Le projet de loi de finances 2011, qui vient d’être adopté par le Sénat, réduit de 4 000 à
2 000 € le montant du crédit d’impôt sur le revenu dont bénéficient les agriculteurs convertis à l’agriculture biologique.

Ce crédit d’impôt avait comme principal mérite de remettre un peu de justice dans l’attribution des aides, notamment parce qu’il ciblait surtout les petites structures qui n’en percevaient pas ou très peu. L’annonce du doublement de celui-ci avait été faite en fanfare à la suite du Grenelle de l’environnement. Elle n’aura pas été effective bien longtemps…

Nature & Progrès, la Confédération Paysanne et la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) demandent vivement à ce que le Ministère de l’économie revoit sa copie, en accord avec les annonces du Grenelle.

Les exemples ne manquent pas pour affirmer que les économies de bouts de chandelle d’aujourd’hui se paieront au prix fort demain.

Source : Confédération paysanne - Nature et Progrès - FNAB

Mon avis

Quand les bonnes paroles du Grenelle de l'environnement s'envolent et laissent la place à des mesures négatives pour l'environnement et ceux qui vont dans le bon sens...




Les sénateurs pris la main dans le sac… plastique !
Les sénateurs viennent de supprimer, dans le cadre du projet de budget pour 2011, la taxe sur les sacs plastiques. Pour Agir pour l’Environnement et le CNIID, ce vote est une véritable provocation à l’encontre de toutes celles et ceux qui tentent d’œuvrer en faveur d’une réduction du nombre de déchets qui ont un impact significatif sur l’environnement.

Sous de faux prétextes, les sénateurs ont ainsi envoyé une fois encore un signal totalement contradictoire aux consommateurs, en laissant supposer que seuls ces derniers auraient à faire des efforts, dédouanant les industriels et autres grandes surfaces de leur responsabilité.

Un sac plastique met plus de 400 ans à se dégrader, la rémanence de cette matière en fait un produit indestructible à l’échelle humaine, qui n’est pas recyclé et que l’on retrouve comme « matière première » du sixième continent situé au milieu de l’océan pacifique et qui est ingéré par l’avifaune et nombre d’espèces marines.

Source : Agir pour l'Environnement - Cniid