Cécile Duflot semblait soulagée ce week-end par l'adoption par le conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts de l'accord signé avec le PS pour les prochaines élections législatives.
Soulagée ?
Peut être en partie seulement car l'absence d'Eva Joly laisse présager un possible renoncement à la représentation d'EELV aux présidentielles.
Dès le début j'imaginais son combat intérieur pour se décider à accepter de rentrer dans l'arène.
Comment son intégrité bien connue la fait elle vivre l'accord qui la fait se dédire sur la question du nucléaire dont la sortie et l'abandon de l'EPR avaient été annoncés comme non négociables pour conclure un accord ?
Mal, certainement.

Je ne serais pas surpris que Eva annonce très prochainement qu'elle se retire de la présidentielle.
Évidemment ce ne serait pas sans qu'elle mesure les conséquences d'une telle décision.
EELV en sortirait bien affaibli sur l'échiquier politique.
Le PS a-t-il envisagé cette possibilité en poussant les responsables EELV à se dédire sur un tel sujet si sensible pour les écologistes, qu'ils soient politique ou de la société civile ?
Quelle raison a-t-elle poussé le PS à conserver une position globalement pro-nucléaire, bien que le parti évolué de manière sensible sur le sujet ?
Qu'il ait plié devant le lobby pro-nucléaire d'EDF et Aréva, que ce soit pour affaiblir le principal parti écologiste ou par réelle conviction que l'énergie nucléaire ne doit pas être abandonnée, le renoncement de Eva serait aussi une mauvaise nouvelle pour le PS.

Il est évident que nombre d'électeurs écologistes s'interrogent sur leur prochain vote face à l'accord conclu avec le PS.
Concernant les anti-nucléaires les plus militants, je pense qu'ils ne se posent même pas de question, ni le PS ni maintenant EELV n'auront la faveur de leur vote.
Mais alors vers qui le vote des déçus d'EELV va-t-il se tourner ?
Vers le Front de gauche ? Vers le NPA s'il se présente ? Vers Corine Lepage ? Vers les trois sans doute…
Une situation qui affaiblirait forcément l'écologie politique. Déjà que les socialistes ont montré, que ce soit au niveau national comme régional le peu de cas qu'ils font une fois élus, de l'écologie et de leurs alliés Verts.
Une situation qui ne peut qu'affaiblir la gauche elle-même.
Une partie de l'électorat ne devrait-elle pas se rebeller vis-à-vis de la situation qui me manquera pas d'arriver au second tour, à savoir de devoir voter contre un candidat (Sarkozy), plutôt que pour un autre (Hollande) ?

Comment Eva décidera-t-elle d'agir face à l'accord conclu avec le PS et aux probables conséquences d'un renoncement ?
Va-telle quitter l'arène ou y revenir ?
La réponse très bientôt…