centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 1 janvier 2017

Bonne année 2017 !

vendredi 26 juin 2015

Campagne de soutien à Reporterre


Aidons le site Reporterre, excellent médium d'information indépendant !

http://www.reporterre.net/-Soutenez-Reporterre-37-

mercredi 22 avril 2015

La loi sur le renseignement vise aussi les zadistes, les écolos et les antinucléaires

Lundi 13 avril, le projet de loi sur le renseignement était examiné en première et unique lecture à l’Assemblée nationale. Le texte doit être voté dans une procédure d’urgence à l'Assemblée nationale le 5 mai. Il constitue une atteinte aux libertés publiques, selon de nombreuses associations et partis politiques.

L'article de Reporterre donne une bonne première vision du sujet et des conséquences de cette politique toujours plus liberticide.


mardi 27 janvier 2015

Le capitalisme et les deux mamelles du terrorisme

J'aimerais aujourd'hui vous inciter à lire deux excellents articles qui dénoncent l’état de guerre déclaré par notre gouvernement, soi disant contre le terrorisme.

J’expliquais brièvement dans un récent billet (ici) pourquoi je n’ai pas manifesté à Paris le 11 janvier.
Hervé Kempf et Marie-Monique Robin développent et expliquent tellement mieux que moi cette terrible voie dans laquelle nos politiques entraient notre pays que je ne me risquerais pas à écrire davantage là-dessus.
L’éclairage de ces deux excellents journalistes engagés est de toute première importance. Je ne peux que chaudement vous recommander leur lecture :

Marie-Monique Robin : LES TUERIES DU 7 JANVIER NE SONT PAS DES « FAITS DE GUERRE » MAIS D’ATROCES « FAITS DIVERS »

Hervé Kempf : Je ne suis pas en guerre

Je ne citerai que quelques mots de Marie-Monique Robin : «…c’est la barbarie institutionnelle inhérente au système capitaliste globalisé qui génère les deux mamelles du terrorisme : l’humiliation et la haine.. » et qui conclue ainsi : « Profitons de cet incroyable élan de fraternité et de solidarité pour exiger du gouvernement qu’il mène la seule guerre qui vaille : celle contre la machine capitaliste qui fabrique des pauvres à la chaîne, sème la haine et le désespoir, détruit la planète, dérègle le climat et menace l’avenir des nos enfants ! »

Ne soyons pas des moutons. Ne soyons pas le Charlie qu’ils veulent nous voir être, celui des tensions inter-communautaires, celui de la mondialisation, celui de l’accroissement des inégalités, celui de la diminution des libertés.


mardi 13 janvier 2015

Je suis Rémi


Aussitôt après l’attentat contre Charlie Hebdo j’étais Charlie.
Non que j’aime ce journal qui va souvent trop loin. Je n’apprécie pas la vulgarité.
Je reconnais volontiers son caractère souvent pertinent et impertinent. C’est bien.
Quelle douleur de savoir ces personnes, ces journalistes tués. Ma douleur s’associait à celle de leurs proches, à celle des citoyens consternés. J’étais Charlie.

Rien ne justifie que l’on porte atteinte à la vie, à la santé d’un homme contre sa volonté. C’est mon avis. Rien ne justifie donc quelque attentat que ce soit. Rien ne justifie celui contre Charlie hebdo pas plus que les prises d’otages de ces derniers jours.
Pour autant les choses se compliquent très rapidement. La mort des criminels, des preneurs d’otages lors des assauts était-elle justifiée ? Evidemment ils avaient tué des otages ou allaient en tuer. Alors, quoi faire dans l’urgence ? Hé oui ça se complique très vite si l’on ne veut pas avoir de double langage, ne pas dire, ha oui, dans ce cas là… si l’on ne veut pas amener des exceptions si difficiles à définir…
Rien ne justifie la mort d’un homme. Directe ou indirecte. Rien ne justifie de porter atteinte à sa santé.

Est-ce que l’on tue les responsables politiques ou d’entreprises qui pillent les ressources naturelles ici ou ailleurs au mépris de la vie et de la santé des travailleurs et des populations ? Non.
Est ce que l’on tue les responsables des politiques interventionnistes, néocoloniales, qui, contribuent entre autres au terrorisme. Tout cela souvent au nom de la lutte pour les droits de l’homme, de la lutte contre le terrorisme, au nom de la démocratie, alors que cela cache des intérêts politiques, financiers et autres bien moins avouables ? Non.

