centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 16 mars 2017

Rassemblement National STOP-LINKY

Mercredi 22 mars 2017, l'Association des Maires de France (AMF) organise avec Radio-France et Public-Sénat une journée entièrement consacrée aux communes dans le cadre de la campagne présidentielle, et tous les candidats à l'élection présidentielle ayant déposé les fameux 500 parrainages seront reçus.

C'est l'occasion de se faire entendre pour le mouvement Stop-Linky (Collectifs, associations, particuliers, élus municipaux, etc.).
Ces derniers temps, l'entreprise Enedis (appuyée par les Préfets, qui ne sont donc pas au service des citoyens mais des intérêts industriels) attaque devant la justice administrative les municipalités qui prennent des délibérations pour protéger leurs administrés en interdisant le déploiement des compteurs communicants.
Or, au lieu de soutenir les maires et les conseils municipaux, les dirigeants de l'Association des maires de France prennent fait et cause pour les industriels et pour les compteurs Linky et Cie.

D'innombrables citoyens et élus ne veulent pas de ces compteurs communicants qui :

  • mettent en cause les libertés publiques (captation d'innombrables informations sur la vie privée) ;
  • mettent en danger la santé des habitants (émissions permanentes d'ondes électromagnétiques) ;
  • nuisent à l'environnement (destruction de 81 millions de compteurs en parfait état de marche) ;
  • détournent l'argent des citoyens (qui devrait servir à renforcer le réseau électrique ou à lutter contre la précarité énergétique et non à payer des compteurs communicants chers, fragiles, piratables, etc.) ;
  • font augmenter les factures et les abonnements ;
  • font dysfonctionner les appareils de votre logement.

Nous demandons le droit pour chaque commune d'interdire le déploiement des compteurs communicants sur son territoire et, lorsque la commune ne prend pas une telle décision, le droit pour les particuliers de refuser ces compteurs.

mardi 14 mars 2017

Quand le libre échange menace la santé et l'environnement


Une pétition nous invite à réagir face aux tribunaux arbitraux d'investissement.
C'est peu, voire pas connu du public. Ce ne sont pas seulement CETA et TAFTA qui implémenteraient ces tribunaux. Ils existent déjà.

L'exemple scandaleux qui est donné est celui de la Roumanie qui tente de s"'opposer à un projet de mine de Cyanure. Une pacotille quoi !

Le Parlement roumain a dit non à ce projet de mine qui déverserait 240 000 tonnes de cyanure sur son territoire, une quantité de poison suffisante pour tuer 80 fois la population sur Terre.
En réponse, la compagnie minière a décidé de passer par un système judiciaire parallèle réservé aux investisseurs pour exiger une compensation de 4 milliards de dollars.
Devant un tel chantage, la Roumanie pourrait devoir céder et accepter une immense catastrophe environnementale et sanitaire.

La Commission européenne a lancé le projet de créer un gigantesque système juridique parallèle sur ce modèle. Si nos représentants l’approuvent, tous les Européens devraient affronter le genre d’intimidations auxquelles les Roumains doivent faire face aujourd’hui.

Mais nous avons une grande occasion d’étouffer dans l’œuf cette offensive. Une consultation publique est organisée avant le début des négociations. Il ne reste que quelques jours avant sa clôture. Utilisons-les pour dire massivement NON à encore plus de privilèges pour les multinationales et les investisseurs.

La pétition lancée par WeMove avec les Amis de la Terre Europe et Seattle to Brussels Network s'adresse ainsi au Président de la Commission européenne :

Les grandes entreprises utilisent de plus en plus souvent des tribunaux arbitraux d'investissement pour saper les réglementations qui protègent les citoyens et l’environnement. Les projets qui visent à renforcer ce système juridique parallèle à l’aide d’une cour internationale sont donc extrêmement inquiétants. Abandonnez la mise en place d’une « cour d’investissement multilatérale », refusez les nouveaux accords commerciaux et d’investissement qui incluent des tribunaux d’arbitrage internationaux, et engagez-vous à les abolir au sein des accords existants.

Bien sûr j'ai signé, sans toutefois croire à trop de résultat. L'Union Européenne est hyper-libérale et la Commission en est le bras (armé).

Pour signer la pétition

https://act.wemove.eu/campaigns/non-tribunaux-speciaux-entreprises

mercredi 8 mars 2017

Ce qui compte vraiment


Auteur : Fabrice Nicolino
Editeur : Les liens qui libèrent
ISBN : 979-10-209-0471-3

De prime abord, le nouveau livre de Fabrice Nicolino est engageant.
D'un aspect sobre, couverture blanche, titre bien planté en milieu de couverture. Rouges et noirs, quatre mots de taille décroissante, c'est percutant. Deux cent pages. La lecture s'annonce courte. L'ensemble laisse espérer simplicité, clarté et efficacité.
L'acheteur connaissant l'auteur se doute qu'il ne va pas être question de rigolade. Fabrice Nicolino, journaliste engagé n'y va jamais par quatre chemins et aborde de front les sujets fondamentaux pour la planète et la survie de l'humanité.
La quatrième de couverture et l'introduction résument le message : il est possible d'inverser le courant qui détruit le monde, l'espoir est permis, la lecture de ce livre va nous faire respirer l'air du large, nous présenter les pistes de solutions. On n'y perdra pas notre temps.
J'ai donc débuté la lecture enthousiaste d'autant que, me considérant écologiste, j'apprécie l'engagement et les écrits de Fabrice Nicolino, non sans réserves toutefois.
Un livre, cinq parties, cinq sujets pour lesquels le journaliste écrivain doit nous présenter ses idées pour sortir du ou des problèmes posés.

