Il peut arriver malheureusement d'être confronté à un oiseau tombé du nid ou en détresse.
Il n'est pas forcément facile de savoir quoi faire.
Voici donc quelques conseils donnés par la LPO et Ornithomedia.com.

Les conseils de la LPO

Cette année encore, la LPO reçoit de nombreux appels de personnes démunies devant un oisillon tombé au sol.

Voici quelques conseils

Tomber du nid fait partie des aléas de la vie d’oiseau et certains oisillons téméraires de plusieurs espèces (chouettes, grives, merles) quittent leur nid avant de savoir voler, au péril de leur vie. Mais, la plupart du temps, leurs parents ne sont pas loin et attendent que nous nous soyons éloignés pour revenir s’en occuper.

Avant d’agir, il faut donc s’assurer que l’oisillon est réellement en détresse. Dans un premier temps, conservez vos distances avant d’aller vers lui et regardez s’il est seul, blessé ou en danger.

S’il s’agit d’un oisillon en duvet ou peu emplumé, replacez-le dans son nid si ce dernier est intact et sinon, essayez d’en fabriquer un sommaire au même endroit. Si l’oisillon est bien emplumé (presque volant), qu’il sautille au sol et ne vole pas encore, il peut avoir quitté son nid trop tôt ou être à quelques jours de son envol. Laissez faire ses parents. Si vous l’avez déjà recueilli, remettez le vite où vous l’avez trouvé. S’il se trouve en un lieu particulièrement exposé (chats, routes…), essayez de le mettre en sûreté sur une branche, un muret, dans une haie ou un buisson et à proximité du lieu où vous l’avez recueilli. Les oiseaux, contrairement aux mammifères ont un odorat très peu développé. Le fait de les toucher n’entraînera donc aucun rejet par les parents.

Si, toutefois, l’oiseau vous paraît trop jeune ou faible, et dans l’éventualité où des dangers naturels (piscine, route..) ou des prédateurs domestiques (chat, chien) le menacent, vous pouvez tenter un sauvetage, d’autant plus que certains appartiennent à des espèces menacées qu’il faut impérativement sauvegarder. Cependant, après l’avoir recueilli, vous devrez l’acheminer vers un centre habilité. En effet, la plupart de ces oisillons sauvages sont intégralement protégés par la loi et leur détention est rigoureusement interdite. Dans le doute et afin d’éviter tout geste irréparable, contactez le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage le plus proche. Il vous donnera des conseils pour le sauvetage de votre oiseau.

En découvrant un oisillon en détresse, vous êtes le premier acteur à pouvoir l’aider et faire en sorte qu’il retourne au plus vite à la vie sauvage. La LPO, au travers notamment de ses centres de sauvegarde, vous accompagne dans cette démarche car il est de notre devoir à tous de venir en aide à la faune sauvage.

Les conseils de Ornithomedia.com

Un oisillon tombé du nid, que faire ?

La situation est différente selon la catégorie d'oisillon :
- Ceux qui sont nus, sans plumes, les yeux fermés et dépendants de leurs parents : ils doivent être nourris toutes les 15-20 minutes, du lever au coucher du soleil. Mais d''une façon générale, tout oiseau sans plumes doit faire l'objet d'un appel à un centre de sauvegarde le plus rapidement possible surtout si il est rose.
- Ceux dits précoces : ils sont couverts de duvet et peuvent suivre leurs parents. Ils n'ont pas besoin d'être nourris par ces derniers. Ils ont besoin d'aide s'ils sont séparés de leurs parents et il est nécessaire d'appeler un centre de sauvegarde.

Comment les remettre dans leur nid ?
Des oisillons nus aux yeux fermés tombent parfois de leur nid. Ils peuvent être ramassés et tenus dans la paume de la main pour les maintenir au chaud. Une fois réchauffés, vous pouvez les remettre dans leur nid si celui-ci semble en bon état, avec d'autres oisillons (ils se tiennent chaud ensemble) : un oiseau sans plumes seul ne va pas pouvoir réguler sa température et mourra d'hypothermie. Contactez un centre de sauvegarde.
Une remarque importante : Il n'est pas vrai que les parents vont abandonner leurs petits s'ils sentent une odeur humaine.

Les nids détruits
Parfois les nids sont détruits (par des prédateurs ou le vent). Parfois il n'est pas possible de replacer le nid à son emplacement car celui peut être placé trop haut. On peut alors fabriquer un nid avec une barquette de fruits ou une coupole en plastique. Si vous pouvez récupérer le nid originel, placez-le dans un contenant plastique. Pour garnir le nid, n'utilisez pas d'herbe car elle contient des moisissures qui peuvent contaminer les petits.
Replacez le nid aussi près que possible de l'emplacement originel. Assurez-vous qu'il n'est pas exposé en plein soleil ou sous la pluie. Réchauffez les petits avec votre main et placez-les dans votre "faux nid". Quittez la zone et observez à distance. Les parents reviendront sûrement quand ils entendront les cris de leurs oisillons.

