centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Notre Dame des Landes

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 23 août 2018

Terres communes - Mobilisation ZAD de Notre Dame Des Landes - 29/30 septembre 2018

Alors que le projet d'aéroport est officiellement abandonné.
Alors que l'ACIPA est dissoute, laissant le doute dans mon esprit sur les raisons dont certaines ne sont probablement pas reluisantes.
Alors que les forces du désordre ont détruit et évacué une bonne partie de la ZAD.
Alors que certaines et certains de bonne volonté tentent de ré-occuper certaines cabanes.
Alors que que les forces du désordre envoyées par le pouvoir politique et de l'argent reviennent détruire la vie qui tente de se reconstruire.v Alors que l'avenir de la zone ne sera pas à l'agriculture paysanne et biologique si on laisse faire le département et la FNSEA.

Alors que tout cela, un mouvement d'opposition de grande ampleur veut se remettre en marche.


Défendons le bocage et ses mondes !
Dans un monde qui s’emmure, l’existence de la zad a ouvert des imaginaires aussi éclatants que tangibles. Depuis l’opération César en 2012, elle a servi de point de référence et d’espoir à une foule de personnes qui jugeaient indispensable de construire ici et maintenant d’autres possibles. Après l’abandon de l’aéroport face à un mouvement aussi offensif que massif, le gouvernement a tout mis en oeuvre pour se venger et mettre un point final à des années d’expérimentations collectives insolentes. Une série d’attaques militaires, administratives, politiques et judiciaires ont amputé une partie de la zad et fragilisé son assise, et ce malgré les formes de résistance qui se sont trouvées sur ces différents terrains. La signature, en juin, d’un lot de conventions sur les terres occupées a néanmoins marqué une forme de cessez le feu et le maintien d’un ensemble de lieux de vie et de projets.

Pourtant, le statu quo actuel est précaire : la zad est toujours en lutte pour son avenir. Début octobre, un nouveau comité de pilotage va décider de la suite à donner aux conventions d’occupation. Il va formuler des orientations pour les années qui suivent face à ce qui s’est construit de singulier ici : le rapport aux communs, au soin du bocage, aux habitats, aux formes de production agricole et d’activités non agricoles. C’est à ce moment que va être statuée la consolidation de l’emprise foncière des différents projets nés du mouvement ou sa remise en question. Ce qui se décidera dans des bureaux dépendra comme toujours de la présence d’un mouvement vibrant et actif à l’extérieur. C’est ce mouvement qui fera la réalité de ce qui continuera à se vivre sur le terrain face aux cadres institutionnels. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées régulièrement pendant des années sur la base d’un enjeu aussi clair que binaire : il y aurait ou pas un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, la zad serait expulsée et le bocage détruit ou pas. Dorénavant, la menace persiste mais n’avance plus sous la forme d’un bloc de béton uniforme prêt à s’écraser brutalement sur nous. Le sens de la lutte se recompose, semble plus diffus et offrir moins de prises directes. Cependant, tout autant que par le passé, le sort de ce précieux pan de bocage requiert la convergence de forces multiples. Aujourd’hui comme hier, ce qui va rester, se renforcer ou disparaître touche à des questions qui nous dépassent et qui infusent dans d’autres combats ailleurs dans le monde :

Lutte paysanne et accès collectif à la terre
Dans les semaines qui précèdent le comité de pilotage, il nous faudra mener campagne pour assurer la stabilisation des conventions sous des formes moins précaires et faire en sorte qu’aucun des projets ne soit laissé de côté. Nous aurons à défendre à ce titre l’existence d’une paysannerie solidaire, protectrice du bocage et vivrière face aux critères et normes d’une agriculture gangrenée par le productivisme. Le maintien des activités agricoles mises en oeuvre par celles et ceux qui ont protégé le bocage est toujours menacé à divers titres. Certaines parcelles à Saint-Jean-du-Tertre ou à la Noë Verte par exemple sont en effet aujourd’hui revendiquées par les agriculteurs ayant accepté de les céder pour le projet d’aéroport et de toucher des compensations financières tout en retrouvant des terres à l’extérieur. De manière générale, nous devons continuer à nous mobiliser pour que les terres préservées aillent à de nouvelles installations et non à l’agrandissement d’exploitations existantes.