Alors, manifester dimanche dernier aux côtés de tous ces « chefs d’états » plus ou moins directement responsables des atteintes à la terre et aux hommes, plus ou moins responsables du terrorisme ?
Non pas pour moi. Toute cette récupération m’écœure alors, non, je ne suis plus Charlie. Au sens actuel en tout cas. Celui entre autres où la politique sécuritaire va encore s'accentuer un peu partout au mépris des libertés...

Ho je sais, même la mort de Rémi Fraisse à Sivens fut aussi l’objet de récupérations.
A choisir, quand même, oui, je suis Rémi.

mercredi 7 janvier 2015

Charlie, moi aussi, évidemment.

Charlie, moi aussi, évidemment.
Pensée particulière à Fabrice Nicolino, blessé aux jambes semble-t-il.
Nous l'avons vu dans les reportages évacué sur une civière. En soirée des messages Twitter indiquent que son pronostic vital ne serait plus engagé.


jeudi 15 mai 2014

Tête à l’envers (encore)

De passage à Grenoble 3 ans après, il était impensable de manquer l’occasion de voir si Pascal Fouard met toujours à l’envers les papilles des convives de son petit restaurant. Je n’ai pas été déçu, bien au contraire ! Si la devanture a été refaite pour un meilleur confort (certes au détriment de la rusticité), le principe reste inchangé. Si vous n’êtes jamais venus, Pascal vous expliquera sa formule bien rodée.

Vous avez l’assortiment de 4 entrées.
Avec une boisson cela devient un apéro bouffe. Entrée + boisson = apéro bouffe.
Vous avez trois plats avec chacun plusieurs légumes.
Le méli-mélo de de 3 fromages.
Et enfin le panaché de 6 desserts.

Les entrées et desserts sont copieux.
Souvent on prend une entrée pour 2, un plat chacun et un dessert pour 2.
Le principe est d’avoir un maximum de saveurs dans chaque plat.
Si vous prenez les desserts, vous aurez la surprise de vous voir remettre un papier et un crayon.
Le jeu consiste à reconnaître la composition. Si vous en trouvez 4 sur 6, vous gagnez le digestif.
Digestif fort en goût lui aussi…

Des produits frais renouvelés chaque jour. Des saveurs multiples, de la plus discrète à la plus forte.
Des plats simplement dressés sans chichi mais avec goût et couleurs.
Un accueil chaleureux et sympathique.
Une petite salle qui favorise convivialité et échanges.
Militants écolos appréciés.


Les entrées


Pascal Fouard en action



Les desserts


Desserts encore (pas le même jour !)


Même la sortie est à l'envers !

Une adresse à connaitre.
Tête à l'envers
10 rue Chenoise
Grenoble

Penser à réserver. C’est petit, petit. Pascal rêve de s’agrandir…
04 76 51 13 42

lundi 12 mai 2014

Pétition de l'ONG CIEL contre TAFTA !



Le Réseau Environnement Santé, Générations Futures et Agir pour l’Environnement s’associent à une pétition de l’ONG CIEL (association internationale de juristes environnementaux) qui sera envoyée aux négociateurs européens et américains du traité de partenariat commercial transatlantique (alias TAFTA ou TTIP). Un argumentaire de 3 pages expose les 7 bonnes raisons de s’inquiéter des impacts potentiels du TAFTA sur la réglementation européenne des produits chimiques et des pesticides. Il renvoie vers la pétition en amont d’un nouveau round de négociations qui s’ouvre le 10 mars.

Nos efforts pour protéger notre santé et celle des générations futures de l’exposition aux produits chimiques toxiques pourraient être réduits à néant par les négociations en cours, totalement opaques, d’un nouvel accord commercial USA-UE connu sous le nom de TAFTA (ou TTIP). A moins que nous n’agissions.

Interpellons les négociateurs commerciaux d’Europe et des États-Unis : ne touchez pas à nos lois contre les produits toxiques !

Le TAFTA pourrait ainsi :
1. Ralentir les progrès dans la réduction de l’utilisation de produits chimiques et pesticides toxiques .
2. Continuer de faire porter aux contribuables les coûts sanitaires, sociaux et économiques de la présence de produits chimiques toxiques dans notre alimentation, l’eau et l’air.
3. Maintenir le statu quo aux dépens des entreprises qui inventent des alternatives plus sûres aux produits chimiques toxiques.
4. Empêcher toute action nécessaire sur les menaces émergentes, comme les perturbateurs hormonaux et les nanomatériaux.
5. Retarder l’élimination des produits chimiques et pesticides toxiques dans les produits importés sur le marché américain ou européen.

