centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 28 août 2015

Du vendredi 28 au dimanche 30 Août : Opération "Allô le PS ? Fermez Fessenheim !"


Fessenheim est la plus vieille centrale nucléaire en ac­tivité en France, ses deux réacteurs ayant été connectés au réseau en 1977. Elle cumule les risques : zone sismi­que et inondable, couloir aérien, conception défectueuse, incidents à répétition…

En 2011, le PS et EELV signaient un accord électoral qui prévoyait son « arrêt immédiat », c’est-à-dire au lende­main de l’élection présidentielle. En 2012, François Hol­lande déclarait « Je veux fermer Fessenheim pour deux raisons. C’est la plus vieille centrale, prévue pour 30 ans et elle aura 40 ans d’âge en 2017. Et elle est située près d’une faille sismique. » Mais son engagement reste à ce jour lettre morte.

Le réseau Sortir du nucléaire organise ce weeek-end une action « tempête » sur les réseaux sociaux !
Prenons d’assaut les lignes téléphoniques du Parti Socialiste au moment même où le parti tiendra son université d’été dans la ville de La Rochelle.
Simultanément menons une action « tempête » sur les réseaux sociaux !
Par téléphone ou sur le web, restons courtois : notre exigence et nos arguments n’en auront que plus de poids !
Par téléphone ou sur le web, restons courtois : notre exigence et nos arguments n’en auront que plus de poids !

Exemple de questions à poser

  • Bonjour, François Hollande a déclaré le 2 mai 2012 déjà devant les Français : « Je veux fermer Fessenheim pour deux raisons. C’est la plus vieille centrale, prévue pour 30 ans et elle aura 40 ans d’âge en 2017. Et elle est située près d’une faille sismique ». Le Parti Socialiste doit rappeler François Hollande à ses engagements !
  • Bonjour, je suis fermement convaincu de la nécessité de fermer la centrale de Fessenheim immédiatement et j’aimerais connaître la position du parti socialiste ?
  • Bonjour, je suis très inquiet au sujet des derniers développements de la loi de transition énergétique qui permettrait à la centrale de Fessenheim de rester encore ouverte ! Pouvez-vous demander au gouvernement français d’écouter les citoyens et exiger sa fermeture immédiate ?

Idées de messages pour les réseaux sociaux
@jccambadelis Quelle est la position du #PS sur la fermeture de #Fessenheim ? Respectez vos promesses #FermezFessenheim !
@ (membre du PS) Quelle est votre position sur la fermeture de #Fessenheim ? Pas de recul possible ! #FermezFessenheim !
ex @ClotildeVALTER (secrétaire nationale à l’Energie et transition énergétique, mais tout élu PS peut être destinataire) de nombreuses figures PS ont un compte twitter
ex : @MartineAubry ; @benoithamon ; @manuelvalls
ou encore :
@partisocialiste l’ #UEPS doit être le moment pour rappeler l’exigence de fermeture immédiate de #Fessenheim
@renouveausoc l’ #UEPS doit dire avec nous #FermezFessenheim la plus vieille centrale de France !
@partisocialiste à l’ #UEPS plus de promesses : #FermezFessenheim maintenant !

Pour participer à la tempête

http://www.sortirdunucleaire.org/PS-Fermez-Fessenheim

lundi 24 août 2015

10-17 octobre 2015 : semaine internationale contre les traités de libre-échange

Le 10 octobre prochain des manifestations auront lieu partout en Europe et en Amérique du Nord, similaires aux 700 actions qui ont été répertoriées pour la dernière journée de mobilisation du 18 avril 2015. Certains pays comme l’Allemagne et Les Pays-Bas organisent également des événements centralisés. A Bruxelles, le 15 Octobre, une action d`encerclement du sommet Européen aura lieu pour demander une autre Europe, sans austérité et sans traités de libre échange. S`en suivra le 16 Octobre un contre-sommet Européen avec beaucoup d`événements d`information et une grande manifestation européenne le 17 Octobre.

Vous trouverez les manifestations qui auront lieu près de chez vous sur le site internet dédiée à cette semaine de mobilisation (10 – 17 octobre). Et s’il n’y a rien n’annoncé dans votre région, pourquoi ne pas créer un événement et l’inscrire sur la carte !

