Le site www.contaminations-chimiques.info nous informe :

Une étude récente confirme que le mercure augmente le risque de développer une maladie auto-immune. Le mercure est capable d'altérer le système immunitaire entraînant l'apparition de maladies auto-immunes telles que l'arthrite ou le lupus. Amalgames au mercure et maladies auto-immunes seraient donc liés.

Un article d'Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents...

Mercure et réactions immunitaires
Pour la première fois, une étude(1) a démontré que le mercure affecte les protéines déclenchant l'inflammation dans la réponse immunitaire. Cette étude montre une augmentation significative des marqueurs biologiques de l'immunité et des anti-corps chez les mineurs qui emploient le mercure pour extraire le métal des sédiments du fleuve. Par comparaison, les mineurs qui exploitent des mines de diamant et d'émeraude dans des conditions sanitaires et socio-économiques, avec des risques infectieux similaires, mais sans toutefois être exposés au mercure, ne présentent pas les mêmes altérations de leur système immunitaire.

Cette étude confirme des études antérieures(2) sur les rongeurs qui montrent des changements similaires affectant le système immunitaire après exposition au mercure.

Mercure et neurotoxicité
Le mercure est un toxique dont les effets sur le système nerveux sont aujourd'hui bien connus : réduction des capacités motrices, verbales et cognitives, et ceci même à faibles doses. Comme l'a reconnu récemment l'ADA (American Dental Association), le mercure est particulièrement dangereux pour le système nerveux du foetus et de l'enfant.

Cependant, ses effets sur le système immunitaire restent encore peu connus.

Sources d'exposition au mercure
La principale source d'exposition de la population européenne est, comme dans les autres régions développées (Japon excepté), le mercure libéré sous forme de vapeurs (sous l'effet de la pression et de la chaleur) et sous forme d'ions (libérés par électrogalvalnisme) par les amalgames dentaires ou plombages, composés pour moitié de mercure (l'autre moitié étant un mélange d'argent, étain, cuivre et zinc).

La source alimentaire avec les poissons contaminés par le méthylmercure ne vient qu'en seconde position.

Amalgame au mercure en France
Alors que trois pays scandinaves (Norvège, Dannemark et Suède) ont interdit les amalgames au mercure, la France est l'un des pays du monde qui en emploie le plus, sans restrictions, que ce soit chez la femme enceinte ou chez les enfants.

L'amalgame a d'ailleurs été défendu par l'Ordre des dentistes français auprès de Bruxelles. Quant à la Sécu, elle continue d'affirmer l'innocuité de l'amalgame dentaire.

Conduite à tenir
Les personnes souffrant d'une maladie auto-immune (arthrite, lupus, thyroïdite, etc.) devraient s'abstenir de se faire poser des amalgames, de même d'ailleurs que toute reconstitution en métal.

Les précautions à prendre lors de toute dépose et les solutions alternatives à l'amalgame dentaire et au métal sont détaillées dans le Pratikadent, rubrique Plombage-dépose.

Bibliographie
(1) Gardner, RM, JF Nyland, IA Silva, AM Ventura, JM deSouza and EK Silbergeld. 2010. Mercury exposure, serum antinuclear/antinucleolar antibodies, and serum cytokine levels in mining populations in Amazonian Brazil: A cross-sectional study. Environmental Research. 2010 May;110(4):345-54. Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Department of Environmental Health Sciences, Baltimore, MD 21205, USA.

(2) Johansson U, Hansson-Georgiadis H, Hultman P. The genotype determines the B cell response in mercury-treated mice. Int Arch Allergy Immunol. 1998 Aug;116(4):295-305.

Source :
www.contaminations-chimiques.info
"Amalgames au mercure et maladies auto-immunes"