centpourcentnaturel

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recherche - lannion

vendredi 11 novembre 2016

L'extraction de sable est suspendue en baie de Lannion !

Les arguments ds opposants à l'extraction des sables coquilliers en baie de Lannion semblent enfin avoir été entendus.

En effet lors de la 3ème reunion de la commission de suivi, le 9 novembre, les Préfets du Finistère et des Côtes d’Armor ont estimé que le climat n’était pas propice à une reprise des extractions.

L’Etat a donc décidé d’attendre la fin des recours en justice.

Les opposants, associations, usagers, élus et une grande partie de la population, sont plutôt rassurés pour le court et moyen terme. Mais tant que l’extraction ne sera pas définitivement annulée, ils resteront vigilants.

La LPO quant à elle s’oppose depuis l’enquête d’utilité publique en 2010 à cette extraction qui menace les équilibres naturels de l’environnement marin et de la réserve naturelle des Sept-Iles.
Le conseil scientifique de la réserve a produit une analyse des risques potentiels et enjeux à l’attention de cette commission de suivi.

En attendant


Source :
https://www.lpo.fr/actualites/baie-de-lannion-l-extraction-de-sable-est-suspendue

dimanche 19 juin 2016

Nuit Debout à Lannion le 17 juin 2016

Lannion ce vendredi 17 juin, après un fabyuleux concert de casserolles, le collectif Stop TAFTA Trégor nous présentait la situation des négotiations sur le libre échange entre les Etats Unis et l'Europe. Un sujet important, inquiétant et affligeant !



Une soirée militante bien sympathique !

vendredi 18 septembre 2015

Le décret autorisant l'extraction de sables coquilliers en baie de Lannion est signé !

Le ministère de l'Economie a publié le décret autorisant l'ouverture d'un nouveau site d'exploitation de sables coquilliers au large de Lannion.

Située à proximité des deux zones classées Natura 2000, cette extraction va faire peser un lourd risque sur la réserve des Sept Iles.


L'économie fait peu de cas de la nature, une fois encore.
Les mots me manquent pour qualifier nos "dirigeants"

Pour plus d'info sur cette horreur: http://www.centpourcentnaturel.fr/?q=lannion
Et sur les Sept Iles : http://www.centpourcentnaturel.fr/post/2011/06/09/Especes-rares-aux-sept-iles

lundi 5 janvier 2015

Extraction de sable coquillier en baie de Lannion : ni ici ni ailleurs !

Je vous en parle depuis près de 4 ans (voir mes billets ici) que le collectif « Peuple des dunes en Trègor » se bat contre le projet d’extraction de sable coquillier en baie de Lannion.

En ce début d’année, Alain Bidal, président du collectif nous alerte :

L’heure est grave.

Depuis quelques jours, des informations concordantes laissent à penser que le ministre E. Macron va délivrer le titre minier dans le premier trimestre 2015. Nous n’avons pas fait tout cet important travail avec vous depuis 4 ans pour nous laisser faire, c’est maintenant ou jamais.Nous avons besoin de votre aide pour réussir cette manifestation et montrer notre détermination intacte au ministère.

Nous organisons une grande manifestation à Lannion, le 24 JANVIER 2015 à 10 Heures, parking de la poste
Avant que le ministre ne délivre cette autorisation nous devons réagir : C’est maintenant ou jamais qu’il faut manifester, après la décision favorable du ministre, il sera trop tard.

Nous devons de réussir cette manifestation pour tenter de faire infléchir la position du ministre et sur laquelle les élus pourront s'appuyer lors la rencontre prévue avec M. Macron en janvier 2015. Je vous remercie de diffuser largement cette information à toutes vos connaissances, réseaux sociaux….Seule une très forte mobilisation pourra faire reculer le ministre. En mai 2012, nous étions 4 000 personnes à manifester : dépassons largement cet objectif.

A Sivens, Roybon, Notre Dame des Landes, les politiques déclarent que ces projets se feront puisque les élus locaux le veulent : ici, tous les élus et parlementaires locaux sont contre et on ferait quand même ! où est la cohérence ? Ce serait un déni de démocratie de la part ministre d’accepter un tel projet dangereux à plus d’un titre. Rendez-vous le 24 janvier 2015 à Lannion avec vos banderoles, pancartes, sifflets….. Au nom du collectif, je vous présente ainsi qu’à tous ceux qui vous sont proches mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année et je formule un vœu : que ce projet absurde soit rejeté par le ministère de l’Economie. A bientôt

Alain Bidal
Président du Collectif Le Peuple des Dunes en Trégor
Maison des associations 22560 Trébeurden
Tél.: 02.96.23.67.60
http://peupledesdunesentregor.com
peupledesdunesentregor@gmail.com



Si je reste totalement opposé à ce projet destructeur des fonds marins et de leur biodiversité, une partie de l’argumentaire du collectif m’interpelle et me pose problème.
En effet celui-ci propose de déplacer le lieu d’extraction plus au large, arguant d’impacts moindres. Je ne suis pas d’accord et ai adressé le message suivant à Alin Bidal.