Pour une pratique des communs
Parmi ce que l’histoire de la zad a offert de plus précieux, il y a le développement d’une pratique des communs et la possibilité de prise en charge collective d'un territoire par ses usagers réels sans subir de plans d’aménagement parachutés. C’est en ce sens que nous devrons sauvegarder cet automne l’usage actuel et partagé de la forêt de Rohanne et d’autres espaces boisés, leur enrichissement tout comme les activités liées au bois d’oeuvre pour les projet de la zad. Face au modèle entrepreneurial individualiste et libéral imposé par le pouvoir, nous maintiendrons plus largement la construction d’entités collectives reliées aux assemblées de territoire : structures coopératives sur l’usage ou fonds facilitant l’accès commun à la terre...

Combat pour les habitats
Alors que, de région en région, de nouvelles manières d’habiter se cherchent, les vagues d’expulsion du printemps ont écrasé une partie de la richesse unique du territoire de la zad en terme d’architecture autonome et expérimentale. Certains des habitats légers préservés pourraient être de nouveau menacés dans les mois à venir. Alors que le Plan Local d’Urbanisme lié à la zad est en cours d’élaboration, un autre des combats de la rentrée sera lié au maintien de la possibilité de bâtis inventifs et autoconstruits.

Soin du bocage
Des années de vie dédiées aussi fortement à la défense d’une portion de terre humide ont décalé les regards et suscité une attention nouvelle au soin du monde et à ce qui relie quotidiennement les formes d’existences humaines et nonhumaines. Elle a fait naître des manières de vivre et de cultiver qui ont la particularité rare de ne pas dégrader perpétuellement leur environnement. Cet automne, un diagnostic agroenvironnemental va statuer sur les cadres de production préconisés officiellement sur ce territoire. Il nous faut veiller à ce que la sensibilité naturaliste résistante qui s’est épanouie ici ne se voit pas balayée par un retour à des formes d’agriculture classiques, incompatibles avec la préservation réelle de ce maillage bocager resserré, de ses haies, de ses tritons et de sa diversité.

Terres de résistances
Ces terres ont été sauvées en devenant carrefour des luttes, elles doivent aussi continuer à en être un des greniers. C’est l’objectif dans lequel se développent entre autres le réseau de ravitaillement, les cantines présentes auprès des grévistes ou migrant.e.s dans le pays nantais, et des infrastructures d’accueil et de formation. C’est dans cet esprit que nous voulons aussi continuer à aller à la rencontre d’habitant.e.s de quartier populaires ou d’autres territoires en lutte contre des projets destructeurs.

C’est sur ces différents fronts que nous vous appelons à converger nombreuxses sur la zad les samedi 29 et dimanche 30 septembre.

Programme en construction

Samedi 29 septembre
- Marche et actions de soutien pour les nouvelles installations sur les terres de la zad, transhumance de brebis.
- Fêtes des battages avec les récoltes de l’été, levée participative du hangar du Grand Troupeau Communal bovin, chantier bergerie, débats sur les luttes paysannes et l’accès collectif à la terre.
- Mystérieux voyage dans la forêt de Rohanne, activité de bardage, discussions sur les communs et le maintien de la prise en charge de la forêt par ses usagers.
- Chantiers et rencontres sur la défense des habitats auto-construits et alternatifs.
- Banquet du réseau de ravitaillement des luttes et échange avec des salariés rencontrés lors des grèves de l’année passée.
- Fête, concerts, cirque, spectacles...

