centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 30 août 2017

Avis défavorable au projet Europacity

Le groupe Auchan projette de construire une immense zone commerciale dans le triangle de Gonesse. Encore un Grand Projet Inutile et Imposé.
Une enquête publique vient d'avoir lieu et le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable au projet.
Dans notre démocratie si bien portante, une enquête publique n'a pas d'avis contraignant. L'administration en charge d'accepter ou refuser l'autorisation est libre de suivre l'avis du commissaire enquêteur, ou pas !
Cette bonne nouvelle n'efface donc pas la nécessité absolue de s'opposer et de lutter contre ce projet dément.


Projet alternatif : http://nonaeuropacity.com/informer/projets-alternatifs/projet-alternatif-groupement-carma-gonesse

mardi 18 juillet 2017

Grande manifestation le 15 août 2017 à Bure contre la poubelle nucléaire

Le 15 août manifestons à Bure contre la poubelle nucléaire et son monde !

Depuis quelques semaines, 70 GM ont élu domicile dans le laboratoire. « On est là pour longtemps, et on va se revoir » disent-ils !

Face à la menace policière, appel à rejoindre Bure dès maintenant et pour la manifestation du 15 août. Ils peuvent nous mettre la pression, on les mettra en dépression !
Si les gendarmes ré-occupent la forêt, on les expulse !



Rendez-vous à Bure à 14h pour le caranaval des zombies...

Pour plus d’information

https://blogs.mediapart.fr/sauvonslaforet/blog/040717/le-15-aout-manifestons-bure-contre-la-poubelle-nucleaire-et-son-monde

http://vmc.camp/


jeudi 29 juin 2017

Non au pont entre Salin de Giraud et Port St Louis !

Salin-de-Giraud est un village situé sur le territoire de la commune d'Arles dans les Bouches-du-Rhône (canton d'Arles-Ouest), à près de 40 kilomètres du centre-ville d'Arles.Il se trouve au sud-est du delta de la Camargue, en rive droite du Grand-Rhône.

%%

Les habitants formulent régulièrement la demande de construction d'un pont : le projet, relancé en 2004 lorsque le Conseil général vota une délibération en sa faveur. L'idée : désenclaver le village et réduire la pollution que le bac actuelle occasionne...

Michèle Rivasi nous alerte.

NON AU PONT ENTRE SALIN DE GIRAUD ET PORT ST LOUIS
OUI A LA PROTECTION DE LA CAMARGUE

Le Département des Bouches-du-Rhône a décidé du principe de la réalisation d'un pont entre Salin de Giraud et Port Saint Louis du Rhône. Des études préalables doivent être lancées prochainement et un comité de pilotage doit être mis en place avant qu'une concertation publique ne soit lancée.
Ce projet nous apparaît écologiquement aberrant. Il consiste à réaliser un pont sur le Grand Rhône près de son embouchure en remplacement du bac de Barcarin. Le coût estimé est de 40 ME. Ce projet en ouvrant une brèche pour la traversée de la Camargue pour les poids lourds et les voitures est scandaleux. Or, nous sommes au cœur d'un site classé réserve de biosphère et parc naturel régional. Les automobilistes et les poids lourds venant des sites industriels de Fos ou de Port Saint Louis du Rhône pourraient ainsi traverser la Camargue d'est en ouest en évitant de remonter sur Arles et Nîmes et pourraient tracer plus droit sur Montpellier via Aigues-Mortes. Et pareil dans l'autre sens.
Je soutiens les opposants à ce projet et serais à leurs côtés pour la sauvegarde du dernier grand espace naturel d'exception non bétonné du littoral méditerranéen.

Je participerai à la prochaine manifestation devant avoir lieu prochainement.

lundi 26 juin 2017

Le gouvernement débute son offensive anti-écologique en favorisant les pesticides

Nous nous y attendions, cela se concrétise et commence par les pesticides.

L'association Générations Futures alerte : le gouvernement travaille en ce moment même à préparer des modifications de mesures nationales sur-transposant, selon lui, la législation européenne. Ces mesures pourraient être prises par ordonnance dès cet été !


Pour la question des pesticides les mesures à l'étude prévoient de:

  • revenir sur le principe d’interdiction de la pulvérisation aérienne sauf danger sanitaire grave introduit par la loi 2015-992.
  • supprimer la catégorie des Préparations Naturelles peu préoccupantes (PNPP) qui regroupe des biostimulants utiles aux agriculteurs ne voulant pas utiliser de pesticides de synthèse.
  • revenir sur l’interdiction des néonicotinoïdes prévue pour 2020. Ce retour des néonicotinoïdes interviendrait …alors même que l’Union Européenne s’apprête à suivre l’exemple français et à interdire les 3 principaux néonicotinoïdes !

L'association a réagi immédiatement à ce qui est une véritable provocation et annonce tout mettre en oeuvre pour faire échec à ces projets inacceptables.

L'interview de François Veillerette sur BFMTV.