Nous appelons les négociateurs des deux parties à laisser les enjeux sanitaires et écologiques de la sécurité chimique en dehors du champ du TAFTA. Nous leur demandons de :
1. Exclure la fabrication, l’utilisation et l’élimination des produits chimiques de la compétence du Conseil de coopération réglementaire et des chapitres ou annexes du TAFTA ;
2. Préserver la démocratie en empêchant les gouvernements des deux rives de l’Atlantique de retarder ou d’influencer la façon dont les décideurs de l’autre rive choisissent de protéger leurs citoyens contre les produits chimiques toxiques ;
3. Accroître l’accès libre à l’information et limiter les mécanismes de confidentialité commerciale, nuisibles à la sécurité chimique et à la démocratie ;
4. Veiller à ce qu’on ne conditionne pas la protection vitale des personnes et de l’environnement à des projections économiques douteuses sur les pertes et profits du commerce international ;
5. S’opposer à la création de soi-disant « comités scientifiques consultatifs » dominés par des scientifiques liés l’industrie ;
6. Exclure tout mécanisme de règlement des différends commerciaux public-privé ;
7. Mettre un terme à l’exportation de gaz naturel produit par des méthodes non conventionnelles, telles que la fracturation hydraulique.

Nous appelons également le Congrès des États-Unis à s’opposer à l’Autorité de négociation rapide, responsable du TAFTA et d’autres accords commerciaux qui ont des impacts profonds sur les politiques publiques, et à exiger un débat public ouvert et informé.

Source : Réseau Environnement Santé

Pour signer la pétition de l'ONG CIEL

http://bit.ly/1eYZhU0

mercredi 1 janvier 2014

Bonne année 2014 !

Le blog Cent Pour cent Naturel, quelque peu endormi, vous souhaite une très bonne année 2014 !


mardi 1 janvier 2013

Bonne année 2013


jeudi 1 novembre 2012

Marjolaine 2012


Pour la 37ème fois le salon Marjolaine ouvrira demain ses portes.
Nous installons aujourd'hui et le public investira les lieux dès le lendemain et cela pour 10 jours.

Horaires : 0h30-19h
Nocturne 21h le vendredi 9
Parc floral - Paris 12°
M° Chateau de Vincennes

Cette année je serai sur le stand LPO les dimanches 4 et 11 matin et ponctuellement le samedi 10 après midi.

Comme toujours, un beau programme de conférences et de films nous est proposé avec, entre autres "Tous cobayes" de Jean-Paul Jaud et "Les moissons du futur" de Marie-Monique Robin.

Fans d'écologie et de produits bio, sortez vos cabas et allez prendre un bain de foule...

Toutes les infos pratiques

http://www.salon-marjolaine.com/

samedi 8 septembre 2012

Une Planète Environ n°11 – Emmaüs


Je vous ai déjà parlé ici de l’émission de radio locale strasbourgeoise Une Planète Environ. L’émission est diffusée sur radio Arc-en-ciel. Ses podacsts étant disponibles sur son site, j’ai écouté en différé le numéro 11 de l’émission consacré à l’organisation Emmaüs.

Comme à l’accoutumée, David Rudloff dirige l’émission et reçoit un ou plusieurs invités, il s’agit ici de Dominique Freund, directeur de la communauté Emmaüs de Strasbourg.
Pour qui n’est pas familier avec Emmaüs, l’occasion lui est donnée de découvrir le jargon de l’organisation. Emmaüs accueille des compagnons, personnes en difficulté pour des raisons diverses, qui sont nourries, logées, blanchies et reçoivent un pécule mensuel, le tout en échange d’un travail dans le domaine d’activité de l’organisation, la récupération, la réparation, la réutilisation d’objets, le tri et le recyclage de matières premières.

Emmaüs, organisation française fondée par l’abbé Pierre, mais au demeurant laïque, récupère 200 000 tonnes de matériel chaque année en France. Le contexte économique, environnemental et le renchérissement des matières font que l’organisation est de plus en plus en concurrence avec le secteur industriel privé qui se développe dans se secteur d’activités. Le public, acteur important puisque il donne des objets dont il n’a plus l’usage ou l’envie, ne sais pas toujours distinguer les entreprises qui œuvrent à des fins commerciales ou même des particuliers qui officient pour leur propre compte, des organisations comme Emmaüs, qui ont des objectifs altruistes, voire humanitaires.
Car au-delà de ces considérations économiques, Emmaüs est aussi et surtout une organisation à but social, solidaire et environnemental qui n’hésite pas à donner le temps à ses compagnons pour se reconstruire, ce qui peut prendre de quelques mois à plusieurs années. Emmaüs est aussi présente au niveau international. Bien sûr le fonctionnement des communautés implantées dans des pays plus pauvres que la France est bien différent notamment car les dons du public sont considérablement moindres et que la récupération et le recyclage sont infiniment davantage pratiqués qu’en Europe.

