La société suédoise Ikea construit une plate-forme logistique à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

Dès octobre 2007, l’assocation Nacicca avait relevé les graves atteintes que le projet allait porter à l’environnement, malgré un avis positif du Conseil National de Protection de la Nature :

En avril 2008, France Nature Environnement et l’association Nacicca avaient décidé de porter plainte car l'opération viendrait détruire plusieurs espèces de plantes et des habitats d'oiseaux, de reptiles, et de batraciens protégés.

La richesse du site était caractérisée par la diversité des milieux naturels qui le constituent : bois de chênes verts, prairies humides et mares temporaires. Ces milieux sont reconnus pour leur valeur biologique au niveau europeen.
Voir ici quelques photos prises par Nacicca.

Prairie_au_sud_mini.png
Le site avant les travaux. Photo Nacicca

P1010610.jpg
Les travaux en cours fin 2008. Photo Nacicca

Par un communiqué le 10 février 2009, France Nature Environnement s’indigne :

Comme le craignaient certains experts, les fondations extrêmement profondes, nécessaires pour ancrer ce bâtiment d’une hauteur hors norme, ont fortement perturbé le fonctionnement de la nappe de la Crau. Ces travaux ont occasionné une brèche dans la nappe phréatique. Le surplus d’eau des fondations est pompé et reversé sur les prairies à orchidées alentour, dorénavant noyées sous une trentaine de centimètres d’eau. Des travaux colossaux visant à rabattre la nappe de Crau sont actuellement en cours sur le site vraisemblablement au mépris de la réglementation.

Par ailleurs, France Nature Environnement et Nacicca ont constaté que les travaux conduits par le conseil général pour la mise en place du sens giratoire permettant l’accès à la plate-forme ont engendré la destruction d’une orchidée protégée (Orchis laxiflora) et que trois autres espèces végétales protégées dont la Scammonée de Montpellier (Cynanchum acutum) sont sur le point de l’être si rien n’est fait. Cyril Girard de l’association Nacicca constate amèrement que « ces stations étaient pourtant signalées précisément sur le site Internet du conservatoire botanique national méditerranéen. Comment les travaux ont-ils pu être conduits sans avoir fait quelques vérifications, et ce d’autant plus que le site est largement connu pour sa richesse biologique ?»

France Nature Environnement et Nacicca étudient en ce moment les possibilités de recours pour cette destruction inacceptable. Elles ne peuvent tolérer la persistance de tels actes qui constituent des délits en droit français. Elles s’étaient pourtant tenues à la disposition des différents interlocuteurs pour apporter leur expertise pour une prise en compte satisfaisante de la biodiversité de ce site.

Pour plus d’information

Consultez le site de l’association Naccica.

Mon avis

Une atteinte inacceptable du milieu et de la biodiversité.
Cela, surtout dans cette zone déjà si touchée par une urbanisation industrielle forte !
Cette affaire me semble représentative du peu de cas qui peut être fait de l’environnement.
Comment peut-on dire que le léger déplacement d’un tel projet va permettre de sauvegarder les espèces menacées ?
La réponse est apportée par le maire de Fos : …dans ce dossier c’est l’homme qui est au centre, c’est l’emploi et je crois que l’emploi avant tout c’est ce qui nous fait vivre…
Comme de plus un tel entrepôt ne pollue pas comme le font les industries environnantes, il ne faut pas se gêner…

Et voilà, non seulement les espèces rares disparaitront mais aussi c’est la nappe phréatique qui est touchée.

Avec Ikéa, il n’y a pas de lézard…
Pour moi, de quoi réfléchir avant de retourner dans ses magasins…

arton19-21468.jpg
Une espèce présente sur le site avant les travaux