Et si les paysans et les grenouilles revenaient
Beau programme il est vrai pour ce premier thème dont la structure se retrouve dans les parties suivantes. Le tableau est tout d'abord dressé. En l'occurrence ici, la paysannerie meure et la biodiversité s'effondre. Tableau noir, très noir et ce sera le cas de tous les sujets suivants.
FNSEA, Hypermarchés, agrocarburants, gabegie de subventions, gagner 100 pour perdre plus. D'un style et des tournures travaillés Nicolino nous le dit, la crise en peut aller qu'en s'aggravant. La piste de sortie ? Se détourner des produits industriels et conclure un accord historique entre la société et les agriculteurs. Un accord en 10 articles privilégiant la vie à la mort par la chimie. Simple clair, net et essentiel.

Restaurer l'antique beauté du monde
Si le titre m'a laissé perplexe, la criticité du sujet ne fait aucun doute. Il est question ici de la dégradation des écosystèmes mondiaux et des impacts observés et prévisible sur l'humanité. Rien que cela ! Zoom sur le Nil, surexploité, maltraité, le fleuve meut. Il fait vivre 85 millions d'âmes et personne ne bronche. Le changement climatique, lui, submergerait des régions peuplées de 157 millions de pauvres. Imaginons les conséquences ! Non sans dénoncer la responsabilité de nos pays occidentaux, colonisateurs et exploiteurs sous couvert d'objectifs civilisateurs lorsqu'ils ne sont pas salvateurs, Nicolino invite à dépasser tout esprit de repentance et de culpabilité et propose un brin d'espoir. Un bien mince espoir illustré par quelques exemples ressemblant fort à une tête d'épingle, oasis dans un désert moribond. Tel couple qui fait revivre la ferme parentale en région forestière brésilienne. Tel amoureux des oiseaux réussit à préserver 22 hectares à Montreuil et à y faire revenir 120 espèces d'oiseaux. Telle ferme normande démontre que l'on peut faire des miracles en maraichage sur 1000 m2. Aux yeux de l'écrivain journaliste, ces cas très ponctuels démontrent que l'on peut restaurer et faire prospérer des espaces dégradés. Alors que le monde a su mobiliser et dépenser des milliers de milliards d'euros pour "sauver" le système financier lors de la crise de 2008, il serait concevable qu'une mobilisation mondiale des milliards d'êtres humains, pauvres pour la plupart, pour engager une gigantesque entreprise de restauration de l'état écologique de la planète. Démentiel ? Indispensable ? Impératif ?

Ce qu'est un seul siècle pour la mer
La pêche industrielle vie les mers et océans, les tue, les as tués. Un des écosystèmes les plus importants de la planète est mort pour nourrir humains, animaux d'élevage et domestiques, dans une gabegie où sans doute plus de 10% des prises sont rejetées mortes car non commercialisables. L'air du large sent décidément bien mauvais, irrespirable. A problème incommensurable, solution simple : n'autoriser que la pêche artisanale.

Ces si nombreuses larmes d'eau douce
De haute lutte, la Loire est restée sauvage face aux bétonneurs des années 90. Une bien belle victoire alors que nos rivières, les rivières du monde entier sont la proie des pollueurs menteurs. Menteurs lorsqu'ils essaient de nous faire croire que tous leurs traitements physico-chimiques nous la rendent potable. Ils transforment l'eau en or qu'ils se mettent en poche et nous buvons un épouvantable cocktail de pesticides, plastiques, médicaments, j'en passe et des pires. Fabrice Nicolino dénonce sans détour le scandale de la gestion privée de l'eau. Alors que dans certains pays, les zones de captage sont protégées par les collectivités publiques, la France, ici aussi est à la traine. Le bref tour d'horizon ici proposé est édifiant. Entre grands barrages en Chine ou en Espagne, golfs, marinas, puits, irrigation intensive, dizaines de milliers de rivières disparues, milliers de captages abandonnés aux nitrates, comment résumer le tableau ? L'horreur absolue, tant l'eau est vitale.
Après quelques pages disons, poétiques, qui m'ont laissé à la dérive, vient la piste de "solution" : ne plus polluer aucune source d'eau sur terre, douce ou salée. Une évidence qui aurait gagné quelques éléments plus concrets ou opérationnels. Nicolino laisse son lecteur à la barre…

Vivre enfin avec nos frères lointains
Les anciens, entendez il y a très, très longtemps, dans l'antiquité plaçaient les animaux en bonne place à nos côtés et les respectaient. Fabrice Nicolino considère que c'est au XVII siècle français que "le grand schisme", comme il dit, débuta. On connait les conditions pitoyables des animaux d'élevage industriel. Le sort des animaux sauvages n'est pas en reste. Celui des abeilles à la mortalité dramatique du fait des produits chimiques nous fait courir un risque de famine générale par l'arrêt de leur activité polinisatrice. Rien de nouveau dans le domaine. Un petit détour par Notre Dame des Landes au bocage et espèces rares sont menacé par cet insensé projet d'aéroport.
Les chasseurs ne sont évidemment et bien justement pas à la fête chez Nicolino. Loup, éléphants et quelques autres sont au menu de ce dernier chapitre où je cherchais en vain quelque piste de solution. Sauvegarder la biodiversité ? Evidemment, mais encore ? Ici aussi le sombre tableau est fort à propos dressé mais les promesses annoncées bien en peine d'être tenues…

Une déclaration universelle des devoirs de l'homme
L'espoir d'une conclusion éclairante serait fort déçu si deux "petites" choses en avaient été absentes.
Deux choses fondamentales en fait. Le besoin "d'accélérateurs de conscience" tout d'abord. J'adore la notion qui n'a nul besoin de commentaire. L'encyclique du Pape François ensuite. Pour en avoir lu une bonne partie, je rejoins l'éloge qu'en fait Nicolino. Comme je fus surpris d'une telle prise de position antimondialiste et anticapitaliste de notre pape actuel !
En guise de conclusion Fabrice Nicolino appelle à abandonner la consommation de masse d'objets inutiles, à un changement des valeurs et à une "insurrection des consciences", à une véritable rupture mentale avec ce monde et ses innombrables colifichets, à l'élaboration d'une déclaration universelle des devoirs de l'homme, à très vite rentrer en dissidence avec la société des objets, à travailler tous ensemble vite et sans violence pour sauver que peut l'être encore.