Des communautés françaises, et c’est le cas de celle de Strasbourg, aident par exemple des communautés africaines et leur envoyant des conteneurs de matériel en concertation avec des représentants des communautés qui vont jusqu’à venir en France pour exprimer leurs besoins et les travailler avec les responsables de communautés françaises. Un exemple marquant présenté dans l’émission est ce cas de la fabrication locale de petites éoliennes à partir de moteurs de machines à laver. Le responsable de la communauté suggérait ainsi à Dominique Freund l’envoi d’un conteneur de moteurs de machines à laver.

A l’évidence, Emmaüs est une organisation remarquable de par ses activités à objectifs solidaires, humains et son action en matière environnementale.
Une micro société dont bien d’autres pourraient et devraient s’inspirer.
Dominique Freund parle avec passion et enthousiasme de la communauté qu’il anime et gère à Strasbourg, forte de 44 compagnons et 8 salariés. Il présente et explique la démarche d’Emmaüs avec une grande clarté, fluidité.
Les échanges avec les animateurs sont dynamiques, ce qui confère toutes ces qualités à cette intéressante émission qui s’avère un excellent numéro 11.

Ecoutez ou téléchargez l'émission

http://www.une-planete-environ.fr/?p=145


vendredi 17 août 2012

Matières premières, tout augmente !

Le baril de pétrole de la Mer du Nord importé en France a rebondi de +8,2% en juillet.
L’Insee met en exergue la nette hausse des prix des matières premières alimentaires importées en France en juillet (+7,7% après -1,8%). Les prix des oléagineux et des céréales se sont renchéris à cause de «la sécheresse qui sévit aux Etats-Unis».
Les prix du cacao (+3,7%), de l’arabica (+14,8%) et du sucre (+11,3%) ont également nettement augmenté.

N'est-il pas vraiment temps de recentrer notre économie sur le local et de réduire notre consommation d'énergie ?


dimanche 15 avril 2012

Rencontre avec Bernard Blancan

Je vous avais parlé de son livre, Secrets de sourcier et de son film, Retour aux sources et vous avais promis une interview.
J'ai eu le plaisir de rencontrer Bernard Blancan et de filmer la modeste interview que je vous offre ici.

Merci à Bernard pour m'avoir consacré un peu de temps pour cette agréable et sympathique rencontre.

mardi 27 mars 2012

Accueil et service Nature et découvertes, bravo !

Mes jumelles Bushnell dont j'étais fort content on eu un petit problème : molette de réglage devenue très dure, rendant la mise au point quasi impossible. Retour au magasin où je les avait achetées il y a 9 ans. La garantie est de 30 ans.


Dix semaines après elle sont, me dit-on sur le chemin du retour.

Pas de chance, je pars à la baie de l'aiguillon pour des balades en bord de mer et bien sûr des observations ornitho, du moins j'espère que les oiseaux seront au rendez-vous... Superbe endroit malheureusement très touché par la tempête Xynthia.
Bon, je m'égare un peu...

Les contacts téléphoniques avec l'équipe Nature et découvertes du magasin de Carré Sénart (77) on toujours été très bons et je dois dire que mon souci a été pris en considération, appels au SAV N&D etc...
Le magasin m'a prêté gentiment et spontanément une paire de bonnes jumelles pour la durée de mon séjour.

Bon, j'aurais préféré que mes jumelles me soient retournées dans le délai standard, mais N&D n'y est peut être pour rien, le matériel étant retourné chez le fabricant en Allemagne...
En tout cas, bravo au service et à l'accueil de l'équipe du magasin N&D Carré Sénart !


jeudi 26 janvier 2012

La science face aux citoyens

Quelle est la place de la science face au citoyen, au politique, au pouvoir, à la société, à la démocratie ? Quelle doit-elle être ?

Ce sont entre autres ces questions qui étaient débattues il y a peu plus un an, le 20 novembre 2010, lors d'un colloque qu'avaient organisé l'hebdomadaire Politis et les associations AITEC (association internationale de techniciens experts et chercheurs), l'association Global Chance et l'association Sciences Citoyennes.

Un débat capital et toujours d'une réelle actualité sur bon nombre de sujets.
A la veille du sommet de Rio, 4000 scientifiques publiaient "l'Appel d'Heidelberg", où ils s'attaquaient à "une idéologie irrationnelle qui s'oppose au progrès scientifique et industriel et nuit au développement économique et social". Cet appel mettait en cause l'émergence d'un regard critique sur l'évolution du monde et des sociétés, au nom du "progrès" et de la "rationalité scientifique".