Le bras de fer serait engagé entre le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, et celui de la Transition écologique, Nicolas Hulot.
Nous verrons ce que donne Nicolas Hulot comme ministre...

Aux informations de 13h, Europe 1 indique que Matignon aurait tranché sur les néonicotinoïdes qui resteraient interdits...

vendredi 27 janvier 2017

Abandonnez le projet d'incinérateur géant à Ivry

Je suis passé il y a quelques jours au pied de l'incinérateur d'Ivry, voila le spectacle :

Qu'en sera-t-il si le projet d'incinérateur géant se concrétise ?

J'ai signé cette pétition dont je vous rapporte ici la présentation:

Cela fait 15 ans que la reconstruction de l’incinérateur géant d’Ivry est en débat. Au fil des ans, les opposants ont pointé le prix exorbitant de ce projet mais aussi ses conséquences sur l’environnement des franciliens. Ils dénoncent entre autres le recours à la méthanisation, procédé qui consiste à capter le méthane des déchets organiques pour le transformer en biogaz, à proximité des habitations.

Mais c’est surtout l’utilité d’un tel projet qui est remise en cause. ONG et élus d’opposition le jugent « surdimensionné » par rapport à la politique de réduction des déchets adoptée par la région. D’un côté, on prône la transition énergétique et la généralisation du tri à la source des déchets organiques...et de l’autre, on vote des projets complètement contre-productifs !

Le Syctom doit faire marche-arrière et favoriser les solutions alternatives plus efficaces et moins coûteuses proposées par les ONG.

La mobilisation des membres de SumOfUs a déjà payé par le passé, notamment en matière de lutte contre les pesticides tueurs de biodiversité. Ensemble, nous pouvons faire pression sur le Syctom pour qu’il renonce à faire passer notre santé après les intérêts de Vinci et Suez.

Dites au Syctom d’abandonner le projet de reconstruction de l’incinérateur géant d’Ivry et d’opter pour des solutions plus efficaces.

''La construction de l’incinérateur géant d’Ivry est sur le point d’être votée. Un projet extrêmement coûteux et polluant qui bénéficiera principalement à des entreprises comme Vinci et Suez...au détriment des habitants. Demandez au comité du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers, de renoncer à ce projet et d’opter pour une alternative plus efficace et moins coûteuse.''

Pour signer : c'est ici.


Une autre pétition au même objectif :


https://www.change.org/p/2-milliards-pour-br%C3%BBler-des-d%C3%A9chets-non

Pour plus d’information


mercredi 21 décembre 2016

Le projet de Center Parcs à Roybon est illégal

La cour d'appel administrative de Lyon a confirmé ce 16 décembre l'illégalité du projet de Center Parcs à Roybon dans l'Isère.
Le jugement en annulation que le tribunal administratif de Grenoble avait rendu en juillet 2015 est donc confirmé.

Ce GPII est donc par deux fois jugé illlégal.
La cour d'appel l'estime contradictoire aux dispositions du SDAGE qui ont pour objectif d’assurer la préservation des zones humides.
Elle annule aussi l’arrêté préfectoral délivrant un récépissé de déclaration en application de la loi sur l’eau au titre de travaux de réalisation d’une canalisation d’eaux usées.

Regrètons cependant le refus d'annulation de l’arrêté préfectoral autorisant par dérogation à enlever ou détruire des spécimens d’espèces protégées et à détruire ou altérer leurs habitats.
Les juges ont considéré en que les espèces concernées sont pour la plupart relativement communes et non menacées d’extinction. Ils ont notamment avancé l’argument des « six cents emplois pérennes » et des nombreux autres générés par le chantier. malheureusement ici encore L'emploi justife la destruction de la nature.

Le groupe Pierre & Vacances a déjà exprimé sa volonté d’aller en cassation.
Les associations, quant à elles, ont affirmé que s’il le faut, ils s’adresseraient à la Cour de justice européenne.

Il semble donc que le coup d'arret définitif à ce projet scandaleux ne soit pas encore porté...


vendredi 11 novembre 2016

L'extraction de sable est suspendue en baie de Lannion !

Les arguments ds opposants à l'extraction des sables coquilliers en baie de Lannion semblent enfin avoir été entendus.

En effet lors de la 3ème reunion de la commission de suivi, le 9 novembre, les Préfets du Finistère et des Côtes d’Armor ont estimé que le climat n’était pas propice à une reprise des extractions.

L’Etat a donc décidé d’attendre la fin des recours en justice.

Les opposants, associations, usagers, élus et une grande partie de la population, sont plutôt rassurés pour le court et moyen terme. Mais tant que l’extraction ne sera pas définitivement annulée, ils resteront vigilants.

La LPO quant à elle s’oppose depuis l’enquête d’utilité publique en 2010 à cette extraction qui menace les équilibres naturels de l’environnement marin et de la réserve naturelle des Sept-Iles.
Le conseil scientifique de la réserve a produit une analyse des risques potentiels et enjeux à l’attention de cette commission de suivi.

