Excellente nouvelle, le tribunal administratif a donné raison aux habitants de Mandres-en-Barrois (55) qui lui avaient demandé d'annuler la délibération du conseil municipal qui vendait le bois Lejuc à l'ANDRA.

Cette vente étant illégale, l'ANDRA n'est ainsi pas propriétaire du bois où il souhaitait construire les puits de ventilation du futur (s'il se fait) centre de stockage, à 500 m sous terre, des déchets nucléaires. Des déchets radioactifs pour plus de 100 000 ans. Un projet insensé menaçant les nappes phréatiques, les terres et les habitants pour 3000 générations.

La lutte s'amplifie et se durcit. Parfait.


Le 18 février dernier, plusieurs centaines de manifestants se sont rendus au bois Lejuc pour signifier leur opposition au projet et leur soutien aux occupants du bois.


Là bas, le mur à terre...


Dans le bois, l'occupation s'organise !


Après le bois, direction le site de l'ANDRA, et là les choses dégénèrent, la colère monte, la clôture tombe et les forces du désordre se mettent en action.


Fumigènes mais aussi grenades de désencerclement et assourdissantes !


La barricade se constitue.