centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 mars 2013

Stop the invasion


Surfrider Foundation Europe lutte chaque jour pour que les déchets aquatiques soient reconnus comme une pollution à part entière et une priorité environnementale. En organisant un nettoyage, vous portez à nos côtés les revendications de l’association. Grâce aux outils pédagogiques fournis par Surfrider, vous pourrez sensibiliser les participants à l’impact de l’activité humaine sur l’environnement et à l’importance d’adopter des gestes écocitoyens.

Vous pouvez aussi tout simplement participer à l'un des 851 nettoyages organisés :
http://www.initiativesoceanes.org/participer_a_un_nettoyage.html


lundi 5 novembre 2012

Happy Birthday... Prestige

Inscrivez-vous pour savoir ce qui se passera après cette date :
http://www.prestige10th.com/

dimanche 19 août 2012

Les feux d'artifices polluent-ils ?

Il y a un mois environ beaucoup d'entre nous levaient le nez au ciel nocturne du 14 juillet et admiraient les nombreux feux d'artifices qui colorent le ciel français ce jour là ou le précédent. Combien se sont posé la question de la pollution générée par ces festivités ?
Un feu d'artifice pollue-il ?


Aiparif répond en partie.

Durant la nuit du samedi 14 juillet 2012, les vents dominants sur Paris étaient d’origine Ouest-Sud-Ouest (Source Météo-France Montsouris). Dans ces conditions, la station de mesure d’Airparif de la place de l’Opéra se trouvait donc sous le panache du feu d’artifice lancé depuis la Tour Eiffel.


Les niveaux de particules PM10 (inférieures à 10µm, c’est à dire plus petites qu’une cellule) relevés par cette station ont rapidement augmenté à partir des premiers tirs, vers 23 heures. Ils ont atteint un maximum de 324 µg/m3 peu après minuit, alors que le niveau des stations situées dans le 18ème et le 14ème arrondissement était aux alentours de 20µg/m3 au même moment. Toutefois ce pic a été bref. A partir de 2 heures, les niveaux de la station Opéra étaient retombés.


Les principaux composants des bombes employées pour les feux d'artifices sont le souffre, le baryum, le magnésium , le chlore et le sulfure . Des pollutions du milieu aquatique près desquels le feux d'artifices sont souvent tirés peuvent être envisagées.
Selon Wikipedia,

Sources :
Airparif Wikipedia.

jeudi 12 juillet 2012

Ethylotests : bonne affaire pour certains industriels, pollution pour tous

L'association Robin des Bois demande au ministère de l'Ecologie et à l'Ademe d'organiser rapidement une filière REP (responsabilité élargie du producteur) pour les éthylotests à usage unique. "Chaque éthylotest à usage unique contient environ 1 gramme de chrome VI, substance classée Cancérogène, Mutagène et Reprotoxique (CMR)", indique l'association qui estime le marché annuel à 30 millions d'unités, soit l'équivalent de 30 tonnes de chrome VI. "A titre de comparaison, en 2010, le rejet dans l'eau de chrome VI a été de 622 kg selon le registre français des émissions polluantes sur Internet (iREP)".

Selon Robin des Bois, s'ils sont incinérés, les éthylotests chargeront en chrome les fumées et les mâchefers. S'ils sont mis en décharge, ils pollueront à terme les eaux superficielles et souterraines.

L'association Robin des Bois nous explique que l'obligation d'avoir un éthylotest dans sa voiture c'est aussi avoir 1 gr de Chrome 6 (classé cancérigène !).
Donc 30 millions d’éthylotest , c'est 30 tonnes de Chrome 6 !

Sources : actu-environnement
http://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2012/REP-ethylotests.html


samedi 7 avril 2012

Pétition : TOTALement responsable


Catastrophe de l'Erika le 12 décembre 1999

La cour de cassation - qui doit se prononcer le 24 mai - pourrait annuler la procédure judiciaire qui a fait suite au naufrage du pétrolier Erika le 12 décembre 1999 au large de la Bretagne, si elle suivait l'avis de l'avocat général qui a été transmis récemment aux parties civiles.