Signer l’ICE pour stopper le TTIP et le CETA



2,5 millions de signatures !

Vous aussi signez !



dimanche 16 août 2015

Jardins secs


Auteurs : Serge Lapouge - Brigitte Lapouge-Déjean
Editeur : Terre vivante
Collection : Conseils d'expert
ISBN : 978-2-36098-060-4

Les jardiniers sont de ceux qui vivent concrètement les conséquences des changements climatiques. Le livre dont je vais vous parler ici ne concerne pas les réfugiés du climat, le propos est heureusement plus léger sans pour autant être futile. La question de la disponibilité de la ressource en eau se pose effectivement de manière de plus en plus fortement au fil des ans. Le temps des jardins abondamment arrosés est probablement révolu. Avec la sècheresse particulièrement sévère de cet été 2015, les restrictions d’utilisation de l’eau se sont généralisées en de nombreuses régions françaises. Les jardins secs, titre de l’ouvrage de Brigitte et Serge Lapouge résultent de pratiques très recommandables pour le porte monnaie du jardinier mais surtout sur le plan écologique.
Serge et Brigitte Lapouge parlent (ou plutôt écrivent) d’expérience. Ils jardinent en effet « à sec » depuis des décennies dans leurs « Jardins de l’Albarède » en Dordogne mais ce n’est pas seulement leurs propres pratiques qu’ils nous font partager, nous entraînant dans 12 jardins secs. Elle journaliste et écrivain, lui entrepreneur paysagiste, ils ont visité ces jardins et nous font partager partagé l’expérience de leurs auteurs.

L’ouvrage n’est pas un classique manuel de jardinage, il aborde les différents aspects et contraintes de la création de jardins dans des conditions parfois extrêmes. De manière très concrète chaque chapitre nous raconte tout d’abord l’histoire d’un jardin, les difficultés rencontrées par ses créateurs, les solutions et pratiques qu’ils ont mis en œuvre pour faire sortir de petits paradis d’une terre aride, là où rares sont ceux auraient parié sur leur réussite. Brigitte et Serge excellent à nous relater ainsi ces histoires et la réussite de passionnés dont on peut visiter les jardins magnifiques comme en témoignent les très belles et nombreuses photographies illustrant le livre.
Cette vivante première partie est suivie par la présentation des solutions et des gestes techniques expliqués de manière claire et didactique, le tout émaillé de nombreux pas à pas. La palette du jardinier conclue chaque sujet, joli titre bien choisi pour nous conseiller les plantes adaptées aux difficultés et conditions extrêmes traitées dans le chapitre.

Même s’il n’est pas dans ses projets de créer un jardin là où seules pierres et herbes sauvages prospèrent, le jardinier trouvera sans conteste idées, pratiques et informations bien utiles à son jardin d’agrément ou potager. Il ne sera pas inutile de lire avec attention le premier chapitre qui nous engage à apprivoiser le sol par l’utilisation du compost, d’engrais verts et par le paillage. S’adapter au rocher et jardiner en terre sablonneuse intéresseront sans doute un nombre plus restreint de lecteurs. Il en est de même pour le chapitre suivant consacré à la gestion des conditions extrêmes. Se protéger du vent et du soleil s’applique partout alors que la résistance aux sel et embruns concernera les jardiniers du littoral. Cultiver mieux avec moins d’eau constitue à mon sens le cœur de l’ouvrage. C’est bien la pratique reine au jardin qu’il sec ou pas. Arrosage minimal au potager, sobriété au verger, récupération d e l’eau et gestion de l’arrosage constituent ce chapitre essentiel.
Alors que l’interdiction d’arroser les pelouses est de règle en de nombreuses régions, le paragraphe « oublier le gazon » nous offre plusieurs pistes, idées et conseils des plus utiles.

Auteure de plusieurs livres chez Terre vivante, Brigitte Lapouge nous propose, avec Serge cette fois, un bel ouvrage riche d’idées, conseil et d’explications dont la lecture se révèle agréable et utile au lecteur jardinier expérimenté.

Pour feuilleter quelques pages

http://fr.calameo.com/read/0004005479b67a312c64b

mercredi 12 août 2015

Main basse sur la ferme des Bouillons ? Les occupants restent ferme(s)

La ferme des Bouillons, située en périphérie immédiate de Rouen, est occupée depuis décembre 2012 par un collectif citoyen qui a obtenu par la lutte sa préservation, et développé un projet citoyen novateur pour le site.

