centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 5 juin 2018

Pour Maxime

Pour payer une prothèse bio mimétique à Maxime, 21 ans, amputé de la main suite à une explosion de grenade lancée par les gendarmes à la ZAD de NDDL

https://www.lepotcommun.fr/pot/00pp9x7g

Objectif 100 000 euros

" Cette cagnotte est organisée par les amis, étudiants et professeurs proches de Maxime, amputé de la main droite. Elle a pour but de financer l'important budget d'une prothèse et les aménagements de la vie quotidienne. Cette collecte est nécessaire pour qu'il puisse reprendre ses études, retrouver rapidement son autonomie et les perspectives d'une vie normale. Le niveau de technicité de l'appareillage que Maxime pourra acquérir, de type prothèse biomimétique, sera proportionnel à la somme récoltée à travers cette cagnotte. Une prothèse coûte extrêmement cher, c'est pourquoi nous tentons de réunir un maximum d'argent.

vendredi 13 avril 2018

Association de malfaiteurs


Encore un excellent article de Hervé Kempf. J'approuve, évidemment !

lundi 9 avril 2018

Expulsions à NDDL - Ecœurement et consternation

C'était clair en ce qui me concerne, le gouvernement et ses sbires n'allaient pas laisser perdurer la ZAD de Notre Dame des Landes.
Il était évident qu'une telle expérience de vie différente, hors norme, hors système leur était insupportable.

Ce triste lundi 9 avril a donc vu débuter les expulsions. 2500 gendarmes,militaires ou je ne sais quoi ont donc employé la force pour déloger soi-disant une centaine d'occupants.
Pour le peu que j'ai écouté la radio et pour avoir côtoyé les occupants lors des rassemblements et manifs, je veux exprimer ici mon écœurement , mon dégoût envers ceux qui sont au pouvoir au plus haut de l'Etat comme en dessous.

Honte à vous, qui au pouvoir détruisez cette belle expérience de vie, ce qui préfigure le type de société qui permettra à l'homme de survivre à la destruction qu'il provoque.

Honte à vous qui colportez de fausses informations quant à ce qu'est vraiment la ZAD.
Pour ceux qui veulent en savoir un peu, qui veulent savoir ce qu'est la ZAD, ce qu'elle était et qu'elle redeviendra, d'une manière ou d'une autre, regardez, écoutez cette vidéo :

L'expulsion consternante de la ferme collective les Cent Noms, l’un des lieux les plus impliqués dans les projets agricoles de la zone. Par Jade Lindgaard - Médiapart :

lundi 5 mars 2018

Bure, la violence de l'Etat

Ce week-end, les groupes d'opposants à la poubelle nucléaire de Bure avaient maintenu la rencontre inter-comités malgré l'évacuation par la force des occupants du bois Lejuc le 22 février dernier. Manifestation et déplacements avaient été interdits par la préfecture, ce qui n'a pas entamé la détermination des opposants qui voulaient installer une vigie dans le champ d'un agriculteur ami à proximité du bois.

Les média ont largement diffusé les mensonges d'Etat qui affirmaient que les manifestants avaient engagé les hostilités en lançant des pierre sur les gendarmes.
En réalité ce sont ces derniers qui ont envoyé des grenades lacrymogènes sur les opposants qui voulaient manifester sans violence.


Une amie, Irène, résumait les faits :
1- Nous étions plus de 500, je n'ai pas le nombre exact, Claude K a fait le comptage.
2- Le groupe voulait simplement planter une vigie dans un champ appartenant à un agriculteur ami.
3- Ce ne sont pas les jeunes qui ont attaqué les premiers mais bien les gendarmes qui ont envoyé des lacrymogènes
4- S'il n'y avait pas eu de lacrymogènes lancées, il n'y aurait pas eu de ripostes cailloux, mais ce n'était que trois cailloux lancés en l'air en fin de manifestation.
5- C'était une manifestation - ballade très décontractée du samedi après midi

Claude a indiqué un nombre de participants compris entre 400 et 500.

La journaliste Isabelle Masson-Loodts confirme que la violence a été déclenchée par les gendarmes : https://ultimatom.jimdo.com/2018/03/04/%C3%A0-bure-la-guerre-de-l-image/

jeudi 1 mars 2018

M. Lecornu n’est pas un démineur, mais un incendiaire !

Le collectif des associations locales qui s'opposent à au projet de poubelle nucléaire à Bure (Cigéo) ont publié l'excellent communiqué que je reproduis ici.