Dans ce document l'avocat général de la cour de cassation M. Boccon-Gibod conclut "à la cassation sans renvoi de l'arrêt attaqué en ce qu'il a été prononcé par une juridiction incompétente", car l'Erika, au moment du naufrage, était "un navire étranger se trouvant en zone économique exclusive", c'est à dire hors des eaux territoriales.

Texte de la pétition

Monsieur le Président de la Cour de Cassation ,

Si vous deviez suivre l'avis de l'avocat général ce serait TOTALement scandaleux et une régression du droit de l'environnement en créant une impunité des pollueurs.

Les soussignés vous demandent donc de ne pas suivre cet avis.


Pour participer à la cyber@ction

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/totalement-responsable-460.html

Pour plus d’information

http://www.bfmtv.com/naufrage-de-l-erika-regression-considerable-actu25853.html


mercredi 22 février 2012

Lourde amende pour un dégazage en Méditerrannée

Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné le 15 février dernier la compagnie SDS Navigation SRL à 750 000 € d'amende suite au dégazage d'un de ses navires au large de Marseille.

« Le 22 avril 2010, un avion des douanes françaises avait repéré le cargo SDS RAIN, battant pavillon italien, en flagrant délit de rejet illicite d’hydrocarbures à dix-huit kilomètres des côtes françaises. », une nappe d'hydrocarbures de 22 kilomètres de long et 20 mètres de large s'étendait dans le sillage du navire.


Le navire prit en flagrant délit

France Nature Environnement (FNE) s'était portée partie civile dans cette affaire et a reçu 5 000 € de dommages et intérêt au même titre que la fondation Surfrider et la Ligue pour la Protection des Oiseaux.

Le capitaine du navire devra quant à lui s'acquitter d'une amende de 250 000 €.

D'après FNE, la pollution résultant de dégazages en mer serait de l’ordre de 1 million de tonnes par an, entraînant des conséquences sur l'environnement beaucoup plus lourdes que les naufrages accidentels de pétrolier.


Source : Reuters

jeudi 16 février 2012

Pollution aux PCB en Mayenne

Il y a 23 ans, l'usine Aprochim s'installait à Grez-en-Bouère en Mayenne.
Spécialisée dans la décontamination des transformateurs souillés aux polychlorobiphenyles (PCB), la société n'était pas la bienvenue, la population s'y étant déclarée opposée à 52% lors d'un référendum. La crainte : les risques pour la santé bien sûr. Les PCB sont reconnus comme polluants organiques persistants, cancérigènes et perturbateurs endocriniens, ils peuvent modifier le fonctionnement hormonal. Ingérés, le corps les stocke définitivement dans les graisses et les distille dans le sang, atteignant ainsi tous les organes.


En janvier2011, des analyses révélaient des taux anormalement élevés de PCB, de six à sept fois supérieurs à la norme dans l'herbe des pâturages, mais aussi dans la viande d'animaux d'élevage.
Depuis plusieurs troupeaux ont été abattus et début 2012, 29 habitants volontaires ont subi un prélèvement sanguin. Parmi eux, la détresse d'un homme atteint d'un cancer est particulièrement touchante. Son interrogation : sa maladie est elle liées aux PCB ?