L'ouvrage porte bien son titre tant les cinq thèmes pris en exemple sont les fondamentaux de notre monde qui s'effondre. Il peine cependant à tracer clairement le chemin, les pistes à prendre pour limiter les dégâts. Bien sûr les grands principes du nécessaire changement de valeurs sont là mais en restant sur un plan très général et sur les bases, Le livre risque de décevoir au regard des ambitions affichées.

lundi 6 mars 2017

Fukushima 6 ans. N'attendons pas l'accident en France. Manifestons à Paris le 11 Mars !


La coordination antinucléaire Ile-de-France organise une manifestation ce 11 mars 2017 à Paris à l’occasion des 6 ans de la catastrophe de Fukushima.

Rendez-vous à 14h30, Place de la République
* Contre le retour forcé des populations en zone contaminée au Japon
* Contre les Jeux Olympiques de Tokyo de 2020
* Pour l’arrêt du nucléaire en France

Le 11 mars 2011 débutait la catastrophe nucléaire de Fukushima. Six ans après, elle n’est toujours pas maîtrisée : la radioactivité continue à contaminer la mer et le territoire alentour. Les énormes travaux de décontamination entrepris s’avèrent inefficaces, et ne sont plus qu’un alibi.

Le gouvernement japonais veut faire croire à un retour à la normale. En supprimant bientôt les indemnités accordées aux évacués et en coupant l’aide au logement aux 32 000 réfugiés "volontaires", il veut contraindre au retour ceux qui ont dû fuir. Et il compte sur le méga-spectacle des JO de Tokyo en 2020 pour convaincre que la page du désastre est tournée et faire repartir la croissance. Dénonçons cet énorme gaspillage d’argent public, alors que l’argent manque pour aider les réfugiés. Soutenons les victimes de la catastrophe et leur droit à retrouver une vie normale, hors des zones contaminées.

Exigeons le suivi des conséquences sanitaires (on compte déjà 145 cas de cancer de la thyroïde parmi les enfants et les jeunes de Fukushima).

Soutenons le boycott des JO de Tokyo !

Le gouvernement japonais n’agit pas seul : il a le soutien du lobby nucléaire international, et notamment du lobby français. Ces criminels ont remis en service, en l’adaptant, leur programme Ethos mis au point à Tchernobyl, dans le but de convaincre les populations de "vivre avec la radioactivité". Pour eux, le Japon est le laboratoire de ce qu’il faudra sans doute un jour mettre en œuvre ailleurs, et notamment chez nous en France.

En France, où l’on compte 58 réacteurs vieillissants (dont on apprend aujourd’hui que des pièces essentielles ont subi au départ des malfaçons), le scénario d’une prochaine catastrophe nucléaire ne relève plus de la science-fiction. Et pourtant ils continuent. L’EPR est un fiasco technique et financier, l’industrie nucléaire est en faillite, mais ils s’entêtent.

Seule la pression populaire peut obliger le pouvoir à prendre la décision qui s’impose : l’arrêt du nucléaire, avant la catastrophe.

dimanche 5 mars 2017

Aucun bébé ne doit naitre pré-pollué

Une action du RÉSEAU ENVIRONNEMENT SANTE

Les bébés naissent aujourd’hui avec plusieurs dizaines de substances chimiques toxiques dans leur organisme. Un grand nombre d’entre elles sont des perturbateurs endocriniens.

La récente étude de l’agence Santé Publique France, menée auprès de plus de 4000 femmes enceintes, montre une imprégnation généralisée : 70% pour le Bisphénol A, 99,6 % pour les phtalates, 100% pour les pesticides pyréthrinoïdes, 50 % pour les pesticides organophosphorés, 100 % pour les PCB, dioxines et furannes, 100 % pour les retardateurs de flamme bromés, 100 % pour les perfluorés.

Nous savons que ce cocktail augmente le risque d’avoir une maladie chronique pendant l’enfance mais aussi à l’âge adulte : obésité, diabète, cancer du sein et de la prostate, troubles du comportement (hyperactivité, déficit d’attention, autisme…), baisse du QI, troubles de la reproduction (baisse de la qualité du sperme, infertilité, cancer du testicule, malformations génitales, abaissement de l’âge de la puberté). On sait que pour une substance comme le bisphénol A le risque d’infertilité et de baisse de la qualité du sperme peut être transmis aux petits-enfants et aux arrière-petits-enfants.

Pour faire face à ce problème majeur de santé publique, nous demandons aux candidats à la présidentielle de s’engager à promulguer une grande Loi de Santé Environnementale et d’organiser un Grenelle de la Santé Environnementale pour débattre avec la société civile de la meilleure façon de mettre fin à cet héritage toxique.

Pour signer la pétition du RES

https://www.change.org/p/candidats-%C3%A0-l-%C3%A9lection-pr%C3%A9sidentielle-2017-aucun-bebe-ne-doit-naitre-pre-pollue


RÉSEAU ENVIRONNEMENT SANTE
http://www.reseau-environnement-sante.fr

mercredi 1 mars 2017

Bure: la justice annule la vente du bois Lejuc à l'ANDRA

Excellente nouvelle, le tribunal administratif a donné raison aux habitants de Mandres-en-Barrois (55) qui lui avaient demandé d'annuler la délibération du conseil municipal qui vendait le bois Lejuc à l'ANDRA.