M. Lecornu, n’est pas un démineur, mais un incendiaire !

Le secrétaire d’Etat fait le service après-vente de l’opération militaire d’envergure menée sur le site de Bure la semaine dernière. Mais pourquoi chercher à se justifier ainsi ? M. Lecornu parle-t-il au nom du ministère de la Transition écologique ou du ministère de l’Intérieur ?

Il agite aujourd’hui des épouvantails. Il affirme avoir "expulsé des délinquants", ou des représentants de "l’ultra-gauche" qui n’auraient rien à voir avec des "opposants légaux" ou des «écologistes». Son langage «guerrier» contraste avec sa mission et ne fait guère honneur à un ministère censé veiller à la sauvegarde de l’environnement., à la préservation de la terre, à l’attachement aux territoires ruraux, à la solidarité intergénérationnelle...

Arpenter le Bois Lejuc accompagné de 500 gardes mobiles suréquipés militairement, pour déloger la quinzaine de hiboux de Bure vivant à la cime des arbres, est d’une incroyable lâcheté.
Faire semblant de ramener l’ordre dans une forêt en passe d’être massacrée par l’Andra (forêt dont la propriété est toujours contestée par voie juridique), est grotesque.
Y jouer les gros bras, détruire avec une sauvagerie incroyable de nombreux lieux de vie, sans songer un seul instant à interroger les véritables raisons de l’occupation sylvestre est injustifiable.

En consacrant leur vie à l’occupation de ce bois été comme hiver dans le rude climat lorrain, les Hiboux de Bure envoient des signaux d’urgence avec un courage qu’il faut saluer, honorer et écouter.
La méthode brutale déployée la semaine dernière a démontré de façon détestable le peu de considération pour l’environnement, mais plus grave encore, pour la jeunesse de ce pays, et un inqualifiable mépris envers la population de ce territoire.

Et pourtant à qui appartient, fondamentalement, l’avenir ? Qui est légitime au final dans ce dossier ?
Les défenseurs obtus d’un "vieux monde" qui n'en finit pas d'agoniser quoi qu’en dise le gouvernement actuel, ou celles et ceux qui veulent en finir véritablement avec un Etat nucléaire mortifère et la société policière qui va avec ?

M. Lecornu annonce que rendez-vous est pris avec «les opposants légaux» et qu’ils seront reçus « dans les semaines qui viennent au Ministère». Il ment.

L’ensemble des associations locales opposées à la méga-poubelle atomique tient à remettre les pendules à l’heure :

  • Aucune association d’opposition locale n’a été invitée à le rencontrer depuis le jeudi 22 février, alors stop à l’intox sur les plateaux des médias !
  • Nous ne sommes pas engagés par les rendez-vous potentiels pris avec des associations d’envergure nationale et nous ne considérerons pas les échanges tenus comme un dialogue avec le mouvement local d’opposition au projet. Nous appelons d’ailleurs les associations invitées à refuser ce rendez-vous par solidarité avec le mouvement local et ce tant que les conditions d’apaisement nécessaires à la concertation ne sont pas réunies.
  • L’expulsion sans dialogue préalable du Bois Lejuc a définitivement aggravé la fracture et ne témoigne pas d’une envie de faire avancer ce dossier dans la concertation. Aujourd’hui, chacun-e sait que le dialogue depuis 20 ans se résume à coups de débats publics bidons, de corruption institutionnelle envers des élus en mal de reconnaissance et qui ne représentent qu’eux-mêmes, et de plus en plus à coup de flashball et de grenades ou de procès de militant-es menés à charge mais dont les dossiers sont cruellement vides.

Par la brutalité de son action, le gouvernement a brisé le dialogue avec les différents opposants, et a cimenté les liens de notre opposition. Monsieur Lecornu n’est pas un démineur, mais un incendiaire ! Le gouvernement a soufflé sur les braises de la contestation partout en France. Il est à l’origine des 70 rassemblements spontanés qui se sont organisés en réaction à une expulsion injustifiable, voire illégale. Il a participé à la construction de nouveaux comités de lutte contre Cigéo. Il a permis à des personnes de se rencontrer, d’échanger leurs émotions, leur colère. Il a soudé un peu plus encore les liens indéfectibles qui nous unissent.

Le gouvernement a perdu le dialogue avec nous.
Il a renforcé celui de celles et ceux qui veulent lutter avec nous.

Les 3 et 4 mars était prévue une rencontre inter-comités de soutien et de lutte. Malgré la situation inédite, nous maintenons ces temps et ces espaces d’échange à venir.

Ce ne seront pas les arrêtés d’interdiction de circulation qui structureront notre lutte, qui aménageront notre territoire. Nous n’obéirons pas au calendrier fixé par le gouvernement, nous n’organiserons pas les temps à venir en fonction de ses velléités.