Dimanche 30 septembre
- Portes ouvertes sur plusieurs lieux de la zad : accueil et présentation des projets et installations.
- Grande journée de randonnée dans le bocage avec le groupe des «sentiers de Camille», balade avec Les Naturalistes en Lutte et legroupe forestier Abrakadabois.

Pour tous contacts : reclaimthezad@riseup.net

Pour plus d’information

https://zad.nadir.org/

mardi 5 juin 2018

Pour Maxime

Pour payer une prothèse bio mimétique à Maxime, 21 ans, amputé de la main suite à une explosion de grenade lancée par les gendarmes à la ZAD de NDDL

https://www.lepotcommun.fr/pot/00pp9x7g

Objectif 100 000 euros

" Cette cagnotte est organisée par les amis, étudiants et professeurs proches de Maxime, amputé de la main droite. Elle a pour but de financer l'important budget d'une prothèse et les aménagements de la vie quotidienne. Cette collecte est nécessaire pour qu'il puisse reprendre ses études, retrouver rapidement son autonomie et les perspectives d'une vie normale. Le niveau de technicité de l'appareillage que Maxime pourra acquérir, de type prothèse biomimétique, sera proportionnel à la somme récoltée à travers cette cagnotte. Une prothèse coûte extrêmement cher, c'est pourquoi nous tentons de réunir un maximum d'argent.

vendredi 13 avril 2018

Association de malfaiteurs


Encore un excellent article de Hervé Kempf. J'approuve, évidemment !

lundi 9 avril 2018

Expulsions à NDDL - Ecœurement et consternation

C'était clair en ce qui me concerne, le gouvernement et ses sbires n'allaient pas laisser perdurer la ZAD de Notre Dame des Landes.
Il était évident qu'une telle expérience de vie différente, hors norme, hors système leur était insupportable.

Ce triste lundi 9 avril a donc vu débuter les expulsions. 2500 gendarmes,militaires ou je ne sais quoi ont donc employé la force pour déloger soi-disant une centaine d'occupants.
Pour le peu que j'ai écouté la radio et pour avoir côtoyé les occupants lors des rassemblements et manifs, je veux exprimer ici mon écœurement , mon dégoût envers ceux qui sont au pouvoir au plus haut de l'Etat comme en dessous.

Honte à vous, qui au pouvoir détruisez cette belle expérience de vie, ce qui préfigure le type de société qui permettra à l'homme de survivre à la destruction qu'il provoque.

Honte à vous qui colportez de fausses informations quant à ce qu'est vraiment la ZAD.
Pour ceux qui veulent en savoir un peu, qui veulent savoir ce qu'est la ZAD, ce qu'elle était et qu'elle redeviendra, d'une manière ou d'une autre, regardez, écoutez cette vidéo :

L'expulsion consternante de la ferme collective les Cent Noms, l’un des lieux les plus impliqués dans les projets agricoles de la zone. Par Jade Lindgaard - Médiapart :

jeudi 18 janvier 2018

Pas d'aéroport à NDDL

C'est fait, le projet d'aéroport à NDDL est abandonné. Enfin !
C'est une belle victoire pour les opposants qui ont œuvré depuis tant d'années ! Cela fait plaisir, c'est sûr.
Beaucoup d'entre nous se réjouissent, c'est normal et nécessaire.
Il y a deux jours, j'écrivais que nos "responsables" politiques tuent l'avenir.
Quand je lis tant d'articles saluant cette victoire, ceux qui annoncent la ré-ouverture de la « route des chicanes » par les occupants eux-mêmes et même Hervé Kempf qui parle de la nouvelle Zone à imaginer de Notre-Dame-des-Landes et qui titre que, oui, l'optimisme est possible, j'en arrive à me demander si je suis trop pessimiste ou bien si mes camarades sont trop dans le sens inverse...
En tout cas, rendez-vous le 10 février sur place !

