L’éolienne offshore, une solution écologique ?

D’après de nouvelles études, l’éolienne offshore aurait des effets bénéfiques sur la biodiversité. Toutefois, certains experts nuancent ces avantages sur le long terme. Mais suite aux nombreuses études réalisées, on ne note que des bénéfices de ces nouvelles installations de biodiversité. Les impacts sur l’environnement se font ressentir sur pratiquement tous les plans.

Pour la petite histoire sur l’éolienne offshore…

Les premières éoliennes offshore ont été mises en service en 1991 à Vindeby, sur l’île danoise de Lolland. Depuis cette époque, de nombreux experts ont évalué les effets de ces installations sur la biodiversité, malgré la diversité des populations selon les régions.

En 2008, environ 323 éoliennes offshores ont été mises en service en Belgique. Grâce à ces machines, l’Institut Royal des Sciences naturelles a publié un rapport détaillé sur l’impact de ces installations sur l’environnement. Ce rapport met en lumière plusieurs facteurs bénéfiques de la biodiversité au niveau local et sur le long terme.

Les effets de l’éolienne offshore sur la biodiversité

Les études réalisées sur les différentes éoliennes offshores à travers le monde présentent des impacts bénéfiques sous deux formes.

L’effet récif des fondations en béton

La présence des bétons dans l’eau exerce un effet récif qui permet d’attirer de nombreuses espèces :

  • les moules
  • les étoiles de mer
  • les crustacés
  • les crabes
  • les espèces de poissons.
Lisez aussi :  Les niches écologiques pour animaux

Ces animaux ont également attiré leur prédateur et font de cette partie de l’océan une faune sous-marine riche et variée.

L’effet de réserve

Encore appelé effet refuge, il s’agit là de la conséquence directe de la réduction des activités de pêche. Au niveau des parcs éoliens, la pêche est interdite, ce qui permet aux poissons et autres animaux marins de profiter d’un environnement calme et agréable.

Impacts de l’éolienne offshore sur l’avifaune

Si beaucoup d’études se sont attardées sur l’impact de l’éolienne offshore sur la faune sous-marine, les risques que court l’avifaune ont également animé les débats.

Les risques de collision des oiseaux

Après une étude de deux ans aux côtés du Kent sur la collision des oiseaux au sein d’une ferme d’éolienne offshore, 600 000 vidéos ont été réalisées. Selon ce lot de vidéo, environ 12 000 montrent les détails de l’avifaune marine. Au total, six collisions avec les turbines ont été dénombrées par les scientifiques. Selon les résultats de leurs études, on note une réduction de moitié des taux de collision pour l’avifaune. Dans la plupart des situations observées, les oiseaux changent de cap chaque fois pour éviter les éoliennes.

Cent pour cent naturel

Cent pour cent naturel, votre site spécialisé dans l'univers green.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *