industriel, objectif et justification réelle du projet ne sera pas la dernière.
Nous ne voulons pas de cette agriculture industrielle, inhumaine, destructrice de l’environnement et de l’emploi paysan,.
L’opposition continue, renforcée par la convergence des luttes contre les projets inutiles et imposés.


Courte pause dans la journée des inculpés émus de voir tant de monde venu les soutenir


José Bové


Yannick Jadot


Aurélie Trouvé (ATTAC)


Non, ce ne sont pas des lacrymos, mais... le barbecue !

Belle ambiance, non ?

Un superbe et chaleureux rassemblement propre à recharger nos batteries, qui n'ont pas fini leur service...

dimanche 26 octobre 2014

Des nouvelles des Serres d'Auteuil

Peut être avez vous lu mes billets sur le projet de destruction des serres d'Auteuil. Avez-vous signé la pétition qui vient de franchir le cap symbolique des 60 000 signataires de la France entière et de l'étranger ?


Trois événements cruciaux restent à venir :

  • Le rapport de la commissaire-enquêteur de l'enquête publique sur le permis de construire déposé par la FFT (Fédération Française de Tennis) d'ici la fin du mois,
  • Le passage du projet de permis de construire devant la Commission supérieure des sites, perspectives et paysages programmée le 13 novembre, qui sera exceptionnellement présidée par Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie,
  • Après ces deux étapes, le projet sera soumis au ministère de l'Ecologie.

Nous entrons donc dans la dernière ligne droite, les associations se tenant prêtes à attaquer le permis de construire s'il était délivré.

Si vous souhaitez participer à la rétribution des avocats qui mènent les recours actuels, vous pouvez faire un don à la SPPEF en allant sur le site suivant:
www.sppef.org

samedi 25 octobre 2014

Sacrée croissance !

Face à la crise et aux risques écologiques, il faut repenser de fond en comble notre modèle de société fondé sur la croissance. Locales et solidaires, des solutions alternatives existent.
Le nouveau documentaire de Marie-Monique Robin témoigne de celles qui vont – peut-être – orienter notre futur.
Il sera diffusé sur Arte le 4 Novembre prochain à 20h50.


Pour plus d’information

Visitez le blog Arte de Marie-Monique Robin : http://www.arte.tv/sites/fr/robin/
Allez sur le site des programmes Arte : http://www.arte.tv/guide/fr/050584-000/sacree-croissance

vendredi 24 octobre 2014

Sale nuit pour le climat : l'UE tourne le dos aux recommandations du GIEC !

La nuit dernière, le Conseil européen a trouvé un accord sur les objectifs en matière d'énergie et de climat que les Etats-membres de l'UE se donnent pour la période 2020-2030.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec nous livre son analyse.

9 points rapides
1) Six années de perdues !
2) Repousser les efforts après 2030
3) Maximiser le stock de carbone dans l'atmosphère
4) Les énergies renouvelables abandonnées à leur triste sort
5) Un inefficace objectif d'efficacité énergétique
6) Des contreparties climaticides
7) Non réformé, le marché carbone européen est une entrave à la transition post-fossile
8) Primeur à la compétitivité-coût et à la concurrence
9) « Le mode de vie européen n'est pas négociable »

Sa conclusion
Alors que l'Union européenne devrait s'orienter vers une économie post-fossile et post-fissile, le Conseil européen des 23 et 24 octobre 2014 a bloqué toute transformation d'envergure du système énergétique européen. Ne pouvant plus prétendre à aucun leadership international en matière de lutte contre les dérèglements climatiques, l'Union européenne rejoint la classe des délinquants du climat, regroupant les pays qui se refusent à entrer de plein pied dans la lutte contre les dérèglements climatiques, privilégiant les intérêts de leurs multinationales de l'énergie plutôt que l'avenir de la planète et des populations.

L'analyse détaillée de Maxime Combes
http://www.centpourcentnaturel.fr/public/EU2030_Analyse.pdf
Visible aussi sur le blog de Maxime Combes.


La fièvre verte - acquisitions massives de terres en Afrique de l'Ouest

L’accaparement des terres est un phénomène d’acquisitions massives de terres agricoles où des communautés entières se voient dépossédées de ses terres. On connait une augmentation significative des cas répertoriés à travers le monde.

Inter Pares, le groupe de recherche REDTAC de l'Université de Montréal et la Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN), un réseau paysan d'Afrique de l'Ouest viennent de conclure une étude participative qui documente les répercussions de l'accaparement des terres sur les moyens de subsistance et sur la sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest.

Les impacts désastreux de l'accaparement des terres en Afrique de l'Ouest répertorié dans cette étude sont mis en lumière dans le documentaire issu du projet de recherche, La fièvre verte.

Ce documentaire explore trois cas d'acquisitions massives de terres en Guinée-Bissau et en Côte d'Ivoire afin de mieux saisir les impacts locaux réels de ces projets souvent vantés comme ''gagnants-gagnants" pour les investisseurs et populations locales.

Source: Inter Pares

jeudi 23 octobre 2014

Silence

Dirais-je que "Silence" est ma revue écologiste préférée ? J'aime aussi beaucoup "L'Ecologiste", mais Silence est quand même mon coup de cœur dans le domaine.
Cela tient certainement à son caractère ouvertement engagé et à sa gestion associative, indépendante, sans subvention ni publicité. Silence n'est pas de toute jeunesse comme en témoignent ses 427 numéros publiés depuis 1982. Au programme, écologie, alternatives et non violence.

Chaque numéro comporte un dossier, des articles, des chroniques et des brèves.
Ces dernières nous informent avec le recul que confère la périodicité mensuelle de cette publication papier.
Silence se révèle être une publication à réelle valeur ajoutée face à la profusion d’information accessible sur l’internet. Silence sélectionne, trie et synthétise l’information. Sa mise en page soignée et dynamique présente de multiples thématiques : alternatives, agriculture biologique, santé, nucléaire, énergies, vélo(rution), OGM, environnement, paix, femmes, hommes, climat, politique, Nord/Sud, Société…

Engagée, la revue l’est assurément et elle le revendique. La tendance est ouvertement antinucléaire, antiOGM, décroissante… rien d’ambigu dans les positions et les points de vue s’avèrent réalistes. Un réalisme qui n’appelle pas toujours l’optimisme tant les sujets abordés sont grave et important et la situation souvent difficile voire catastrophique. Point d’alarmisme cependant et qui plus est, de très nombreuses initiatives positives nous sont relatées. Des initiatives qui viennent d’individus, le plus souvent regroupés en structures de type associatif ou coopératif. Des initiatives salutaires qui font des brèves ou des articles propres à nous remonter le moral !

Bien sûr, Silence n’est pas parfait et ne saurait plaire à tous en tout temps. Le courrier des lecteurs en témoigne, Silence publie aussi les lettres de critiques qui portent souvent sur des points bien ciblés par des lecteurs exigeants. Certaines sont bien dures, bravo pour cette transparence !

Vous l’aurez compris, je ne saurais trop vous conseiller la lecture de Silence que je lisais occasionnellement il y a bien longtemps et auquel je suis abonné maintenant. Après 6 mois de lecture, je repars pour 2 ans d’abonnement à cette presse dont l’indépendance forcément difficile à assumer financièrement. Alors, pourquoi pas la soutenir vous aussi ?

Pour plus d’information

http://www.revuesilence.net/

- page 1 de 108