centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 1 avril 2015

Fin des quotas laitiers, la libéralisation à l'assaut des paysans


Aujourd'hui c'est la fin. La fin des quotas laitiers qui ont tenté de réguler le marché laitier européen depuis 31 ans.
Je ne suis pas spécialiste et ne m'étendrai donc pas sur ce mécanisme est ses résultats plus o moins bons...
L'évidence est là cependant. L'Europe poursuit sur ce terrain, sa voie vers une libéralisation toujours plus importante. Le marché va devenir la seule règle, au plus grand bénéfice de ... l'industrie laitière bien sûr !
Que vont devenir les petits producteurs qui se laisseront aller à l'agrandissement, à l’endettement pour tenter de rester concurrentiels vis à vis des plus grands ?
Nombre mettront la clé sous la porte...

Bien évidemment je rejoins tout à fait la Confédération Paysanne qui exprime ici sa position.

Pour plus d’information

Retrouvez les propositions de la Conf' dans la plaquette « Des alternatives pour une politique laitière européenne juste et efficiente »


lundi 30 mars 2015

LGV bordelaises : enquête publique défavorable


Deux projets de LGV viennent de recevoir un avis défavorable du commissaire enquêteur.

Le projet porte sur les LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse, deux tronçons totalisant 327 kilomètres, dont un tronc commun de 55 km. Ces deux nouvelles lignes doivent impacter 4.800 hectares, dont 73 de vignes AOC. Leur construction nécessiterait la réalisation de 82 viaducs, 2 tunnels, 5 tranchées ouvertes, 68 ponts, 109 passages à faune.
Rien que ça !

Selon le Journal de l'environnement cet avis défavorable serait motivé par l'insuffisance de financement, la très faible rentabilité des projets, l'insuffisance d'étude de solutions alternatives et l'énorme impact environnemental.

Reste à voir si l'avis du commissaire enquêteur sera pris en compte...
C'est loin d'être gagné !

Source : le journal de l'environnement

dimanche 29 mars 2015

PÉTITION - Roundup : interdisons ce pesticide maintenant !

Une pétition Agir pour l'Environnement



L’Organisation Mondiale de la Santé vient de classer cinq pesticides, dont le célèbre "glyphosate", substance active du Roundup, comme "cancérigène probable pour l’Homme".

Commercialisé par la multinationale Monsanto, le Roundup est un herbicide total. Plus de 80% des organismes génétiquement modifiés sont des plantes résistantes au glyphosate. Glyphosate et OGM sont donc les deux faces d’une même pièce.
La décision de l’OMS n’est pourtant pas une surprise :

  • En effet, les études menées par le professeur Gilles-Eric Séralini ont démontré, dès 2012, les effets génotoxiques du Roundup sur des rats exposés.
  • En 1985, l’Agence de protection de l’environnement des Etats-Unis avait déjà classé le glyphosate comme « cancérigène possible » avant de se dédire, vraisemblablement sous l’effet d’un lobbying intense des géants de l’agrochimie…

Ne doutant de rien, Monsanto commit, en 1998, une publicité présentant le Roundup comme un produit « biodégradable » et « bon pour la Terre »; avant d’être condamné pour publicité mensongère.

  • De fait, le glyphosate est présent dans plus de 750 produits utilisés en agriculture et vendus massivement en jardinerie.
  • Chaque année, la France épand plus de 8000 tonnes de glyphosate, contaminant les eaux de surface et nappes phréatiques.

Jardiniers amateurs et agriculteurs sont les plus exposés et présentent un risque de développer des cancers du sang (lymphome non hodgkinien). Le désherbant phare de Monsanto semble également induire sur des animaux des dommages chromosomiques, des cancers de la peau ou encore des cancers du tube rénal.

Face à ces signaux d’alerte répétés, les ministres de la Santé, de l’Agriculture et de l’Ecologie doivent agir avec rapidité pour limiter l’exposition des agriculteurs, des jardiniers amateurs et des populations riveraines des espaces traités.

Sans attendre d’hypothétiques nouvelles études, le gouvernement doit interdire la commercialisation et l’épandage des pesticides incriminés par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Signez la pétition pour envoyer un message aux ministres de la santé, de l'agriculture et de l'environnement !

http://stop-roundup.agirpourlenvironnement.org/

samedi 21 mars 2015

Demandons le retrait du marché, et notamment des jardineries, des pesticides à base de glyphosate

L'association Générations Futures lance cette pétition :


Le Centre International de recherche sur le Cancer (CIRC) vient de classer comme cancérigène probable le glyphosate, substance active notamment du fameux herbicide RoundUp (désherbant le plus utilisé au monde et associé à la culture des OGM).

Cette classification valide les études menées notamment sur le sujet par l'équipe de GE Séralini.