Lancé par Global Chance et le Groupe de Vézelay, "l'Appel à la raison pour une solidarité planétaire" était bientôt signé par 218 personnalités qui voulaient répondre à "l'Appel d'Heidelberg". "Au nom de la raison, nous refusons autant l'irrationalité écologique qu'ils condamnent, que l'intégrisme scientifique qu'ils proposent et affirmons au contraire la nécessité de prendre en compte l'ensemble des critères culturels, éthiques, scientifiques et esthétiques pour engager le monde dans la voie d'un développement équitable et durable".

Les auteurs de "l'appel d'Heidelberg" érigent la science et les scientifiques en grands détenteurs du savoir et de la raison, et les laissent seuls dicter leur loi à une société productiviste et oligarchique.

Les signataires de "l'Appel à la raison pour une solidarité planétaire" orientent au contraire vers une société réellement démocratique éclairée par une pluralité de savoirs alliant science et société.

Ces deux appels ont été l'argument de ce colloque qui était constitué de trois tables rondes, elles mêmes composées de deux ou trois interventions précédant un débat avec la salle.

Qui dit la vérité ?
Fournir une vérité scientifique requiert une indépendance qui fait défaut en cas de conflits d’intérêts. Le processus d'alerte et les lanceurs d'alerte doivent déployer factualité et éléments tangibles.
Francis Chateauraynaud prend le cas de l'alerte climatique lancée par le GIEC et sa contestation par les climato-sceptiques. Il nous démontre que ces derniers ne sont pas des lanceurs d'alerte.
Benjamin Dessus se base sur les 18 années d'expérience de l'association Global Chance dans l'expertise indépendante pour nous en préciser les contours. L'indépendance doit se situer vis-à-vis des organisations, des modes de pensée dominants, du conformisme, des entreprises, des enjeux du pouvoir et des intérêts financiers.
Le président de Global chance donne l'exemple du groupe désigné par le gouvernement Jospin en 1999 afin de rédiger un rapport sur la prospective économique de la filière nucléaire française. Les trois membres du groupe avaient toutes les chances de ne pas "s'entendre", étant d'avis divergents, entre président de l'association Global Chance, haut commissaire à l'énergie atomique et commissaire au plan. La méthode de travail proposée par Global Chance débloqua la situation : fabriquer différents scenarii diversifiés jusqu'en 2050 pour mettre en scène les différentes options. Les différents membres de l'équipe étant attentifs à ce que les données des différents scenarii soient traitées de manière égale, la méthode a bien montré, de manière factuelle, les avantages et les inconvénients de chacune des stratégies et les résultats n'ont sérieusement été contestés par personne.

Médiatisation de la science et choix politique
Cette seconde table ronde s'intéresse à la question de l'information scientifique et à son influence sur les choix politiques.
Pour Edwy Plenel, directeur de Mediapart, la démocratie est menacée par la prédominance d'une information d'opinion sur l'information de faits.
Illustrant son propos du cas Claude Allègre (très souvent cité lors du colloque) qui a eu des alliés journalistes d'opinion, lesquels sont manipulables bien plus facilement que les journalistes spécialisés qui apportent des vérités de faits.
Les opinions se forgent sur des faits. Des opinions sans faits sont facilement contestables, il n'y a que mon opinion contre la tienne. Contester des faits est bien plus difficile. Edwy Plenel conclue par la démocratie qu'il exprime comme l'appropriation des questions de tous par tous. Internet est, pour lui, un levier et le lieu où cette démocratie peut opérer.

Marie-Christine Blandin expose la multitude de sources d'information scientifique à disposition des élus : kilogrammes de documentation reçus chaque jour dont une partie est une véritable propagande, travail en commissions, colloques dont le financement extérieur tord souvent la démocratie, OPESCT, commissions d'enquête. Les élus, dont certains cumulent les mandats, sont surchargés, quelques élus sont considérés comme "spécialistes", les autres sont suiveurs. Tout cela facilite la tache des lobby qui œuvrent pour avoir les coudées franches.

Journaliste et productrice d'une émission consacrée à l'environnement sur France Culture, Ruth Stégassy aborde la question de la médiatisation scientifique. La complexité des sujets et du jargon scientifique, ainsi que certains intérêts, font que souvent les sujets sont mis de coté ou édulcorés. Le citoyen est mis à l'écart quant il n'est pas manipulé. Plutôt que d'une vulgarisation scientifique, c'est d'une culture commune dont nous avons besoin pour qu'un certain nombre de connaissances soient mises à la porté du plus grand nombre et permettre la controverse et non pas la polémique qui existe trop souvent.