En attendant


Source :
https://www.lpo.fr/actualites/baie-de-lannion-l-extraction-de-sable-est-suspendue

dimanche 23 octobre 2016

Pourquoi ont-ils tué Rémi ?

Rémi Fraisse, est mort sur la ZAD de Sivens, dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, lors des affrontements entre militants anti-barrage et gendarme.


mardi 22 mars 2016

Quand ballon rime avec béton

Le PSG menace de bétonner trois cents hectares de terres historiques nous dit l'excellent site Reporterre.
Situé dans les Yvelines, le domaine de Grignon est un site d’une grande richesse géologique, un lieu de recherche historique agronomique, un poumon vert de bonnes terres.
L’Etat veut en vendre le terrain, sans doute au club de football Paris-Saint-Germain.
Le Qatar, propriétaire du PSG depuis 2011, veut investir dans un nouveau centre d’entraînement et serait prêt à dépenser pour y bâtir 18 terrains de football, un stade de 5.000 places et le parking correspondant, des boutiques, peut-être même un hôtel et des restaurants !

Les photographies ci-dessous, publiées sur le site Reporterre montrent un site sur lequel une telle réalisation serait pour moi criminelle...

Le château de Grignon


L’arboretum d’AgroParisTech à Thiverval-Grignon

En dehors de ce magnifique patrimoine naturel, le site est mondialement connu pour la Falunière, une carrière géologique de 500 m2 riche en fossiles comptant plus de 800 espèces de coquillages.

Pour ne pas laisser faire une telle horreur, une pétition est en cours. Evidemment je vous engage à y apporter votre voix.
Allons nous laisser le Qatar détruire notre patrimoine pour un ballon rond ?

Pour signer

C'est ici.

Pour plus d’information

Lisez l'article de Barnabé Bictin sur Reporterre : http://www.reporterre.net/Le-PSG-menace-de-betonner-trois-cents-hectares-de-terres-historiques

lundi 21 décembre 2015

Grande journée de mobilisation NDDL le samedi 9 janvier

ATTENTION DATE AVANCEE suite à l'annonce de l'audiencce en expulsion des habitants et paysans historiques le 13/01/2016 au TGI de Nantes, la mobilisation est avancée d'une semaine, au 9 janvier 2016 au lieu du 16.

Le mouvement contre l’aéroport de Notre Dame des Landes appelle à une grande journée de mobilisation le samedi 9 janvier.


Suite aux procès "ajournés" du 10 décembre 2015 visant à expulser les habitant.e.s historiques, et dans un climat d'annonces d'expulsions et de reprise de travaux au début de l'année 2016, montrons à l’État et Vinci que nous ne nous laisserons pas faire.

Pour la région nantaise, une tractovélo et une marche piétonne se préparent.
Puisqu’il y n’aura pas d’aéroport, pour l’abandon immédiat des procédures d’expulsion : réservez dès maintenant votre samedi 16 janvier !

Faites circuler largement l’information autour de vous. Plus d’infos bientôt.
Au plaisir de se retrouver sur les routes et dans les rues.

mardi 24 novembre 2015

Non au Grand Canal du Nicaragua !

Encore un projet pharaonique et destructeur ! Décidément l'expansion humaine se veut sans limite. A nous d'essayer d'en mettre.
Cette pétition y contribuera-t-elle ? Allons, essayons !

Une pétition de l'organisation Sauvons la forêt.

Le Grand canal du Nicaragua doit permettre aux cargos et pétroliers géants de traverser l’Amérique centrale et faciliter le transit des marchandises vers la Chine. Ce projet pharaonique serait un désastre pour l’homme et la nature : déplacements massifs de population, déforestation tropicale et contamination du Lac Cocibolca.


Le Grand canal du Nicaragua doit relier les océans Atlantique et Pacifique. Bien plus grand que celui du Panama - avec 280 km de long, jusqu’à 520m de large et près de 30 mètres de profondeur - cet ouvrage pharaonique à 50 milliards de dollars impliquerait la réalisation entre autres d’écluses géantes, de deux ports, d’une zone franche et d’un oléoduc.

Porté par le président Daniel Ortega qui y voit pour son pays une porte d’entrée dans une ère nouvelle, le projet est rejeté par des milliers d’habitants lors de manifestations publiques. Et pour cause, le canal interocéanique signifierait l’expropriation et le déplacement forcé pour au moins 100.000 d’entre eux ainsi que la destruction de 400.000 ha de forêts tropicales où vivent jaguar, Tapir de Baird et singe araignée de Geoffroy.

Pire, le canal doit permettre aux pétroliers et porte-conteneurs géants de traverser sur 90 km le lac Cocibolca, habitat d’une faune aquatique unique et plus grande réserve d’eau douce d’Amérique centrale.

Le gouvernement nicaraguayen a signé avec l’homme d’affaire chinois Wang Jing un accord de 116 ans pour la construction et l’exploitation du canal. Personne ne sait comment HKND (Hong Kong Nicaragua Development), son conglomérait d’entreprises fantômes immatriculées aux îles Caïmans et d’autres pays, compte assumer les coûts de construction.