Cette vente étant illégale, l'ANDRA n'est ainsi pas propriétaire du bois où il souhaitait construire les puits de ventilation du futur (s'il se fait) centre de stockage, à 500 m sous terre, des déchets nucléaires. Des déchets radioactifs pour plus de 100 000 ans. Un projet insensé menaçant les nappes phréatiques, les terres et les habitants pour 3000 générations.

La lutte s'amplifie et se durcit. Parfait.


Le 18 février dernier, plusieurs centaines de manifestants se sont rendus au bois Lejuc pour signifier leur opposition au projet et leur soutien aux occupants du bois.


Là bas, le mur à terre...


Dans le bois, l'occupation s'organise !


Après le bois, direction le site de l'ANDRA, et là les choses dégénèrent, la colère monte, la clôture tombe et les forces du désordre se mettent en action.


Fumigènes mais aussi grenades de désencerclement et assourdissantes !


La barricade se constitue.

mercredi 22 février 2017

Mon petit jardin en permaculture


Auteur : Joseph Chauffrey
Editeur : Terre Vivante
ISBN : 236098279

La permaculture, c'est quoi ?
Si vous cherchez une "bible", un document de référence sur le sujet, passez votre chemin.
Joseph Chauffrey veut nous donner envie de jardiner au naturel en mettant en oeuvre les principes de la permaculture, sans même le savoir. Une vraie prose, quoi...
En fait, loin de toute théorie, c'est à partir de sa propre expérience de jardinage sur petite surface en milieu urbain que l'auteur nous présente de manière très concrète comment obtenir une haute productivité d'un petit jardin diversifié, esthétique et durable.

Il serait peu dire que le livre est abondamment illustré. Les pages de pur texte sont rares, ce sont entre 1 et 4 photographies qui occupent l'espace de la centaine de pages de l'ouvrage.
Joseph Chauffrey présente donc la mise en oeuvre des principes de base de la permaculture qui se veut une approche globale, holistique comme on dit.
Il s'agit d'abord d'améliorer l'écosystème de notre petit jardin en y développant la biodiversité, en favorisant les interactions qui s'y opèrent, en utilisant au mieux les ressources, lumière, eau et végétaux, et surtout en prenant soin du sol.

Qui dit petite surface dit optimisation. Joseph Chauffrey plante serré et associe les végétaux afin d'utiliser au maximum l'espace disponible. Il choisit les espèces les mieux adaptées et cultive même hors sol ainsi que dans les trois dimensions. Tuteurs, pergolas, treillages, grillages, treillis soudés et fils suspendus sont les alliés du jardinier urbain.

Densifier n'est pas suffisant pour devenir autonome en fruits et légumes avec un petit jardin. Il faut aussi accélérer les cultures en semant hors sol et en chevauchant les cultures. Il faut ainsi planifier précisément ses cultures , débuter tôt eu printemps et même jardiner l'hiver sous tunnel et sous serre.

J'ai apprécié l’humilité de l'auteur qui fait part de ses difficultés et de ses échecs. Il nous incite à expérimenter et à nous forger notre propre expérience. En la matière il n'est aucune théorie valable en toute circonstance et chaque jardin a ses particularités qui nécessitent des pratiques adaptées. Joseph Chauffrey nous indique les principes de base et nous incite à l'expérimentation et à l'observation.

Le pari est réussi. Simplicité, concision et illustrations marchent à merveille et donnent pleinement envie de réussir un aussi beau jardin que celui de Joseph Chauffrey.

Cette fois encore, Terre vivante nous offre un beau moment de lecture et de rêve !

Pour consulter le sommaire de l'ouvrage

http://boutique.terrevivante.org/librairie/livres/307/jardin-bio/facile-et-bio/458-mon-petit-jardin-en-permaculture.htm

Pour feuilleter quelques pages

http://fr.calameo.com/read/00040054780d487c465fc

mardi 21 février 2017

Tout est prêt pour que tout empire - 12 leçons pour éviter la catastrophe


Auteur : Hervé Kempf
Editeur : Seuil
EAN : 978-2021349016
ISBN : 2021349012

Dans la lignée de ses précédents ouvrages (comment les riches détruisent la planète, Fin de l'occident, naissance d'un monde), Hervé Kempf poursuit son analyse et la mise en lumière des causes des crises qui secouent l'humanité. Avec "Tout est prêt pour que tout empire" le journaliste fondateur du site engagé "Reporterre" vise à montrer que la crise écologique, le terrorisme et le néolibéralisme sont les conséquences liées à l'évolution de la société mondiale de ces dernières dizaines d'années.

Kempf débute sa leçon d'histoire fort intéressante dans les années 70, point culminant de la guerre froide, qui ont vu le régime communiste de l'URSS s'effondrer avec l'emblématique chute du mur de Berlin en 1989, proclamant la victoire du capitalisme, le triomphe du néolibéralisme et des classes dirigeantes de l'Ouest. N'ayant plus de modèle alternatif pour entraver leur course à la richesse, celles-ci ont alors pu laisser pleinement s'épanouir leurs aspirations dévastatrices. Rien ne faisait plus face à l'idéologie capitaliste mais l'Islam se propageait dans le monde arabe puis africain et asiatique. En Europe, il trouvait un terrain favorable dans la frustration des fils d'immigrés dont les parents avaient servis de chair à canon durant les deux guerres mondiales et qui maintenant grossissaient les chiffre du chômage et étaient reléguées dans les banlieues. Le pétrole enrichissait les pays du moyen orient alors de le FMI et la banque mondiale plongeaient les habitants des pays du sud dans la misère à grand coups de politiques d'ajustement structurel.