L'immuno-pathologiste interviewé dans l'émission de France Inter indique que le risque pour la population concerne les gens qui consomment des produits locaux. Les femmes enceintes et leur futur enfant sont particulièrement exposés. Concernant les travailleurs, le spécialiste affirme un risque de cancer accru d'un facteur trois ainsi qu'une mortalité élevée de maladies cardio-vasculaires. Certains travailleurs sont mobilisés contre leur entreprise. L'un d'entre eux témoigne avoir subi des pressions pour se taire et quitter l'entreprise, après avoir fait l'objet de propositions financières pour partir. Un autre lutte de l'intérieur, il est encore salarié d'Aprochim mais est "mis au placard". L'activité de l'entreprise est actuellement tr-s faible. «Pendant des années, on a travaillé les bras nus, sans lunettes, sans autre protection qu'une combinaison de papier, raconte un salarié qui a porté plainte avec plusieurs collègues contre son employeur pour mise en danger d'autrui.

Certains accusent l'état d'avoir laissé l'usine s'auto-contrôler pendnat de très nombreuses années.
Une information judiciaire a été ouverte et le Conseil Régional s'est porté partie civile. Un procès aura lieu en mai à Paris, pour éviter les pressions locales. Récemment de nouveaux filtres ont bété installés. Il semble qu'ils soient efficaces. Mais la terre des environs est maintenant contaminée sur une profondeur de plusieurs centimètres et cela pour plusieurs dizaines à centaines d'années.
Les habitants, soutenus par l'association locale Terre et Vie d'Anjou n'ont pas devant eux un avenir radieux.

Le 15 février, la préfecture levait la mise en demeure de la société Aprochim :



Pour plus d’information

Lisez les articles :
http://www.actualites-news-environnement.com/27835-Grez-en-Bouere-village-empoisonne-PCB.html
http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/pollution-aux-pcb-la-mayenne-rale-08-02-2012-1593734.php
http://pays-de-la-loire.france3.fr/info/pcb-a-grez-en-bouere--operation-solidarite-72185931.html

Ecoutez l'émission Interception de France Inter :


vendredi 23 décembre 2011

Pollution marine dans le Morbillan : alerte de niveau 2

Le vendredi 16 décembre, suite à la tempête Joachim , le navire TK BREMEN, cargo de 109 mètre battant pavillon maltais s’est échoué, à 100m en face de la plage de Kerminihy à Erdeven (56).


Photo. Bruno Tandeau de Marsac

Une fuite s'est déclarée sur l'une des soutes de combustible de propulsion occasionnant une pollution sur la côte... à proximité des îles du Morbihan et de la côte sauvage...

Lundi 19 décembre, 2 oiseaux mazoutés ont été récupérés et recueillis par le centre UFCS de l'association Volée de Piafs : un guillemot de Troïl et un grèbe castagneux. Ils sont actuellement en soins.
Depuis dimanche 18 matin, l'équipe du centre de sauvegarde de la LPO Ile Grande, est sollicitée par des promeneurs qui ont découvert des oiseaux mazoutés, sur le nord Finistère et dans les Côtes d'Amor (principalement sur la côte de granit rose).

Une dizaine de guillemots de Troïl et un macareux moine sont actuellement au centre et certains sont déjà dans le bain...au lavage, aux mains des soigneurs.


Guillemots et Macareux. Photo : Gilles Bentz

D'autres oiseaux marins comme des fous de Bassan, pingouins Torda (Charente-Maritime, Gironde...) sont récupérés affaiblis suite à la tempête Joachim et accueillis dans des structures de soins habilités.

Le groupe LPO Morbihan, en accord avec les Gardes du Littoral, demande aux visiteurs qui circulent sur le site de l'échouage du TK Bremen à Erdeven de respecter le milieu dunaire et la flore existante en suivant les chemins balisés à partir des parkings. Ce site, classé "Natura 2000", est le site de reproduction, entres autres, de certains limicoles dont le Gravelot à Collier Interrompu. Il abrite, également, des espèces rares de la flore littorale. En circulant en dehors des chemins balisés, le nombre important de visiteurs, et donc le piètinement important, risque d'agraver la détérioration de ce site magnifique et utile à la faune sauvage déjà bien atteint par l'échouage du TK Bremen sur la plage de Kerminihy. L' interêt pour cet accident de mer ne doit pas provoquer une nouvelle catastrophe écologique.