La démocratie face à la science
Selon Pierre-Henri Gouyon, la science peut prétendre démêler le vrai du faux, elle ne peut rien dire du bien et du mal. C'est donc le tissu social qui doit décider démographiquement pour la société.
Les scientifiques, s'ils sont pour la plupart animés de bonnes intentions, peuvent, sous prétexte de rationalité, défendre des idées irrationnelles, voire défendre une idéologie plus ou moins implicite. alors que les scientifiques sont souvent très spécialisés, il est important qu'ils élargissent leur champs de vision. Foi dans le progrès, réflexe corporatiste d’intérêt personnel, pour l'attribution de crédits aux laboratoires peuvent aussi être la cause de positionnements scientifiques contestables.

Jacques Testart, président de la Fondation sciences citoyennes effectue une excellente intervention, très claire et accessible de surcroit.
L'expertise doit aider aux choix politiques. On constate que des intérêts particuliers influent souvent car les experts se trouvent presque toujours en conflit d’intérêts à cause des soutiens financiers de l'industrie.
Un autre phénomènes qui grève l'expertise est que les scientifiques sont souvent sollicités en dehors de leurs spécialités. D'autre part, la société se hiérarchise de plus en plus, devenant une oligarchie et les parlementaires voient leur rôle se réduire.
Face à ce constat, Jacques Testart considère qu'il est urgent de définir des règles étiques pour des procédures plus objectives et conformes aux intérêts des populations. La Fondation sciences citoyennes propose la création d'une Haute Autorité de l'expertise et de l'alerte, destinée à combler le vide scientifique et civique entre la parole des experts et la décision du législateur. Elle serait chargée de définir et de vérifier les (bonnes) conditions d'exercice des expertises et elle effectuerait le suivi des alertes.
La Fondation recommande de plus la mise en place de conférences de citoyens (CdC).
Une CdC est idéalement constituée d'une quinzaine de citoyens tirés au sort puis formés sur le sujet d’intérêt général sujet à controverse qui doit être limité à une ou quelques questions précises à débattre. La CdC rend ses avis qui seront pris en compte pour l'établissement des lois et règlements.

Mon avis

Le compte rendu du colloque est téléchargeable sur le site de Global Chance, il m'a servi pour la rédaction de cet article. Je trouve certaines interventions ardues à appréhender, ce qui révèle un niveau de bonne tenue. Comme tout colloque, je me pose la question de son impact concret sur la société. Les réflexions qu'il a portées ont elles été profitables ? Ont-elles été ou seront-elles traduites dans les pratiques des domaines abordés ? Un an après, il ne me semble pas que ce soit le cas. Peut-on espérer que certains politiques ou décideurs s'en nourriront et mettront en œuvre certaines idées ou propositions énoncées ?

Pour plus d’information

Lire le cahier, compte rendu du colloque : http://www.global-chance.org/spip.php?article48


mercredi 25 janvier 2012

Les conférences Natureparif en 2012


Cette année encore, Natureparif invite le public à venir découvrir la biodiversité francilienne sous tous ses angles lors d’un rendez-vous mensuel. Tous les 3èmes jeudis de chaque mois, la parole est donnée à des acteurs clefs de l’étude et de la protection de la nature. Ces conférences sont également de vrais moments d’échange, une séance de questions / débat avec le public d’une heure environ étant dédiée à cet effet.

En 2012, des sujets tels quel les fourmis, le chant des oiseaux, l’effet des pesticides sur la santé humaine, les plantes sauvages médicinales seront abordés par les chercheurs et scientifiques d’Île-de-France et d’ailleurs. Deux projections figurent au programme : la diffusion en avant-première du documentaire « Île-de-France, Nature insoupçonnée » réalisé pour Arte, véritable immersion au cœur de la nature francilienne, et le film « La Reine malade », chronique sensible sur le métier d’apiculteur. Les enfants sont également à l’honneur cette année et pourront assister à une conférence leur étant dédiée sur les idées reçues sur la nature le mercredi 19 décembre à 15h !

