Le MEEDDM (ministère de l’Ecologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer) a délivré au printemps dernier des permis de prospection pour du gaz de shiste, sous le plateau du Larzac, dans l'Aveyron, et dans plusieurs autres départements du sud de la France.


Plateforme de forage horizontal de Chief Oil & Gas dans les Appalaches (USA)

Cette exploitation inquiète les écologistes qui évoquent les dangers de contamination des nappes phréatiques par les produits chimiques qui sont ajoutés à l'eau sous pression.
Ils dénoncent également l'importante consommation d'eau nécessaire à ce type d'exploitation.
La pollution atmosphérique est considérable du fait du torchage qui génère non seulement du CO2 (d'où la question de la réalité de l'impact dur la réduction des gaz à effet de serre), mais aussi des émissions toxiques dans l'atmosphère (NOx, particules fines, etc.).


Lundi 20 décembre, trois cents personnes, dont José Bové, se sont réunis à Saint-Jean-de-Bruel, à l'initiative de l'association les Amis de la Terre. Ce village est situé aux confins de l'Aveyron, du Gard et de la Lozère, les principaux départements dans lesquels ont été délivrés des permis de prospection. Un "comité de vigilance" a alors été crée, et comme l'a expliqué à l'AFP José Bové, les opposants à l'exploitation du gaz de schiste entendent réclamer un gel des forages, en demandant aux communes concernées d'adopter des arrêtés municipaux pour les interdire. "On verrait si les préfets attaquent ces arrêtés", a déclaré le député européen écologiste.

Sources :
Le blog de José Bové
Maxisciences.
Article de Corinne Lepage sur Rue 89.
Communiqué des Amis de la Terre|http://www.amisdelaterre.org/Les-Amis-de-la-Terre-lancent-l.html].

Pour plus d’information

http://www.deleaudanslegaz.com/

Pour agir

Participez à la Cyber@ction.


Opposition au Québec