Bonjour Alain,
Militants écologistes de longue date, nous soutenons la lutte contre le projet d’extraction en baie de Lannion quasiment depuis le début. Votre région nous touche en particulier en tant que bénévoles LPO et vu les impacts que le projet aurait sur les populations d’oiseaux des Sept Iles.
Après avoir espéré l’abandon, nous sommes consternés d’apprendre la possible délivrance du titre minier. A l’annonce de la manifestation du 24 janvier, nous étions décidés à faire de déplacement depuis la région parisienne.

C’est alors que nous lisons ce que Le Télégramme rapporte de vos propos « On sait très bien que les carrières terrestres s'épuisent et que la mer recèle des ressources importantes, mais on dit : ne faites pas l'extraction dans cet endroit exceptionnel de biodiversité, entre deux zones Natura 2000, allez plus au large, là où les incidences seront moindres. »
Argument que nous retrouvons sur le site internet de votre collectif «D’autres solutions sont possibles : dragage plus loin en mer à plus grande profondeur là ou les impacts environnementaux seront négligeables ; autres sites possibles ou les incidences seraient moindres.»
Nous pensons qu’il ne faut pas repousser un tel projet dans une autre zone. Le milieu marin est déjà fort dégradé du fait des activités humaines, nous ne voulons pas proposer de continuer à lui porter atteinte. Comment évoquer des impacts moindres d’une extraction plus loin en mer ? Outre que les fonds marins se trouveraient très probablement affectés à distance du lieu d’extraction, nous sommes certains que l’éloignement poserait tout de même problème aux populations animales, notamment aux oiseaux des Sept Iles qui parcourent de longues distances à la recherche de poisson pour se nourrir eux mêmes ainsi que leurs petits.
De notre point de vue, le message à mettre en avant lors de la manifestation du 24 janvier doit être « ni ici ni ailleurs ».
Pourriez-vous nous confirmer que ce sera le cas ?
Nous serions alors heureux de nous joindre à vous à Lannion le 24.
Vous adressant nos meilleurs vœux pour que l’année 2015 concrétise tous vos espoirs écologistes.
Bien cordialement,

Pas de réponse pour le moment. Attendons…


mercredi 18 juin 2014

Peuple des dunes en Tregor, projet de manifestation à Lannion

Je vous ai déjà parlé du projet d’extraction de sable coquiller en baie de Lannion.

Voici les dernières nouvelles du Collectif :

En avril 2013, avec l'aide de 3 députés européens, le collectif a déposé une plainte entre les mains de la présidente de la Commission des Pétitions à Bruxelles.

En Février 2014, la Commission des Pétitions a jugé recevable notre plainte .

En avril 2014, en séance plénière, la Commission des Pétitions a validé notre dossier et demandé à la Commission Européenne, l'ouverture d'une enquête préliminaire

En mai 2014, la Commission des Pétitions a transmis un courrier à M. Montebourg lui faisant part des observations écrites et orales de la Commission Européenne et a demandé des explications sur tous les points soulevés par la plainte du Collectif et a rappelé l'opposition de tous les élus et parlementaires concernés par ce projet.

En mai 2014, le collectif a transmis un dossier à Mme Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie. Par courrier daté du 05.06.2014, Mme Royal nous précise "qu'elle partage notre avis et qu'elle a exprimé son opposition à ce projet". Entre les lignes, on peut comprendre que l'opposition au projet a été formulée à M. Montebourg.

Mais restons très vigilants. A ce jour, aucune décision n'est intervenue. Aussi, si M. Montebourg signait le décret ministériel valant titre minier, nous travaillons actuellement à l'organisation d'une manifestation à Lannion, dans les 15 jours qui suivraient cette signature. Pour l'instant, aucune date ne peut être arrêtée.

Nous devrons alors être très nombreux pour montrer l'opposition de tous les citoyens, des élus, des professionnels de la mer et du tourisme, du nautisme, de la plaisance, des associations. Bien sûr le titre minier serait signé mais le Préfet du Finistère doit ensuite signer l'arrêté d'ouverture des travaux : il devra prendre en compte la colère exprimée dans la rue. Les actions devant les juridictions administratives restent ouvertes, nous y travaillons en permanence et ce, depuis janvier 2013, avec un cabinet d'avocats à Rennes.