Pour plus d’information

http://www.lpo.fr/actualit%C3%A9/pollution-dans-le-morbihan
http://www.lpo.fr/actualit%C3%A9/temp%C3%AAte-joachim-des-oiseaux-recueillis-au-centre-lpo-ile-grande

mercredi 24 août 2011

Calendrier Surfrider, les Miss de l'été

Le calendrier 2011 de l'organisation Surfrider Fundation nous sensibilise au problème des marées noire.

Voici les Miss des 3 derniers mois.





Ces sirènes, habillées de pétrole, sont là pour nous rappeler que Surfrider demande la suspension sans délai de toute construction nouvelle de plate-forme pétrolière offshore tant que ne seront pas imposées des normes de sécurité suffisantes.

Surfrider Foundation demande que le principe de « pollueur-payeur » s’impose à ces installations pétrolières et exige un moratoire pour toute nouvelle plate-forme pétrolière en Europe. SF réclame des mesures urgentes comme l’interdiction des rejets de produits chimiques et de déchets par ces plates-formes et l’encadrement de leurs émissions de gaz à effet de serre. Surfrider réclame que les énergies renouvelables soient privilégiées systématiquement par rapport aux énergies fossiles.

Vous pouvez signer la pétition Stop Oil Spill en cliquant ici : www.stopoilspill.surfrider.eu/index.php?id=872&no_cache=1#c3705

Pour voir les Miss des mois précédents

Voir mon billet ici.

Pour plus d’information

Visitez le site de Surfrider Europe

dimanche 17 avril 2011

Le calendrier Surfrider Fundation pour sensibiliser au problème des marées noires...

Une drôle de manière de sensibiliser au problèmes des marées noires, le calendrier 2011 de l'organisation Surfrider Fundation :






Ces sirènes, habillées de pétrole, sont là pour nous rappeler que Surfrider demande la suspension sans délai de toute construction nouvelle de plate-forme pétrolière offshore tant que ne seront pas imposées des normes de sécurité suffisantes.

Surfrider Foundation demande que le principe de « pollueur-payeur » s’impose à ces installations pétrolières et exige un moratoire pour toute nouvelle plate-forme pétrolière en Europe. SF réclame des mesures urgentes comme l’interdiction des rejets de produits chimiques et de déchets par ces plates-formes et l’encadrement de leurs émissions de gaz à effet de serre. Surfrider réclame que les énergies renouvelables soient privilégiées systématiquement par rapport aux énergies fossiles.

Vous pouvez signer la pétition Stop Oil Spill en cliquant ici : www.stopoilspill.surfrider.eu/index.php?id=872&no_cache=1#c3705

Pour plus d’information

Visitez le site de Surfrider Europe

dimanche 13 mars 2011

Eclairage public à Brunoy (91), un exemple à ne pas suivre

Brunoy, commune de l'Essonne nous montre un exemple à ne pas suivre en matière d'éclairage public.
Voici ce qui vient d'être installé dans le quartier Nord de la ville (Hautes Mardelles) :


Il est pourtant bien connu que ce type de matériel est mauvais car non directif.


Inutile d'espérer faire évoluer la mentalité des services techniques et des élus et ce n'est pas faute d'avoir essayé avec la gestion des arbres, pour leur élagage excessif par exemple.
Rien à faire, ils sont indécrottables !

jeudi 3 février 2011

Le nouvel an chinois est il nocif pour l'environnement ?

A l'occasion du nouvel an, de très nombreux chinois tirent feux d'artifices et pétards, lesquels ne sont pas neutres au point de vue environnemental.


En effet, les produits pyrotechniques contiennent principalement du souffre, baryum, magnésium , chlore et sulfure qui sont lâchés dans l'air lors de l'explosion. Des millions de particules de poussières sont émises et ne partie de l'ensemble des produits retombe sur les sols ou dans l'eau.