Générations Futures se félicite de cette classification qui reconnait la dangerosité avérée du glyphosate. Rappelons que le Sri Lanka avait pris des mesures d'interdiction contre une telle molécule. Notre association avait aussi en 2010 lancée des procédures contre plusieurs herbicides à base de glyphosate sur la base d’inquiétudes sanitaires.

4 autres substances actives sont concernées dont les fameux malathion et le diazinon qui ont été également classés cancérogènes "probables chez l'homme".

Si le Règlement 1107/2009 (cf. Annexe II point 3.6.3) s'applique il devrait y avoir des retraits du marché de produits commerciaux contenant cette substances active désormais reconnue officiellement comme cancérigène probable.

Nous demandons une réévaluation immédiate par l'EFSA du glyphosate et un retrait tout aussi immédiat des produits vendus en France à base de cette substances actives (cela concerne ne nombreuses spécialités commerciales dont certaines destinées aux jardiniers amateurs!)

Pour signer cette pétition

http://www.generations-futures.fr/petition/action-demandons-le-retrait-du-glyfosate/

vendredi 20 mars 2015

Samedi 21 Mars, manifestons pour défendre les serres d'Auteuil

J'ai parlé plusieurs fois ici du projet d’agrandissement des installation de Roland Garros qui menace les serres d'Auteuil.

Le comité de soutien des serres d'Auteuil appelle à manifester ce samedi 21 mars 15 heures Avenue Gordon Bennett (Paris 16).


Les dernières péripéties:

  • au début du mois, Manuel Valls demande à la ministre de l'Ecologie d'accorder sans tarder son feu vert aux permis de construire de la FFT (Fédération Française de Tennis), en particulier sur le Jardin botanique des Serres d'Auteuil.
  • le 10 mars, réunion de la Commission supérieure des sites boycottée par la FFT et la mairie de Paris sur le conseil de Manuel Valls. La Commision demande cependant, au nom de la continuité de l'Etat, que la FFT respecte les réserves émises lors de la précédente réunion du 15 décembre 2011, notamment l'exclusion de la concession (de la mairie de Paris à la FFT) des bâtiments classés de l'Orangerie et du Fleuriste.
  • lundi dernier, Anne Hidalgo, maire de Paris, écrit au président de la République au sujet des modalités de la candidature (éventuelle) de Paris aux JO 2024, et lui demande d'accorder sans attendre les permis de construire d'extension de Roland-Garros.
  • enfin ce 18 mars, il s'est produit un renversement d'alliance au Conseil de Paris à l'initiative du groupe écologiste, Yves Contassot ayant obtenu un vote à l'unanimité (PS, EELV, UMP, UDI etc) d'un voeu appelant notamment à une étude approfondie du projet alternatif de couverture de l'autoroute A13 porté par les associations.

DANS CE CONTEXTE, IL FAUT MAINTENANT QUE LES RESPONSABLES PRENNENT EN COMPTE LA MOBILISATION DES CITOYENS

LA PETITION VA DEPASSER 63 000 SIGNATAIRES CAR LES CITOYENS ONT COMPRIS QU'IL S'AGIT D'UN ENJEU A LA FOIS LOCAL, NATIONAL ET MONDIAL

EN PARTICULIER LES QUELQUE 20 000 HABITANTS DE PARIS ET DE LA REGION PARISIENNE AYANT SIGNE LA PETITION DOIVENT SE MOBILISER EN MASSE SAMEDI EN FAVEUR DE LA DEFENSE DES SERRES D'AUTEUIL

APRES LES ZAD (Zones A Défendre) VOICI LE JAD (Jardin A Défendre) !

dimanche 8 mars 2015

Le nouveau régime méditerranéen


Auteur : Dr Michel de Lorgeril
Editeur : TERRE VIVANTE
ISBN-10: 236098148X
ISBN-13: 978-2360981489

Première source de santé, notre alimentation se doit aussi d’être financièrement abordable et respectueuse de la planète. Dès le début de son nouveau livre, le Dr Michel de Lorgeril annonce son intension : nous aider à choisir nos aliments selon trois critères : santé, environnement et budget.
Médecin chercheur en nutrition, il adopte une démarche résolument scientifique et reste très prudent sur les limites de cette science qu’il pratique depuis 40 ans.
Souvent les études fiables manquent, c’est alors vers l’empirisme et la tradition du régime alimentaire pratiqué de longue date par les peuples méditerranéens que l’auteur se tourne. Pourquoi donc ? Parce-que selon lui c’est le seul régime alimentaire assez documenté pour servir de modèle nutritionnel et parce que c’est le seul régime qui rassemble autant d’études scientifiques en montrant les bénéfices. Des bénéfices pour le moins séduisants : protection des maladies cardiovasculaires et réduction des risques de cancers, de maladies métaboliques (diabète de type 2, obésité,…), du tube digestif et nerveuses, d’asthme et de maladies oculaires.

