Ca y est c'en est fini de la COP 21. Ouf !
Quel déferlement de greenwhasing, mais aussi d'une belle mobilisation citoyenne à laquelle, j'avoue, je n'ai participé que pour la tenue du Stand Sortir du Nucléaire Paris au village VMA de Montreuil le 5 décembre après-midi.
Sur l'accord, nous isons des avis assez partagés, même dans le milieu militant.
ATTAC dénonce un accord qui entérine un réchauffement climatique supérieur à 3°C, sans se doter des dispositifs pour revenir sur une trajectoire inférieure à 1,5°C ou même 2°C.
En quelque sorte à l'opposé, le WWF et ses bisounours, s'il reconnait que l'accord est insuffisant pour limiter le réchauffement à 2°C, esime que "la conférence de Paris a été l’occasion d’annonces et d’engagements de la part des gouvernements, des villes et du monde économique. Ce qui démontre que le monde est prêt pour entrer dans un nouveau modèle énergétique fondé sur des énergies propres." Cherchez la démonstration, moi je ne la vois pas...
Bon, si cette COP 21 se sera passée sans moi (sauf le 5/12), et je ne lui ai pas manqué, elle restera quand même dans mon souvenir de par son contexte si particulier de l'état d'urgence et des nombreuses manifestations interdites et assombries d'une pression policière énorme.
Au final, ce samedi, 20 000 personnes rassemblées sur le champ de Mars, manifestation autorisée, celle çi, c'est quand même pas mal...
A l'issue d'une période chargée en mobilisation, les associations et la société civile n'ont pas la gueule de bois comme ce fut le cas en 2009 à Copenhague où l'échec fut retentissant.
L'accord de Paris est-il un succès ? A l'évidence non, mais nous nous y attendions. Les militants arriveront-ils à influencer les états vers d eplus grands engagements ? Espérons-le...