La revente de la ferme, en juillet 2015, par son propriétaire en titre, Auchan, à une SCI familiale n'offre aucune garantie de préservation du caractère agricole du site. Le profil des acquéreurs laisse présager la mise en place d'un business écolo au détriment du projet citoyen élaboré et mis en place par le collectif.

L'Association de Protection de la Ferme des Bouillons demande donc aux pouvoirs publics d'exercer leurs prérogatives et de préempter la ferme pour étudier de manière équitable les différents projets puis arbitrer entre eux.

Face à l'opacité des affaires, l'association réclame la transparence démocratique.
Explications par des acteurs du mouvement.

Plus d'infos :
www.lafermedesbouillons.fr
fermedesbouillonsatriseuppointnet


jeudi 6 août 2015

6 août 1945 à 8h15

Il y a 70 ans à Hiroshima !
Plus jamais ça !
Stop aux armes nucléaires et au nucléaire civil !

BURE Cigéo atomisé par le Conseil constitutionnel

La loi Macron était imposée le 9 juillet dernier à l'Assemblée National par le recours à l'article 49.3, donc sans permettre aux seuls quelques 30 députés présents de voter.
Vous savez probablement qu'un amendement visant à entériner le projet Cigéo d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse) avait été réintroduit au dernier moment dans la loi (après plusieurs précédentes tentatives). Ainsi, l’article 201 de la Loi Macron imposait, sans discussion, sa propre définition de la réversibilité (du stockage des déchets nucléaires) : il s’agirait d’une possibilité de revenir à tous moments sur les décisions antérieures.


Bonne nouvelle, le Conseil constitutionnel vient d’invalider ce mercredi 5 août cet article 201 de la loi ainsi que plusieurs autres (traitant des sujets différents). Exit donc Cigéo de la loi Macron !
Un rebondissement de plus dans la lutte qui continue (et aurait continué même avec cet amendement scandaleux) et ne finira qu'avec l'abandon de ce projet pharaonique et dangereux.

lundi 20 juillet 2015

La Nature en alerte : J-4 pour donner notre avis sur la modification des directives européennes Oiseaux et Habitats


En Europe, des lois essentielles protègent les aspects les plus précieux de notre nature : les Directives Oiseaux et Habitats. Ces directives sont les garantes de l'avenir de notre faune et flore sauvages, de nos sites naturels et plus globalement de notre patrimoine naturel.

Or, la Commission européenne envisage de revisiter ces lois, faisant ainsi peser un risque non négligeable sur la nature. Elle nous demande notre avis par le biais d'une consultation publique en ligne jusqu'au 24 juillet 2015.

Pour répondre d'une seule voix à ces questions, La Ligue pour la Protection des Oiseaux propose des réponses pré-remplies. Pour vous joindre à son action:
https://www.lpo.fr/mobiliser/la-nature-en-alerte

Si vous souhaitez soumettre vos propres réponses, accédez directement à la consultation sur le site de la Commission européenne :
https://ec.europa.eu/eusurvey/runner/EUNatureDirectives?surveylanguage=FR

jeudi 16 juillet 2015

Jeudi qui rit, vendredi qui pleure ?

Alors qu’une bonne nouvelle éclairait ce jeudi, qu’en sera-t-il demain ?
J’évoque l’annulation aujourd’hui par le tribunal administratif de Grenoble de l’autorisation préfectorale « loi sur l’eau » des travaux du center parcs de Roybon.
Si les zadistes de Roybon ont légitimement de quoi se réduire (et pas seulement eux !), un autre jugement d’importance doit nous être communiqué demain vendredi 17 juillet.
Et là ce risque fort d’être une bien moins bonne nouvelle pour les opposants au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes (NDDL) et pas seulement pour les zadistes !

C’est en effet demain que le tribunal administratif doit rendre son avis sur 17 recours contre le projet. Les opposants s’attendent à une mauvaise nouvelle car il pourrait être considéré que le projet ne porte pas une sérieuse atteinte à l’environnement ! On croit rêver (cauchemarder) dès lors que l’on s’est rendu sur place et que l’on a vu ce magnifique endroit de nature, de culture, de vie quoi. Et il n’est que d’avoir entendu les naturalistes nous raconter les particularités remarquables des écosystèmes qui s’y trouvent, pour trouver cette allégation pour le moins risible, je dirais donc scandaleuse.