Chacun-e connait désormais un peu mieux les méthodes qu’il utilise pour étouffer le mouvement et les raisons qui poussent certain-es militant-es à se battre depuis plus de 20 ans avec une détermination infaillible et des convictions fédératrices. Le réseau anti-Cigéo continue de s’organiser avec une ampleur inédite. Ce week-end du 3 et 4 mars, nous continuerons à exprimer et à partager nos fragilités pour nous rendre plus forts, nous prendrons le temps de nous écouter, de réfléchir, de construire ensemble. Car si nous n’attendons rien du gouvernement, nous pouvons désormais compter sur un réseau de militant-es à travers le pays. En cherchant à museler la contestation locale, le gouvernement a bel et bien permis à de nouvelles voix de crier leur indignation et leur révolte à l’égard de ses très mauvais choix, et contre un projet dont elles ne veulent pas.

Le rendez-vous qui est pris prochainement avec certitude n’est pas avec le gouvernement, mais ces 3 et 4 mars avec celles et ceux qui veulent poursuivre ou rejoindre ce combat.

NON à l'enfouissement des déchets radioactifs à BURE ou ailleurs, OUI à l'étude des alternatives à l'enfouissement !

Communiqué commun,
Les associations d’opposant.es citoyen.nes et élu.es : Burestop55, Bure Zone Libre, Cedra52, Eodra, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, MNE, Mirabel LNE,
et des Hiboux de Bure


mercredi 28 février 2018

Linky installé contre votre volonté ! Comment faire ?

Lorsque votre compteur se trouve à l'extérieur de votre propriété (dans une armoire sur la façade) ou bien dans des parties communes de votre immeuble, les installateurs peuvent le remplacer par un Linky sans que vous ne soyez au courant ou lors de votre absence.


Sachez qu'à plusieurs endroits en France les habitants ou des groupes ont réussi à faire ré-installer un ancien compteur.

Vous trouverez ci-joint (Communiqué collectif Tarn sud_2017-12-21) un communiqué du collectif Stop Linky Tarn Sud qui relate lui aussi la réinstallation d'un compteur ordinaire à Castres grâce à l'engagement solidaire des citoyens.

Pour mémoire, un compteur ordinaire a été réinstallé à Auch : La Dépêche -  09/01/2018

Un compteur ordinaire a été réinstallé aussi à Libourne suite à l'action courageuse d'une habitante : http://www.sudouest.fr/2017/06/13/un-sos-pour-retirer-leur-compteur-linky-3527526-2780.php 

Si vous êtes l'objet d'une installation de Linky contre votre volonté, contactez immédiatement ("tant que c'est chaud") les médias locaux (le journal du coin, France bleu, France3, etc) et dénoncez avec la plus grande virulence le passage en force antidémocratique d'Enedis et des ses sous-traitants. Si possible, faites venir voisins, amis, famille... exigez du maire qu'il vous soutienne, ne serait-ce qu'au nom du respect du choix de chaque habitant. 

Les dirigeants d'Enedis craignent énormément la médiatisation de leur exactions, vous pouvez obtenir le retour immédiat de votre compteur ordinaire...


samedi 24 février 2018

Expulsion au bois Lejuc à Bure : consternation, colère et détermination

Cela a été fortement médiatisé, jeudi 23 février, 500 gendarmes expulsaient dans la violence les occupants du bois lejuc et pénétraient de force et illégalement dans la maison de la résistance.

Une telle violence de la part de nos "dirigeants" fait naître consternation, colère et surtout une détermination à poursuivre la lutte contre ce projet dangereux et irresponsable qu'est Cigéo à vouloir enfouir à 500 mètres sous terre les déchets nucléaires qu'une folle politique énergétique à produit et continue de produire.

Dès le lendemain de l’expulsion, les hiboux regagnaient les arbres du bois Lejuc !
L'évidence est là, cette lutte est légitime, importante, vitale. L'opposition ne faiblira pas.



Photo : Reporterre

Suivez le fil d'infos sur : https://vmc.camp/
Et bien sûr les excellents articles de Reporterre

mardi 20 février 2018

En voiture Simone - Fonce Alphonse


En voiture Simone – Pourquoi ma voiture pollue moins qu'une neuve ?
Fonce Alphonse – Croissance, décroissance : comment sortir de l'impasse ?