Voici donc un volumineux livre sur la nutrition, disciple médicale toute jeune. Rançon de cette jeunesse, souvent les avis divergent. Avis de spécialistes formés et expérimentés mais aussi avis de nutritionnistes ou de naturopathes aux connaissances et compétences douteuses. Face à une telle situation, pourquoi se fier et suivre l’avis et les conseils du Dr Michel de Lorgeril. Son argument est simple et, somme toutes, désarmant : il nous engage à lui faire confiance. Une confiance basée sur son expérience pratique de plusieurs décennies, quatre au total, qui lui ont toujours donné raison, nous dit-il. D’un style simple abordable par tous, dynamique, vivant et agrémenté d’une pointe d’humour, l’auteur traite son sujet avec méthode. Chaque thème est d’abord présenté par les données scientifiques disponibles et toujours Michel de Lorgeril nous livre son avis personnel et ses conseils.

Mais quel est donc ce régime méditerranéen, mode de vie protecteur qui confère à la zone méditerranéenne une espérance de vie parmi les meilleures au monde ?
L’auteur présente la tradition alimentaire des méditerranéens en cinq points :
1- Les végétaux sont le noyau central de leur repas ;
2- Ils ne sont pas végétariens, consomment des produits animaux de façon modérée ;
3- Leurs habitudes alimentaires sont d’une extraordinaire diversité ;
4- Ils mangent des aliments de saison ;
5- Ils mangent beaucoup de céréales, de légumes secs et de fruits.

Michel de Lorgeril se montre un fervent partisan de l’agriculture biologique, de l’utilisation de produits simples, le moins transformés possible et surtout de produits de qualité que l’industrie alimentaire n’est pas en mesure de fournir. Il insiste sur cela à maintes reprises dans les différents chapitres de son ouvrage, chacun dédié à un type d’aliments de la diète méditerranéenne modernisée. Une modernisation que l’auteur considère indispensable à notre époque où bien des choses ont changé depuis le temps maintenant révolu des méditerranéens d’antan. Cette modernisation consiste ici à choisir des types de céréales bien spécifiques et ailleurs à consommer des produits plus exotiques que typiquement méditerranéens.

Produits animaux et de la ferme, du potager et du verger, légumineuses, produits céréaliers, produits de la mer et des eaux douces sont abordés au fils de cet ouvrage de référence et truffé de précieux conseils. Ce sont ensuite la question des lipides et des matières grasses, celle des sucres, sucreries et des édulcorants, du thé, café et chocolat, du sel, poivre et épices et aussi des boissons alcoolisées qui sont traités, toujours sous l’angle des données et études scientifiques disponibles, mais aussi par la tradition alimentaires méditerranéenne et le bon sens. Les aspects économiques et environnementaux possèdent leurs propres chapitres mais se trouvent toujours en filigrane de chaque page. Michel de Lorgeril se révèle d’une nature foncièrement écologiste, promouvant l’agriculture biologique et dénonçant OGM et pilage des océans par la pèche industrielle.

Comme toujours, Terre vivante nous offre ici un ouvrage de grande qualité. Le contenu uniquement textuel de cet ouvrage nous change du livre abondamment et magnifiquement illustré auquel nous a habitué l’éditeur. Le catalogue Terre vivante s’en trouve enrichi d’un ouvrage qui fera probablement référence dans son domaine.

Pour plus d’information

Regardez la présentation de son livre par l'auteur :

Feuilletez quelques pages : http://fr.calameo.com/read/0004005470790e17ad1cd

Consultez le sommaire du livre : http://boutique.terrevivante.org/uploads/Externe/83/LIV_SOMMAIREPDF_246_1419328326.pdf

Et visitez la boutique Terre vivante

samedi 7 mars 2015

Commémorons de Fukushima, le 11 mars 2015


Le 11 mars 2015, nous commémorerons les quatre ans de la catastrophe de Fukushima, une catastrophe qui n’en est hélas qu’à ses débuts, car la radioactivité sera encore présente pendant des milliers d’années, avec des conséquences immenses pour les populations et l’environnement…

En solidarité avec les victimes passées, présentes et futures et en solidarité avec le peuple japonais, rassemblons-nous le 11 mars prochain pour que cela n’arrive plus jamais, ni en France ni ailleurs.

A Paris, retrouvons-nous à 18h30 sur la place de la République pour commémorer les victimes de ce drame, exprimer notre solidarité avec le peuple japonais, mais aussi pour rappeler l’arrêt urgent des centrales nucléaires en France. Avec le vieillissement des réacteurs, au départ prévus pour 30 ans, mais qu’EDF voudrait prolonger bien au delà, fera-t-on bientôt face à un Fukushima français ?