La mondialisation économique permettait la relance et permettait de faire pression sur les travailleurs des pays riches par le faible coût du travail en Chine, pays qui inondait le monde de produits bon marché, permettant une augmentation assez globale du niveau de vie matériel.
La coalition des USA et de l'Arabie Saoudite pour faire chuter le prix du pétrole eut pour double effet d'affaiblir l'URSS et de faire baisser le prix des produits manufacturés. La machine infernale du capitalisme asservissait l'homme et détruisait la planète. Ce dernier point prenait de l'importance et de l'ampleur au fil du temps. Il conduisait un premier rapport du GIEC sur le climat en 1990, au sommet de la terre à Rio en 1992 et à la signature du protocole de Kyoto en 1997.

En parallèle les inégalités mondiales s'accroissaient durant les 20 années suivant les années 80.
En 2001 l'attentat détruisait le World Trade Center et choquait les USA et le monde.
En 2003 les Etats Unis envahissaient l'Irak pour sécuriser la production pétrolière, faisait s'effondrer en deux mois le régime de Saddam Hussein, provoquait plus de 200 000 morts en huit ans et laissaient sans ressource 400 000 soldats irakiens dont un bon nombre rejoignaient les troupes de l'état islamique en Irak et de Daesh qui se constituait en 2006. Bush avait déstabilisé et fragilisé le moyen orient, et ainsi créé une bombe à retardement aux effet ravageurs.

Hervé Kempf poursuit son analyse implacable, détaillée et argumentées du machiavélisme et de la responsabilité du néolibéralisme et de l'oligarchie mondiale dans la dégradation de l'environnement mondial, dans la perte de valeur pour la très grande majorité des populations, créant le terreau d'un terrorisme en pleine croissance argument de politiques de plus en plus liberticides.
Crises économiques et récession mondiale après 2009, planches à billets tournant à plein régime pour sauver le régime néolibéral et les banques, conférences climats aux échecs répétés, tsunami au japon en 2011 et catastrophe nucléaire de Fukushima s'ajoutant à celle de Tchernobyl, protestations dans le monde arabe et ailleurs, émeutes face à la misère et aux dictatures, USA et Chine se moquant des problèmes écologiques et climatiques ne voulant qu'une chose : sortir de la crise économique, explosion Syrienne, montée de Daesh, France en guerre en Lybie, au Mali, Trump élu aux USA, Hervé Kempf esquisse dans son ouvrage le tableau réaliste de ces quelques dizaines d'années si marquantes dans la dégradation de la situation mondiale.

Son constat est que la dégradation de l'écosystème planétaire représente le principal enjeu politique de ces prochaines années, alors que depuis 2000 se développe la contestation anticapitaliste ainsi qu'un mouvement recourant à la violence inspirée par la religion. Kempf considère qu'en matière d'écologie le pire est à venir, c'est une certitude, la société humaine ayant dépassé les limites écologiques de la planète alors que la population mondiale ne cesse de croître contrairement aux prévisions qui escomptaient sur une stabilisation.
Au niveau social, l'acceptation des inégalités croissantes est facilitée par l'abondance de biens manufacturés bon marché venant de Chine.
Le décalage entre les aspirations des classes populaires abandonnées et leur situation objective entraîne la violence. Frustrations, vide de sens et ressentiment conduisent à la violence, que ce soit dans les pays arabes comme dans nos banlieues.

La combinaison de la crise écologique et de celle des ressources entraîné un plafonnement de la croissance économique, plafonnement que l'oligarchie cherche à éviter car il fait stagner le niveau de vie, rendant les inégalités insupportables ce qui risque d’entraîner des troubles sociaux.
La création de monnaie ( de singe) par les banques centrales crée une bulle économique qui risque d'éclater.
Combien de temps la situation actuelle, relativement calme, va-t-elle durer ?

Face à ce sombre constat, Hervé Kempf a voulu donner à son livre une fin porteuse d'espoir. Il liste pour cela 12 leçons pour éviter la catastrophe. Le maître nous enjoint d'observer notre époque et d'en comprendre les enjeux et de mesurer les chances qui nous restent pour relever le défi qui nous est donné. Le chemin qu'il propose une fois encore est de sortir du capitalisme sans tomber dans le collectivisme et de fonder une société post-capitaliste en déverrouillant le système actuel sans nous donner de recette magique… Quelques pistes cependant : être radicaux, porteurs de paix et d'amour, diviser l'oligarchie sans déserter le terrain des institutions actuelles et surtout en donnant un sens à la vie.

Un livre un peu redondant avec les précédents mais qui éclaire l'histoire contemporaine de ces quelques dernières dizaines d'années pour nous en révéler les mécanismes destructeurs de l'environnement, du climat et de la paix. Les 12 leçons peinent à convaincre même si le bon sens qui les régit est évident.

lundi 20 février 2017

Consultation du public sur l’éolien en mer au large de l’Île d’Oléron : manifestons notre opposition !

La LPO appelle à une mobilisation massive d'opposition au projet d’éolien en mer au large de l’Île d’Oléron.



Une consultation publique est en cours jusqu’au 28 février 2017 pour recueillir les avis des citoyens.

La LPO vous invite à faire part de votre désaccord concernant ce projet qui menace de nombreux oiseaux marins. Pour ce faire vous pouvez utiliser tout ou partie des arguments suivants, en prenant attention de personnaliser votre argumentaire et de ne pas faire de copier-coller.

Le texte annonçant la consultation public laisse entendre que les données environnementales ont été prises en compte pour définir la zone soumise à consultation. Malheureusement, force est de reconnaître qu’aucune sensibilité environnementale ni aucun périmètre réglementaire n’a été retenu dans cet exercice de planification. De plus, le secteur soumis est situé en zone Natura 2000 classée au titre des Directives Habitats (zone spéciale de conservation ou ZSC) et Oiseaux (zone de protection spéciale ou ZPS).