Pour qui ? Pour les passionnés de nature et d’écologie comme pour les néophytes !
Quand ? Tous les 3èmes jeudis de chaque mois de 18h à 20h (exceptée la conférence de décembre !).
Où ? Au 84 rue de Grenelle - 75007 Paris (Métro Rue du Bac - Ligne 12) - Auditorium de la SNHF.
C’est combien ? Rien ! L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Découvrez dès à présent le programme 2012 des conférences et projections publiques de Natureparif

Jeudi 16 février 2012
Avant-première du film « Île-de-France, Nature insoupçonnée »
En présence des réalisateurs,
Proposée par Gedeon programmes, Arte et Natureparif

Jeudi 22 mars 2012
Les pesticides, une question de santé publique
Une conférence proposée par l’association Générations futures
dans le cadre de la Semaine pour l’alternative aux pesticides

Jeudi 19 avril 2012
50 000 observations pour la forêt
Lancement d’un programme d’observations des espèces forestières
en partenariat avec Noé Conservation et le Muséum national d’Histoire naturelle

Jeudi 10 mai 2012
Les fourmis, une incroyable diversité !
Présentée par Mathieu MOLET de l’Université Pierre et Marie Curie – Paris 6

Jeudi 21 juin 2012
Le chant des oiseaux
A l’occasion de la Fête de la Musique,
présentée par Paul GAILLY de l’association Aves

Jeudi 20 septembre 2012
Plantes sauvages médicinales
Assurée par François COUPLAN (Ethnobotaniste)

Mercredi 10 octobre 2012
Projection du film « La Reine malade »
En présence du réalisateur Anicet Desrochers
En partenariat avec l'Union national de l'apiculture française (UNAF)

Jeudi 25 octobre 2012
Les Poissons d’Île-de-France
Proposée par Jean ALLARDI,
président de la Société Française d’Ichtyologie

Jeudi 15 novembre 2012
Construction d’un regard : sols et sous-sols d’Île-de-France
Par Marc LUCAS, professeur à l’Ecole des Mines ParisTech

Mercredi 19 décembre 2012 : spéciale enfants - de 15h à 17h
Toutes les bêtises sur la nature que les grands racontent aux enfants
Animée par François LASSERRE (Office pour les Insectes et leur Environnement et Nature & Découvertes)

dimanche 1 janvier 2012

Bonne Année 2012 !


mardi 15 novembre 2011

Une planète environ


"Une planète environ" est une émission de radio locale à la région de Strasbourg, consacrée à l'environnement et à l'écologie.
De création récente, 3 émissions ont été réalisées jusqu'à présent :
N°1 - Habitat et Autopromotion
N°2 - Alimentation et Slowfood
N°3 - L'eau, avec des étudiants de l'Engees

Aurore, qui collabore maintenant au blog, m'a fait connaître l'émission à laquelle elle contribue en tant que membre de son équipe de réalisation.
Après avoir écouté les trois premiers numéros, j'ai bien apprécié l'émission et ai souhaité vous la faire connaître par le biais d'une interview de son instigateur.

David Rudloff, vous êtes l'initiateur et le responsable de cette émission, pouvez-vous nous en préciser le contenu et les objectifs ?
L’objectif de l’émission est de se rendre compte que le monde bouge, que des solutions existent, à tous les niveaux et que certaines sont déjà mises en œuvre. Chaque émission donne un coup de projecteur dans un domaine particulier, avec un invité d’une association ou un professionnel. D’une façon positive, curieuse mais précise : une solution est-elle transférable à grande échelle ou est-elle seulement applicable à un petit nombre de personnes motivées ?

Comment avez-vous été amené à l'idée de créer une telle émission ? Qu'est-ce qui vous motive à réaliser ce travail ?
Cela fait longtemps que les questions d’environnement m’intéressent. Après quelques incursions dans le militantisme politique, je me suis rendu compte d’un chose : on critique souvent l’inaction de tel ou tel gouvernement sans savoir ce qui se fait déjà. Ca affaiblit souvent notre discours. De plus, on défend souvent des idées qui deviennent les piliers d’un mouvement politique en s’interdisant alors d’interroger leur pertinence dans une situation nouvelle. J’avais envie d’une émission qui ne décide pas à priori les bons ou les mauvaises solutions mais qui essaie de comprendre, d’une façon rigoureuse, comment une idée est applicable et à quelle échelle.

Pouvez-vous nous expliquer comment vous travaillez pour choisir vos sujets et les préparer ? Y-a-t-il une structure type d'une émission "Une planète environ" ?
L’émission est encore jeune et on fait encore pas mal de réglages.
Cependant, le cœur de l’émission, c’est l’invité. Quelqu’un qui a une expérience, une motivation pour agir et qui a l’envie de le partager. Avec moi, une équipe de personnes curieuses et informées préparent une revue de presse, un petit sujet technique et des questions à l’invité.
L’important, c’est de laisser du temps à l’invité pour raconter, expliquer et réfléchir avec nous.