Au programme

  • Prises de parole sur la situation à Fukushima
  • Musique
  • Minute de silence
  • Tracts sur la situation actuelle au Japon
  • Projection

Soyons nombreux !

lundi 23 février 2015

Nucléaire et moulins à eau, trop c'est trop !

Après avoir annoncé la nécessité de construire des centrales nucléaires pour remplacer celles, trop âgées, qu'il faudra fermer, notre ministre de la dégradation de l'environnement, de la mauvaise santé et du saccage général, Mme Royal, a annoncé des mesures en faveur du développement de la petite hydroélectricité avec, par exemple, la transformation des moulins en centrales hydroélectriques.
C'est par là même une dégradation des écosystèmes aquatiques qui est annoncée ! Perpétuée...
Pour une fois, j'adhère complètement à la position affichée par FNE (voir ici).

Nucléaire : NON !
Hydro-électricité tous azimuts : encore NON !

A chaque jour un nouveau saccage gouvernemental ! Trop c'est trop !

Monsieur le Ministre : stoppez les fermes-usines !


Une pétition lancée par Agir pour l'Environnement

Aux quatre coins du territoire, des projets d’élevage industriel voient le jour.

  • une usine de 1000 vaches a pu voir le jour à Drucat dans la Somme ;
  • une autre usine de 1000 veaux est en construction à Saint-Martial-le-Vieux dans la Creuse ;
  • un poulailler géant avec 1,2 million de volailles à Pamproux (79) réalisé ;
  • une porcherie industrielle de 15 000 porcs à Vitry-le-François (51) réalisé ;
  • Etc (Voir la carte de france de l'élevage industriel).

Malgré l’impasse de ce type d’élevage qui :

  • réduit les paysans à de simples exécutants à la solde de multinationales ;
  • soumet l’animal à un environnement concentrationnaire indigne ;
  • pollue l’environnement (notamment rivières, littoraux et nappes phréatiques) ;
  • produit une alimentation de qualité discutable ;

... le gouvernement annonce un nouvel assouplissement des règles régissant l’agrandissement des élevages.

Après avoir sensiblement augmenté le seuil à partir duquel un éleveur porcin aura à effectuer une déclaration, c’est autour des poulaillers industriels de bénéficier d’un nouveau passe-droit.

Malgré les beaux discours écologiques, les choix du gouvernement sont toujours les mêmes et favorisent encore et toujours les pollueurs.

Il est temps de mettre un terme à cette fuite en avant : il est nécessaire qu’un véritable débat s’engage afin de tenir compte de la volonté maintes fois exprimée des citoyens d’une nourriture de qualité et d’un environnement préservé.

Le gouvernement doit renoncer à soutenir cette course au gigantisme : il doit abandonner sa volonté de détricoter le droit de l’environnement pour satisfaire les exigences de quelques centaines d’agriculteurs productivistes et des multinationales qui les instrumentalisent.

Le texte de la pétition

Monsieur le ministre de l’Agriculture,

Vos récents propos annonçant que vous vous apprêtez une nouvelle fois à assouplir les autorisations d’agrandissement des élevages industriels tout en réduisant et en allégeant le nombre des contrôles ciblant ces usines m’ont scandalisé.

Alors même qu'une écrasante majorité de Français (87%) souhaitent que la politique agricole favorise les «petites exploitations qui privilégient la qualité des produits», selon un sondage Odoxa publié dimanche dans Le Parisien ;

Alors même que la situation dramatique de l’agriculture en général et de l’élevage en particulier devrait vous amener à changer de politique ;

Vous semblez prêt à donner raison à cette minorité de productivistes :
■ qui polluent nos sols et nos rivières,
■ qui produisent à la chaine une alimentation de piètre qualité,
■ et qui confinent les animaux dans des univers concentrationnaires inacceptables.

Ce "modèle" industriel nous rend dépendants des marchés spéculatifs et des importations d'aliments pour bétail, il détruit le tissu agricole, augmente le chômage et bafoue les attentes sociales. Il est grand temps que l’agriculture cesse d’être le monopole d’une minorité agissante.

Il est plus que nécessaire d’ouvrir un vaste débat sur l’avenir de l’agriculture prenant en compte les aspirations de la société à plus de qualité et de respect de l’environnement.

La politique agricole doit enfin être co-élaborée par les citoyens, dans une nouvelle démarche de type "États généraux de l'agriculture" associant :
• les associations environnementales,
• les organisations de consommateurs,
• les acteurs de la solidarité internationale,
• les associations de médecins,
• l'ensemble des acteurs du milieu rural -
• et bien sûr la diversité des organisations paysannes (incluant les syndicats minoritaires, les organisations de l'agriculture biologique, les CIVAM, etc.).