mardi 16 janvier 2018

Quand nos "responsables" politiques tuent l'avenir

A quelques heures ou jours de l'annonce de la décision gouvernementale concernant le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, nous opposants, nous demandons si nos élus prendront la folle décision d'évacuer la Zone à Défendre.
S'il ne fait maintenant que peu de doute que le projet d'aéroport sera abandonné, par contre l'on peut vraiment craindre que l'Etat veuille utiliser la force pour faire partir les occupants.
Hier, notre ministre de l'intérieur déclarait que la ZAD sera évacuée de ses "éléments les plus radicaux", afin de "maintenir l’ordre républicain" sur la zone occupée par les opposants au projet d’aéroport.
Les média à large audience "informent" en veux-tu en voilà, que CRS et gendarmes se dirigent nombreux vers la ZAD, Nantes et Rennes.
Mais que veulent donc nos dirigeant ?
Hé bien je crois qu'il veulent maintenir coûte que coûte le système capitaliste et oligarchique en place et ce, le plus longtemps possible.
Le plus longtemps possible afin d'assurer des lendemains qui chantent à une minorité de nantis, riches et assoiffés de pouvoir.
Ils disent vouloir un "développement durable". Mais oui, c'est la vérité ! Ils veulent un développement économique, un développement matériel durable. Le plus longtemps possible.
Qu'il soit soutenable, cela ils s'en moquent. Et comme ils ne sont pas complètement idiots, ils savent bien que cela est impossible.
La croissance matérielle aura forcément une fin, bientôt. Quand ? On verra bien.
En attendant ce qui est pris est pris. Et l'on ne va quand même pas laisser s'installer le monde de demain !
Ce monde de demain, centré sur l'humain, basé sur le respect de l'environnement, de la nature, de tout ce que la terre nous offre.
Non, de ce monde ils ne veulent pas car il ne les enrichira pas. car il les privera de leur pouvoir.
Il veulent donc virer ces zadistes.
Il veulent tuer l'avenir.

Allez, tenez, j'aime beaucoup ce que nous dit cette dame de 71 ans...


vendredi 12 janvier 2018

Notre Dame des Landes : l'Ile de France mobilisée

NDDL_IdF.jpg

mardi 9 janvier 2018

Mobilisons-nous massivement à NDDL le 10 février


dimanche 31 décembre 2017

Parce qu’il n’y aura pas d’aéroport (Texte des 6 points sur l’avenir de la ZAD)

Aeroport.jpg

Il a été réfléchi au sein d’une assemblée régulière ayant pour objet de penser à l’avenir des terres une fois le projet d’aéroport abandonné. Assemblée qui regroupe des personnes issues des différentes composantes du mouvement de lutte. Ce texte a été longuement débattu, à plusieurs reprises, dans de multiples composantes et espaces d’organisation du mouvement.

Nous défendons ce territoire et y vivons ensemble de diverses manières dans un riche brassage. Nous comptons y vivre encore longtemps et il nous importe de prendre soin de ce bocage, de ses habitant-e-s, de sa diversité, de sa flore, de sa faune et de tout ce qui s’y partage.

Une fois le projet d’aéroport abandonné, nous voulons :

1. Que les habitant-e-s, propriétaires ou locataires faisant l’objet d’une procédure d’expropriation ou d’expulsion puissent rester sur la zone et retrouver leur droits.

2. Que les agriculteurs-ices impacté-e-s, en lutte, ayant refusé de plier face à AGO-VINCI, puissent continuer de cultiver librement les terres dont il-elles ont l’usage, recouvrir leurs droits et poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions.

3. Que les nouveaux habitant-e-s venu-e-s occuper la ZAD pour prendre part à la lutte puissent rester sur la zone. Que ce qui s’est construit depuis 2007 dans le mouvement d’occupation en terme d’expérimentations agricoles hors cadres, d’habitat auto-construit ou d’habitat léger (cabanes, caravanes, yourtes, etc), de formes de vies et de luttes, puisse se maintenir et se poursuivre.