Bien sûr l'impact environnemental des feux d'artifices est probablement moindre que nombre d'autres activités humaines comme les transports, agricultures et autres. Reste qu'à grande échelle chinoise, l'impact de la fête ne sera pas négligeable et nombre de personnes pourraient en souffrir d'asthme et allergies...

Quelques chiffres publiés par Consoglobe en 2009 :

  • Le prix estimé de chaque bombe : 380 à 2200 € en moyenne. Le scénario varie selon la taille de la ville. Ainsi, Paris utilise 3 tonnes de bombes, pour le 14 juillet.
  • En Allemagne, les 10 000 tonnes utilisées ont dégagé quelques 2 300 tonnes de CO2.
  • Le 1er janvier est le jour de l’année qui concentre le plus grand nombre de particules toxiques, jusqu’à 4 000 microgrammes par mètre cube.

Mon avis

Un feu d'artifices c'est beau !
C'est beau mais polluant.
Certains artificiers ont-ils un savoir faire permettant de réduire les pollutions ?


dimanche 26 décembre 2010

Autisme et pollution automobile

« Environmental Health Perspectives » a publié une étude qui fourni des données sur l'autisme et la proximité d'une autoroute.

563 enfants âgés de 2 à 5 ans, dont 304 autistes, vivant dans des communautés autour de Los Angeles, San Francisco et Sacramento ont été examinés par les chercheurs. Ceux-ci ont découvert que les enfants qui vivaient à moins de 300 mètres d'une autoroute à leur naissance (10 % d’entre eux) présentaient un risque d’autisme deux fois plus élevé que les autres.

« Cela ne veut pas dire que la pollution de l’air ou les embouteillages favorisent l’autisme », précise Heather Volk, chercheure au Saban Institute of Children’s Hospital de Los Angeles et principale auteure de l’étude. Mais « il pourrait néanmoins s’agir de facteurs qui contribueraient à son développement », précise-t-elle.

Les chercheurs ont par ailleurs contrôlé les autres facteurs qui auraient pu influencer le développement de l’enfant durant la grossesse, comme par exemple l’âge de la mère ou l’exposition au tabac. Mais le constat reste le même : la proximité d’une autoroute reste le lien principal avec l’autisme.

La proximité d'une route principale ne montre pas le même résultat. « C’est sans doute dû au type et à la quantité de produits chimiques dispersés sur les autoroutes comparées aux routes principales. A Los Angeles, certaines autoroutes ont un trafic de 300.000 véhicules par jour », rappelle Heather Volk.

Source : Le journal de l'environnement.


Autoroute à Charenton (94), un exemple parmi tant d'autres...

mardi 7 décembre 2010

Téléthon, lachers de ballons, pollution

Cette année encore, allant à l'encontre des préconisations des l'Association Française contre les Myopathies (AFM) qui préconisait dès 2007 des animations sans lâchers de ballons, nombre de villes ont procédé à de tels lâchers dans le cadre du téléthon 2010 (Geispolsheim, Saint-Pol, Chanteloup, Terrasson, etc...).



Les lâchers de ballons qui sont des symboles de mort pour les animaux sauvages et de destruction de notre environnement. « Les ballons dits biodégradables nous donnent bonne conscience, mais mettent jusqu'à cinq ans à se dégrader naturellement, explique l'Association Robin des Bois. En attendant, ils causeront la mort d'oiseaux, de tortues marines, viendront joncher les bords des routes et des rivières, s'accrocher aux branches d'arbres, traîner dans les caniveaux… Quel beau spectacle ! »

Pour plus d’information

Consultez la page du site de l'association Robin des bois consacrée aux lâchers de ballons


Photo © C. Nithart/Robin des Bois

Mon avis

Déjà que je ne suis pas partisan du Téléthon, bien au contraire, alors là je suis carrément outré que de telles animations perdurent.

lundi 22 novembre 2010

Stop Oil Spill : Signez la pétition Surfrider contre les plates-formes pétrolières


Depuis l'accident de la plate-forme Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique, Surfrider Foundation Europe redoute qu’un accident similaire ne survienne en Europe.