Je vous prie de recevoir, l’expression de ma considération respectueuse.


Pour signer

http://fermes-usines.agirpourlenvironnement.org/

samedi 21 février 2015

11ème nuit de la chouette le 4 Avril 2015



Elle a lieu tous les deux ans seulement et cette année la nuit de la chouette se déroulera le 4 Avril.
La LPO et la Fédération des Parcs Naturels Régionaux de France organisent cette belle manifestation pour la onzième fois.
De nombreuses sorties gratuites nous permettront d'écouter le cris de ces merveilleux rapaces.
Accompagnés d'ornithologues, c'est une occasion unique de découvrir ces animaux formidables.

Alors, pour trouver l'animation la plus proche de chez vous, visitez le site dédié à l’événement: http://nuitdelachouette.lpo.fr/

Prévoyez un vêtement chaud !

mardi 27 janvier 2015

Le capitalisme et les deux mamelles du terrorisme

J'aimerais aujourd'hui vous inciter à lire deux excellents articles qui dénoncent l’état de guerre déclaré par notre gouvernement, soi disant contre le terrorisme.

J’expliquais brièvement dans un récent billet (ici) pourquoi je n’ai pas manifesté à Paris le 11 janvier.
Hervé Kempf et Marie-Monique Robin développent et expliquent tellement mieux que moi cette terrible voie dans laquelle nos politiques entraient notre pays que je ne me risquerais pas à écrire davantage là-dessus.
L’éclairage de ces deux excellents journalistes engagés est de toute première importance. Je ne peux que chaudement vous recommander leur lecture :

Marie-Monique Robin : LES TUERIES DU 7 JANVIER NE SONT PAS DES « FAITS DE GUERRE » MAIS D’ATROCES « FAITS DIVERS »

Hervé Kempf : Je ne suis pas en guerre

Je ne citerai que quelques mots de Marie-Monique Robin : «…c’est la barbarie institutionnelle inhérente au système capitaliste globalisé qui génère les deux mamelles du terrorisme : l’humiliation et la haine.. » et qui conclue ainsi : « Profitons de cet incroyable élan de fraternité et de solidarité pour exiger du gouvernement qu’il mène la seule guerre qui vaille : celle contre la machine capitaliste qui fabrique des pauvres à la chaîne, sème la haine et le désespoir, détruit la planète, dérègle le climat et menace l’avenir des nos enfants ! »

Ne soyons pas des moutons. Ne soyons pas le Charlie qu’ils veulent nous voir être, celui des tensions inter-communautaires, celui de la mondialisation, celui de l’accroissement des inégalités, celui de la diminution des libertés.


mercredi 14 janvier 2015

Catapulte, essai transformé


Auteur : Bernard Blancan
Editeur : Persée (Editions)
ISBN : 978-2-8231-1007-4

Je connaissais Bernard Blancan comme acteur, réalisateur, essayiste et comme blogueur.
Avec « Catapulte », voici l’occasion de découvrir le romancier.

Blanche et glacée, la couverture est à l’image de l’ouvrage, sobre et efficace.
Bien positionné selon le nombre d’or, le titre évoque le sang par sa couleur et sa calligraphie.

Si la mort est au rendez-vous, elle arrive assez tard dans ce polar, laissant une large place à deux thèmes que Bernard connait bien, la sourcellerie et le magnétisme.
Pour autant ce roman appartient-il au genre fantastique ? Une réponse spontanée pourrait être affirmative, ce qui serait cohérent avec la présentation du livre en quatrième de couverture. Pour autant, les pratiques de Ludo le sourcier et de Brochet le guérisseur sont bien ancrées dans le réel comme en attestent les deux essais publiés par Bernard, « Secrets de sourcier » et « Si j’étais guérisseur ». A vous lecteurs de voir… et finalement peu importe.

Des personnages attachants, une atmosphère lourde et légère à la fois, le roman s’avère très prenant tout en restant simple, vrai, émaillé de situations que le lecteur se rappellera avoir côtoyé ou vécu telle la balade à la FNAC pour voir les derniers produits high-tech.
En passant Bernard livre quelques points de vue personnels comme son résumé en une page (bel exploit !) de l’évolution de la société depuis les temps où la religion prédominait jusqu’à la période actuelle où la finance a pris le dessus, en passant par l’industrialisation et le rapport au travail et à la consommation.

Son écriture dynamique, son atmosphère étrange, le caractère un peu magique des sourciers et des guérisseurs, l’intrigue du polar font aussi de ce court roman un beau moment de lecture et un accélérateur de temps qui fait arriver trop vite la dernière page.