Sauvez des oisillons
Si vous êtes sûrs que les parents sont partis, ou qu'il n'y a aucun moyen de les replacer dans leur nid, alors il faut les secourir. Retirez les petits du nid, mettez-les dans une petite boîte sombre avec des trous sur le couvercle. Vous pouvez placer un chauffage réglé à un niveau BAS sous le nid, non posé directement sur celui-ci. Une autre solution est de mettre un gant à caoutchouc rempli d'eau chaude ou de réchauffer une assiette pendant 25 secondes. On peut aussi conseiller une bouillotte entourée d'une serviette.
Ne jouez avec ni ne manipulez les petits.

Que faire avec des oisillons presque indépendants ?
Il est important de signaler qu'il s'agit d'une situation normale et que les parents continuent à s'occuper des jeunes et les nourrissent.
S'il s'agit de petits emplumés, souvent au sol, et réclamant de la nourriture. Ne les replacez pas dans leur nid. Rapprochez-les de leurs parents ou de l'endroit où vous les avez trouvés. Éloignez ensuite enfants et animaux domestiques. Cela peut prendre 5 à 15 jours avant qu'ils ne puissent voler.

Comment lui donner à manger ?
S'il s'agit d'un oisillon tombé du nid, il ne mangera pas de lui-même. Contactez le centre de sauvegarde le plus proche de chez vous. L'utilisation de seringue ou de pipette par des particuliers est dangereux (problème de noyade).
Si l'oiseau a quitté le nid, il a déjà pris l'habitude d'être nourri par les parents. S'il semble en forme, ne rien faire : il inspecte sûrement les lieux sous la vigilance de ses parents. Il faut dans ce cas, en cas de dangers proches (chats, circulation) remettre l'oisillon en hauteur proche de là où a été trouvé, les parents continueront à la nourrir.
S'il semble très faible, vous pouvez essayer de le nourrir avec des pinces à bouts ronds (pinces à timbres) pour placer la nourriture sèche dans le gosier. Lorsque l'oiseau est rassasié, il cessera d'ouvrir le bec.

Que lui donner à manger ?
La nourriture à lui donner est la pâtée pour insectivores que l'on peut trouver dans les animaleries (plusieurs fois par jour), des vers de farine ou mieux de la pâtée pour chat qui semble plus équilibrée. Une autre excellente nourriture sont les croquettes pour chat, préalablement trempées dans de l'eau tiède pour les ramollir.
Les oiseaux ont besoin de se réhydrater. Donnez-leur quelques gouttes d'eau à l'aide de vos doigts.
N'hésitez pas à vérifier la consistance des fientes. Si elles sont fermes, cela signifie que le régime de votre oiseau est correct. Si elles sont jaunâtres et liquides ou brunes et malodorantes, il faut changer ou varier les aliments.
Attention ! Le pain, le lait, et les œufs brouillés, ne conviennent pas. Ils provoquent des troubles digestifs. Ne donnez pas de vers de terre car ils sont indigestes. Donnez plutôt des vers de farine et des chenilles que vous aurez coupé en petits morceaux.

Premiers soins
Voici quelques conseils vétérinaires de base pour différentes sortes de blessures. Attention, il s'agit de premiers soins à apporter avant d'emmener l'oiseau chez un vétérinaire ou un centre de sauvegarde.
La manipulation d'un oiseau entraîne souvent un stress important, et il vaudra mieux, surtout si l'on manque d'expérience, contacter un centre de sauvegarde.

Les plumes brisées
Si vous remarquez une grande tache de sang sur les côtés de l'oiseau ou sous les ailes, examinez plus attentivement l'oiseau. Si vous notez que le sang provient d'une plume de l'aile, il peut s'agir d'un problème sérieux. Un traumatisme ou une infection peut provoquer des ruptures des conduits sanguins. Et une plume ne cicatrise pas. Il est nécessaire de retirer les plumes concernées, afin de faire cesser l'hémorragie et empêcher une éventuelle infection. Étendez donc l'aile délicatement, saisissez la plume le plus haut possible au dessus de la blessure avec une pince. Comme la plume est attachée à l'os, saisissez fermement l'os de l'aile et extrayez doucement la plume de son follicule. Si une hémorragie apparaît, faîtes pression sur le follicule. Le sang peut être retiré par de l'eau chaude. Placez ensuite l'oiseau dans un endroit sombre et calme.

Les traumatismes
Causés par des chocs ou des attaques d'autres animaux, les traumatismes sont fréquents. La première chose à faire est de mettre l'oiseau au calme. Et n'appliquez les premiers soins qu'une fois l'oiseau déstressé.

Lacérations
Nettoyez la blessure avec une substance désinffectante comme la povidine iodine ou de la chlorhexidine. Évitez des applications de crèmes antibiotiques sans le conseil d'un vétérinaire. En effet, ces crèmes sont souvent huileuses et peuvent poser des problèmes aux plumes.

Saignements
Trouvez tout d'abord la cause des saignements. Retirez la plume si le sang provient de la rupture de certaines d'entre elles (voir début de ce paragraphe). N'utilisez pas de poudres cicatrisantes sur les follicules (= origines) des plumes. Utilisez du coton ou un tissu trempé dans la solution. Appuyez sur la blessure 2 minutes.

Pour plus d’information

Consultez les sites de la LPO et de Ornithomedia.com.