4. Que les terres redistribuées chaque année par la chambre d’agriculture pour le compte d’AGO-VINCI sous la forme de baux précaires soient prises en charge par une entité issue du mouvement de lutte qui rassemblera toutes ses composantes. Que ce soit donc le mouvement anti-aéroport et non les institutions habituelles qui détermine l’usage de ces terres.

5. Que ces terres aillent à de nouvelles installations agricoles et non agricoles, officielles ou hors cadre, et non à l’agrandissement.

6. Que ces bases deviennent une réalité par notre détermination collective. Et nous porterons ensemble une attention à résoudre les éventuels conflits liés à leurs mise en oeuvre.

samedi 16 décembre 2017

Notre Dame des Landes, la mobilisation ne faiblit pas. Rendez-vous le 10 février 2018 sur la ZAD !

Les média ont largement relayé l'actualité récente du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes.
Il est incontestable que le rapport remis par les trois médiateurs confirme nombre d'arguments des opposants.
Le Premier Ministre annonçait lui même qu'faut maintenant décider entre deux options : construire un nouvel aéroport à Notre Dame des Landes ou aménager l'aéroport actuel.

Alors que le gouvernement devait trancher avant Noël c'est maintenant en janvier qu'il devrait décider.
La raison l'emportera-t-elle contre les lobbies politique et BTP ?
Rien n'est sûr. Je ne parierais sur aucune des deux options même si j'espère l'abandon du projet.

Sur la ZAD on reste aussi très prudent.
Une fête sera bien sûr organisée en cas d'abandon. L'opposition ne faiblit pas, bien au contraire.

Un rassemblement aura lieu le 10 février 2018.
Le mouvement anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes a pris acte du rapport des médiateurs et attend la décision du gouvernement.
Quelle que soit cette décision, l'ensemble du mouvement appelle à une mobilisation sur la zad, le samedi 10 février, date de l'échéance de la Déclaration d'Utilité Publique (DUP).



mardi 15 novembre 2016

NDDL, après le jugement, les opposants appellent à la résistance !

Hier soir, une AG s'est tenur à la Vache Rit: AG spéciale pour défendre la ZAD.
Les opposants ont clairement réaffirmé leur détermination à se battre contre l'aéroport.
« On se battra jusqu'au bout. »

Mon avis

Il n'y aura pas d'aéroport à Notre Dame des Landes !

lundi 14 novembre 2016

Communiqué commun du mouvement anti-aéroport de NDDL après la décision de la cour administrative d’appel de Nantes

Une décision qui n’entame en rien la légitimité de notre combat

Fait très exceptionnel, la cour d'appel a choisi d'aller à l'encontre de l'avis, développé le 7 novembre devant la juridiction administrative de Nantes, de Madame le rapporteur public. Pour la première fois devant un tribunal, dans son réquisitoire, celle-ci avait démontré le caractère destructeur du projet, mis en avant à partir de textes officiels de la DGAC l'existence de l'actuel aéroport de Nantes Atlantique comme alternative crédible et validé bon nombre des arguments des opposants en s'appuyant sur le droit européen et français (éviter, réduire, compenser... les dégâts environnementaux). Elle a demandé l'annulation des arrêtés préfectoraux autorisant les travaux d'aménagement de l'aéroport et ne l'a pas obtenue. Les requérants examinent dès demain la poursuite des recours.

La décision de la Cour d'appel n'entame en rien la légitimité de notre combat face à la destruction du vivant et à la marchandisation du monde. L'ensemble du mouvement anti-aéroport réaffirme qu'il ne laissera place à aucun début de travaux ni d'expulsion sur la zad de Notre-Dame-des-Landes.v

Nos appels à soutien et réactions immédiates et massives, au niveau local, régional et au-delà, restent inchangés en cas de démarrage de chantiers ou de tentative d'expulsion. Nous les mettrons en œuvre avec toute la détermination nécessaire.

Il n'y aura pas d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. La zad fleurira !