En seconde page comme dans l’avant dernière, apparaît un personnage annexe, un second rôle en somme. « Il pourrait être acteur. Il ressemble à un gars qu’on voit parfois dans les téléfilms et qui joue souvent les méchants ou des suspects. ». Tient, ça me rappelle quelqu’un, pas vous ? C’est un écrivain qualifié de scribouillard, alors non, ce n’est pas lui !

Vous avez compris, j’ai beaucoup aimé.
Catapulte : un essai transformé.

mardi 13 janvier 2015

Je suis Rémi


Aussitôt après l’attentat contre Charlie Hebdo j’étais Charlie.
Non que j’aime ce journal qui va souvent trop loin. Je n’apprécie pas la vulgarité.
Je reconnais volontiers son caractère souvent pertinent et impertinent. C’est bien.
Quelle douleur de savoir ces personnes, ces journalistes tués. Ma douleur s’associait à celle de leurs proches, à celle des citoyens consternés. J’étais Charlie.

Rien ne justifie que l’on porte atteinte à la vie, à la santé d’un homme contre sa volonté. C’est mon avis. Rien ne justifie donc quelque attentat que ce soit. Rien ne justifie celui contre Charlie hebdo pas plus que les prises d’otages de ces derniers jours.
Pour autant les choses se compliquent très rapidement. La mort des criminels, des preneurs d’otages lors des assauts était-elle justifiée ? Evidemment ils avaient tué des otages ou allaient en tuer. Alors, quoi faire dans l’urgence ? Hé oui ça se complique très vite si l’on ne veut pas avoir de double langage, ne pas dire, ha oui, dans ce cas là… si l’on ne veut pas amener des exceptions si difficiles à définir…
Rien ne justifie la mort d’un homme. Directe ou indirecte. Rien ne justifie de porter atteinte à sa santé.

Est-ce que l’on tue les responsables politiques ou d’entreprises qui pillent les ressources naturelles ici ou ailleurs au mépris de la vie et de la santé des travailleurs et des populations ? Non.
Est ce que l’on tue les responsables des politiques interventionnistes, néocoloniales, qui, contribuent entre autres au terrorisme. Tout cela souvent au nom de la lutte pour les droits de l’homme, de la lutte contre le terrorisme, au nom de la démocratie, alors que cela cache des intérêts politiques, financiers et autres bien moins avouables ? Non.

Alors, manifester dimanche dernier aux côtés de tous ces « chefs d’états » plus ou moins directement responsables des atteintes à la terre et aux hommes, plus ou moins responsables du terrorisme ?
Non pas pour moi. Toute cette récupération m’écœure alors, non, je ne suis plus Charlie. Au sens actuel en tout cas. Celui entre autres où la politique sécuritaire va encore s'accentuer un peu partout au mépris des libertés...

Ho je sais, même la mort de Rémi Fraisse à Sivens fut aussi l’objet de récupérations.
A choisir, quand même, oui, je suis Rémi.

mercredi 7 janvier 2015

Charlie, moi aussi, évidemment.

Charlie, moi aussi, évidemment.
Pensée particulière à Fabrice Nicolino, blessé aux jambes semble-t-il.
Nous l'avons vu dans les reportages évacué sur une civière. En soirée des messages Twitter indiquent que son pronostic vital ne serait plus engagé.


mardi 6 janvier 2015

Cigéo – Quand l’ANDRA escamote le potentiel géothermique du site de Bure

Vous connaissez le projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs ? Si la réponse est non, mieux vaut jeter un coup d’œil ici avant de poursuivre cette lecture.

Je cite ici la présentation par le CEDRA de la question du potentiel géothermique du site de Bure :

Si vous vouliez vous débarrasser d’une bombe, vous iriez, vous, l’enterrer dans votre jardin où on dit qu’il y a un trésor ?
Non bien sûr, de peur que vos descendants, ayant oublié la bombe mais pas le trésor, se mettent à creuser à la recherche de celui-ci. Question de simple bon sens.
Exactement ce qui guida la réflexion de l’Etat quand il décida de se débarrasser des pires déchets du nucléaire en les enfouissant.
OK pour l’enfouissement, dit-il, mais surtout pas dans un endroit où le sous-sol pourrait recéler des richesses, comme des pierres précieuses, des métaux rares, du pétrole, du charbon, du gaz de schiste, de l’eau chaude… afin d’éviter, justement, que les générations à venir n’aillent creuser là. Et l’Etat édicta (début des années 90) une « Règle fondamentale de sûreté » en ce sens (RFS.III.2f).
Quelques années plus tard, le village de BURE fut ciblé pour le projet de poubelle nucléaire souterraine (début 1994). Au vu de la RFS, c’est donc que le sous-sol choisi était sans intérêt aucun…

Des associations (Réseau "Sortir du nucléaire", BureStop 55, MIRABEL Lorraine Nature Environnement, Les Habitants Vigilants du canton de Gondrecourt-le-Château, CEDRA 52 et ASODEDRA), considérant que l’ANDRA a commis une faute a mis l’affaire en justice.

