2010 a été l'une des années aux températures les plus élevées. De plus elle a été marquée par un grand nombre de phénomènes climatiques extrêmes.

  • Inondations dramatiques au Pakistan tuant plus de 1500 personnes et forçant plus de 20 millions d’habitants partir.
  • Canicule en Russie ayant entrainé l'augmentation des températures moyennes à Moscou de 7,4°C en juillet. Près de 11 000 décès ont été attribués pendant l’été à la canicule dans la seule capitale russe.
  • inondations et glissements de terrain qui ont tué plus de 1400 personnes en Chine.
  • Pluies importantes enAustralie et Indonésie.
  • Record de chaleur au Canada avec des températures supérieures de 3°C à la normale


Le Groupe Intergouvernemental d’experts des Nations Unies sur l’Evolution du Climat estime que ce genre de phénomènes va s'amplifier au cas du 21ème siècle. Une des causes en serait l’accumulation de gaz à effet de serre liés à la combustion des carburants fossiles.

Plusieurs agences internationales en ont aussi fait le constat ou l'annonce:
- British Met Office et Université d’East Anglia
- Administration Nationale Océanique et Atmosphérique des Etats-Unis et Institut Goddard pour les Etudes Spatiales de la NASA
- Organisation Météorologique Mondiale des Nations Unies

En dehors des conséquences directes de ces catastrophes climatiques, un des impacts importants concerne le prix des matières premières et en particulier des denrées alimentaires. Les prix du blé au niveau mondial ont augmenté de 47% l’an dernier et l’Organisation des Nations Unies pour la Nourriture et l’Agriculture (Food and Agricultural Organization) a déclaré que les prix des céréales pourraient encore augmenter.



Source : Actualités news environnement