Alors ? Jeudi qui rit, vendredi qui pleure ?
Je n’espère pas cela, évidemment, même si je me doute de ce qui nous attend demain.
Je reste écœuré de m’être mis dans l’impossibilité d’être à NDDL lors du rassemblement du week-end dernier. J’aurais tant aimé entendre de vive voie les opposants anticiper la suite de la lutte, à commencer la mise en appel d’une possible décision favorable au projet.
Quant à parier sur le fait que Hollande tiendra sa parole de ne pas débuter les travaux tant que tous les recours seront épuisés, je ne m’y risquerai pas. Il y a longtemps que je n’ai plus confiance dans ces gens là ! Nous verrons qui, des recours des opposants, des promoteurs du projet s’épuiseront…

Ma certitude est que l'opposition à NDDL est tellement ancrée dans le territoire, le territoire breton, que nombreux seront ceux qui ne lâcheront rien si d'aventure le gouvernement lançait les travaux.
Ils ne lâcherons pas, jusqu'à perdre beaucoup. Beaucoup...
Allons, ne craignons pas toujours le pire.


lundi 6 juillet 2015

Paysans contre fossoyeurs de l’agriculture

Nous étions nombreux (plus de deux mille) le 17 juin devant le tribunal, plus d’un millier de personnes, pour soutenir les 9 inculpés de la Confédération Paysanne. Leur action militante, « démontage » d’une salle de traite de la ferme des milles vaches leur avait valu d’être condamnés lors du procès en première instance. Procès qui avait rassemblé sensiblement autant de monde le 28 octobre 2014 au même endroit. Bien sûr, j’en étais.

Ce second rassemblement fut tout aussi convivial et bien organisé. Un grand bravo la Confédération Paysanne et à ses amis ! Au-delà d’une superbe journée militante, l’ajout d’une « petite scène » (qui n’y était pas en octobre) lieu d’intéressantes tables rondes nous permis d’être davantage au contact des paysans engagés dans un combat vital, celui de l’agriculture paysanne. Le témoignage des paysans était autant poignant que le tableau qui nous a été dépeint de l’industrialisation de l’agriculture est effrayant et consternant.
Nous sommes revenus heureux de notre action militante et des rencontres effectuées. Notre moral est souvent en berne tant les problèmes et les luttes sont nombreux que se retrouver entre personnes de convictions similaires est important et revigorant ! Mais ce bonheur est très relatif au regard de notre vision maintenant plus acérée du déclin si rapide de la paysannerie, conséquence de l’industrialisation de l’agriculture dont le développement des fermes usines, en particulier celle des milles vaches qui nous rassemblait ici est un exemple marquant et médiatisé.

Pour qui voudrait mieux comprendre comment, pourquoi l’agriculture est ainsi malmenée et quels sont les fossoyeurs des paysans, je recommande deux revues que j’ai découvertes à Amiens.

Tout d’abord le numéro 1 de la version « papier » de Reporterre. Après que Hervé Kempf ait fondé le site Internet du même nom, excellent médium d’information indépendante sur l’écologie, c’est donc une publication non virtuelle qu’il nous a offert en Avril de cette année. Titré « Le maître caché de l’agriculture française », cet excellent magazine fait la lumière en cinq enquêtes sur la pieuvre Avril-Sofiprotéol, ensemble d’entreprises dont le but est de forcer la mutation de l’agriculture vers une agro-industrie employant peu de travailleurs par le développement de grandes entreprises assoiffées de profit.
La lecture de Reporterre nous décrit comment Xavier Beulin, situé au cœur d’Avril-Sofiprotéol et à la tête de la FNSEA, principal syndicat d’agriculteurs est parvenu à bâtir un « empire sur le dos des contribuables et des agriculteurs avec la complicité des responsables politiques. En bref, Sofiprotéol est un monstre industriel, destructeur de l’environnement et responsable de la disparition de dizaines de milliers d’exploitations agricoles. Il s’est construit par la rente des agro-carburants (le diester), l’alimentation animale produite avec le tourteau de colza, résidu de la fabrication du diester. Faisant jouer ses nombreuses relations politiques, Xavier Beulin est parvenu à faire en sorte que la France défiscalise les agro-carburants alors en vogue en Europe, ce qui a assuré une belle manne financière à Sofiprotéol. Il serait trop long de détailler ici les tours de passe-passe et le lobbying qui ont conduit Sofiprotéol et Xavier Beulin des agro-carburants au développement des fermes usines. C’est machiavélique. Je vous laisse lire le dossier de Reporterre.