Pour plus d’information, je vous conseille la lecture de l’article de Reporterre. Clair et synthétique.
Vous pouvez aussi consulter le dossier du Réseau Sortir du nucléaire.

L’audience s’est tenue hier à Nanterre.
L'horaire étant peu compatible avec mes heures de travail, je suis arrivé sur la fin. Je ne pourrais donc vous rapporter les détails, juste que les représentant des associations étaient assez satisfaits de la manière dont cela c'est passé.
La délibération aura lieu le 26 Mars 2015.


Un article et quelques photos de l'Est Républicain : http://www.estrepublicain.fr/environnement/2015/01/05/cigeo-l-andra-a-la-barre

lundi 5 janvier 2015

Extraction de sable coquillier en baie de Lannion : ni ici ni ailleurs !

Je vous en parle depuis près de 4 ans (voir mes billets ici) que le collectif « Peuple des dunes en Trègor » se bat contre le projet d’extraction de sable coquillier en baie de Lannion.

En ce début d’année, Alain Bidal, président du collectif nous alerte :

L’heure est grave.

Depuis quelques jours, des informations concordantes laissent à penser que le ministre E. Macron va délivrer le titre minier dans le premier trimestre 2015. Nous n’avons pas fait tout cet important travail avec vous depuis 4 ans pour nous laisser faire, c’est maintenant ou jamais.Nous avons besoin de votre aide pour réussir cette manifestation et montrer notre détermination intacte au ministère.

Nous organisons une grande manifestation à Lannion, le 24 JANVIER 2015 à 10 Heures, parking de la poste
Avant que le ministre ne délivre cette autorisation nous devons réagir : C’est maintenant ou jamais qu’il faut manifester, après la décision favorable du ministre, il sera trop tard.

Nous devons de réussir cette manifestation pour tenter de faire infléchir la position du ministre et sur laquelle les élus pourront s'appuyer lors la rencontre prévue avec M. Macron en janvier 2015. Je vous remercie de diffuser largement cette information à toutes vos connaissances, réseaux sociaux….Seule une très forte mobilisation pourra faire reculer le ministre. En mai 2012, nous étions 4 000 personnes à manifester : dépassons largement cet objectif.

A Sivens, Roybon, Notre Dame des Landes, les politiques déclarent que ces projets se feront puisque les élus locaux le veulent : ici, tous les élus et parlementaires locaux sont contre et on ferait quand même ! où est la cohérence ? Ce serait un déni de démocratie de la part ministre d’accepter un tel projet dangereux à plus d’un titre. Rendez-vous le 24 janvier 2015 à Lannion avec vos banderoles, pancartes, sifflets….. Au nom du collectif, je vous présente ainsi qu’à tous ceux qui vous sont proches mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année et je formule un vœu : que ce projet absurde soit rejeté par le ministère de l’Economie. A bientôt

Alain Bidal
Président du Collectif Le Peuple des Dunes en Trégor
Maison des associations 22560 Trébeurden
Tél.: 02.96.23.67.60
http://peupledesdunesentregor.com
peupledesdunesentregor@gmail.com



Si je reste totalement opposé à ce projet destructeur des fonds marins et de leur biodiversité, une partie de l’argumentaire du collectif m’interpelle et me pose problème.
En effet celui-ci propose de déplacer le lieu d’extraction plus au large, arguant d’impacts moindres. Je ne suis pas d’accord et ai adressé le message suivant à Alin Bidal.

Bonjour Alain,
Militants écologistes de longue date, nous soutenons la lutte contre le projet d’extraction en baie de Lannion quasiment depuis le début. Votre région nous touche en particulier en tant que bénévoles LPO et vu les impacts que le projet aurait sur les populations d’oiseaux des Sept Iles.
Après avoir espéré l’abandon, nous sommes consternés d’apprendre la possible délivrance du titre minier. A l’annonce de la manifestation du 24 janvier, nous étions décidés à faire de déplacement depuis la région parisienne.