L'ensemble du mouvement anti-aéroport: l’ensemble des organisations de la Coordination des opposants au projet d'aéroport – Copain 44 – Naturalistes en lutte – des occupant.e.s de la zad


mercredi 19 octobre 2016

Le gouvernement prépare une répression de masse sur la ZAD de NDDL

Selon Reporterre, excellent médium d'info, notre cher gouvernement prépare une répression massive sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : https://reporterre.net/Le-gouvernement-prepare-une-repression-de-masse-sur-la-Zad-de-Notre-Dame-des


Bien évidemment cette politique répressive est symptomatique de ce gouvernement incapable et dangereux.
Le monde en train de se construire là bas est fabuleux et, évidemment, il dérange l'oligarchie qui se sent menacée.

La folle décision d'évacuer la ZAD sera-t-elle prise ?
Si elle l'était, ma seule certitude est que la situation sera terrible là bas.
L'opposition de désarmera jamais.
Des jours noirs s'annoncent.



samedi 1 octobre 2016

8 octobre sur la ZAD : Que résonnent les chants de nos bâtons !

C'est samedi prochine, on s'y retrouve ?






mercredi 31 août 2016

8 octobre 2016 - Notre-Dame-des-Landes - Que résonnent les chants de nos bâtons !

Acculé par les mobilisations massives des 9 janvier et 27 février, le gouvernement a organisé en juin une consultation biaisée. Se croyant forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à l'évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, de ses cultures, de sa faune et de sa flore, de ses habitats et activités ainsi que des liens entre toutes celles et ceux qui se sont attaché.es à ce bocage. Ces déclarations font fi de la situation juridique du dossier puisqu'entre autres les autorisations de travaux ne sont toujours pas accordées.

Les porteurs du projet ne semblent pas avoir non plus mesuré la détermination de celles et ceux qui habitent ce bocage, des militant.es engagé.es à leurs côtés, le soutien dont ce mouvement bénéficie dans la région et bien au-delà, ainsi que l'implication des comités locaux. Ces 2000 ha de bocage et ce qui s'y vit sont aujourd'hui porteurs d'espoirs indéracinables face au saccage du vivant, des terres agricoles et à la marchandisation du monde. Il est impensable qu'ils disparaissent !

A l'initiative de l'ensemble du mouvement d'opposition au projet d'aéroport, nous marquerons donc le 8 octobre notre volonté commune d'empêcher toute agression contre la ZAD et tout démarrage des travaux. En écho à bien d'autres luttes paysannes, comme au Larzac, nous ferons résonner le sol de milliers de bâtons. Nous les laisserons sur place, en nous engageant ensemble à venir les reprendre, en cas d'intervention, et à défendre la ZAD, ses habitant.es, paysan.nes et l'avenir qui s'y construit.

Nous monterons également ensemble un hangar dont les éléments ont été fabriqués durant l'été sur la ZAD par des dizaines de charpentier.es. Cette oeuvre collective concrétisera notre volonté de nous organiser pour la résistance en créant un lieu qui sera une base d'appui en cas de tentative d'expulsion, autant qu'une structure commune pour le futur.

Convergeons vers Notre-Dame-des-Landes le 8 Octobre 2016,
Rendez-vous à 10h dans le bocage, à pied, en tracteur ou à vélo.
Que chacun-e apporte son bâton, sculpté, décoré et le mette dans les roues du projet.
Tous et toutes ensemble, empêchons l'aéroport !

Plus d'infos sur les sites acipa-ndl.fr et zad.nadir.org


lundi 27 juin 2016

NDDL c'est toujours NON !

Après le résultat sans surprise de la consultation de dimanche, les opposants réaffirement que l'aéroport ne se fera pas à Notre Dame des Landes.

Avec cette lamentable manoeuvre, se simulacre de démocratie participative mal ficelé, contestable et contesté, le gouvernement peut-il descendre encore plus bas dans l'estime des citoyens conscients de l'impératigve nécessité de préserver un patrimoine naturel et social pour les générations actuelles et futures ? Je dirais que non.
C'est clair, net et définitif, cette gauche là est pourrie.