Avec son numéro de juin 2015, « Campagnes solidaires », le magazine de la Confédération paysanne aborde lui aussi le dossier Sofiprotéol-Avril. Complémentaire à Reporterre, le dossier de « la Conf » est bel et justement illustré par une tentacule de pieuvre déroulée par deux élus. Un profiteur de Sofiprotéol marche sur la tentacule qui, ainsi déployée, lui offre un chemin bien tracé pour remplir sa valise de billets (on ne les voit pas mais, si, si, ils y sont !). Constitué de courts articles, le dossier met l’accent sur les réseaux d’influence exploités pour imposer une politique agricole néolibérale destructrice de l’environnement et de l’emploi. De l’emploi paysan mais pas seulement car le nombre d’emplois créés est largement inférieur à celui des emplois détruits.
Les 2 pages centrales du mensuel montrent un impressionnant diagramme du groupe industriel Avril-Sofiprotéol. En son centre : Xavier Beulin est ses onze titres de président et vice-président de syndicats, organismes publics et entreprises privées. En périphérie tout autour, les multiples domaines ou sévissent les entreprises du groupe. Génétique ; alimentation hygiène et santé animale ; huiles végétales ; alimentation humaine ; énergie ; lobbying (plus conséquent que celui de Coca-Cola !) ; activités financières. C’est monstrueux !
Outre ce dossier consternant, la revue informe sur bien des points de l’actualité de la lutte pour la sauvegarde de l’agriculture paysanne par des articles forts et engagés d’où émane une évidente rageuse détermination à survivre face au rouleau compresseur de l’agriculture industrielle. Campagnes solidaires et Reporterre sont des lectures tout à fait en résonnance avec cette journée du 17 juin, mélange d’espérance et d’inquiétude sur l’avenir de l’agriculture et celui du monde dans son ensemble.

Notre présence massive à Amiens illustre parfaitement comme le nombre rends plus forts. C’est pourquoi je rejoins les adhérents des « amis de la Confédération paysanne », n’étant bien sûr moi-même pas agriculteur ».
Ces paysans là sont des résistants, alors, avec eux, résistons !




Manif dans les rues d'Amiens




Susan George






La sortie des 9 de la Conf





Olivier De Schutter, témoin de poids


La petite scène, lieu de rencontres rapprochées


Une dynamique membre de la Via Campesina


Les bure haleurs

vendredi 26 juin 2015

Campagne de soutien à Reporterre


Aidons le site Reporterre, excellent médium d'information indépendant !

http://www.reporterre.net/-Soutenez-Reporterre-37-

mardi 23 juin 2015

Belle rencontre rouge et noire

Belle rencontre ce matin, deux pics épeichette perchés sur un poteau téléphonique !


mardi 9 juin 2015

1000 vaches, procès du 17 juin 2015, mobilisons nous !



Retrouvons nous à Amiens en soutien aux 9 militants de la confédération paysanne !
http://www.confederationpaysanne.fr/gen_article.php?id=3528

jeudi 4 juin 2015

100 000 Pas à BURE le 7 juin 2015


A BURE : il n'y a TOUJOURS pas de déchets nucléaires, 
alors ne laissons pas faire Cigeo !

Rendez-vous pour les 100 000 Pas à BURE le 7 juin 2015


Depuis 20 ans à BURE, l'Andra a étudié la géologie et l'argile dans son "labo", 
acheté des centaines d'hectares de forêts et de bonnes terres agricoles, 
a déversé des millions d'euros pour acheter le silence de certains, 
a semé des illusions, fait du chantage au développement local,
 a nucléarisé la région tandis que 200 éoliennes étaient plantées au-dessus pour faire propre et beau au-dessus, 
 a caché le potentiel énorme d'eau chaude sous Bure, 
a joué sur les mots et abusé de fausse réversibilité, 
MAIS elle ne sait toujours pas comment enfouir les déchets nucléaires.