Tant que des normes de sécurité suffisantes et que le principe de pollueur-payeur ne s'imposeront pas aux installations offshore, Surfrider exigera l'adoption d’un moratoire sur toute nouvelle exploitation de plate-forme pétrolière en Europe.

De nombreuses mesures sont à prendre d’urgence sur les installations existantes, notamment l'interdiction totale des rejets de déchets et de produits chimiques par les plates-formes offshore, l'adoption de mesures de sécurité renforcée capables de prévenir les risques d'accidents et l’encadrement des émissions de gaz à effet de serre par ces installations.

C'est pourquoi Surfrider réitère sa demande pour que désormais les énergies renouvelables soient systématiquement privilégiées aux énergies fossiles.

Stop Oil Spill !

samedi 23 octobre 2010

Exposition aux polluants atmosphériques dans les transports franciliens

Issue du programme Primequal, une étude vient d'établir les niveaux d’exposition aux polluants atmosphériques auxquels sont soumis les Franciliens au cours de leurs trajets quotidiens entre leur domicile et leur lieu de travail.

20 trajets ont été choisis parmi les principaux modes de locomotion, aux heures de pointes, en 2008.

Véhicule particulier
C'est en voiture que nous sommes les plus exposés à la pollution.
Le boulevard périphérique est particulièrement touché.
Le niveau de dioxyde d’azote (NO2) présent dans l’habitacle d’une voiture roulant sur le périphérique atteint 218 microgramme par mètre cube.
La valeur préconisée par l'OMS (200 µg/m3) est ici dépassée.
En centre ville, la valeur médiane est de 130 µg/m3 de NO2.

Dans le RER et le métro
Les niveaux des polluants gazeux sont globalement plus faibles dans le RER et le métro parisien.
La présence de particules est la plus élevée dans les parties souterraines.
Par exemple, a été relevé jusqu’à 311 µg/m3 en PM2,5 (particules à diamètre inférieur à 2,5 microns) sur le RER A.
D'après le laboratoire central de la préfecture de police de Paris, cette pollution résulte pour une large part d’émissions internes qui proviennent du système de freinage des matériels roulants.

A pieds ou en tramway
C'est ainsi que nous sommes les moins exposés, tous polluants confondus.

D'une manière générale
Les niveaux atteints en monoxyde de carbone, quel que soit le trajet, sont inférieurs à la valeur de l’OMS et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) qui est de 30 mg/m3 sur une heure.

Une nette amélioration sur deux polluants
Deux polluants ont très nettement diminué par rapport à la précédente étude Primequal menée de 1996 à 1998.
Il s'agit du monoxyde de carbone (CO) qui a diminué de 75%, et du benzène qui a chuté de 90%.

Source : Journal de l'environnement.

Mon avis

Les constructeurs travaillent à réduire les émissions en oxydes d’azote des véhicules.
Reste que le meilleur moyen de réduire la pollution et la consommation de pétrole est de réduire l'utilisation de la voiture !
Marchons. En plus c'est là que nous sommes les moins exposés à la pollution !

lundi 27 septembre 2010

Algues vertes : les agriculteurs à la ramasse !

Si le titre de mon article vous laisse penser que les agriculteurs veulent enfin agir contre les algues vertes en les ramassant, hé bien non !

Il n'est pas question non plus qu'ils envisagent de vraies mesures pour lutter plutôt contre la cause de ce phénomène : l'utilisation d'engrais.

Bien au contraire, les agriculteurs ont montré (du moins certains d'entre eux) une nouvelle fois le 19 septembre, qu'ils perdurent dans leur attitude passéiste et aveugle.