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 consacre l’objectif de porter la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation finale d’énergie et à 40% de la production d’électricité en 2030. Le développement des énergies marines renouvelables participe à cet effort. Un processus d’identification de nouvelles zones propices à l’éolien en mer posé et flottant a été engagé depuis 2014 par le ministère. Cette démarche a conclu à la détermination d’une zone de 120 km² au large d’Oléron propice à l’éolien en mer posé.

Si la LPO est favorable au développement des énergies renouvelables locales, ces moyens de production doivent répondre à un certain nombre de critères notamment celui des impacts sur la biodiversité maîtrisée. La LPO est défavorable à tout projet éolien situé en ZPS. Cette position a été validée par le Conseil d’Administration de l’association ; elle est justifiée par la présence massive d’oiseaux marins, d’oiseaux en hivernage dont les déplacements entres les espaces naturels - et en particulier entre les réserves naturelles nationales que la LPO gère - sont nombreux et constants. Un parc éolien en mer est incompatible avec la ZPS, avec les engagements de conservation pris par l’État sur ce type d’espaces, et de surcroît avec la création récente d’un Parc naturel marin. Il faut souligner d’ailleurs que l’Agence des Aires Marines Protégées a elle-même donné un avis défavorable sur ce projet éolien.

Faut-il rappeler qu’à l’échelle de la façade atlantique, les Pertuis charentais permettent une concentration exceptionnelle et unique en France d’oiseaux, tant dans les marais littoraux que sur le vaste plateau continental ?

Cette position est aussi en accord avec le schéma éolien régional de Poitou-Charentes, qui, certes, ne concerne que les milieux terrestres, mais qui pose une règle qu’il n’y a pas lieu de modifier pour les espaces marins : « Les ZPS et ZSC relèvent donc de secteurs très contraints où le développement de l’éolien apparaît inadapté... le développement éolien n’est donc pas souhaitable au sein de ces secteurs très contraints. » (Schéma régional éolien, page 55)

Enfin, il faut rappeler que cette zone n’a pas été retenue en 2009-2010 lors de l’exercice d’identification des zones proposées pour la façade atlantique, eu égard aux enjeux des sites Natura 2000. L’État a défendu cette position et a garanti l’intégrité de cette zone auprès de la Commission européenne.

Mobilisons-nous en exprimant massivement notre souhait de ne pas voir ce parc éolien créé en zone Natura 2000.

Pour plus d’information

Le site du projet : http://www.parc-eolien-en-mer-oleron.fr/
Le site de la consultation publique : http://www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/consultation-du-public-sur-l-eolien-en-mer-au-a9430.html

Pour donner votre avis et vous opposer au projet

http://enqueteur.dreal-aquitaine-limousin-poitou-charentes.developpement-durable.gouv.fr/index.php?sid=33454&lang=fr

dimanche 12 février 2017

Manifestons à Bure ce 18 février !


Allons faire un tour dans le bois Lejuc près de Bure ce samedi 18 février !
Rendez-vous à 10h à Bure.

Programme et infos pratiques

http://vmc.camp/journee-18-fevrier/programme/

mercredi 8 février 2017

Serres d'Auteuil - Nouvelle déconvenue auprès des tribunaux !


Après Notre Dame des Landes, c'est au tour des Serres d'Auteuil de subir une déconvenue juridique auprès du Tribunal Administratif. Lors de l’audience au fond du 19 janvier dernier concernant le recours des associations contre les permis de construire de la FFT, la rapporteure public avait recommandé aux juges d’annuler le permis de construire dans le Jardin botanique des Serres d’Auteuil.
Fait rarissime, les juges n’ont pas suivi sa recommandation comme ce fut le cas en novembre 2016 pour Notre-Dame-des-Landes.

La justice est-elle vraiment indépendante ?

dimanche 5 février 2017

Ce qui compte vraiment - Le nouveau livre de Fabrice Nicolino

Dans quelques jours, vers le 20 février, sortira le nouveau livre de Fabrice Nicolino.



Fabrice annonce cette parution ici : http://fabrice-nicolino.com/?p=2551

Evidement je ferai partie des premiers lecteurs et vous en parlerai ici prochainement...

Son'engagement ainsi que les qualités de journaliste et d'écrivain de Fabrice me font vous recommander cette lecture avant même que je ne l'aie lu moi même.

samedi 28 janvier 2017

Se soigner avec les plantes


Auteur : Sophie Bartczak
Éditeur : TERRE VIVANTE
ISBN : 2360982346

Sophie Bartczak est journaliste spécialisée dans la santé et les médecines douces. Son guide "se soigner avec les plantes" aide à pratiquer l'automédication pour soulager ou soigner une trentaine de soucis de santé très courants.
Un bref et digeste historique rappelle que les plantes sont utilisées depuis les temps très anciens de l'humanité. Les égyptiens s'en servaient il y a 4000 ans, il semble même possible que l'homme préhistorique aussi. Le savoir sur les "simples" est ainsi ancien, Sophie Bartczak s'est basée sur des études approfondies et solidement étayées, elle a rencontré des spécialises et a rassemblé en ce petit ouvrage de nombreux conseils, indications et précautions d'usage. Loin d'être inoffensives, les plantes peuvent s'avérer dangereuses lorsqu'elles sont mal utilisées. Il est important de suivre scrupuleusement les indications de l'auteure qui ne manque pas de rappeler que l'automédication a ses limites au-delà desquels il faut bien évidemment consulter un médecin.