Auteur : Lucien Willemin
Editions : Plume de carotte

Avec "En voiture Simone", Lucien Willemin nous explique le concept d'énergie grise, l'E grise comme il la nomme. L'E grise représente tout ce qu'il a fallu pour fabriquer, transporter, vendre un objet. Et même ce qui est mis en œuvre après que l'on s'en soit débarrassé. Energie, matières premières, mais aussi machines qui, ont nécessité elles-mêmes énergie et matériaux.
Nous ne pensons que rarement à tout cela en achetant et utilisant un objet. Et pourtant la pollution engendrée pour que nous l'ayons entre les mains est toujours énorme. Lucien Willemin prend deux exemples, le simple crayon de papier ainsi que la voiture, sujet principal du livre.
Deux exemples simplement présentés qui illustrent parfaitement son propos.
Les entreprises productivistes nous poussent à remplacer nos objets par d'autres soi-disant plus écologiques, mais cela est-il vraiment bien ? Non pas du tout, l'auteur montre qu'il vaut mieux utiliser nos objets jusqu'au bout.
Lucien Wuillemin enfonce le clou avec "Fonce Alphonse". Il y généralise son propos et y affiche l'impasse de la recherche de croissance matérielle. Il nous alerte sur la catastrophe à venir faite de changer vers un système basé sur la réparation. Il l'affirme : recycler ne suffira pas. Ainsi il nous propose d'instaurer une consigne énergie grise. Pour dire vrai, je n'ai p as très bien compris le détail su système par lequel nous serions amenés à payer ses futures réparations au moment de l'achet du produit.v A notre niveau, Lucien Wuillemin nous conseille :
• De réparer plutôt que de remplacer ;
• D'utiliser nos objets jusqu'au bout ;
• D'acheter d'occasion autant que possible ;
• De ne pas multiplier les achats d'objets de même type.

Que de conseils avisés !

Voici eux petits livres qui se veulent rapidement lus, simples et démonstratifs.
Pari tenu ! Lucien Wuillemin prouve qu'il n'est nullement besoin d'une imposante littérature ni de philosopher pour prouver que la croissance matérielle ne peut nous mener qu'à une issue fatale et que, somme toutes, le mode de vie à adopter est très simple.
Très simple mais contraire aux intérêts financiers des entreprises et des politiques dominants !

Lucien Wuillemin, lui, a changé de vie. Il nous montre le chemin…

lundi 19 février 2018

L'expérience des oranges

Il y a quelques jours je participais à une expérience organisée par Bernard Blancan, destinée à établir que l’intention peut influencer la matière vivante. Dans cette expérience, il s’agissait d’influencer l’évaporation d’agrumes, à savoir des oranges. Nous étions organisés en deux groupes. le premier devait, à distance, sur la base d'une photographie d'une orange se concentrer et vouloir la faire perdre du poids, la faire "s'évaporer", le second groupe devait vouloir faire "se conserver" l'orange, et donc lui faire conserver son poids. Organisée sur deux jours l'expérience portait alternativement sur un groupe d'oranges le premier jour et sur l'autre le second jour.

Mon explication n'est pas claire ? Je laisse Bernard présenter son expérience...

En attendant que Bernard publie son livre, je vous laisse dans l'expectative. L'esprit humain pourrait donc, à distance, influencer la matière vivante !

Personnellement je crois que c'est possible. Les guérisseurs, les radiesthésistes le montrent par leur pratique, c'est vraiment possible. En ce qui me concerne, à ce que Bernard m'en a dit, le résultat fut concluant un jour sur les deux seulement. C’est déjà pas mal, non ?

jeudi 8 février 2018

Planter des arbres pour les abeilles


Yves Darricau
Editions Terran
Collection Alternatives apicoles
ISBN13: 978-2359810936

La collection "Alternatives apicoles" des éditions Terran se donne pour objectif de nous présenter des pistes "douces" pour renouveler l'apiculture et aider les abeilles.

Yves Darricau est ingénieur agronome mais aussi apiculteur et planteur d'arbres. Avec son livre "Planter des arbres pour les abeilles" il se atteint parfaitement le but de la collection.
Promoteur de "l'api-foresterie de demain", il nous présente cette pratique basée sur l'utilisation d'essences d'arbres et arbustes adaptée à l'inévitable augmentation des températures que nous allons continuer à subir dans les années et décennies à venir.
L'auteur débute en nous dressant le triste tableau du réchauffement climatique. Prudent, il se base sur les études officielles annonçant une élévation de température pouvant atteindre 1,5 à 2°C avec des pointes frôlant les 5°C !.
Tant bien même le réchauffement serait ainsi limité, les espèces végétales devront s'adapter sinon elles disparaîtront. Une élévation de température de 2°C correspond en effet à des conditions de vie végétale située à 400 km plus au sud. Énorme !
L'auteur propose ainsi de planter des végétaux qui poussent actuellement bien plus au sud de notre lieu de vie de telle manière que nous assurerons la couverture végétale du futur.