C’est alors que nous lisons ce que Le Télégramme rapporte de vos propos « On sait très bien que les carrières terrestres s'épuisent et que la mer recèle des ressources importantes, mais on dit : ne faites pas l'extraction dans cet endroit exceptionnel de biodiversité, entre deux zones Natura 2000, allez plus au large, là où les incidences seront moindres. »
Argument que nous retrouvons sur le site internet de votre collectif «D’autres solutions sont possibles : dragage plus loin en mer à plus grande profondeur là ou les impacts environnementaux seront négligeables ; autres sites possibles ou les incidences seraient moindres.»
Nous pensons qu’il ne faut pas repousser un tel projet dans une autre zone. Le milieu marin est déjà fort dégradé du fait des activités humaines, nous ne voulons pas proposer de continuer à lui porter atteinte. Comment évoquer des impacts moindres d’une extraction plus loin en mer ? Outre que les fonds marins se trouveraient très probablement affectés à distance du lieu d’extraction, nous sommes certains que l’éloignement poserait tout de même problème aux populations animales, notamment aux oiseaux des Sept Iles qui parcourent de longues distances à la recherche de poisson pour se nourrir eux mêmes ainsi que leurs petits.
De notre point de vue, le message à mettre en avant lors de la manifestation du 24 janvier doit être « ni ici ni ailleurs ».
Pourriez-vous nous confirmer que ce sera le cas ?
Nous serions alors heureux de nous joindre à vous à Lannion le 24.
Vous adressant nos meilleurs vœux pour que l’année 2015 concrétise tous vos espoirs écologistes.
Bien cordialement,

Pas de réponse pour le moment. Attendons…


vendredi 26 décembre 2014

10 décembre 2014 : journée internationale des peuples pour le climat

En marge de l'officielle conférence sur le climat négociée chaque année par nos gouvernements, le 10 décembre dernier dans les rues de Lima, se rassemblaient des milliers de personnes pour la journée internationale des peuples pour le climat. Aucune de ses personnes n'étaient dupes quant aux solutions qui allaient être proposées par la COP20, le mot d'orde : « Changeons le système, pas le climat ! ». Lancée par la "cumbre de los pueblos" (sommet des peuples), cet évènement alternatif appellait à une mobilisation des citoyens du monde entier pour une Terre habitable et la justice climatique.

A plusieurs milliers de kilomètres de là, place de la place de la République à Paris, une fresque humaine était organisée par l'organisation Alternatiba avec de nombreuses autre associations connues mais aussi, et c'est plus rare, avec des associations des peuples du Sud. L'objectif était de donner une compréhension visuelle de la problématique climatique au grand public à travers un happening scénarisé en 3 tableaux.

Les militants étaient majoritairement enchaînés autour de la fontaine de la Liberté pour représenter les 7 milliards d'individus prisonniers du système actuel porté par la majorité des gouvernements et des multinationales. Ceux-ci étaient représentés par des hommes en costumes-cravates, un manager de Total specialisé en bio-ingénierie, une plateforme pétrolière et des "hommes-maïs" OGM de Monsanto. Derrière, une rangée de bambous verdoyante nous rappelait aussi la fausse promesse des agrocarburants produits par les plantations d'arbres à croissance rapide pour nourrir nos voitures et qui en plus d'affamer les populations, détruisent des hectares de forêts primaires occasionnant par là-même une véritable bombe climatique. Une centrale nucléaire et son ingénieur EDF illustraient le top des fausses solutions : la typiquement française énergie nucléaire !

Face à eux, quelques porteurs d'alternatives mettaient déjà en oeuvre des solutions simples et efficaces : la sobriété énergétique et les énergies renouvelables remplaçant l'extractivisme* forcené. Nourrissant actuellement 70% de la population, l'agriculture paysanne, encore améliorée, serait capable de remettre dans la terre sous forme de biomasse, 40 à 50% des GES qui ont été émis par l'agriculture productiviste de ces 50 dernières années. A la nuit tombante, muent par le besoin d'agir, une centaine de militants se sont libérés physiquement de la rubalise qui les entravait pour porter eux aussi une magnifique planète qui éclairait la place de sa lumière bleutée.

  • Modèle de développement basé sur l'exploitation des ressources naturelles, humaines et financières, guidé par la croyance en une nécessaire croissance

dimanche 21 décembre 2014

Manifestation anti-TAFTA et austérité 19 décembre à Bruxelles

Nous étions entre 3000 et 4000 à manifester ce vendredi 19 décembre à Bruxelles autour du Conseil de L'Europe contre le traité TAFTA et la politique d'austérité.
Devant notre volonté d'encercler le sommet européen qui devait se tenir ce jour là, les responsables gouvernementaux ont abrégé le sommet et se sont enfuis au milieu de la nuit précédant notre rassemblement. Quel courage !

La pluie et les forces de polices n'ont pas entamé notre détermination !


Les agriculteurs étaient de la partie, ayant roulé une partie de la nuit.



Notre vote, leur action ! Rien à voir entre eux dans ce simulacre de démocratrie !



L'Europe de la liberté... sous surveillance !



samedi 13 décembre 2014

TAFTA ta gueule à la récré

vendredi 12 décembre 2014

Rendez-vous à Bruxelles le 19 décembre à 7h


- page 1 de 109