Illustré de superbes photographies et dessins, le guide comprends cinq chapitres couvrant bon nombre d'affections banales mais aussi quelques pathologies lourdes qu'il s'agit alors de soulager.
Les plates adaptées sont présentées avec leur propriétés, les différentes formes utilisables (tisanes, gélules, crèmes, huiles essentielles,…) avec bien sûr la posologie à respecter rigoureusement. La multiplicité des remèdes permet à chaque fois d'alterner les plantes afin de ne pas prendre un même remède sur le long terme.

Le premier thème est d'actualité en cet hiver où sévissent rhumes, maux de gorge, toux, sinusites et grippes. Les simples s'avèrent de précieux alliés pour renforcer nos défenses immunitaires et c'est bien par là qu'il faut débuter. Mais lorsque l'infection se déclare, les plantes sont là aussi efficaces.
Le second chapitre aborde le stress, la fatigue, la dépression saisonnière et les problèmes de thyroïde. Sophie Bartczak propose un programme antifatigue ainsi que de nombreux conseils en faveur d'un sommeil réparateur. Les petits maux du quotidien font l'objet du chapitre trois. Troubles de la digestion, maux de tête, allergies saisonnières, mais aussi aide aux sportifs, aux adolescents et aux animaux sont adressés. Une large palette donc ! Les femmes seront particulièrement concernées par le chapitre trois qui aborde beauté, poids, cellulite, difficultés circulatoires, jambes et problèmes de peau. Les mamans y trouveront les soins aux enfants et aux adolescents.
Pour finir et dans un ordre des plus logiques, le guide se termine en abordant la vieillesse, ses rhumatismes, affections cardiaques, soucis de tension, de prostate et même des affections bien plus invalidantes ou graves comme le déclin cognitif, la maladie d'Alzheimer et le cancer. Il ne s'agit pour ces derniers, bien évidemment pas de les soigner, mais de les soulager et d'accompagner des traitements nécessairement plus lourds.

Agréable à regarder et simple à utiliser, ce guide sera certainement d'un renfort appréciable pour combattre les affections bénignes qui nous gâche trop souvent notre quotidien. Nul doute qu'il sera un bon compagnon pour les adeptes de l'automédication qui veilleront cependant à consulter lorsque nécessaire.

Pour plus d’information

Visitez le site de Terre vivante-20170112-MALPL--20170112080000&xtdt=24760328]

vendredi 27 janvier 2017

Abandonnez le projet d'incinérateur géant à Ivry

Je suis passé il y a quelques jours au pied de l'incinérateur d'Ivry, voila le spectacle :

Qu'en sera-t-il si le projet d'incinérateur géant se concrétise ?

J'ai signé cette pétition dont je vous rapporte ici la présentation:

Cela fait 15 ans que la reconstruction de l’incinérateur géant d’Ivry est en débat. Au fil des ans, les opposants ont pointé le prix exorbitant de ce projet mais aussi ses conséquences sur l’environnement des franciliens. Ils dénoncent entre autres le recours à la méthanisation, procédé qui consiste à capter le méthane des déchets organiques pour le transformer en biogaz, à proximité des habitations.

Mais c’est surtout l’utilité d’un tel projet qui est remise en cause. ONG et élus d’opposition le jugent « surdimensionné » par rapport à la politique de réduction des déchets adoptée par la région. D’un côté, on prône la transition énergétique et la généralisation du tri à la source des déchets organiques...et de l’autre, on vote des projets complètement contre-productifs !

Le Syctom doit faire marche-arrière et favoriser les solutions alternatives plus efficaces et moins coûteuses proposées par les ONG.

La mobilisation des membres de SumOfUs a déjà payé par le passé, notamment en matière de lutte contre les pesticides tueurs de biodiversité. Ensemble, nous pouvons faire pression sur le Syctom pour qu’il renonce à faire passer notre santé après les intérêts de Vinci et Suez.

Dites au Syctom d’abandonner le projet de reconstruction de l’incinérateur géant d’Ivry et d’opter pour des solutions plus efficaces.

''La construction de l’incinérateur géant d’Ivry est sur le point d’être votée. Un projet extrêmement coûteux et polluant qui bénéficiera principalement à des entreprises comme Vinci et Suez...au détriment des habitants. Demandez au comité du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers, de renoncer à ce projet et d’opter pour une alternative plus efficace et moins coûteuse.''

Pour signer : c'est ici.


Une autre pétition au même objectif :


https://www.change.org/p/2-milliards-pour-br%C3%BBler-des-d%C3%A9chets-non

Pour plus d’information


samedi 21 janvier 2017

CETA Non !

J'arrive 1/2 en retard au rendez-vous parisien cet après midi pour dire non au traité CETA, personne...


vendredi 20 janvier 2017

Respirer tue


La pollution atmosphérique est responsable en France de 48000 morts prématurées par maladies cardiovasculaires, cancer, pneumonies. Ne rien faire ou pas assez est donc un crime.
En ville, le diesel émet des particules fines particulièrement dangereuses. Le carburant diesel est mortel. A Paris il est responsable de 58% des émissions de particules fines PM2,5. Anne Hidalgo n’envisage son interdiction qu’en 2020. Parisiens, tenez bon !
Paris n'est pas seule concernée, nombre d'autres villes sont touchées...

L’écotaxe poids lourds a été abandonnée. Les entreprises récupèrent la TVA sur le gazoil qui fait rouler 95% de leur parc automobile. L’inaction des pouvoirs publics les rend responsables de nombreux décès. Les pastilles colorées que les automobilistes roulant dans Paris doivent maintenant coller sur leur pare-brise changera-t-il suffisamment la donne ? Non.

