Nous manifestions hier devant le ministère de l'environnement pour protester contre l'augmentation des nuisances aériennes en Ile de France et pour en demander la diminution.
Ce rassemblement était organisé par la convergence associative regroupant les associations concernées par les nuisances aériennes en Ile de France.


Une délégation d'élus locaux et d'associations avait demandé une entrevue à Ségolène Royal, ministre d el'environnement (si si). Prévue à 18h, celle-çi s'est transformée à un rendez-vous avec un attaché de cabinet à 17h.
Madame Royal montre un grand mépris envers les habitants, leurs associations et leurs élus. Nous étions outrés mais finalement par vraiment surpris.
Lors de leurs prises de paroles, les élus se sont dits scandalisés. Nicolas Dupont Aignant a ouvert le bal, suivit par un député (je crois) socialiste. Un troisième, un abrutit celui là a demandé pourquoi nous n'aurions pas droit à une délocalisation de nos aéroports franciliens alors que Nantes y a droit avec Notre Dame des Landes ! Nous ne fumes que deux à le huer et à dire qu'on n'en veut pas.
Je dois reconnaitre que l'intervenant d'EELV a re monté le niveau des interventions en déclarant que la position du parti vert est de ne plus augmenter le trafic aérien. Une position bienvenue là ou les autres politiques actent de l'augmntation annoncée sans s'y opposer autrement qu'en demandant que les nuisances n'augmentent pas ou diminuent.
Parmis les élus les avis divergent. Certains demandent un couvre feu à Roissy, d'autres diesent qu'ils ne le demandent pas. Une de leur proposition pour se faire entent=dre après 20 ans de lutte et de propositions, bloquer les aéroports. Attendons un prochain rendez-vous, peut être...

Les représentant associatifs succédèrent aux politiques avec moins de verve et de charisme. Evidemment ce ne sont pas des professionnels de la prise de parole. Une jeune représentante de la coalition climat a fait une belle intervention. Les autres avaient bien préparé leur discours. Cela aide.

Nos amis les CRS étaint de la partie, masi pas pour nous soutenir, plutot pour nous contenir. Nous nous sommes retrouvés parkés, cernés et empèchés de traverser vers le ministère. Plus encore, bloquant les deux côtés du rassemblement sur le boulevard Saint Germain, ils ont empèché la mise en place d'une chaine humaine. Hargneux, ils ont bousculés plusieurs manifestants qui tentaient de passer. Notre "démocratie" dans toute sa splendeur.