A l'origine, dans les années 80, cela paraissait une bonne idée...

La coccinelle asiatique (harmonia axyridis) est très vorace.
Un adulte est capable de manger 90 à 270 pucerons par jour.

Vers les années 90, elle est commercialisée pour la lutte biologique contre les pucerons. Son cout de production est moins élevé que celui des espèces locales.

On la retrouve dans les années 2000 en Suisse, aux Pays Bas, au Luxembourg et en Allemagne. Depuis quelques années on se rend compte que son acclimatation est remarquable en Belgique, dans le Nord puis l'Est de la France.

Aux Etats Unis où elle avait été introduite à partir des années 60, elle s'est répandue très rapidement à l'ensemble des états et a colonisée progressivement d'autres pays du continent américain : Canada en 1994, Argentine en 2001, Brésil en 2002...

...mais c'était une fausse bonne idée !

Sa prolifération s'effectue aux dépend des espèces locales avec lesquelles elle entre en compétition pour l'alimentation et l'espace. Les espèces indigènes régressent d'autant que la coccinelle asiatique peut s'en prendre à leurs larves qu'elle dévore.

Les effets s'étendent aux cultures car elles s'attaquent aux fruits abimés ce qui a des conséquences pour la fabrication du vin.

CoccinelleFruits.jpg

A l'automne on peut en rencontrer des concentrations relativement importants qui viennent gêner l'homme lorsqu'elles s'installent dans ses maisons.

L'observatoire pour le suivi de la coccinelle asiatique en France

En France, un observatoire s'est constitué afin de rassembler des données visant à décrire et comprendre l'invasion. Vous pouvez y participer en vous inscrivant sur : http://pagesperso-orange.fr/vinc.ternois/cote_nature/Harmonia_axyridis/index.htm

Comment reconnaître la coccinelle asiatique ?

Il n'est pas évident pour le profane de la distinguer de certaines espèces locales car la coccinelle asiatique se présente sous plusieurs aspects. En général, c'est une espèce de grande taille, supérieure à 7mm. Sa couleur est variable allant du jaune orangé au rouge. Certaines sont noires. Certaines n'ont pas de tâche et d'autres possèdent de 1 à 9 points.

Coccinelles_asiatiques.jpg

La distinction principale concerne les dessins particuliers qui se trouvent sur la partie du corps appelée "pronotum", qui porte la tête et la première paire de pattes.

Coccinelle7points.jpg

Les coccinelles à 7 points, elles, n'ont qu'un petit carré blanc à l'avant.

Si vous voulez utiliser des coccinelles pour la lutte biologique

Faites bien attention à ce que vos larves de coccinelles d'élevage soient par exemple des coccinelles à deux points (Adalia bipuncatata) que l'on trouve maintenant en jardineries.

Pour plus d'informations consultez le très complet document sur le site de l'INRA : http://www.inra.fr/opie-insectes/pdf/i136san_martin-et-al.pdf