« Aucune étude technique et environnementale sérieuse et indépendante n’a été réalisée. La société s’est vue octroyer une concession sur la base d’un rapport très insuffisant qu’elle a elle-même rédigé » déplore l’avocate en droit de l’environnement Monica López Baltodano. La seule chose certaine est que le canal doit faciliter le transport des matières premières, et en premier lieu vers la Chine.

Mobilisons-nous pour stopper ce désastre environnemental et social en préparation !

Pour signer

https://www.sauvonslaforet.org/petitions/989/non-au-grand-canal-du-nicaragua

vendredi 23 octobre 2015

Incinérateur d’Echillais, les travaux avancent mais les opposants ne désarment pas

Passant quelques jours en Charente Maritime il y a quelques semaines, il était impensable de ne pas me rendre à Echillais où une ZAD tenta de s’opposer à la construction d’un méga incinérateur.

C’est en effet cette petite ville de 3300 habitants que les élus ont décidé de faire devenir la poubelle de leurs 200 000 voisins. Alors que certains arrivent à ne générer que 80 Kg d’ordures ménagères par habitant et par an, ici l’on construit un incinérateur pour en bruler 356 kg/hab/an, en remplacement de l’incinérateur actuel capable de bruler 190 kg/hab/an. Cherchez l’erreur ! Facile, c’est Vinci qui construit ! Les élus suivent. Je vous laisse imaginer par quels jeux d’influence, de pouvoir, d’argent…

L’opposition à ce projet d’un autre temps débutait en 2013, une ZAD s’y créait en janvier 2015 pour être évacuée par la force en mai. Le site est maintenant sous haute surveillance, les barbelés abondent, cette zone maintenant qualifiée « militaire ». Les quelques peu nombreux restes de la ZAD me laissent imaginer l’espoir et la fraternité qui vécurent en ces lieux pendant quelques mois.

Les opposants ne désarment pas comme le montre l’excellent article du site « The dissident ». En témoigne la rencontre que, visitant l’extérieur des lieux à distance des vigiles, nous fîmes d’un joggeur anti-incinérateur. Il court régulièrement autour du site pour surveiller l’avancement des travaux. Terrible paradoxe que de pratiquer un sport pour conserver sa santé, là où l’on nous la détruit… Belle rencontre avec un militant convaincu et engagé qui nous fit part de l’espoir des associations encore mobilisées autour de la question sismique. Le projet est-il en défaut sur ce point alors qu’Echillais serait en zone sismique de niveau III ? Les opposants ont-ils trouve la « faille » ? L’avenir nous le dira peut être. J’espère que la raison l’emportera. Comme chante HK (et les saltimbanques), « Il s'rait p't-être temps qu'on s'réveille Qu'on foute enfin leur foutu monde à la poubelle » ! Oui mais pas pour le brûler ! Pour le recycler…









Le site vu du pont sur la Charente

mardi 5 mai 2015

Projet de loi Renseignement : c'est NON !

Non à la loi renseignement

Appelons nos député·e·s !
Ils/elles doivent rejeter la loi Renseignement
Le vote solennel de cette loi aura lieu le 5 mai

Le projet de loi relatif au Renseignement met en danger les libertés fondamentales.

Pour participer

https://sous-surveillance.fr/#/

lundi 4 mai 2015

Placoplatre a encore frappé ! Non au saccage du bois Gratue !

Non au saccage du bois Gratuel !
Pétition à l’attention du Préfet de Seine-et-Marne

Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain désire réaliser une nouvelle carrière à ciel ouvert pour extraction de gypse, en Seine-et-Marne sur la commune de Villevaudé au lieu-dit du Bois Gratuel.
Ce bois traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis fait partie intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la Seine Saint-Denis (93) et la Seine et Marne (77).
Comme tous les milieux naturels traversés par la Dhuis, il est essentiel aux échanges biologiques de l'Est Francilien.


03/03/2013 - Villevaudé - Bois Gratuel : Une des mares naturelles du bois

Le bois Gratuel est une chênaie frênaie calcicole avec un nombre important d'espèces patrimoniales. Il héberge des orchidées sauvages typiques de ce type de milieu (Orchis Pourpre, Néottie Nid d'oiseau, Ophrys Mouche, Céphalanthère de Damas, Platanthère à deux feuilles…) ainsi qu'un milieu forestier diversifié (Cornouiller mâle, Camérisier, Néflier,…).
Le bois Gratuel possède un réseau important de mares naturelles permettant la reproduction d'amphibiens et de batraciens rares protégés au niveau national (Triton Alpestre, Triton vulgaire, Triton palmé, Crapaud commun, Grenouille rousse, Grenouille agile.,…).
Découvrez les espèces protégées qui se reproduisent dans les mares du Bois Gratuel : http://blog.gagny-abbesses.info/post/2015/04/01/Villevaud%C3%A9-%3A-Quelques-habitants-du-Bois-Gratuel
Le bois Gratuel héberge également des espèces rares protégées de chauves-souris (Grand Murin, Pipistrelle de Kuhl, Pipistrelle de Nathusius) protégées au niveau national.

