Nous étions 20 000 environ à Nantes ce samedi 9 janvier à manifester contre les expulsions des paysans implantés sur le site du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Une marée humaine, de très nombreux vélos et 50 tracteurs ont envahi et bloqué le périphérique Nantais pendant près de 12 heures. Notre objectif commun était que François Hollande annonce l’abandon des procédures d’expulsion conformément à son engagement d’attendre l’épuisement des recours juridiques.

Organisée en un temps record et même avancée d’une semaine pour devancer le procès dont la date avait elle-même été avancée pour qu’il se tienne avant la manifestation initialement prévue le 16 janvier, cette manifestation a connu une affluence et un succès considérable. Les manifestants sont venus en masse, dépassant peut être même les espérances des organisateurs.






Plusieurs points donnaient rendez-vous aux cyclistes tout autour de Nantes sur son périphérique. Nous, piétons, partions de La Neustrie au sud-ouest. Quelle vision improbable et magnifique que nous formions, pratiquement innombrables à arpenter ce ruban de bitume habitué au vrombissement des monstres à quatre roues ou plus ! La vie retrouvée en cet endroit devenu tout à coup presque hospitalier.


Arrivés à portée de vue du pont de Cheviré, tous étions émus et souvent incrédules devant la ligne ininterrompue de tracteurs et de vélos qui le couvrait. Un spectacle impressionnant magnifié par la distance.



Tous devions nous retrouver pour un banquet au pieds du pont. En fait, vu l’affluence monstre et l’étroitesse des lieux, le rassemblement festif s’est tiré sur plusieurs centaines de mètres et nombre d’entre nous avons pique niqué sur l’asphalte plutôt que sur les tables apportés par les tracteurs.


Les tracteurs et leurs paysans sont venus eux aussi en nombre très impressionnant : 45 selon les organisateurs qui en avaient annoncé 300. Il se comprend que la mobilisation paysanne soit forte étant donné que nombre de personnes concernées pas les expulsions sont agriculteurs.




Alors que la dispersion de la manifestation était prévue vers 17h30, les paysans de COPAIN 44 ont annoncé leur décision de poursuivre le blocage tant que l’abandon des expulsions ne serait pas annoncé. La suite, je n’y ai pas assisté…
Alors que le silence de nos dirigeants est assourdissant, les jours à venir verront d'autres mobilisations.


Une magnifique journée militante qui, à coup sûr, restera gravée dans les esprits !