Les abeilles déclinent. C'est indubitable. Les espèces végétales sélectionnées par Yves Darricau sont connues pour leurs propriétés mellifères afin de favoriser les butineuses. Il s'agit donc de planter des espèces issues de contrées plus au sud, voire tropicales. L'auteur prends ses précautions dès les premières pages en rappelant que nombre de nos végétaux largement répandus en notre contrée furent jadis importés. Selon lui le risque d'implanter des espèces invasives est minime et il nous enjoint de garder raison..

50 espèces nous sont présentées pour leur résistance à l'augmentation des températures et pour leurs qualité mellifères. Un catalogue fort bien présenté et joliment illustré par d'excellentes photographies. Chaque espèce est décrite. Ecologie, intérêt mellifère, si besoin indications pour se la procurer. Le tout, question climatique oblige, structuré au fil des saisons de manière à offrir aux abeilles le nécessaire sur la période la plus étendue possible.
Fin de l'été tout d'abord avec arbres, arbustes et lianes.
Hiver ensuite : arbres et arbustes.
Viennent ensuite des cas particuliers. Zones humides, sols très secs, sols pauvres ou pollués. Intéressant.

Avec cet ouvrage, Yves Darricau fait preuve d'une évidente conscience écologiste. j'apprécie et saluer sans retenue sa démarche qui nous enjoint à préparer un futur arboré adapté aux conditions climatiques à venir et favorable aux abeilles. Il ne nous reste qu'à assumer les conséquences de notre irresponsabilité collective vis à vis du climat.
C'est tout autant volontiers que j'avoue que mes connaissances ne me permettent pas de me prononcer sur la pertinence du choix des espèces proposées. Je ne peux que souhaiter que ce choix nous présenver d'implanter des végétaux invasifs...

lundi 29 janvier 2018

Appel : bientôt il sera trop tard… Que faire à court et long terme ?

En novembre, suite à la publication de l'alerte "Demain il sera trop tard" de 15000 scientifiques, s'engage une discussion entre décroissant-e-s. Il est alors décidé de lancer un appel à la convergence des forces écologiques et altermondialistes. Cet appel est très vite signé par une centaine de personnalités diverses et variées. Je vous invite à le découvrir et le signer.

Voici le texte des initiateurs de l’appel sur le site de Mediapart :

Nous avons entendu l’appel de plus de 15000 scientifiques de 184 pays paru le 13 novembre 2017 dans lequel ils tirent la sonnette d’alarme sur l’état désastreux de notre planète. Nous avons compris qu’il s’agit de la dernière mise en garde, car si nous ne prenons pas les mesures adaptées « bientôt il sera trop tard ».

Nous, écologistes, altermondialistes, objecteurs de croissance, décroissants, souhaitons tirer les conséquences pratiques de cet appel, puisqu’il est bientôt « trop tard », c’est maintenant qu’il faut agir. Personne n’a aujourd’hui de réponses toutes faites mais nous savons que nous devons changer de paradigme dominant. L’issue n’est pas du côté de l’austérité et de la croissance mais plutôt d’une rupture avec le productivisme, l’extractivisme, la foi béate dans la techno-science, l’autoritarisme, le capitalisme.

Nous devons changer nos modes de production et d’existence, car ils sont à l’origine de la situation actuelle, et l’effondrement des ressources pourrait nous conduire à la barbarie. Mais nous ne partons pas de rien, nous savons que des alternatives existent déjà à l’échelle mondiale, qu’il faut faire converger ; nous savons aussi que le rêve des 99 % n’est pas d’imiter les 1 % contrairement à ce que voudraient faire croire les dominants.

Nous devons changer nos modes de production et d’existence mais nous savons que demain devra être mieux qu’aujourd’hui tout en divisant immédiatement par trois nos émissions de CO2 et en préservant les écosystèmes. Nous ne croyons plus aux lendemains qui chantent parce que nous voulons chanter au présent. La planète est suffisamment riche pour permettre à dix milliards d’humains de vivre bien si nous en préservons la biodiversité et savons vivre en harmonie avec les autres espèces.

Nos combats d’aujourd’hui doivent nous rapprocher de la société de demain.

Si le réchauffement climatique n’est pas endigué drastiquement, cela va provoquer des sécheresses massives et des famines mondiales. Pour que l’humanité ne disparaisse pas comme une entreprise en faillite, nous vous invitons à signer et à faire signer cet appel afin de prendre date en disant que la solution à moyen et long terme est du côté d’une société de la gratuité, émancipée de la contrainte du « toujours plus » de richesses économiques et de pouvoir sur les autres humains, les autres vivants et la planète.