Le Collectif « Sauvons la Dhuis » se mobilise depuis plusieurs années pour sauvegarder l'aqueduc de la Dhuis et pour éviter toute contamincation radioactive au fort de Vaujours. Elle nous propose aujourd'hui d'adresser une pétition au Préfet de Seine-et-Marne demandant d'interdire la destruction du bois Gratuel dans le cadre du nouveau projet d'exploitation de Placoplâtre.
Ce bois est un milieu naturel riche situé à proximité du Fort de Vaujours et traversé par l'aqueduc de la Dhuis.
N’ayant pu devenir propriétaire de la Dhuis grâce aux actions du Collectif « Sauvons la Dhuis » et à la force de la mobilisation citoyenne, Placoplâtre a décidé de présenter un projet d’exploitation à ciel ouvert. Ce qui viendrait anéantir la majeure partie du bois en venant s’appuyer sur la promenade de la Dhuis aménagée par la Région Ile de France pour le bien-être des populations.

Les précédentes actions du collectif ont été efficaces, mais le site et la trame verte n’en demeurent pas moins gravement menacés. Le bois Gratuel, parcouru par la Dhuis, est un élément charnière de la trame verte de l’Est Francilien.
S'il doit y avoir une exploitation du gypse, le collectif demande que celle-ci soit réalisée de façon souterraine comme l’ont été toutes les nouvelles exploitations de ce type dans l’Ouest Francilien et notamment celles du Val d’Oise (95).


Exemple d'une carrière à ciel ouvert

Il est essentiel que l’aqueduc de la Dhuis et les milieux naturels qui l'environnent soient préservés de toute forme de destruction. C'est par ce type d'exploitation souterraine, plus respectueuse de l'environnement et « parfaitement » maîtrisé par BP Placoplâtre que le bois de Bernouille (Coubron - 93), la réserve de Chelles (Coubron / Vaujours - 93), la forêt de Montmorency (Val d’Oise - 95), ainsi que la butte de Parisis (Cormeilles-en-Parisis -95) ont pu être sauvés de la destruction.

Au sujet de l’exploitation souterraine future de la Butte de Parisis à Cormeille-en-Parisis dans le Val d’Oise, un représentant de Placoplâtre a même déclaré dans la presse : « Nous savons exploiter en souterrain sans qu'il y ait de risque d'affaissement. Nous faisons exactement la même chose en forêt de Montmorency où, tous les jours, des gens se promènent et ramassent des champignons au-dessus des galeries sans même s'en apercevoir! ».

Exigeons que les milieux naturels de l’Est Francilien soient traités avec le même respect que ceux de l’Ouest. Nous exigeons que la qualité de vie des habitants riverains du bois Gratuel et des usagers de la promenade de la Dhuis ne soit pas mise en cause par une aggravation des sources de pollution générées par ces exploitations. Il ne peut y avoir de discrimination d’un côté à l’autre de l’Ile de France.

Pour signer la pétition

https://www.change.org/p/pr%C3%A9fecture-de-seine-et-marne-non-%C3%A0-la-destruction-du-bois-gratuel

Pour plus d’information

Collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

lundi 30 mars 2015

LGV bordelaises : enquête publique défavorable


Deux projets de LGV viennent de recevoir un avis défavorable du commissaire enquêteur.

Le projet porte sur les LGV Bordeaux-Dax et Bordeaux-Toulouse, deux tronçons totalisant 327 kilomètres, dont un tronc commun de 55 km. Ces deux nouvelles lignes doivent impacter 4.800 hectares, dont 73 de vignes AOC. Leur construction nécessiterait la réalisation de 82 viaducs, 2 tunnels, 5 tranchées ouvertes, 68 ponts, 109 passages à faune.
Rien que ça !

Selon le Journal de l'environnement cet avis défavorable serait motivé par l'insuffisance de financement, la très faible rentabilité des projets, l'insuffisance d'étude de solutions alternatives et l'énorme impact environnemental.

Reste à voir si l'avis du commissaire enquêteur sera pris en compte...
C'est loin d'être gagné !

Source : le journal de l'environnement

vendredi 20 mars 2015

Samedi 21 Mars, manifestons pour défendre les serres d'Auteuil

J'ai parlé plusieurs fois ici du projet d’agrandissement des installation de Roland Garros qui menace les serres d'Auteuil.

Le comité de soutien des serres d'Auteuil appelle à manifester ce samedi 21 mars 15 heures Avenue Gordon Bennett (Paris 16).