Tout reste à faire : comment emballer les pires poisons nucléaires, 
comment les faire cohabiter sans que cela n’explose, 
comment faire des galeries qui résistent pendant des millions d’années 
ou encore où trouver les sous de l'énorme facture à venir(1) 
La tâche est immense et, selon nous et pour de nombreux experts, impossible.

Nous ne sommes pas des cobayes et nous ne sommes pas dupes des enjeux : pour survivre le nucléaire a besoin de trouver un sous-sol coûte que coûte pour enfouir ses déchets, en prenant un pari insensé.
 Non seulement l'enfouissement ne résout rien, car il ne fait que retenir temporairement la radioactivité enfouie dans des colis, mais rien ne peut prédire que Cigeo se construira sans risque et tiendra ses promesses de sûreté sans failles. Et les lourdes campagnes de communication de l'ANDRA n'y changeront rien. Nous le disons depuis des années, et nous ne sommes pas les seuls car aujourd'hui des organismes officiels tels l'IRSN(2) et l'ASN(3) demandent à l'Andra de leur expliquer comment résoudre des impasses technologiques majeures. La "phase pilote"(4), sortie du chapeau du débat public raté de 2013, est une escroquerie de plus, une nouvelle opération de charme qui masque le but de l'Andra : pouvoir obtenir en 2017, coûte que coûte, le feu vert pour construire Cigeo sur une montagne de doutes et préparer l'enfouissement définitif. Et alors circulez, y aura plus rien à voir.

Parce que le projet Cigeo est un pari trop risqué, 
trop absurde et totalement anti-démocratique 
il faut lancer un signal fort pour rappeler que cela fait près de 30 ans 
que des milliers de citoyens, d'élus et d'experts s'y opposent : ni ici, ni ailleurs !

AU PROGRAMME et au choix
4 parcours de randonnées convergentes vers le "labo" de Bure 
à partir de 8h30 
+ un rassemblement devant le "labo" à partir de 12h pour un pique-nique tiré du sac, des animations et des stands d'info 

+ une chaîne humaine autour du site à 15h.

Toutes infos sur http://100000pasabure.over-blog.com/

mardi 2 juin 2015

Soutien aux inculpé-es du blocage des sites internet cigéo et andra

Je tiens à relayer ici un message de l'association Bure Zone Libre (Maison de la Résistance à la poubelle nucléaire de Bure).
Premièrement parce que ce sont des amis militants que je connais un peu pour avoir séjourné 2 fois à la maison de Bure et avoir manifesté avec eux.
Ensuite parce que cela concerne le scandaleux projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure.
Enfin car c'est une claire illustration de la politique toujours plus liberticide mise en oeuvre par nos "représentants" élus ou non, le tout favorisé par la "loi sur le renseignement".

Inutile de dire que j'adhère totalement à ce message !


Le 11 et 29 décembre 2014 les sites internet cigeo.com, andra.fr, Conseil Général de la Meuse, ont été bloqués par des militants en protestation contre le projet d'enfouissement nucléaire à Bure. Impressionnante d’efficacité, cette action a été largement relayée dans les médias locaux parlant "d'attaque informatique". Dans les faits il ne s'agit pas davantage qu’un simple sit-in devant une administration, et d’un déploiement de banderole virtuelle. Cette action était assumée, un communiqué de presse avait même été envoyé demandant notamment la mise en place d'un référendum local autour du projet CIGEO.

Pourtant l'un des auteurs supposés eut récemment droit à une perquisition des barbouzes de la DGSI (Direction Générale de la Sûreté Intérieure), puis à une garde à vue incluant pressions sur les proches. Encouragés par les nouvelles lois sur la surveillance généralisée, les services de renseignements ne se sont pas gênés en lui montrant des enregistrements effectués à distance, (depuis décembre 2014) avec la webcam de son propre ordinateur portable ! Comme deux autres personnes impliquées dans cette affaire, ce jeune homme a été inculpé et encourt désormais 10 ans de prison et 150.000 euros d’amende ! Quelle incroyable disproportion dans la peine encourue face à un acte militant. Il est clair que l’Etat est désormais prêt à tout pour faire taire la contestation jusqu’à faire croire qu’une personne est dangereuse et mérite l’enfermement pour des faits de militantisme.
Mais la répression et la surveillance ne nous immobiliseront pas.
Nous sommes de plus en plus nombreux et solidaires dans la lutte contre les grands projets inutiles et imposés.
Au contraire, notre militantisme et notre action seront renforcés par cette répression absurde.