J'aimerais bien savoir, sans trahir vos "secret de fabrication", comment d'une manière générale se passe la réalisation de l'émission. Par exemple sont-elles enregistrées ou diffusées en direct ? Vos invités connaissent-ils les questions avant leur participation à l'émission ?
Nous enregistrons dans les conditions du direct : on démarre l’enregistrement d’une heure, sans coupe ni montage. L’émission enregistrée le vendredi soir et diffusée le lendemain matin sur Radio Arc-en-Ciel et le mercredi d’après. Le podcast est mis en ligne pendant le week-end.
En général, on transmet un certain nombre de questions à l’avance à l’invité, mais l’interview est très libre : on rebondit souvent sur une réponse pour faire une parenthèse, pour ajouter une nouvelle question. L’invité est mis à l’aise car il sait qu’il a le temps de parler et il sent qu’il a autour de lui des personnes qui ont envie de comprendre et d’apprendre.

Pouvez- vous nous présenter l'équipe ?
Ce sont des collègues de travail et des amis avec qui j’avais souvent des discussions, à la pause café, à la sortie de l’école, etc… Chacun a considéré que cette émission était une occasion unique pour rencontrer des personnalités et des expériences variées. Et le virus de la radio est très contagieux, quand on a commencé à parler dans un micro, on y prend vite goût !

Votre émission est toute jeune, comment qualifieriez-vous ses points forts, ses points faibles et ce que vous souhaitez améliorer ?
Je pense qu’on sent l’envie de comprendre et d’apprendre de l’équipe et le plaisir de la rencontre. On a beaucoup de points communs et en même temps on a chacun des sensibilités différentes et des sujets préférés. Les personnes de l’équipe sont des amateurs bien informés qui sont au courant de beaucoup de sujet sur l’environnement. Bien sûr, il y a encore quelques hésitations à l’antenne, quelques « Heu » parasites. Mais la progression est rapide en quelques émissions. J’aimerais que l’on développe le travail journalistique, que l’on fasse des interviews téléphoniques pour enrichir les émissions.

Quels sont vos projets pour le futur de l'émission ?
L’émission est bihebdomadaire, ce qui permet de maintenir une dynamique dans l’émission tout en étant vivable pour chacun. Il y a tellement de sujets qu’une émission hebdomadaire serait possible. Un autre grand projet, c’est de développer le site de l’émission (www.une-planete-environ.fr) pour qu’il soit un vrai outil complémentaire. J’aimerais qu’il contienne beaucoup d’informations, des outils pour calculer, afin de comprendre les facteurs d’échelle de chaque sujet.

Merci David d'avoir bien voulu répondre à mes questions !
J'apprécie sincèrement le travail de l'équipe qui, à l'écoute, apparait très sympathique et motivée.
Je vous souhaite à tous de continuer sur votre lancée prometteuse et vous remercie de faire partager votre passion à vos auditeurs tout en augmentant leur information et leur sensibilisation à l'environnement !

Comment écouter l'émission ?

Les auditeurs de "radio Arc-en-ciel" peuvent écouter l'émission toutes les deux semaines, le samedi à 9h ainsi que le mercredi à 8h, à Strasbourg sur 90.7 Mhz.
Les internautes peuvent l'écouter au même moment sur le site de la radio : http://www.radioarcenciel.com/
Les podcasts des émissions précédentes se trouvent sur le blog de l'émission : http://www.une-planete-environ.fr/

Prochaine émission samedi 19 novembre sur "radio Arc-en-ciel"

samedi 5 novembre 2011

Marjolaine 2011

Le salon Marjolaine est de retour comme chaque année dans la première quinzaine de novembre.


550 exposants
Des ciné-conférences sur les grands enjeux environnementaux
120 ateliers pour mieux consommer
Un café écolo pour débattre des thèmes d'actualité
De nombreuses associations liées à la protection de la nature et de l'agriculture Bio

Accédez aux informations pratiques : http://www.salon-marjolaine.com/infos.html

Consultez le programme du salon : http://www.salon-marjolaine.com/visiteur_programme.php

Demandez une entrée à tarif réduit : http://www.salon-marjolaine.com/visiteur_invitation.html

Comme tous les ans, retrouvez-moi sur le stand de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (PAV32). Cette année j'y serai le le 11 novembre de 10h30 à 14h30.

Et lorsque vous aurez fait le tour de l'espace associatif, il y aura de quoi faire et acheter dans la partie commerciale !


- page 1 de 5