Les dernières péripéties:

  • au début du mois, Manuel Valls demande à la ministre de l'Ecologie d'accorder sans tarder son feu vert aux permis de construire de la FFT (Fédération Française de Tennis), en particulier sur le Jardin botanique des Serres d'Auteuil.
  • le 10 mars, réunion de la Commission supérieure des sites boycottée par la FFT et la mairie de Paris sur le conseil de Manuel Valls. La Commision demande cependant, au nom de la continuité de l'Etat, que la FFT respecte les réserves émises lors de la précédente réunion du 15 décembre 2011, notamment l'exclusion de la concession (de la mairie de Paris à la FFT) des bâtiments classés de l'Orangerie et du Fleuriste.
  • lundi dernier, Anne Hidalgo, maire de Paris, écrit au président de la République au sujet des modalités de la candidature (éventuelle) de Paris aux JO 2024, et lui demande d'accorder sans attendre les permis de construire d'extension de Roland-Garros.
  • enfin ce 18 mars, il s'est produit un renversement d'alliance au Conseil de Paris à l'initiative du groupe écologiste, Yves Contassot ayant obtenu un vote à l'unanimité (PS, EELV, UMP, UDI etc) d'un voeu appelant notamment à une étude approfondie du projet alternatif de couverture de l'autoroute A13 porté par les associations.

DANS CE CONTEXTE, IL FAUT MAINTENANT QUE LES RESPONSABLES PRENNENT EN COMPTE LA MOBILISATION DES CITOYENS

LA PETITION VA DEPASSER 63 000 SIGNATAIRES CAR LES CITOYENS ONT COMPRIS QU'IL S'AGIT D'UN ENJEU A LA FOIS LOCAL, NATIONAL ET MONDIAL

EN PARTICULIER LES QUELQUE 20 000 HABITANTS DE PARIS ET DE LA REGION PARISIENNE AYANT SIGNE LA PETITION DOIVENT SE MOBILISER EN MASSE SAMEDI EN FAVEUR DE LA DEFENSE DES SERRES D'AUTEUIL

APRES LES ZAD (Zones A Défendre) VOICI LE JAD (Jardin A Défendre) !

lundi 23 février 2015

Monsieur le Ministre : stoppez les fermes-usines !


Une pétition lancée par Agir pour l'Environnement

Aux quatre coins du territoire, des projets d’élevage industriel voient le jour.

  • une usine de 1000 vaches a pu voir le jour à Drucat dans la Somme ;
  • une autre usine de 1000 veaux est en construction à Saint-Martial-le-Vieux dans la Creuse ;
  • un poulailler géant avec 1,2 million de volailles à Pamproux (79) réalisé ;
  • une porcherie industrielle de 15 000 porcs à Vitry-le-François (51) réalisé ;
  • Etc (Voir la carte de france de l'élevage industriel).

Malgré l’impasse de ce type d’élevage qui :

  • réduit les paysans à de simples exécutants à la solde de multinationales ;
  • soumet l’animal à un environnement concentrationnaire indigne ;
  • pollue l’environnement (notamment rivières, littoraux et nappes phréatiques) ;
  • produit une alimentation de qualité discutable ;

... le gouvernement annonce un nouvel assouplissement des règles régissant l’agrandissement des élevages.

Après avoir sensiblement augmenté le seuil à partir duquel un éleveur porcin aura à effectuer une déclaration, c’est autour des poulaillers industriels de bénéficier d’un nouveau passe-droit.

Malgré les beaux discours écologiques, les choix du gouvernement sont toujours les mêmes et favorisent encore et toujours les pollueurs.

Il est temps de mettre un terme à cette fuite en avant : il est nécessaire qu’un véritable débat s’engage afin de tenir compte de la volonté maintes fois exprimée des citoyens d’une nourriture de qualité et d’un environnement préservé.

Le gouvernement doit renoncer à soutenir cette course au gigantisme : il doit abandonner sa volonté de détricoter le droit de l’environnement pour satisfaire les exigences de quelques centaines d’agriculteurs productivistes et des multinationales qui les instrumentalisent.

Le texte de la pétition

Monsieur le ministre de l’Agriculture,

Vos récents propos annonçant que vous vous apprêtez une nouvelle fois à assouplir les autorisations d’agrandissement des élevages industriels tout en réduisant et en allégeant le nombre des contrôles ciblant ces usines m’ont scandalisé.

Alors même qu'une écrasante majorité de Français (87%) souhaitent que la politique agricole favorise les «petites exploitations qui privilégient la qualité des produits», selon un sondage Odoxa publié dimanche dans Le Parisien ;

Alors même que la situation dramatique de l’agriculture en général et de l’élevage en particulier devrait vous amener à changer de politique ;

Vous semblez prêt à donner raison à cette minorité de productivistes :
■ qui polluent nos sols et nos rivières,
■ qui produisent à la chaine une alimentation de piètre qualité,
■ et qui confinent les animaux dans des univers concentrationnaires inacceptables.

Ce "modèle" industriel nous rend dépendants des marchés spéculatifs et des importations d'aliments pour bétail, il détruit le tissu agricole, augmente le chômage et bafoue les attentes sociales. Il est grand temps que l’agriculture cesse d’être le monopole d’une minorité agissante.