Pour que l’humanité ne disparaisse pas comme une entreprise en faillite, nous vous invitons à signer et à faire signer cet appel afin d’exiger, dès maintenant, la fin des Grands Projets Inutiles imposés (de l’aéroport NDDL à Europacity en passant par le Grand Prix de France de F1), une réduction drastique du temps de travail (travailler moins pour travailler tous mieux), la généralisation des communs et de la gratuité (des transports en commun, des cantines scolaires, des services culturels et funéraires), une réduction drastique des inégalités de revenus et de patrimoine, un élargissement de la démocratie pour aller vers plus d’autonomie et de responsabilisation des peuples.

Tout doit être repensé dans le cadre de la critique de la croissance car la décroissance que nous soutenons ce n’est pas faire la même chose en moins, ce n’est pas l’éloge du sacrifice, c’est déjà construire une écologie des revenus avec un minimum et un maximum décents et revenir à des taux de prélèvement sur la nature supportables, c’est offrir un avenir dans un monde qui n’en offre plus.

Nous, écologistes, altermondialistes, décroissants, objecteurs de croissance amoureux du bien-vivre, appelons à une démarche commune pour construire un projet de transition vers une société d’a-croissance, juste et démocratique. Nous devrons pour cela dire notre volonté de nous rapprocher, afin de créer un mouvement d’idées riche de sa diversité, de mettre en réseau nos compétences et alternatives, de prendre des initiatives, d’initier des résistances, et de préparer des convergences avec tous ceux et toutes celles qui s’opposent à la barbarie qui vient.

Le collectif de décroissant-e-s à l'initiative de l'appel, le 25 janvier 2018
Paul Ariès, Vincent Bruyère, Thierry Brugvin, Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Jean-Luc Pasquinet, Anne-Isabelle Veillot, Christophe Ondet, Michel Simonin, Christian Sunt

Pour signer

http://initiatives-decroissantes.net/


jeudi 18 janvier 2018

Pas d'aéroport à NDDL

C'est fait, le projet d'aéroport à NDDL est abandonné. Enfin !
C'est une belle victoire pour les opposants qui ont œuvré depuis tant d'années ! Cela fait plaisir, c'est sûr.
Beaucoup d'entre nous se réjouissent, c'est normal et nécessaire.
Il y a deux jours, j'écrivais que nos "responsables" politiques tuent l'avenir.
Quand je lis tant d'articles saluant cette victoire, ceux qui annoncent la ré-ouverture de la « route des chicanes » par les occupants eux-mêmes et même Hervé Kempf qui parle de la nouvelle Zone à imaginer de Notre-Dame-des-Landes et qui titre que, oui, l'optimisme est possible, j'en arrive à me demander si je suis trop pessimiste ou bien si mes camarades sont trop dans le sens inverse...
En tout cas, rendez-vous le 10 février sur place !

mardi 16 janvier 2018

Quand nos "responsables" politiques tuent l'avenir

A quelques heures ou jours de l'annonce de la décision gouvernementale concernant le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, nous opposants, nous demandons si nos élus prendront la folle décision d'évacuer la Zone à Défendre.
S'il ne fait maintenant que peu de doute que le projet d'aéroport sera abandonné, par contre l'on peut vraiment craindre que l'Etat veuille utiliser la force pour faire partir les occupants.
Hier, notre ministre de l'intérieur déclarait que la ZAD sera évacuée de ses "éléments les plus radicaux", afin de "maintenir l’ordre républicain" sur la zone occupée par les opposants au projet d’aéroport.
Les média à large audience "informent" en veux-tu en voilà, que CRS et gendarmes se dirigent nombreux vers la ZAD, Nantes et Rennes.
Mais que veulent donc nos dirigeant ?
Hé bien je crois qu'il veulent maintenir coûte que coûte le système capitaliste et oligarchique en place et ce, le plus longtemps possible.
Le plus longtemps possible afin d'assurer des lendemains qui chantent à une minorité de nantis, riches et assoiffés de pouvoir.
Ils disent vouloir un "développement durable". Mais oui, c'est la vérité ! Ils veulent un développement économique, un développement matériel durable. Le plus longtemps possible.
Qu'il soit soutenable, cela ils s'en moquent. Et comme ils ne sont pas complètement idiots, ils savent bien que cela est impossible.
La croissance matérielle aura forcément une fin, bientôt. Quand ? On verra bien.
En attendant ce qui est pris est pris. Et l'on ne va quand même pas laisser s'installer le monde de demain !
Ce monde de demain, centré sur l'humain, basé sur le respect de l'environnement, de la nature, de tout ce que la terre nous offre.
Non, de ce monde ils ne veulent pas car il ne les enrichira pas. car il les privera de leur pouvoir.
Il veulent donc virer ces zadistes.
Il veulent tuer l'avenir.

