La société suédoise Ikea a construit une plate-forme logistique à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône)sur les terrains du Grand Port Maritime de Marseille en 2008.


Travaux en cours fin 2008. Photo Nacicca

Dès octobre 2007, l’assocation Nacicca avait relevé les graves atteintes que le projet allait porter à l’environnement, malgré un avis positif du Conseil National de Protection de la Nature.

Je vous en avais parlé, ici et ici.

Le jeudi 3 juin 2010, le tribunal correctionnel d’Aix en Provence a rendu son délibéré.
La décision en première instance a tout d’abord confirmé les trois chefs d’inculpation retenus par le procureur lors de l’audience du 30 mars dernier:
1) destruction d’espèces animales protégées
2) destruction d’espèces végétales protégées
3) destruction d’habitat abritant des espèces protégées.

En confirmant presque en totalité les réquisitions du Parquet, le juge a condamné Ikéa à une amende de 30 000 €, dont 10 000 avec sursis.

Les associations FNE, URVN, et Environnement Méditerranée étaient parties civiles. L'association NACICCA était à l'origine de la contreexpertise écologique de la zone qui avait permis de mettre en évidence qu'Ikéa avait bâclé une partie de la procédure liée à l'étude d'impact environnementale.

Les associations se félicitent de cette condamnation, qui confirme les réquisitions du procureur de la république d’Aix en Provence. En bâclant l’étude d’impact environnementale qui a précédé son aménagement, IKEA et le Grand Port Maritime de Marseille portent une lourde responsabilité dans la destruction de ce site.

Toutefois on ne peut que profondément regretter la destruction d’un site naturel d’une importance remarquable. Une décision de justice, quelque soit sa cohérence, ne peut réparer la destruction irréversible d’une nature qui se réduit comme peau de chagrin dans l’espace Méditerranéen.

Cette situation doit donc affûter notre vigilance quant au devenir des dernières zones naturelles présentes sur l’emprise de la zone industrielle de Fos gérées par le Grand Port Maritime de Marseille. Au premier desquels la lagune du Caban, menacée par la construction d’une darse.

Les associations invitent citoyens et journalistes à une grande journée d'information et de sensibilisation aux milieux naturels de la zone à Port-Saint-Louis du Rhône le 12 juin, sur le quai ouest.

NACICCA, le WWF, le Collectif Citoyen Santé Environnement et Les Amis des Marais du Vigueirat proposent une journée pour découvrir le patrimoine naturel exceptionnel du Golfe de Fos (Bouches-du-Rhône) :
Stands associatifs, animations pour les enfants, projections de films, expositions d'artistes…
Un des moments forts de la journée sera l'arrivée du WWF columbus, bateau ambassadeur du WWF, skippé par Jean-Yves Terlain.

Pour plus d’information

www.golfe-de-fos2010biodiversite.fr

Mon avis

Je soutiens clairement la position et l'initiative de associations organisatrices.

La condamnation de IKEA est une excellente nouvelle.
Espérons qu'elle fera réfléchir les société et industries.
J'en doute un peu car, pour eux, la somme à laquelle IKEA a été condamnée est tout à fait modique pour une telle entreprise.
Reste le caractère "moral" de la condamnation...

Le Golfe de Fos est une véritable cathédrale de nature, dont la richesse est reconnue au niveau européen : coussouls de Crau, lagunes et prés littoraux, marais tourbeux doux, plages et dunes, herbiers marins. Ces milieux ont des caractéristiques uniques au monde : Le Criquet de Crau n'existe qu'ici, on vient de redécouvrir la Characée des marais salants, espèce végétale qu'on croyait éteinte en France depuis 30 ans. Quant aux milieux marins, ils abritent des herbiers de zostères uniques en Méditerranée française. En tout, c'est plus d'une centaine d'espèces protégées et diversement menacées qui peuplent ce territoire.

L'état français a donné à ce territoire une vocation industrielle et portuaire en 1965, bien avant les lois sur la protection de la nature.

Depuis, malgré les découvertes les plus récentes des biologistes, le développement du Grand Port de Marseille se poursuit sans prendre la juste mesure de la valeur du patrimoine naturel et sans tenir compte de l’avis des associations et des habitants.

Reste que le Golfe de Fos, c'est aussi cela :

Après avoir passé deux jours près du Havre pour l'AG de la LPO à Herfleur, nous avons là une situation plus ou moins semblable.
L'homme a dégradé de manière irréversibles les milieux naturels.
Et il continue de plus belle, tant à Fos, que dans la région du Havre (projet de port méthanier à Saint-Jouin-Bruneval).
Affligeant et déspérant !