SOUTIEN TOTAL AUX INCULPÉ-ES !

Pour plus d’information

http://burezoneblog.over-blog.com/

Treize ce matin !

Le nez en l’air comme tous les jours en allant prendre le train, belle surprise ce matin, un groupe de treize martinets en vol. C’est devenu rare en cette pointe Est de l’Essonne où il est maintenant peu fréquent d’en voir plus d’un ou deux simultanément. Après que les hirondelles aient déserté les lieux il y a nombre d’années, les martinets prouvent, s’il le fallait encore, que la biodiversité régresse encore et toujours.
Comment s’en étonner alors que la verdure des arbres, pourtant encore bien présente ici (le prix à payer en est des temps de transport bien longs…), régresse année après année sous les coups de boutoir des bétonneurs de tous poils, main armée de nos lamentables politicards locaux, urbanistes effrénés.
Aucune surprise alors que notre air se charge toujours plus de particules et autre polluants néfastes à notre santé et à celle des plantes et animaux, funeste conséquence de l’augmentation de la circulation des bestioles mécaniques et métalliques à quatre roues toujours plus nombreuses dans nos rues où les habitants au nombre en constant accroissement rechignent à user leurs semelles.

Voici un mois que ce blog était endormi et j’en suis encore sur le même sujet des hirondelles et martinets ! Heureusement, deux semaines en Vendée, là même ou Xinthia faisait de gros dégâts matériels et humains il y a quelques années, quelques jours de vacances donc furent l’occasion de retrouver ces fabuleux oiseaux et quelques uns de leurs congénères. La bas aussi le déclin est roi comme pour les Guifettes noires que j’ai eu la joie d’observer dans la réserve naturelle nationale de la Vacherie alors qu’elle ne sont plus que 400 couples sur la France entière.

Si vraiment de réels efforts sont faits pour tenter d’enrayer ce déclin, la réalité observable montre que le résultat est bien peu probant.

mercredi 6 mai 2015

Mon premier martinet de l'année

Chez moi, dans l'Essonne, les martinets sont de retour depuis quelques jours m'a-t-on dit.
Ce matin j'ai vu mon premier de l'année.
Mort sur le trottoir, sous les marronniers moribonds d'être trop sévèrement taillés.
Une journée qui commençait bien sombrement...

Je les préfère de beaucoup ainsi :


mardi 5 mai 2015

Projet de loi Renseignement : c'est NON !

Non à la loi renseignement

Appelons nos député·e·s !
Ils/elles doivent rejeter la loi Renseignement
Le vote solennel de cette loi aura lieu le 5 mai

Le projet de loi relatif au Renseignement met en danger les libertés fondamentales.

Pour participer

https://sous-surveillance.fr/#/

lundi 4 mai 2015

Placoplatre a encore frappé ! Non au saccage du bois Gratue !

Non au saccage du bois Gratuel !
Pétition à l’attention du Préfet de Seine-et-Marne

Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain désire réaliser une nouvelle carrière à ciel ouvert pour extraction de gypse, en Seine-et-Marne sur la commune de Villevaudé au lieu-dit du Bois Gratuel.
Ce bois traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis fait partie intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la Seine Saint-Denis (93) et la Seine et Marne (77).
Comme tous les milieux naturels traversés par la Dhuis, il est essentiel aux échanges biologiques de l'Est Francilien.