Il est plus que nécessaire d’ouvrir un vaste débat sur l’avenir de l’agriculture prenant en compte les aspirations de la société à plus de qualité et de respect de l’environnement.

La politique agricole doit enfin être co-élaborée par les citoyens, dans une nouvelle démarche de type "États généraux de l'agriculture" associant :
• les associations environnementales,
• les organisations de consommateurs,
• les acteurs de la solidarité internationale,
• les associations de médecins,
• l'ensemble des acteurs du milieu rural -
• et bien sûr la diversité des organisations paysannes (incluant les syndicats minoritaires, les organisations de l'agriculture biologique, les CIVAM, etc.).

Je vous prie de recevoir, l’expression de ma considération respectueuse.


Pour signer

http://fermes-usines.agirpourlenvironnement.org/

vendredi 5 décembre 2014

Pierre les vacances sont finies !

Dans la trop longue liste des Grands Projets Inutiles et imposés, celui d'un center parcs en Isère est d'actualité.
Il figurait d'ailleurs au menu de la dernière rencontre Reporterre.

Une cyber@ction vient d'être lancée pour presser la ministre de l'environnement de faire cesser le déboisement et arrêter définitivement ce projet absurde et destructeur.

Le texte de la cyber@ction:

Madame la Ministre Les autorisations ont été accordées par le préfet pour la réalisation d’un Center Parcs au milieu de la forêt des Chambaran en Isère alors que l’enquête d’utilité publique a émis un avis défavorable pour non respect de la loi sur l’eau (site sensible du fait de zones humides, de corridors écologiques, en tête de bassin versant, etc). Les enquêtes d’impact ont été partielles et les mesures compensatoires inadaptées. Le Conseil National de la Protection de la Nature a d’ailleurs rendu un avis défavorable. Aussi, je vous appelle solennellement, Madame la Ministre, à prendre toutes les dispositions pour faire cesser le déboisement du site et arrêter définitivement le projet. Dans cette attente, veuillez agréer, mes salutations distinguées.

Pour participer

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/pierre-vacances-finies-nbsp-866.html


jeudi 4 décembre 2014

Rencontre de REPORTERRE : Projets inutiles, la victoire est possible !

J'assistais lundi dernier à la rencontre Reporterre :


Ce fut une excellente soirée. Les représentants de 5 grandes luttes actuelles nous ont chacun exposé la situation courante et les perspectives de succès de leurs luttes respectives.
Ben Lefetey, porte-parole de la lutte pour la sauvergarde de la zone humide du Testet, s’est montré très confiant sur le fait que le barrage ne se fera pas, ce qui ne sera désormais plus possible de fêter avec la mort de Rémi Fraisse. Ben est à l’évidence d’un engagement total, fort et radical. Quelle personnalité !
Françoise Verchère, des collectifs contre l’aéroport de Notre Dame des Landes, était presque à l’opposé de Ben. Dépeignant une situation enlisée à NDDL et un projet d’aéroport sur lequel l’état continue à affirmer sa détermination à le réaliser. Le charisme de Françoise m’a impressionné et il contribue sans doute à faire de NDDL le fer de lance et le précurseur des ZAD et un élément essentiel dans la réussite de la formidable cohabitation de tant de personnes, groupes et compétences différents dans cette opposition à l’aéroport.
Bernard Loup, du collectif contre Europa City, à Gonesse (Seine-Saint-Denis) Triangle de Gonnesse, n’avait pas la tâche facile de succéder à Françoise Verchère dans sa présentation de ce projet débile qu’est ce gigantesque projet de centre commercial complètement inutile et destructeur de teres agricoles dans un secteur vomissant déjà de centres de ce type.
Stéphane Peron, contre le projet de Center Parcs à Roybon, en Isère est un homme surprenant. Il révèle une grande qualité de militant et une détermination évidente face à un projet démesuré en un lieu où seul la soif d’argent pouvait l’imaginer. Une soif qui apparait intarissable lorsque Stéphane explique la lutte passée et gagnée contre un projet au même endroit.
François Tassard, du collectif contre Decathlon, à Saint Jean de Braye, près d’Orléans apportait un souffle de jeunesse bienvenu dans cette équipe remarquable de militants responsables de collectifs associatifs.

Plus d’une heure d’échanges avec la salle ainsi que les interventions de Barnabé Binctin (Reporterre), Stephen Kerckhove (Agir pour l’environnement) et de Hervé Kempf (Reporterre) ont complété utilement ces propos.
Sans aller jusqu’à présenter des points communs à tous les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII), je vous livre et synthèse les points que ’ai trouvé marquants et importants.

