J'adore Oléron et si, à première vue, les plages ne sont pas trop sales, chaque ballade est l'occasion d'un ramassage d'une belle quantité de plastique.


La majeure partie provient des usagers de la mer : pêcheurs, ostréïculteurs, miticulteurs...

Quelques plages plus loin, l'odeur qui se dégage des algues nous incite à passer rapidement notre chemin...


Mais impossible de résister à Oléron et en particulier à Chassiron !