S'ils étaient intègres et sans compromis, je concevrais bien que des écologistes aient des responsabilités politiques.
Je n'irais pas d'ailleurs jusqu'à dire qu'il n'en existe aucun, mais seuls peu d'entre eux le sont, c'est certain.
Sans compromis, ce n'est surement pas possible, mais bon ce n'est qu'ainsi que je pourrais arriver à les apprécier.
Que dire de nos deux ministres EELV en restant calme et poli ? Difficile.
Duflot ne votera pas contre le pacte européen de stabilité budgétaire pour ne pas affaiblir François Hollande.
Bel argument. Mais que pense-t-elle de ce traité sur le fond ?
Voilà comment s'accrocher à son fauteuil doré.
Pour la bonne cause (écologiste) ou pour son prestige et ses avantages ?
Pas la peine de ressortir l'argument classique comme quoi leur présence dans le gouvernement permet de faire avancer les choses. Oui oui, ben voyons...
J'ai bien aimé la déclaration d'Eva Joly : "Ce n'est pas parce que Cecile Duflot a une muselière que les écologistes sont en laisse".
J'apprécie relativement bien le personnage mais me demande bien si lors de la campagne présidentielle elle se considérait muselée ou en laisse.
Quant à Cohn-Bendit qui se met provisoirement en retrait d'EELV, le gars reste pitoyable.
Le monde politique est décidément dans sa grande majorité bien moche.
Et pendant ces blabla l'humanité poursuit sa route sans ceinture...

"Le masque du compromis" Eric Demelis