Allez, tenez, j'aime beaucoup ce que nous dit cette dame de 71 ans...


samedi 13 janvier 2018

Bure c'est non !

Bure_C_Non.jpg

vendredi 12 janvier 2018

Notre Dame des Landes : l'Ile de France mobilisée

NDDL_IdF.jpg

mardi 9 janvier 2018

Mobilisons-nous massivement à NDDL le 10 février


vendredi 5 janvier 2018

Green Friday - 100% naturel - Aujourd'hui je me forme -

Green_Friday__4_.png

Salut tout le monde! Ravie de vous retrouver en ce Green friday 2018!!

J’espère que vous avez passé de très bonnes fêtes, minimalistes et respectueuses de la nature.

Une nouvelle année commence, je vous souhaite pleins de bonnes choses.
Peut être que dans vos bonnes résolutions se trouve celle de lire plus ou d'apprendre une nouvelle discipline ou peut être même commencer un nouveau hobby....C'est très bien je vous en félicite nous ne devrions jamais cesser d'apprendre. Apprendre de nouvelles choses c'est s'ouvrir au monde et aux autres.

Aujourd'hui je vais aborder 2 façons radicalement opposées pour se former. Je suis vous l'aurez compris une partisane de l'apprentissage. Pour moi il est important d'une part de ne jamais cesser d'apprendre et d'une autre part de d'apprendre soit dans des domaines très différents soit sur des thèmes identiques mais auprès de personnes ayant des manières opposées de les traiter. Ce doit être ma formation en psychologie qui me fait voir les choses de cette manière, la psycho est une discipline qui étudie le comportement humains de pleins de façon différentes et cette façon de faire est très enrichissante. Cela prévient d'un enfermement de la pensée. Cela permet une plus grande ouverture d'esprit, améliore les capacités d'analyse, et permet de maintenir son cerveau au top.

je vais donc vous parler de 2 sites
un site qui permet à n'importe quel quidam de se former de chez lui sur pleins de sujets. J'y ai souvent recours dans un autre domaine que j'affectionne les sciences humaines.

https://www.fun-mooc.fr/
La Plateforme FUN regroupe des tas de MOOC conçu par des universitaires, de nombreux sujets y sont donc aborder

exemple d'un cours qui va commencer en février 2018 :
"Environnement et santé : un homme sain dans un environnement sain"
Synopsis :La question des effets des environnements sur la santé est une préoccupation majeure. Les crises sanitaires récurrentes mettent en évidence les relations étroites entre l’homme et son environnement et les conséquences parfois dramatiques d’une mauvaise évaluation du risque sanitaire.

Depuis 15 ans, la prise de conscience de ces phénomènes s'est traduite notamment par la création en France d’agences de sécurité sanitaire et par la mise en œuvre, au niveau européen, du Règlement REACH pour l’évaluation de la toxicité des substances chimiques. Malgré cette évolution, de nombreuses incertitudes demeurent.

Ce MOOC offre une première approche en toxicologie, environnement et santé et aborde les principaux mécanismes d'exposition aux polluants environnementaux : nanoparticules, perturbateurs endocriniens, etc., ainsi que les enjeux de la réglementation actuelle."

Moi je dis...ça vaut le coup de savoir ce que les universitaire en disent...comme ça par curiosité :-D D'accord ou pas d'accord c'est toujours bien d’affûter son esprit critique.!!!!

Le deuxième site est un peu moins..... conventionnel... et .......100% ....Militant...
http://www.desobeir.net/le-collectif/le-manifeste/

Vous constaterez qu'il proposent également des formations.Je suis donc bien dans mon thème du jour. :-D
Apprendre à désobéir qui n'en rêve pas!! allez avouer!! Nous avons tous en nous une part de cet enfant digressif, bravant les interdits parentaux pour ce construire sa propre identité
Se faire entendre, prouver qui nous sommes, sortir de la masse....
Du clown activisme à la résolution non violente de conflit en passant par la grimpe militante une boite à outil pour se faire entendre par ceux qui ne veulent pas entendre.

Et vous, avez vous ce plaisir d'apprendre?
Si vous avez eu l'occasion de suivre une de ses formations, laissez nous un petit commentaire pour laisser vos impressions. Vous pouvez également nous faire part des sujets que vous aimez étudier, des livres que vous avez apprécié lire, qui vous on appris et apporter quelque chose. Aujourd'hui c'est l'ouverture à la culture de l'esprit profitez en .

lundi 1 janvier 2018

Bonne année !