En effet, ce jour là, un millier d'agriculteurs manifestaient sur la plage de Sainte-Anne-la-Palud, sur la commune de Plonévez-Porzay (Finistère).

Leur présence était destinée à contrer celle d'environ 2000 écologistes rassemblés par un collectif de plus de 80 associations bretonnes afin de dénoncer le problème des algues vertes. «"Enliser" dans les algues vertes» ou «Productivisme = engrais + pesticide: la mort est dans le pré», pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants, regroupés dans le calme à proximité de la plage, un site régulièrement envahi par les algues vertes.

"On veut nous faire apparaître comme des extrémistes qui sabotent l'image de marque de la Bretagne. Nous refusons ces accusations", a clamé le président de l'association pour l'environnement et le développement durable (AE2D) Roger Abiven. "Nous présenter comme les fossoyeurs du tourisme et de l'économie est malhonnête", a-t-il poursuivi.

Le syndicat agricole FDSEA, organisateur de la contre-manifestation a créé pour l'occasion ce qu'il décrit dans son communiqué comme : «un collectif regroupant des commerçants, des artisans, des agriculteurs qui habitent cette région». «Ce collectif craint que l’action menée par les écologistes vienne perturber l’économie locale pour plusieurs années (le tourisme, les petits commerces, les exploitations agricoles).»

"On a jamais été aussi clean. Il faut voir tous les efforts que nous avons faits depuis des années et qui ne sont pas reconnus", lance Julien, un éleveur laitier de 25 ans. "On est là pour défendre notre casse-croûte, déjà que les prix ne sont pas au rendez-vous, on a vraiment pas besoin de cette stigmatisation-là", poursuit-il.

Chaque année, 70 000 tonnes d'algues sont ramassées en Bretagne. 83 sites littoraux où se déposent les algues vertes ont été identifiés par l'Ifremer entre Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) et la Loire-Atlantique, dont 37 dans le Finistère. Dans ce département, la baie de Concarneau est une des plus touchées, avec celle de Douarnenez où 2 462 m3 d'algues vertes avaient déjà été ramassées au 31 août.

Sources :
Leparisien.fr avec AFP
Le Télégramme

jeudi 2 septembre 2010

Pétrole, catastrophes encore et encore...

Du pétrole repéré près d'une plate-forme en feu dans le golfe du Mexique
Un incendie s'est déclaré, jeudi 2 septembre, sur une plate-forme d'hydrocarbures de la compagnie Mariner Energy dans le golfe du Mexique, rapportent les gardes-côtes américains, qui ont secouru treize personnes sur place, dont une blessée. Contrairement à ce qu'avait indiqué un porte-parole de Mariner Energy, les autorités ont également fait état d'une petite nappe de pétrole d'environ 1,5 kilomètres de long et 3 mètres de large près de la plate-forme.

Source : Le Monde.fr


Un pétrolier s'échoue dans l'Arctique canadien
Un pétrolier transportant quelque 9 millions de litres de diesel s'est échoué dans la voie maritime du passage du Nord-Ouest, dans l'Arctique canadien, annoncent jeudi 2 septembre les gardes-côtes locaux. "Un pétrolier s'est échoué près de Gjoa Haven", dans la province nordique du Nunavut, a indiqué Nelson Kalil, porte-parole des gardes-côtes canadiens, affirmant que pour le moment rien n'indique que le navire fuit.

Source : Le Monde.fr

Mon avis

Vive le pétrole, consommons, consommons... Moi comme les autres !
Réduisons, réduisons...

samedi 21 août 2010

Marée noire du golfe du Mexique : un "nuage" sous-marin toxique

Un long panache aux reflets brunâtre de 35 km de long, 2 km de large et 200 m d'épaisseur, à 900 m sous la surface de l'océan...
Il n'existe pas encore d'images de ce "nuage", mais sa composition est bien connue.
La nappe d'eau souillée par le pétrole du puits contient 50 microgrammes par litre d'hydrocarbures hautement toxiques.
L'existence de cette nappe, étudiée par la Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI), a relancé les interrogations sur le devenir des 780 millions de litres de pétrole répandus dans le golfe du Mexique et sur leur impact futur.