Quelles mesures contraignantes sont-elles prises envers les entreprises polluantes ? A l’évidence pas assez. Que fait-on pour réduire les transports routiers ? Rien ou si peu.
Politiques, industriels, arrêtez avec votre développement durable qui n’a pour objet que de faire perdurer le système et vos profits. La voiture électrique, ça suffit ! Surtout quand l’électricité est nucléaire et quand le lithium de leurs batteries est exploité au détriment de l’homme et de l’environnement. Nous le savons tous, la voiture non polluante est celle qui n’existe pas. Réduisons donc les déplacements des personnes et des marchandises. L’évidence est qu’il faut entretenir et améliorer les transports en commun. C’est connu depuis des décennies, pourtant leur situation globale se dégrade d’année en année.

Respirer tue, politiques et industriels vous en êtes responsables.

jeudi 12 janvier 2017

Stop CETA le 21 janvier


Le 21 janvier se tient la dernière journée européenne de mobilisation contre le CETA avant son vote au parlement Européen, le 14 ou 15 février prochain. Cette journée d’action sera décentralisée avec des initiatives diverses dans de nombreuses villes de France.

A Paris : Rdv à 14h au 288 boulevard Saint Germain

Ailleurs : voyez ici.

mercredi 11 janvier 2017

Il est temps de renouveler internet

Je vous présente ici une campagne Greenpeace indispensable.

Internet a révolutionné nos vies, mais son coût environnemental élevé, lui, n’a rien de virtuel.

Il faut en effet alimenter les gigantesques centres de données, particulièrement énergivores, qui stockent toutes les données que nous consommons chaque jour (emails, vidéos, photos, etc.). Depuis 2010, Greenpeace pousse les géants du Net à abandonner les énergies polluantes, comme le charbon, et à se tourner vers les énergies renouvelables.


D’énormes quantités d’énergie sont nécessaires pour fabriquer et alimenter nos appareils et faire tourner les centres de données. Selon le rapport Click Clean publié hier par Greenpeace, le secteur informatique représente aujourd’hui environ 7 % de la consommation mondiale d’électricité.

Lisez l'analyse de Greenpeace ici.

L’industrie high-tech est partie pour connaître une forte croissance dans les années à venir. Avec cette croissance, c’est la consommation de données qui explosera ainsi que l'impact du numérique sur l'environnement. Au nom de la nécessaire transition énergétique et de l’urgence climatique, cette industrie doit basculer vers les énergies renouvelables. Un autre internet est possible, loin du gaz et du charbon, à la hauteur des défis environnementaux d’aujourd’hui.

Source : Greenpeace.

lundi 9 janvier 2017

L’Appel d’Edgar Morin


Edgar Morin a lancé cet appel à changer de société lors des dialogues en humanité à l’université d’utopia le 24 septembre 2016.
Je vous invite à en prendre connaissance ici : http://changeonsdevoie.org/

Je l'ai signé car il me parait important de montrer que nous sommes nombreux à vouloir un changement profond de société.

Je ne suis pas sensible à la partie humaniste de l'appel (chacun d'entre nous est un petit grain qui fait partie de la grande aventure de l'humanité) mais bon, ce n'est pas le plus important...
Quels seront les effets concrets de cet appel ? Je n'en sait rien. J'ai bien du mal à imaginer que notre société mondialisée sous la coupe de l'oligarchie capitaliste prenne un tel tournant. Allez espérons quand même un peu...

Signer, c'est bien, mettre en pratique un peu, beaucoup, dans son quotidien... c'est mieux !

samedi 7 janvier 2017

Stop aux panneaux publicitaires énergivores


PUBLICITÉS LUMINEUSES : A QUAND LE RETOUR DE LA CHASSE AU GASPIL ?!!!

Avec la vague de froid qui recouvre la France et une bonne partie de l’Europe, la menace de pénurie électrique va immanquablement conduire les responsables politiques à inciter les citoyens à réduire leur consommation énergétique. Légitimes, ces appels au civisme ne peuvent faire oublier le gaspillage énergétique de vastes pans de notre économie.

LA PUB, UNE POLLUTION TROIS EN UN !
La multiplication des dispositifs publicitaires rétro-éclairés, enseignes lumineuses et panneaux vidéos engendrent une pollution visuelle, une pollution mentale et une pollution énergétique !

Chaque panneau est un contre-signal implicite laissant supposer que la sobriété énergétique est une nécessité… pour les autres ! La ministre de l’Écologie doit contraindre le secteur publicitaire à renoncer aux dispositifs publicitaires énergivores. Dans l’attente d’une interdiction totale, la ministre de l’Écologie peut et doit obliger les publicitaires à éteindre les panneaux publicitaires durant les pics de consommation électrique.

SIGNEZ LA PETITION
Chaque panneau lumineux a une consommation électrique équivalente à une famille de 4 personnes, soit près de 4 500 kWh par an. Pire, chaque kilowattheure supplémentaire consommé en période de pic de consommation engendre un rejet de CO2 de plus d’un demi-kilo de dioxyde de carbone, l’équivalent d’une distance de 5 kilomètres effectuée par une petite voiture !

Le système électrique français, reposant tout à la fois sur une part prédominante de nucléaire et sur l’omniprésence du chauffage électrique, a pour effet de solidariser la courbe de température avec celle de la consommation. Or, le nucléaire, en plus d’être dangereux et coûteux, est une technologie lourde et peu flexible. Le nucléaire est inapte à répondre à cette demande électrique de pointe. De fait, chaque hiver, la France est obligée d'importer massivement de l'électricité et de recourir à des centrales alimentées par du charbon ou du fioul dont l’impact climatique est majeur.

Aucun secteur ne peut s’exonérer de sa responsabilité environnementale.

INTERPELLEZ LA MINISTRE DE L'ECOLOGIE
Cette pétition est soutenue par Agir pour l'Environnement et Résistance à l'Agression Publicitaire.

Pour signer : http://stopub.agirpourlenvironnement.org/

- page 2 de 116 -