  • Selon ceux qui leurs sont favorables, les GPII sont toujours légaux car ils respectent la législation.
  • Arme ultime opposée aux collectifs, associations, citoyens : le silence. Aucune réponse n’est faite aux courriers et demandes de rendez-vous.
  • La lutte juridique est nécessaire mais peut-elle être couronnée de succès alors qu’au bout du bout il y a le Conseil d’Etat qui contredit rarement les autres juridictions et l’Etat ?
  • Il s’agit souvent de projets privés financés par de l’argent public.
  • Les projets sont présentés comme d’intérêt général. Quelle est la définition de l’intérêt général dont se prévalent aussi les opposants ?
  • Le chantage à l’emploi ou la promesse de créations d’emploi est très souvent utilisé comme justification des GPII.
  • C’est toujours la même politique de relance de la croissance par les grands travaux.
  • Partout les GPII et nombre de petits projets inutiles génèrent de l’opposition citoyenne.
  • Souvent les avis négatifs d’entités consultatives ou du public sont ignorés lors des procédures. C’est légal !
  • Suite au drame de Sivens les déclarations politique (lors de la conférence environnementale) nous promettent davantage de démocratie participative. Mais les dispositifs qui la permettent existent déjà ! On voit ce qu’il en sort lorsque les avis ne sont pas écoutés, par exemple 98% de plus de 700 avis sont défavorables lors d’une enquête publique mais le commissaire enquêteur donne un avis favorable ! De plus la demande de simplification des procédures administratives risque de faire disparaître certains dispositifs, alors ? Plus de démocratie ?
  • Les décisions de faire les projets sont souvent très rapidement suivies d’un début des travaux afin de mettre tout le monde devant le fait accompli et en supposant que le retour en arrière ne se fera pas.
  • Les opposants développent une argumentation logique, utilisant la raison. Cela ne marche pas car ce n’est pas la logique ni la raison qui motivent les projets.
  • Pour avancer vers le succès, la médiatisation par les actions de désobéissance civile sont un bon moyen, voire actuellement le meilleur ou même le seul !
  • La violence fait débat dans les groupes d’opposition aux GPII. Certains la refusent, d’autres la proposent.
  • Nous faisons face à un choc des légitimités entre les élus et les citoyens.
  • L’âge des GPII est très souvent extrêmement élevé, de plusieurs années à plusieurs décennies.
  • Déni partout ! Déni écologique, déni démocratique, déni climatique…
  • Les politiques au pouvoir font de l’écologie hors sol : Grenelle de l’environnement, conférence environnementale…
  • La convergence des luttes est jeune mais se met en place. C’est clairement un impératif pour gagner.
  • Jouer sur l’image de marque des sociétés est efficace ainsi que l’on vient de le voir avec Senoble qui, sur pression citoyenne, s’est désengagé de la commercialisation du lait de la ferme des mille vaches. C’est à développer.
  • Les référendums sont-ils un atout ou un danger pour nous les opposants ? Certains (et j’en suis) y voient un danger tant les lobby ont de pouvoir.
  • La lutte s’organise toujours sur 3 axes : juridique, politique (hé oui, c’est quand même nécessaire) et citoyen.
  • Donnons nous le moral en ayant en tête que nombre d e luttes ont été gagnées, nous ne lâcherons rien !

Un grand bravo et merci à Reporterre et Agir pour l'environnement qui nous ont offert une soirée instructive, rafraîchissante, dynamisante, motivante et aussi émouvante car Rémi Fraisse a bien sûr été souvent nommé et nous lui avons dédié une minute de silence. Antoine Lagneau a fort bien animé ces 2h30 et a relevé avec tact le défi jamais gagné à l’avance de faire respecter au mieux et par tous le timing prévu. Chapeau !

Reporterre se montre jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, de plus en plus incontournable et utile dans l’information alternative sur l’écologie et un instrument précieux et engagé dans la convergence des luttes.
Soutenons le !

Pour plus d’information

Visitez le site de Reporterre
Et celui d'Agir pour l'environnement
Sur l'opposition au projet : http://www.pcscp.org/



vendredi 28 novembre 2014

Nanomatériaux, TAFTA, même combat

Bonne nouvelle pour une fois, les députés européens de la Commission environnement et santé des consommateurs (ENVI) ont repoussés, lundi 24 novembre dans la soirée, la proposition qui leur était faite d’autoriser sans contrôle les nanomatériaux dans l’alimentation.
Comme quoi le Parlement peut influer dans le bon sens quelquefois.

Une fois encore c'est la Commission européenne qui pousse, comme entre autres pour les OGMs, d'autoriser cette technologie dont les multiples dangereux impacts ne sont ni connus ni maîtrisés.

Le lobby de l'industrie agroalimentaire pousse fort pour faire accepter les nanotechnologies dans l'alimentation et la France y est dangereusement très favorable.

Selon Reporterre, "la Commission européenne veut aller vite car, au même titre que les OGM, l’utilisation des nanomatériaux dans les produits agroalimentaires est un élément de négociation important du futur traité de libre échange transatlantique, le TAFTA."
Une démonstration, s'il en fallait, de la nocivité de ce traité de libre échange.

Publicité de la chaîne de supermarché PriceChopper pour les nanotechnologies sur des boîtes de céréales

Source : Reporterre



- page 1 de 5