L'association Bio consom'acteurs nous donne sa position sur l'huile de palme bio, en réponse à la question d'une adhérente.

Question de Sophie L
Connaissant les effets dévastateurs de la culture de palmiers à huile dans les pays d'Asie, et voyant qu'un certain nombre de produits bio contiennent de l'huile de palme (bio), je voudrais savoir si la culture de palmiers à huile en bio, dans son cahier des charges, prend en compte d'autres critères environnementaux (gestion durable des palmiers, absence de déforestation pour planter les palmeraies...) et sociaux (commerce équitable) ?

En effet, un revendeur de produits bio contenant de l'huile de palme en quantité importante m'a affirmé que les palmiers, en bio, étaient forcément gérés durablement. J'aimerais savoir ce qu'il en est réellement...

Réponse de Bio consom'acteurs
L’huile de palme possède le rendement à l’hectare le plus élevé au monde (env. 4000 litres/ha./an), ce qui en fait l’huile végétale la plus économique de la planète. De plus elle se prête à de nombreux usages, ce qui pousse à développer encore plus sa production, au détriment des forêts primaires d’Asie du Sud-Est et de leurs habitants… L’équilibre entre forêt tropicale et plantations de palmiers à huile est donc fortement menacé en raison de la déforestation intensive malheureusement pratiquée.

L’agriculture biologique, dans sa définition même a recours à des pratiques culturales « qui préservent ou accroissent la matière organique du sol ». Cependant, rien n’est inscrit sur la provenance de l’huile de palme bio dans la réglementation européenne. Si l’origine de l’huile de palme contenue dans un produit n’est pas indiquée sur l’emballage, nous vous invitons à poser la question à votre distributeur ou au fabricant.

Cependant, pour vous rassurer, sachez qu’en bio l’huile de palme la plus vendue est produite et fabriquée en Colombie, et issue d’un projet mené par Diego Garcia qui a créé la société Brochenin. Depuis 1993, elle travaille avec la même plantation dans la zone caraïbe du nord de la Colombie, en respectant les fondamentaux de respect de la vie et la biodiversité et des conditions de vie des travailleurs agricoles.

Les spécificités de cette plantation bio sont: l’inventaire des espèces présentes (plusieurs années de travail); la création de pépinières bio sur place; la constitution d’un insectorium, vivier d’insectes bénéfiques pour équilibrer les insectes nocifs. Ayant débuté en 1970 sur des plaines tropicales, cette plantation bio, a préservé les arbres sur place, s’engageant contre toute déforestation, partielle ou totale.

Suite à une initiative du supermarché Migros en Suisse (www.miosphere.ch) une première charte « huile de palme responsable » à été créée (voir détails au - http://www.oikos-foundation.unisg.ch/homepage/winner2_2006.pdf). La certification des plantations est assurée notamment par des ONG (WWF, FSC…) et l’organisme anglais Pro Forest qui vérifient chaque impact sur la vie sauvage, le respect de la forêt, le respect des conditions de travail et l’impact social. Ecocert apporte la garantie bio et également une certification commerce équitable, avec un nouveau référentiel.

Il existe également des plantations similaires au Ghana.

En conclusion, nous vous recommandons de privilégier les distributeurs et fabricants ayant une démarche d’approvisionnement en huile de palme bio, équitable et n’engendrant pas de déforestation. N’hésitez pas à les interroger et à vous faire confirmer l’origine de l’huile avant votre achat.

Mon avis

En pratique, la provenance de l'huile n'est pas inscrite sur les emballages. En tout cas je n'ai jamais vu un produit le mentionnant. Ce doit donc être rare. Peu nombreux seront ceux d'entre nous qui pourrons prendre le temps de contacter les fournisseurs.
Quand bien même nous le ferions, en tant que simple acheteur d'un produit, aurons nous une réponse ?
De mon point de vue, les distributeurs sont mieux placés que les consommateurs pour engager une telle démarche.
Le réseau Biocoop, par exemple, s'assure-t-il que les produits vendus dans ses magasins et qui contiennent de l'huile de palme, utilisent de l'huile issue de plantations respectueuses de l'environnement et des hommes ?
Une labellisation sérieuse, controlée, indépendante et largement répandue serait une meilleure solution encore.

Un autre aspect de l'huile de palme ne doit pas être oublié : son impact nocif sur la santé... Mais c'est un autre sujet...

L'huile de palme, le mieux c'est de l'éviter !

Pour plus d’information

Consultez l'excellent site de l'association Bio consom'acteurs
Voir L’impact des plantations de palmiers à huile sur les forêts indonésiennes et de soja sur les forêts amazoniennes.
Et aussi L’huile de palme et la santé

CulturePalmierHuile.jpg