03/03/2013 - Villevaudé - Bois Gratuel : Une des mares naturelles du bois

Le bois Gratuel est une chênaie frênaie calcicole avec un nombre important d'espèces patrimoniales. Il héberge des orchidées sauvages typiques de ce type de milieu (Orchis Pourpre, Néottie Nid d'oiseau, Ophrys Mouche, Céphalanthère de Damas, Platanthère à deux feuilles…) ainsi qu'un milieu forestier diversifié (Cornouiller mâle, Camérisier, Néflier,…).
Le bois Gratuel possède un réseau important de mares naturelles permettant la reproduction d'amphibiens et de batraciens rares protégés au niveau national (Triton Alpestre, Triton vulgaire, Triton palmé, Crapaud commun, Grenouille rousse, Grenouille agile.,…).
Découvrez les espèces protégées qui se reproduisent dans les mares du Bois Gratuel : http://blog.gagny-abbesses.info/post/2015/04/01/Villevaud%C3%A9-%3A-Quelques-habitants-du-Bois-Gratuel
Le bois Gratuel héberge également des espèces rares protégées de chauves-souris (Grand Murin, Pipistrelle de Kuhl, Pipistrelle de Nathusius) protégées au niveau national.

Le Collectif « Sauvons la Dhuis » se mobilise depuis plusieurs années pour sauvegarder l'aqueduc de la Dhuis et pour éviter toute contamincation radioactive au fort de Vaujours. Elle nous propose aujourd'hui d'adresser une pétition au Préfet de Seine-et-Marne demandant d'interdire la destruction du bois Gratuel dans le cadre du nouveau projet d'exploitation de Placoplâtre.
Ce bois est un milieu naturel riche situé à proximité du Fort de Vaujours et traversé par l'aqueduc de la Dhuis.
N’ayant pu devenir propriétaire de la Dhuis grâce aux actions du Collectif « Sauvons la Dhuis » et à la force de la mobilisation citoyenne, Placoplâtre a décidé de présenter un projet d’exploitation à ciel ouvert. Ce qui viendrait anéantir la majeure partie du bois en venant s’appuyer sur la promenade de la Dhuis aménagée par la Région Ile de France pour le bien-être des populations.

Les précédentes actions du collectif ont été efficaces, mais le site et la trame verte n’en demeurent pas moins gravement menacés. Le bois Gratuel, parcouru par la Dhuis, est un élément charnière de la trame verte de l’Est Francilien.
S'il doit y avoir une exploitation du gypse, le collectif demande que celle-ci soit réalisée de façon souterraine comme l’ont été toutes les nouvelles exploitations de ce type dans l’Ouest Francilien et notamment celles du Val d’Oise (95).


Exemple d'une carrière à ciel ouvert

Il est essentiel que l’aqueduc de la Dhuis et les milieux naturels qui l'environnent soient préservés de toute forme de destruction. C'est par ce type d'exploitation souterraine, plus respectueuse de l'environnement et « parfaitement » maîtrisé par BP Placoplâtre que le bois de Bernouille (Coubron - 93), la réserve de Chelles (Coubron / Vaujours - 93), la forêt de Montmorency (Val d’Oise - 95), ainsi que la butte de Parisis (Cormeilles-en-Parisis -95) ont pu être sauvés de la destruction.

Au sujet de l’exploitation souterraine future de la Butte de Parisis à Cormeille-en-Parisis dans le Val d’Oise, un représentant de Placoplâtre a même déclaré dans la presse : « Nous savons exploiter en souterrain sans qu'il y ait de risque d'affaissement. Nous faisons exactement la même chose en forêt de Montmorency où, tous les jours, des gens se promènent et ramassent des champignons au-dessus des galeries sans même s'en apercevoir! ».

Exigeons que les milieux naturels de l’Est Francilien soient traités avec le même respect que ceux de l’Ouest. Nous exigeons que la qualité de vie des habitants riverains du bois Gratuel et des usagers de la promenade de la Dhuis ne soit pas mise en cause par une aggravation des sources de pollution générées par ces exploitations. Il ne peut y avoir de discrimination d’un côté à l’autre de l’Ile de France.

Pour signer la pétition

https://www.change.org/p/pr%C3%A9fecture-de-seine-et-marne-non-%C3%A0-la-destruction-du-bois-gratuel

Pour plus d’information

Collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

dimanche 26 avril 2015

Chernobyl day 2015 à Paris

Cette année le temps ne nous était pas favorable... Je sèche encore...
Chernobyl day s'est tenu cet après-midi place de la Bastille sous une pluie drue.
Tant pis, nous y étions !


Bel exposé de Bernard Laponche



Belle participation malgré ce temps !


Yves Cochet, souvent présent



Le début de la chaîne humaine


Le Professeur Proton, fidèle au rendez-vous

- page 1 de 111