La pollinisation est le mode de reproduction de certaines plantes. Il s'agit du processus de transport d'un grain de pollen depuis l'étamine (organe mâle) afin que celui-ci rencontre les organes femelles de la même espèce, rendant possible la fécondation de la plante.

Sans pollinisation, nous n’aurions ni fruits, ni légumes fruits, ni même de semences. C’est dire son importance pour l’agriculture et l’alimentation.

Les différents modes de pollinisation

La pollinisation s’effectue, selon les cas, par des moyens différents :

L’autopollinisation Alors que pour bien des plantes cela serait possible, elles semblent s’arranger pour éviter l’autopollinisation par laquelle la plante se féconde elle-même. Cette pratique peut conduire à l’appauvrissement de l’espèce.

La pollinisation par les animaux Ce sont les insectes qui s’en chargent le plus. Ils effectuent l’opération alors qu’ils recherchent le nectar des plantes pour se nourrir. Ce faisant ils récoltent des grains de pollen qu’ils déposeront plus loin sur une autre plante. Les insectes pollinisateurs sont :
- les abeilles (domestiques et solitaires)
- les bourdons
- les spyres
- les papillons
- les diptères
- certains coléoptères

Certains oiseaux au bec pointu, comme les oiseaux-mouches, peuvent aussi assurer la pollinisation des plantes qu’ils visitent, eux aussi à la recherche du nectar.

Les chauves souris et certains mammifères peuvent aussi polliniser certaines espèces de plantes.

Les plantes à fleur se débrouillent bien pour attirer les insectes : belles couleurs et odeur attirantes.

PollinisationAbeille.JPG
Pollinisation d'un pissenlit par une abeille

La pollinisation par le vent Cette méthode est plus simple (le vent transporte le pollen qui se déplace ainsi d’une fleur à l’autre) mais est moins efficace. Elle est largement moins répandue que la pollinisation par les animaux. Les plantes qui s’en remettent à cette méthode n’ont pas besoin de couleurs chatoyantes, d’odeur attirante ni de nectar. Leurs fleurs sont petites, ternes mais possèdent une grande quantité de pollen pour augmenter leur chances.

VentPollen.jpg

Le vent porte du pollen dans le Valais en Suisse

La pollinisation au potager

Voici quelques exemples pour chaque mode de pollinisation :

Autopollinisation : petit pois, olive, vigne, laitue, tomate, haricot, fève.

Par les insectes : choux, carotte, poireau, oignon, soja, agrumes, melon, pomme, poire, prune, pêche, cerise, fraise, framboise, cassis.

Par le vent : Epinard, asperge.

L’importance des abeilles

La France compte environ 1000 espèces d’abeilles et le monde 20000. C’est cependant l’abeille domestique qui rempli l’essentiel du travail de pollinisation. Elle assure 85% de celle des plantes à fleurs. Son intérêt dans l’affaire est de récolter le pollen afin de nourrir ses larves dans la ruche. Elle a évolué dans son corps et son comportement de manière à améliorer son efficacité. Elle est fidèle à une espèce de plante tant que celle-ci produit du nectar. C’est ainsi que les apiculteurs produisent du miel d’espèces spécifiques.

On attribue à Einstein la fameuse citation : « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ». Même s’il n’est pas prouvé que Einstein ait effectivement dit cela, il est vrai que l’abeille a en charge la pollinisation d’environ 20000 espèces de plantes dans le monde.

De nombreuses alertes nous indiquent que l’abeille va mal.
Si elle disparaissait, de très nombreuses espèces végétales la suivraient faut de pouvoir se reproduire, entraînant dans leur sillage de nombreuses espèces animales dépendantes des plantes.
L’homme aurait bien du mal à survivre, même si les céréales, base de l’alimentation mondiale ne dépendent pas des insectes pour la pollinisation.

La contamination par les OGM

Nous avons vu dans cet article que la pollinisation est extrêmement importante pour les plantes, les animaux, l’homme.
Notez aussi que c’est par elle que les plantes OGM contaminent les plantes non OGM !
Comme quoi, il y a des inconvénients en toute chose et surtout quand l’homme s’en mêle !

Pour plus d’informations, je vous propose :
Le site de la cité des sciences.
Le numéro 470 de la revue les 4 saisons du jardin bio, éditée par Terre vivante.