Bonne_annee.jpg

dimanche 31 décembre 2017

Parce qu’il n’y aura pas d’aéroport (Texte des 6 points sur l’avenir de la ZAD)

Aeroport.jpg

Il a été réfléchi au sein d’une assemblée régulière ayant pour objet de penser à l’avenir des terres une fois le projet d’aéroport abandonné. Assemblée qui regroupe des personnes issues des différentes composantes du mouvement de lutte. Ce texte a été longuement débattu, à plusieurs reprises, dans de multiples composantes et espaces d’organisation du mouvement.

Nous défendons ce territoire et y vivons ensemble de diverses manières dans un riche brassage. Nous comptons y vivre encore longtemps et il nous importe de prendre soin de ce bocage, de ses habitant-e-s, de sa diversité, de sa flore, de sa faune et de tout ce qui s’y partage.

Une fois le projet d’aéroport abandonné, nous voulons :

1. Que les habitant-e-s, propriétaires ou locataires faisant l’objet d’une procédure d’expropriation ou d’expulsion puissent rester sur la zone et retrouver leur droits.

2. Que les agriculteurs-ices impacté-e-s, en lutte, ayant refusé de plier face à AGO-VINCI, puissent continuer de cultiver librement les terres dont il-elles ont l’usage, recouvrir leurs droits et poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions.

3. Que les nouveaux habitant-e-s venu-e-s occuper la ZAD pour prendre part à la lutte puissent rester sur la zone. Que ce qui s’est construit depuis 2007 dans le mouvement d’occupation en terme d’expérimentations agricoles hors cadres, d’habitat auto-construit ou d’habitat léger (cabanes, caravanes, yourtes, etc), de formes de vies et de luttes, puisse se maintenir et se poursuivre.

4. Que les terres redistribuées chaque année par la chambre d’agriculture pour le compte d’AGO-VINCI sous la forme de baux précaires soient prises en charge par une entité issue du mouvement de lutte qui rassemblera toutes ses composantes. Que ce soit donc le mouvement anti-aéroport et non les institutions habituelles qui détermine l’usage de ces terres.

5. Que ces terres aillent à de nouvelles installations agricoles et non agricoles, officielles ou hors cadre, et non à l’agrandissement.

6. Que ces bases deviennent une réalité par notre détermination collective. Et nous porterons ensemble une attention à résoudre les éventuels conflits liés à leurs mise en oeuvre.

samedi 30 décembre 2017

Smartphones : pas smarts du tout !

Deux français sur trois en possèdent un.
Rester connecté en permanence semble être maintenant indispensable.
Une véritable addiction en vérité. Une addiction qui a un impact réel sur notre mode de fonctionnement. Lire dans Politis: Le smartphone nous rend-il cons ?
Un impact négatif. Mais ce n'est pas mon propos aujourd'hui.

de_plus_en_plus_de_place.jpg

Comme moi vous avez sans doute entendu parler des impacts que nos téléphones infligent à l'environnement.
Ceux-ci sont en particulier dus à l'extraction minière nécessaire à la fabrication de l'écran et des composants électroniques complexes.
L'extraction minière pollue l'eau, l'air et les sols.
Les travailleurs sont exploités souvent en violation des droits humains fondamentaux.
Des conflits armés sont provoqués par l'exploitation des « minerais de sang » (étain, tantale, tungstène et or).

Un smartphone renferme plus de 70 matériaux différents dans un smartphone, dont une cinquantaine de métaux, soit deux fois plus que pour un téléphone portable ancienne génération.
Ces métaux deviennent de plus en plus complexes à exploiter dans le monde.

De quoi est composÈ votre smartphone

La fabrication mondialisée de l'appareil occasionne quatre tours du monde depuis l'extraction des matières premières, jusqu’à la distribution du téléphone.

quatre_tours_du_monde.jpg

En moyenne un français change de téléphone tous les deux ans alors que l'ancien fonctionne toujours.
La publicité fait bien son travail...

Le recyclage est difficile vu la complexité de la composition des pièces.
De plus un grand nombre d'appareils reste dans nos tiroirs.

Bref, il est urgent de ralentir et de conserver notre appareil tant qu'il fonctionne.
S'il tombe en panne, il est peut être réparable.

Je vous conseille la lecture de ce fascicule conçu par l'ADEME et FNE :
guide-pratique-impacts-smartphone.pdf

Ecoutez la courte émission "c'est notre planète" du 13 septembre 2017 sur RTL :

- page 1 de 119