Nous aurons besoin de votre aide pour mobiliser par tout moyen à votre disposition (lettres d'information, sites internet, réseaux sociaux, mails, affichage, réunions....), pour l'organisation de cette manifestation : banderoles, mégaphones, sécurisation du parcours du défilé dans Lannion. Nous vous informerons dès que le groupe en charge de cette manifestation aura rendu ses conclusions.

Toutes les bonnes volontés pour réussir cette manifestation sont les bienvenues.



Pour plus d’information

http://lepeupledesdunes.com

dimanche 26 février 2012

Contre le projet d’extraction de sable coquiller en baie de Lannion

Dans les côtes-d'Armor, près de Lannion, un projet d'extraction de sable coquillier menace des zones classées Natura 2000 dont celle de la réserve des sept iles.

Le projet, dont le pétitionnaire est la Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN) filiale du groupe Roullier, consiste à extraire 400000 m3 de sable coquillier par an sur une période de 20 ans, soit au total 8 millions de m3, d’une dune sous marine située à la « pointe de Lannion » (Côte d'Armor, 56) à moins d’un kilomètre de deux zones classées Natura 2000 dont celle de la réserve des sept iles, sanctuaire d’oiseaux marins.

Ce sable coquillier est censé servir à l’amendement des sols pour la culture maraîchère. La demande de la CAN fait suite à l’interdiction faite par l’Europe de l’extraction du maerl afin d’éviter la destruction d’habitats marins.

La zone que convoite la CAN est un endroit où vivent et se développent notamment les lançons qui sont à la base de la nourriture de nombreux oiseaux marins, de poissons tels le lieu jaune et le bar et des poissons plats tels la barbue et le turbot.

Cette zone est critique pour les pêcheurs professionnels qui y passent plus de la moitié de leur temps de pêche et y placent leurs casiers. Elle est également une zone fréquentée par les pêcheurs plaisanciers et les plongeurs soit plus de 10000 personnes par an.

Vous aussi, dites non à l'extraction de sable dans la baie de Lannion en signant la pétition.

Pour plus d’information

http://lepeupledesdunes.com


mercredi 3 février 2010

Plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes : dèjà contesté

A peine le gouvernement a-t-il présenté les grandes lignes de son plan de lutte contre les algues, déjà il est contesté.

Les 134 millions d'euros qui seraient dépensés par l'Etat serviraient à contribuer au ramassage, au financement du compostage des algues ramassées et au plan de méthanisation, qui devrait permettre de produire de l'énergie et de l'engrais, et "d'accompagner les évolutions nécessaires des pratiques agricoles".

Les agriculteurs seraient invités à modifier leurs pratiques en matière d'engrais, "une mesure essentielle", insiste la secrétariat d'Etat à l'écologie, puisque la quantité "des engrais minéraux azotés achetés par les agriculteurs bretons est égal au volume des excédents d'azote en Bretagne".

Le président de l'association Halte aux marées vertes trouve qu'on ne sent pas de fibre écologique dans ce plan qui est fait pour le milieu agricole et va couter cher. L'association Eau et Rivières, qui a été reçue mardi avec d'autres écologistes par des membres du cabinet de la secrétaire d'Etat à l'écologie, se montre également très sceptique. "On est dans la com. Sur l'axe préventif, pour l'instant c'est la nébuleuse. Il est question de la mise en œuvre de projets territoriaux, de 'renaturalisation' de 20 % des surfaces, de protection des zones humides sur la base du volontariat, mais qu'est ce qu'on fait si ça ne marche pas ?" indique son Secrétaire.

Les élus des communes touchées trouvent que ce qui a été annoncé est vague et attendent les précisions qui doivent être données en fin de semaine.

Les agriculteurs estiment quant à eux qu'ils auront beaucoup à perdre si ce plan est mis en œuvre et parlent la fin de l'agriculture familiale si les contraintes agricoles n'étaient pas limitées aux deux baies de Saint-Brieuc et de Lannion, les plus touchées par les marées vertes, mais généralisées à six autres baies en Bretagne.

Mon avis

Il est indispensable de mettre en œuvre un plan efficace pour traiter le problème à la source, réduire de manière drastique l'usage des engrais en agriculture mais aussi les élevages intensifs et l'épandage des lisiers.

Pour plus d’information

Regardez le reportage de Benjamin Lucas.