Pour plus d’information

Lisez l'article sur lemonde.fr

jeudi 19 août 2010

Pétrole restant dans le golfe du Mexique : la controverse

Comme je vous le rapportais ici, on nous affirmais que environ trois quarts du pétrole brut déversé dans le golfe du Mexique aurait été « éliminé ».
Je vous avais fait part de mes doutes et surtout quant au devenir du pétrole restant présent dans le milieu naturel.

Certains experts viennent de rendre un avis bien différent.
Selon eux, près de 80% du pétrole provenant de la fuite du puits exploité par BP dans le golfe du Mexique serait encore dans l'océan. Ils remettent ainsi fortement en question les évaluations très optimistes du gouvernement américain.

«Nous avons seulement ré-analysé le rapport du gouvernement fédéral (et) calculé la quantité de pétrole pouvant probablement se trouver encore dans l'océan, et c'est comme cela que nous sommes arrivés à 70 à 79%», a expliqué à l'AFP Charles Hopkinson, un des experts ayant produit un nouveau rapport. «Une des principales erreurs est de penser que le pétrole qui s'est dissout dans l'eau a disparu et est de ce fait inoffensif», a prévenu cet océanographe. «Ce pétrole est toujours dans l'océan, sous la surface, et il faudra probablement des années avant qu'il ne se dégrade complètement».

Charles Hopkinson a souligné que contrairement aux hypothèses avancées par le rapport fédéral, la majorité du pétrole qui a fui par 1.500 mètres de fond n'est pas encore remonté à la surface où il s'évaporerait rapidement.

Pour Ed Overton, un océanographe de l'Université de Louisiane (sud) qui a participé au rapport fédéral, «la question cruciale est d'avoir une bonne idée de la quantité de brut qui a déjà fait surface».

Et «c'est sur ce point que la discussion porte surtout et où les experts divergent», a-t-il dit à l'AFP, soulignant qu'à ce stade «franchement nous ne le savons pas et que nous le saurons peut-être jamais».

Pour tenter d'y voir plus clair, Greenpeace mobilise deux de ses trois navires pour faire un état des lieux et dénoncer le danger des forages en eau très profonde.
L’Arctic Sunrise est parti de St. Petersburg en Floride mi-aout pour sillonner l’archipel des Keys et le parc national des îles Dry Tortugas. Il approchera ensuite de la funeste plateforme Deepwater Horizon avant la fin du mois, examinant l’état du plancton, du corail, etc. A titre d’exemple, des chercheurs de l’Université de Nova Southeastern en Floride, de l’Université de Tulane en Louisiane seront à bord pour étudier par exemple les éponges en tant que bio-indicateurs : elles filtrent de grandes quantités d’eau et sont donc très utiles pour constater l’impact toxique du pétrole et des dispersants. Ils étudieront aussi le plancton dans les environs de la plateforme Deepwater Horizon afin d’évaluer les impacts sur les larves de crabe bleu, de thon rouge, de daurade et d’autres espèces. Ils seront rejoints dès le mois de septembre par d’autres équipes de scientifiques.

Parallèlement, l’Esperanza a quitté Londres pour aller dénoncer la dangerosité des projets de forages en eau très profonde. « Les compagnies pétrolières ont une vision de très court terme, cherchant toujours à forer plus loin, plus cher, plus risqué, alors que l’évolution vers les énergies vertes est inévitable », explique Greenpeace.


L’Esperanza a quitté Londres pour aller dénoncer la dangerosité de certains projets de forages en eau très profonde ©Greenpeace

Sources :
Libération
Greenpeace

- page 1 de 3