Alors que 5 recours juridiques sont encore en instruction, quelle sera la suite ?

Un passage en force voulu par Valls depuis toujours ?
L'évavuation de la ZAD qu'ils désire tant serait, selon lui, légitilisée par l'expression démocratique des habitants de Loire Atlantique. C'est affigeant car nous savions et disions dès l'annonce de cette consultation que les dés étaient pipés par le choix du périmètre de vote.
Elargir le périmètre aux régions voisines qui, bien que non consultées, devraient payer si le projet était réalisé, tout comme le réduire aux seules communes directement concernées, chacune des deux options aurait donné un résultat opposé, c'est à dire défavorable au transfert de l'aéroport à Notre Dame des Landes.
Un récent sondage indique qu'au niveau national, 60% de la population est opposée au projet.
Nos élus et les lobby ne sont pas bêtes, ils ont choisi le périmètre restreint à la Loire Atlantique pour arriver à leurs fins sous couvert de démocratie.
Donc, si le Premier Ministre pase à l'acte, il vire les Zadiste et débute les travaux à l'automne.
Attention, opération à haut risque ! Nous ne voulons pas d'un nouveau Sivens et que d'autres rejoignent Rémi sur la liste des citoyens victimes de l'entêtement de nos dirigeants inconséquents.

Autre option : le Président de la République tient parole et n'engage rien tant que des recours en justice seront en cours.
Dans un tel cas, pourquoi avoir organisé cette consultation ?
Au vu des sondages et grâce au choix du périmètre consulté, une fois encore, le résultat était connu d'avance.
Notre Président serait-il plus bète que son premier Ministre et que les lobby ?
Je gage que non et qu'il a une fois encore l'intention de trahir ses promesses et ses dires. Au point où il en est, une trahison de plus ou de moins...

Voila donc, ma crainte, ma forte crainte est que l'automne sera très orageux.
Nous ne lacherons pas. Le rassemblement des 9 et 10 juillet le montrera.
Retrouvons nous sur place pour en parler !
Plus d'info sur : http://www.notredamedeslandes2016.org/


mercredi 1 juin 2016

3 semaines pour dire non à l'aéroport de Notre Dame des Landes !


Dans trois semaines, le 26 juin prochain, les habitant.e.s de Loire Atlantique sont invité.e.s à se prononcer pour ou contre le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes.

Notre mobilisation est essentielle pour que ce projet inutile et nuisible, incompatible avec les engagements pris lors de la COP21, ne devienne jamais réalité.

Nous avons tou.te.s de bonnes raisons de dire non à cet aéroport et à son monde, et nous avons tou.te.s un rôle à jouer dans les jours qui viennent pour que le non l'emporte - que nous habitions en Loire Atlantique ou ailleurs importe peu.

Nous vous invitons donc à signer l'appel à voter Non à la consultation du 26 juin prochain, que lancent l'ACIPA et la coordination des opposant.e.s à l'aéroport de Notre Dame des Landes.

Chaque signature compte : plus nous serons nombreuses et nombreux à exprimer notre opposition à ce projet, plus les chances que le Non l'emporte effectivement le 26 juin seront importantes. N'hésitez donc pas à transmettre cet appel à vos proches !

Vous pouvez également participer à la campagne en vous engageant à téléphoner à des habitant.e.s de Loire Atlantique pour les convaincre de voter Non, le 26 juin prochain.

Enfin, vous pouvez trouver des argumentaires, des tracts et des affiches sur le site consultationnddl.fr & soutenir financièrement les opposant.e.s au projet d'aéroport.

dimanche 29 mai 2016

Sème ton étoile à Notre-Dame-des-Landes

9 et 10 Juillet à Notre Dame des Landes, venez participer aux "Semailles de démocratie".

Le collectif "Occupation du Ciel" avec les "Rallumeurs d'étoiles" vous proposent de venir lancer le soir du 9 Juillet l'un des 500 ballons porteurs de messages qui seront librement proposés.
Le mexicain Fidel Elias Castro et les "Rallumeurs d'étoiles" ont fabriqué les 500 ballons qui enchanteront cette soirée. Les militants pourront venir décorer et porter leur message sur ceux-ci l'après-midi du 9 Juillet Un ballon et un lettré en lampions honoreront la mémoire de Rémi Fraisse.

Des montgolfière papiers crées par des artistes spécialement pour l’événement, le drapeau "Sème ton étoile à Notre Dame des Landes", les vaches ,solaire et à feu, du Brésilien Tura.

La convergence des lutte, France, Mexique, Turquie, Brésil, est au coeur de cette Occupation du Ciel 2016 et toujours des trains de cerfs volants, des cerfs-volants de combat, des koinoboris, des salamandres, la vaches volante, les bulles géantes et le Zapéroport pour les plus gourmands, parce que la rencontre avec ces artistes vaut bien le coup et qu'on a toujours l'impression que c'est trop court, il vous est possible de participer aux "Ateliers de préparation" les 7 et 8 juillet à la Vache Rit : https://www.facebook.com/events/614910665332954/

Pour découvrir les Rallumeurs d'étoiles : https://www.facebook.com/Rallumeursdetoiles/?fref=ts

Ciel et terre libres à Notre Dame des Landes : terre.ciel.libres@gmail.com

mardi 26 avril 2016

Consultation NDDL, l'état persiste

L'état persiste et le référendum promis par Hollande est devenu une "consultation des électeurs des communes de la Loire-Atlantique sur le projet de transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes".

Certains commentateurs considère que cette consulation n'aura aucune incidence sur l'avenir du projet. Si tel était le cas, nos représentants s'acharneraient dans cette voie stupide de consulation pour ne pas dédire notre président ?

Si la consultation est aussi stupide qu'inutile, les mots me manquent pour qualifier le fond du problème :le projet d'aéroprt à NDDL lui même. Une absurdité, une connerie, un crime écologique etc... Finalement non, les mots ne me manquent pas !

Bon, si cette consultation se fait effectivement le 26 juin 2016, les opposants se mettent en marche pour informer. Car, n'en doutons pas, la désinformation voire l'information trompeuse sera de mise pour les partisants du projet, pour les organisateurs de la consultation.

Quelques chiffres de FNE. Peuvent-ils faire pencher les votants du côté du réalisme ? J'aimerais le penser...


Bien évidemment je partage pleinement la position de l'ACIPA : "Pour l’ACIPA, cette éventuelle consultation citoyenne ne peut en aucun cas légitimer un projet d’aéroport à Notre Dame des Landes qui est illégal. Cette consultation ne sera, dans tous les cas pour nous, qu’une étape dans le long combat pour l’arrêt définitif du projet."

Pour plus d’information

Lisez le décret organisant la consultation : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032447327&dateTexte=&categorieLien=id

Consultez la position de l'ACIPA : https://www.acipa-ndl.fr/actualites/communiques-de-presse/item/650-position-de-l-acipa-sur-la-consultation

Encore et toujours :

vendredi 4 mars 2016

NDDL le 27 février 2016, une manifestation fabuleuse !

Ignorons ceux qui ne savent délibérément pas plus compter les manifestants que les salamandres et les campagnols, nous étions entre 50 000 et 60 000 samedi 27 février à prouver que notre détermination est plus forte que jamais à garder le ciel de Notre Dames des Landes aux oiseaux.








Jamais peut être je n’avais participé une manifestation « environnementale » de cette ampleur en près de 30 ans de militantisme.
Comme toujours à NDDL, quelle ambiance ! Quelle fraternité ! Et quelle chance de retrouver dans cette foule immense, nombre d’amis, de compagnons de lutte, qu’ils soient de paris, de la région de Bure ou de Chinon !

- page 1 de 5